Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911

Avec ce billet, nous ouvrons une nouvelle catégorie dans les Petites chroniques étaploises, celle consacrée aux descriptions d’Étaples. Écrites par des touristes de passage, des soldats en stationnement à Étaples ou des historiens dans le cadre de leurs recherches, elles offrent des informations sur le cadre urbain et le mode de vie des Étaplois, ou, bien encore, sur les monuments de la ville, dont certains ont aujourd’hui disparus.


Le samedi 9 Septembre 1911, la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu réalise une excursion historique à destination d’Étaples et de Montreuil-sur-Mer. Arrivés à Étaples, les membres de la société sont conduits par l’historien montreuillois Roger Rodière qui leur fait visiter, dans la matinée, la place, la maison Souquet, l’église Saint-Michel, le cimetière et, enfin, le port. Chargé du compte rendu de l’excursion, Jules Marcel en publie un résumé dans le tome 3 du bulletin mensuel de la société1, résumé que nous reproduisons ici :

 

Suivant son heureuse innovation, la Société d’Histoire et d’Archéologie du Vimeu2 a quitté en septembre, la poussière des vieux cartulaires et des archives du passé, pour aller étudier sur place et dans leur cadre les monuments et les restes historiques des anciennes villes de notre chère province.

Après l’excursion de l’année dernière à Rue, à Villers-surAuthie et à l’abbaye de Valloires, nous nous rendions le 9 septembre à Étaples et à Montreuil-sur-Mer, sous la direction de MM. Henri Wamain3 et Adrien Huguet4 qui avaient réglé les heures et les détails matériels de notre expédition, et sous la conduite de MM. Henri Potez5, professeur de littérature française à l’Université de Lille et Roger Rodière6 membre de la Société des Antiquaires de Picardie.

Par une matinée ensoleillée, nous voyons fuir le long de la voie ferrée les paysages de la Somme et du Pas-de-Calais, les prés salés du Marquenterre d’abord, puis les marais et les dunes (fig. 1) et nous arrivons à la gare d’Étaples (fig. 2).

 

Fig. 1-2. Le pont de chemin de fer (à gauche), construit en 1847, que le train empruntait nécessairement depuis Amiens. Depuis ce pont, une première vue sur la Canche s’offrait aux touristes avant d’arriver à la gare (à droite), la seconde construite à Étaples, en 1875.

Bien qu’Étaples ne fasse pas officiellement partie de l’excursion de notre Société, M. Roger Rodière propose en cicérone rempli d’une aimable obligeance de nous le faire visiter.

Sous sa conduite, nous quittons la gare et nous arrivons, par des rues aux maisons basses, sur la grande place où se voit, non loin d’un hôtel-de-ville moderne, une maison historique (fig. 3), celle d’un historien d’Étaples, Gustave Souquet, dont le père reçut et hébergea Napoléon lors du Camp de Boulogne dans cette même maison qui date de 1760 environ.

Gustave Souquet l’avait transformée en véritable musée en y réunissant une riche collection qui, malheureusement, n’a pas été léguée à la ville ; son fils a fait sculpter sur la façade les bustes de Napoléon, qui logea en cette demeure ; du général Obert, petit valet des Souquet, pris par la conscription qui devint général de brigade ; du maréchal Ney ; de Nicolas-César Souquet, maire d’Étaples de 1804 à 1819 ; et de Gustave Souquet, son père, l’historiographe précité. Ces bustes sont accompagnés du grand et du petit sceau de la ville d’Étaples au XVsiècle et de diverses inscriptions commémoratives.

 

Fig. 3-4. La maison dite « Napoléon» (à gauche) sur la Grand-place d’Étaples et qui, en ce début de siècle, n’appartenait déjà plus à la famille Souquet : la vue montre bien les médaillons en bas-relief et les inscriptions, parfois trompeuses, apposés sur la façade par Achille Souquet. Non loin de la place, s’élevait l’église Saint-Michel (à droite) et à laquelle la légende de la carte postale attribue faussement une date de construction remontant au XIe siècle : en réalité, elle a été construite au XIIIe siècle. Au début du XXe siècle, l’église apparaissait comme un édifice presque totalement dénaturé par de multiples restaurations conduites avec peu de soin.

