Images étaploises. 2. Une courte description d’Étaples en 1835

La courte description qui suit est extraite d’un texte plus long, intitulé « Le vieux matelot » et publié dans le numéro 523 du journal Le Mémorial artésien, le dimanche 15 février 1835. L’auteur demeure anonyme, mais signe son texte de la manière suivante : A. M…al. Le récit, qui s’apparente à une nouvelle, est centré sur la description qu’un marin, anonyme lui aussi, fait du naufrage de son navire : ce naufrage serait survenu en 1825, près de l’île de Mull, en Écosse. Pris dans un orage d’été, alors qu’il longe la Canche au petit soir, l’auteur se réfugie dans une chaumière établie près du pont d’Énocq, à l’embouchure du Witrepin (ou Huitrepin), petite rivière qui se jette dans le fleuve (fig. 1). C’est dans cette maison que le marin lui conte ses mésaventures.

Fig. 1. Localisation du récit de l’auteur (étoile), près du pont d’Énocq, sur le cadastre ancien de Bréxent-Énocq, 1813-1816
(© Archives départementale du Pas-de-Calais, 3 P 176/4, Section C — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Par un beau jour d’été, je fus visiter le célèbre Quantovicus des Romains, aujourd’hui nommé Étaples, nom qui dérive d’un mot celtique qui signifie entrepôt ; après avoir parcouru l’emplacement du château sur lequel est maintenant établi le cimetière où l’on remarque quelques marbres d’un bon style, l’église où l’on voit deux tombeaux antiques, richement ciselés, et visité ce port où les vainqueurs des Gaules entretenaient de formidables flottes, et où les bateaux de pêche ont peine à surgir de nos jours, je cédai aux instances de M. S… Après avoir savouré un diner sans apprêts, dont l’amitié fit les frais, je repris vers le soir la route de Montreuil-sur-mer, en côtoyant la rivière de Canche ; la chaleur était étouffante, des nuages amoncelés à l’ouest dessinaient mille formes bisarres [sic], un vent impétueux, précurseur de l’orage, brisait les feuilles qu’il faisait tourbillonner ; le courlis, au sifflet aigu, allait à tire d’aile chercher un refuge dans les feuilles d’oyats qui tapissent les dunes, tandis que la mouëte [sic] criarde, amie des tourmentes, tantôt effleurait d’un vol rapide les flots soulevés de la rivière dont la marée augmentait le volume, et tantôt se balançait mollement sur les eaux où la partie noire de son plumage se détachait de l’écume des vagues (…).


Apparat critique

L’auteur, nous l’avons dit, reste anonyme, mais semble résider à Montreuil : c’est, en effet dans cette ville qu’il retourne en fin de journée, après avoir visité Étaples. Son excursion s’effectue par un beau jour d’été, peut-être de l’année 1835, date de la publication de son récit. Parti à pied de Montreuil, de bon matin, il emprunte la grande route d’Étaples, l’actuelle route d’Étaples (D939 en partie). Cette route longe la Canche, puis joint Étaples à partir du cimetière et des ruines de l’ancien château (fig. 2, n° 1). Notre anonyme doit donc parcourir une distance de 2 lieues environ, soit 10 km, en un peu moins de 2 heures. À cette époque, de Montreuil à Étaples, le paysage, assez plat, est bucolique et encore sauvage. Rappelons qu’en 1835, la ligne de chemin de fer joignant les deux villes n’existait pas encore : celle-ci ne sera mise en service qu’à partir de 1875.

Fig. 2. Plan de la ville d’Étaples et de ses environs en 1813. 1. La route d’Étaples à Montreuil, le long de la Canche. 2. Les ruines du château et le cimetière. 3. L’église Saint-Michel. 4. Le port (© Archives départementales du Pas-de-Calais, 3P318/35 — Toute reproduction interdite sans autorisation).

En visitant Étaples, l’auteur est conscient de fouler le sol d’une ville au passé prestigieux : c’est aussi dans l’ancienne Quentovic qu’il s’aventure. Au XIXe siècle, Étaples était encore confondue avec ce port important de l’empire carolingien, comme l’attestent de nombreux guides de visite publiés à l’époque : « [Étaples] est une ville fort ancienne, et la plupart des savants pensent qu’elle a remplacé l’antique Quentovicus, station romaine de quelque importance, ville et port dont il est souvent parlé dans les chroniques de l’époque mérovingienne »1 .

De nombreux érudits locaux, comme Gustave Souquet et Louis Cousin2, mais aussi des historiens qualifiés, comme Roger Rodière3, ont tenté d’imposer, à coup de démonstrations erronées, cette identification. Ils se sont appuyés sur les nombreuses découvertes archéologiques effectuées à Étaples, dès le XIXe siècle, pour étayer leurs propos. Ainsi, en 1841, la découverte des vestiges au nord d’Étaples leur laisse espérer qu’ils touchent enfin au but (fig. 3). Les fouilles sont organisées par le comité boulonnais de la Société des antiquaires de la Morinie, au lieu-dit La Pièce à Liards : « MM. Marmin et Cousin, assistés de MM. Ledieu et Souquet, habitant Étaples, font en ce moment des fouilles pour retrouver l’emplacement de l’ancienne Quantovic. Ces fouilles se font dans une propriété de M. de Rocquigny du Fayel, où l’on présume qu’était située la ville romaine. Ces messieurs ont déjà obtenu des succès satisfaisants dans leurs recherches, car les premiers travaux ont mis à jour plusieurs maisons, séparées par une large voie et un puits placé sur une place publique circulaire. Tout jusqu’à présent semble démontrer que dans ce lieu était Quantovic. Dans l’intérieur des maisons découvertes on ne trouve que des médailles romaines, des fragments de poterie, de verrerie, des fibules, etc., et des amas de cendres qui peuvent faire conjecturer d’une manière assez plausible que Quantovic a été détruite par un incendie. Dans l’endroit où les fouilles se font maintenant, tout ce qu’on trouve a le cachet romain ; ce n’est que de l’autre côté d’Étaples que l’on trouve des monnaies gauloises. Ces recherches sont donc d’un grand intérêt, et probablement finiront par fixer d’une manière certaine le véritable emplacement de Quantovic »4.