En quittant cette maison, illuminée de ces souvenirs, nous nous rendons à l’église où nous pénétrons en descendant quelques marches (fig. 4). L’édifice est du XVIe siècle : une inscription qui en fait remonter l’origine à l’an 1004 est reconnue erronnée [sic]. À l’intérieur — qui est en contrebas du sol — on reconnaît les caractères de la fin du style ogival et du commencement de la Renaissance ; l’autel et les boiseries du chœur, non sans mérite, sont du XVIIIe siècle. Dans le bas-côté gauche, notre attention s’arrête avec intérêt sur la chapelle de Notre-Dame de Foy, fondée par Jean Avantage, né à Étaples, évêque d’Amiens de 1437 à 1456 ; au centre des nervures de la voûte, on voit encore son écusson — aux émaux absents — d’azur à trois têtes de licornes d’argent.

L’église est complètement isolée, elle s’élève sur une place sablée, autrefois plantée d’arbres ; elle est construite en galets, grès et briques, et cet appareil, assez usité pour les églises des ports de la côte, donne à leur simple architecture, fruste et sévère, un aspect vétusté tout rongé par le grand vent de mer. Son clocher central, octogonal, a été remanié plusieurs fois, et ces restaurations successives lui ont fait perdre de son caractère primitif.

Par les petites rues, nous allons au cimetière (fig. 5) établi sur l’emplacement de la basse-cour de l’ancien château qui dominait la ville. Ce cimetière est en hauteur ; les tombes, en rangs pressés, sont en amphithéâtre et commandent un horizon immense, presque torride, sans aucune végétation.

En redescendant, nous voyons la sépulture de la famille Souquet, et le calvaire, grande croix au socle en pierre de Belgique, dû aux libéralités de Mademoiselle Angéline Souquet-Labalette, fille de l’historien.

 

Fig. 5-6. À moins de 200 m, vers l’est, de l’église, s’élevait le cimetière d’Étaples (à gauche), aménagé en 1805 : la vue montre ici plusieurs sépultures établies au pied de la butte du cimetière et en grande partie aujourd’hui disparues ; une entrée permettait au cimetière de communiquer avec la ville après traversée des rails. Point final de la visite des membres de la société, le port d’Étaples (à droite) qui, jusqu’au milieu du XIXe siècle, n’était qu’un port d’échouage : un premier quai sera construit à partir de 1847.

Étaples avait autrefois, en cet endroit même, sur ce sol que nous foulons, un château fort qui s’élevait sur un haut mamelon du côté de la plaine, et, en 1848, les travaux du chemin de fer qui passe auprès de la butte où se dressaient ses murailles ont remis au jour une partie de ses fondations. Aujourd’hui, le lieu est rendu à sa destination primitive : le château avait été établi sur un ancien cimetière de l’époque gallo-romaine ; c’est seulement en 1172 que Mathieu d’Alsace obtint de l’abbaye de Saint-Josse la concession du terrain où il éleva ses courtines et ses tours.

Puis, nous allons voir le port (fig. 6) ; sur le beau pont de 500 mètres, sur cette tribune suspendue qui surplombe les petites vagues rapides, nous regardons longuement une étendue mélancolique et grandiose : l’embouchure de la Canche, avec, à gauche, le Touquet et la ligne sombre de sa masse forestière, et, à droite, en camaïeu gris, un peu doré de soleil, le quai d’Étaples… et nous songeons que ce paysage blême, ce quai désert, ce petit port triste, c’est l’ancienne Quentovic, l’ancienne et importante station romaine, citée par les vieilles chroniques Mérovingiennes…

Et, quittant la côte, nous voici maintenant suivant le cours sinueux de la Canche, en sa verte vallée, dans la grâce et la fraicheur de ses sites…. Et voici Montreuil-sur-Mer !


Apparat critique

L’excursion à Étaples et Montreuil-sur-Mer est la deuxième excursion organisée par la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu. La première, organisée le 10 août 1910, avait pour objectif Rue, Villers-sur-Authie et l’abbaye de Valloires7. Le 13 août 1911, la société avait émis le souhait d’organiser une deuxième excursion, à Montreuil uniquement8. Ce souhait fut confirmé le 26 août 19119. La visite d’Étaples ne semble donc pas avoir fait partie du programme initial et l’on doit à Roger Rodière cet ajout de dernière minute : ce choix peut paraître étonnant, au regard des critiques négatives que l’historien montreuillois portait sur la ville (cf. infra)10. Mais Roger Rodière a prévu une visite de courte durée, une matinée seulement, la ville disposant de bien peu de monuments pouvant intéresser les excursionnistes du Vimeu.

Aussi, les emmène-t-il directement sur la Grand-place, après une marche de 500 m environ depuis la gare : alors que l’hôtel de ville, construit il y a deux décennies11 au nord de la place, « un hôtel de ville moderne », n’intéresse pas les touristes, la maison de l’historien Gustave Souquet12, connue également sous le nom de « maison Napoléon », retient davantage leur attention (fig. 3). Si cette demeure construite, d’après Rodière, au XVIIIe siècle est (localement) célèbre, c’est parce qu’elle a accueilli par deux fois le premier consul en 1803 et 1804 : Napoléon Bonaparte s’y est également reposé dans la nuit du 1er au 2 janvier 180413. La maison Souquet formait, dans le deuxième tiers du XIXe siècle, un musée avant la lettre, mais celui-ci n’a pas survécu à la mort de son créateur : en effet, en 1900, une vente aux enchères organisée par le notaire Armand Oger, à la requête d’Achille Souquet, fils et héritier de Gustave Souquet, a définitivement dispersé la collection paternelle14.

Aussi, les membres de la société ne peuvent que s’attarder sur le décor de la façade. Après la mort de son père, Achille Souquet, conscient de sa lignée, avait fait apposer, sur les deux niveaux extérieurs de la maison, une série de bas-reliefs et de cartouches qui rappelaient le passé glorieux de la demeure ancestrale, de sa famille et de la ville d’Étaples : bustes en bas-relief du maréchal Michel Ney (1769-1815)15, du général Marc-Antoine Obert (1774-1830)16, de Nicolas-César Souquet-Marteau (1765-1819), son grand-père17, et de Gustave Souquet (1805-1867), son père ; reproductions des sceaux de la ville ; inscriptions diverses. Mais ces inscriptions, qui ont, aujourd’hui, en grande partie disparu, étaient mensongères ou erronées18. Citons un seul exemple : sous le buste de Michel Ney, il était indiqué que le maréchal a séjourné dans la maison Souquet de 1803 à 1805 ; or, cela n’a jamais été le cas, le haut-gradé ayant été accueilli dans les demeures des communes environnantes19. Achille Souquet, qui n’avait pas hérité de la rigueur historique de son père, a contribué à la propagation de nombreuses légendes qui, malheureusement, ont cours encore aujourd’hui. Le personnage, assez farfelu, n’avait, d’ailleurs, pas une bonne presse auprès de l’historien Roger Rodière qui, en 1933, et quelques années après sa mort, n’hésitait pas à le dénigrer : « Achille Souquet, que j’ai bien connu, était à peu près fou, tandis que son père, Gustave Souquet, l’historien d’Étaples, était un bon travailleur, en avance sur son temps »20.

Puis, le groupe se rend à l’église Saint-Michel, édifice alors situé à environ 200 m à l’est de la place (fig. 4). Ce lieu de culte n’existe plus : entièrement détruit lors des bombardements de l’été 1944, il s’élevait à peu près au croisement des actuels boulevard Jacques-Lefebvre et rue du Général-Obert. Dans le compte rendu de l’excursion, Jules Marcel mentionne l’existence d’une inscription qui indique que l’édifice aurait été construit par les Anglais au XIe siècle : or, les historiens de l’art, au premier rang desquels Camille Enlart, ont, d’une part, bien vite prouvé le caractère apocryphe de l’inscription, peut-être écrite par le prêtre boulonnais Philippe Luto au XVIIIe siècle, et, d’autre part, fait remonter au XIIIe siècle les origines du sanctuaire étaplois21. Jules Marcel se trompe donc en l’attribuant au XVIe siècle.

Si les boiseries du chœur ne manquent pas d’intérêt pour les Vimeusiens22, ces derniers préfèrent s’attarder dans la chapelle Notre-Dame, car les armes que porte la clef du chevet évoquent l’un de leurs compatriotes, du moins par adoption : Jean Avantage, né à Étaples, évêque d’Amiens de 1437 à 145623. Curieusement, le compte rendu de la visite ne mentionne pas le triptyque relatant le miracle de trois pèlerins allant à Saint-Jacques : daté du XVIIe siècle, ce tableau était pourtant renommé au début du XXe siècle24. À cette époque, l’église était un monument disparate que les restaurations antérieures avaient contribué à dénaturer. L’édifice s’élevait au centre de l’ancien cimetière désaffecté : autrefois planté d’arbres, il n’était plus, en 1911, qu’une place sablée25.

Les excursionnistes rejoignent ensuite le cimetière de la ville (fig. 5) : celui-ci fut aménagé en 1806 aux marges orientales de la ville, sur les vestiges d’un ancien ouvrage avancé du château d’Étaples26. De cet ouvrage fortifié construit à l’Époque moderne, un ouvrage à cornes, il ne subsistait plus, en ce début du XXe siècle, qu’une butte informe d’une hauteur de 15 m. Les ruines du vieux château médiéval, forteresse édifiée par le comte de Boulogne, Mathieu d’Alsace, en 1172, avaient déjà disparu, emportées par la main de l’homme au siècle précédent : achetées par la Compagnie des chemins de fer du nord, elle servirent de remblais pour l’établissement des voies ferroviaires traversant Étaples, depuis Amiens, pour l’une, et depuis Saint-Pol-sur-Ternoise, pour l’autre27.

En grimpant au sommet du tertre, les visiteurs découvrent un large panorama sur la ville d’Étaples et sur la Canche : il ne demeure plus rien, de nos jours, de ce large horizon, masqué par les constructions environnantes. En quittant le cimetière, le groupe passe devant la sépulture familiale des Souquet — que Jules Marcel place, peut-être par oubli, au pied de la butte — et devant le calvaire offert en 1894 par la fille de Gustave Souquet, Angéline Souquet-Labalette28. Ces monuments s’élèvent toujours dans le cimetière.

Le dernier point de visite choisi par Roger Rodière est le port d’Étaples. Après s’en être retournés au cœur même de la ville, les membres de la société historique empruntent le pont construit sur la Canche, premier ouvrage de ce type édifié à Étaples en 1859 au débouché de l’actuelle rue d’Hérambault. Depuis le centre de la structure, les touristes découvrent vers l’aval une vue grandiose, celle de la baie de la Canche (fig. 6) : bien que le panorama ne soit plus le même depuis le début du siècle dernier, l’effet visuel reste toujours le même et l’on comprend l’émotion ressentie par le groupe et la prose dont se saisit l’auteur du compte rendu pour décrire ce qu’il a contemplé. Néanmoins, à ce ravissement, s’ajoute un sentiment de mélancolie que procure la vue « d’un paysage blême, d’un quai désert et d’un port triste ».

Ce sentiment se décuple encore à la comparaison du site ramené à sa grandeur passée. En effet, au début du XXe siècle, Étaples était encore confondue avec l’ancienne Quentovic que les historiens ne parvenaient pas à localiser correctement, chacun identifiant le célèbre port carolingien à la ville ou au village de sa prédilection, souvent sa commune natale, et se lançant dans d’interminables débats. Au début des années 1930, Roger Rodière croyait encore fortement à l’identification étaploise : « Étaples, l’ancienne Quentowic, ne manque pas de souvenirs des époques romaine et mérovingienne. On en peut remuer le sol, dans la ville et à l’entour, sans ramener quelques témoins de ces âges reculés (…) En face de tous ces trésors, que peuvent donc exhiber les rares tenants de Quentovic rive gauche ? Rien. Zéro. Système périmé s’il en fut, et démenti par les faits. Passons ! »29. Or, l’archéologie permet aujourd’hui de situer Quentovic plus en amont, sur les bords de la Canche, au niveau de La Calotterie, à 10 km d’Étaples30.

Bien avant la fin de la matinée, les touristes achèvent leur visite d’Étaples et se rendent à Montreuil, où ils déjeunent à l’hôtel Bellevue, avant d’entamer la visite de la cité fortifiée31. Dans le compte rendu de visite, on note un contraste saisissant entre l’appréciation portée sur la ville d’Étaples, décrite comme « triste », et celle portée sur la ville de Montreuil, décrite comme « séduisante » : « Sur le quai du départ, nous prenons congé de notre aimable guide [Roger Rodière] en le remerciant d’avoir mis avec tant de simplicité et de bonne grâce son érudition au service des pèlerins de l’archéologie ; et de loin, emportés par le train, nous saluons Montreuil enclose en sa couronne de tours, la fière et séduisante ville dont nous avons subi l’emprise, qui laisse aux dévots de son passé, aux amants de ses vieux murs, le regret de la quitter…. et le désir de la revoir »32.

Étaples gardera longtemps cette image négative. Ainsi, en 1933, Roger Rodière apportera un regard dépréciatif et définitif sur la cité des pêcheurs : « Il ne reste pas de monuments entiers antérieurs à la ville actuelle. Et dans celle-ci même, seules les deux églises [Saint-Michel et Notre-Dame] méritent l’attention (…) L’église [Saint-Michel] s’élève au milieu du cimetière désaffecté et vide. J’ai connu ce cimetière planté de beaux arbres, qui, au chevet, formaient une futaie épaisse. L’abreuvoir voisin était ombragé d’arbres superbes. On a tout rasé, changé l’abreuvoir en cloaque immonde et pestilentiel ; enfin, on l’a comblé. Plus anciennement, le tracé de la ligne de chemin de fer avait complètement détruit la jolie promenade des Berceaux, dont d’anciennes lithographies perpétuent le romantique souvenir. Bref, d’une charmante bourgade, Étaples est devenue le plus triste des chefs-lieux de canton »33.


Notes

1. Marcel 1911. Jules Marcel était le pseudonyme de Mme O. Caron, d’Amiens.

2. Créée en 1905, la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu avait pour objectif l’étude de l’histoire, de l’archéologie, des beaux-arts et des traditions du Vimeu, du Ponthieu et de la Picardie. Le président d’honneur était l’historien abbevillois Ernest Prarond (1821-1909). Elle a imprimé une série de bulletins et des volumes de mémoires. La société a existé jusqu’en 1914.

3. Henri Wamain, trésorier de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, dès sa fondation en 1905.

4. Adrien Huguet (1869-1940), historien et secrétaire de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, dès sa fondation en 1905.

5. Henri Potez (1863-1946), professeur de lettres au lycée de Douai, puis professeur de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille, a été membre correspondant de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, dès sa fondation en 1905.

6. L’historien montreuillois Roger Rodière (1870-1944) a été membre correspondant de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, dès sa fondation en 1905 : il y a publié plusieurs articles. Sur Roger Rodière, voir Routier 2016.

7. Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 1-9. Le 21 septembre 1911, une troisième excursion avait pour programme Abbeville et Saint-Riquier (Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 193-199 et 216-220). En septembre 1912, une quatrième excursion eut pour but Eu et Le Tréport (Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 1914, p. 8-28). Le 31 juillet 1913, la société organisait une quatrième excursion à Amiens (Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 379).

8. Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 100.

9. Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 102.

10. Voir note 33.

11. L’actuel hôtel de ville a été inauguré en 1890.

12. Sur Gustave Souquet (1805-187), historien étaplois, voir Byhet 2015.

13. Sur les passages de Napoléon Bonaparte dans l’hôtel Souquet, voir Byhet-Bonvoisin 2020a et 2020b.

14. Achille Souquet (1839-1927), héritier des biens Souquet, n’a pas sur les gérer et les a dispersés en 1900, lors d’une grande vente aux enchères organisées à Étaples du 8 au 11 août 1900. Voir Byhet-Bonvoisin 2020b.

15. Michel Ney, né le 10 janvier 1769 à Sarrelouis (Allemagne), général français de la Révolution, élevé à la dignité de maréchal d’Empire en 1804 et fusillé le 7 décembre 1815, place de l’Observatoire à Paris.

16. Né à Étaples, Marc Antoine Marie Obert (1774-1830) était un officier militaire de la Révolution de l’Empire et de la Restauration. Il était le fils d’employés au service de Nicolas-César Souquet.

17. Nicolas-César Souquet (1765-1819), père de Gustave Souquet, a été maire d’Étaples de 1803 à 1819. Voir Byhet-Bonvoisin 2020a.

18. Rodière 1902, p. 42-44 et 1933, p. 262.

19. Voir Byhet-Bonvoisin 2020b.

20. Rodière 1933, p. 90, n. 4.

21. Rodière 1902, p. 28-29 et 1933, p. 245-247.

22. Sur les boiseries du chœur de l’église, voir Rodière 1933, p. 255-256.

23. La date de naissance de Jean Avantage n’est pas connue. Il décède le 26 novembre 1456 et il est inhumé dans la cathédrale d’Amiens. Sur les armes de la chapelle Notre-Dame, voir Rodière 1902, p. 31 et 1933, p. 249.

24. Sur ce triptyque, voir Rodière 1902, p. 38-39 et 1933, p. 256-257.

25. Voir note 33.

26. Voir Byhet 2018.

27. Voir Byhet 2018.

28. Angéline Souquet-Labalette (1832-1907) est la première fille de Gustave Souquet. Demeurée célibataire et très croyante, elle fit preuve de générosité auprès des Étaplois en offrant notamment, en 1892, les escaliers d’accès à la partie haute du cimetière du château d’Étaples et, en 1894, le calvaire de ce cimetière. Son sépulcre, ainsi que ceux de sa famille, sont toujours présents dans la partie haute.

29. Rodière 1933, p. 245 et n. 1.

30. Lebecq, Verslype, Béthouart 2010.

31. Marcel 1911, p. 152.

32. Marcel 1911, p. 157.

33. Rodière 1933, p. 259.


Bibliographie

Byhet 2015 : BYHET (TH.), « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », Nordoc Archéo, publié le 15 décembre 2015. URL : https://nordoc.hypotheses.org/732

Byhet 2018 : BYHET (Th.), « Le château d’Étaples au XVIe siècle. L’adaptation d’une place forte médiévale aux règles de l’artillerie moderne », dans : Byhet (Th.), Aubry (Chr.) [dir.], Les places fortes des Hauts-de-France, Volume 1 : Du littoral à l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme). Actualités et recherches inédites, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion : 57, Villeneuve d’Ascq , 2018. URL : https://books.openedition.org/irhis/3072

Byhet-Bonvoisin 2020a : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 », Chronica stapulensis, publié le 6 avril 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/6158

Byhet-Bonvoisin 2020b : BYHET-BONVOISIN (Th.), « La vente du lit du Premier Consul en 1900 », Chronica stapulensis, publié le 30 mai 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/4035

Lebecq, Verslype, Béthouart 2010 : LEBECQ (St.), VERSLYPE (L.), BÉTHOUART (Br.) [dir.], Quentovic. Environnement, Archéologie, Histoire, Actes du colloque international de Montreuil-sur-Mer, Étaples et Le Touquet et de la journée d’études de Lille sur les origines de Montreuil-sur-Mer (11-13 mai 2006 et 1er décembre 2006), Éditions du Conseil scientifique de l’Université Lille 3, Collection : Travaux et recherches, Villeneuve d’Ascq, 2010.

Marcel 1911 : MARCEL (J.), « Étaples – Montreuil-sur-Mer. Excursion du 9 septembre 1911 », Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 3 (1911-1913), p. 148-157.

Rodière 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Tome 4-1, Commission départementales des Monuments historiques, Segaud, Arras, 1902.

Rodière 1933 : RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale : le pays de Montreuil, Yvert et Tellier, Paris-Amiens, 1933.

Routier 2016 : ROUTIER (J.-Cl.), « Roger Rodière, historien et archéologue montreuillois », Nordoc Archéo, publié le 30 juin 2016. URL : https://nordoc.hypotheses.org/1507


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 30 octobre 2023 <https://chronista.hypotheses.org/12371>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.



Citer ce billet
Thomas Byhet-Bonvoisin (2023, 30 octobre). Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911. Chronica stapulensis. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrus

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 novembre 2023

    […] Byhet-Bonvoisin 2023 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 30 octobre 2023. URL : https://chronista.hypotheses.org/12371 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search