Fig. 3. Plan partiel des ruines gallo-romaines découvertes au nord d’Étaples en 1841 : plusieurs petites maisons sont établies de part et d’autre d’un chemin de cailloux (© Musée Quentovic – Ville d’Étaples, Fonds photographique Achille Caron, père et fils — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Mais nombreux sont ceux parmi ces antiquaires et historiens à avoir confondu la ville gallo-romaine et le port carolingien : les découvertes effectuées au nord d’Étaples attestent de l’existence d’une agglomération du Haut-Empire qui n’a connu aucune destinée au haut Moyen Âge : si du mobilier archéologique mérovingien a bien été découvert au XIXe siècle à Étaples, sa localisation exacte demeure incertaine5. Par ailleurs, cette agglomération romaine n’a jamais porté le nom de Stapula, comme on le croit encore aujourd’hui. Le nom d’Étaples dérive du mot germanique stapeln – et non celtique comme le croit notre auteur anonyme – qui signifie « entrepôt » : Stapula n’est que la transcription en bas-latin du terme nordique6. Étaples existait bien au haut Moyen Âge (la première mention écrite de la ville date de 852) : elle formait une zone de stockage accessible depuis la Canche. Mais elle n’était pas Quentovic que l’on situe désormais, grâce à l’archéologie, à La Calotterie, à 5 km au sud-est d’Étaples7.

Fig. 4. Vue des ruines du château d’Étaples en 1864, prise par Gustave Souquet. À l’arrière-plan, le cimetière établi en 1806 sur les ruines de l’ouvrage à cornes du château (© Musée Quentovic – Ville d’Étaples, Fonds photographique Gustave Souquet — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Parvenu dans la ville, le promeneur montreuillois entreprend la visite des monuments et des sites qui se présentent à lui, du sud vers le nord : les ruines du château et le cimetière, l’église Saint-Michel, le port.

En 1835, les ruines du château d’Étaples s’élevaient encore aux portes de la ville (fig. 2, n° 2, et fig. 4) : une grande partie d’entre-elles ne disparaitront qu’en 1848, servant de remblais pour l’installation de la ligne de chemin de fer Amiens-Boulogne8. À proximité de ces ruines, un ancien ouvrage avancé du château, un ouvrage à cornes aménagé à l’époque moderne, fut transformé en cimetière en 1806 (fig. 4 et 5) : cette première portion de l’actuel cimetière du château ou vieux cimetière existe encore de nos jours. Si les marbres notés par le promeneur ont disparu depuis, de nombreux sépulcres du XIXe siècle subsistent toujours dans la partie haute du cimetière.

Fig. 5. Plan des ruines du château d’Étaples en 1810, à droite, et du cimetière installé sur l’ouvrage à cornes du château, à gauche
(© Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/O/1 — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Du cimetière, le visiteur se rend à l’église Saint-Michel située à moins de 200 m, vers le nord (fig. 2, n° 3, et fig. 6). De cet édifice, il ne cite que l’existence de « deux tombeaux richement ciselés », que nous voyons évoqués pour la seconde fois dans la littérature étaploise : en 1826, l’érudit étaplois, Gustave Souquet, avait déjà évoqué l’existence « dans la chapelle Saint-Pierre, au pied du maître-autel, [de] deux tombeaux ciselés et représentant des chevaliers armés de pied en cap » ; mais, dans sa description de l’église, publiée en 1855, le même omet de les citer et ne mentionne plus que des pierres sépulcrales à l’intérieur de l’église, dans la chapelle Saint-Hubert, mais sans donner plus de détails9. À l’extérieur, le cimetière, dans lequel plusieurs générations d’Étaplois ont été inhumées, avait été désaffecté à la suite de son transfert en 1806, à l’extérieur de la ville, dans les ruines du château : d’après Roger Rodière, seules quelques pierres sépulcrales, essentiellement celles de la famille Quandalle, subsistaient encore encastrées dans les murs de l’église en 188610.

Fig. 6. Vue de l’église Saint-Michel dessinée en 1869 par Victor-Jules Vaillant
(© Médiathèque de Boulogne-sur-Mer, Fonds Victor-Jules Vaillant, 221c — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Puis, notre visiteur inconnu se rend au port d’Étaples, dernier point de sa balade (fig. 2, n° 4). C’est moins la vue de la Canche en 1835, fleuve encore sauvage à cette époque, mais très ensablé, qui l’intéresse, que la vision fantasmée du port à l’époque antique : il songe aux navires des vainqueurs de la Gaule, c’est-à-dire ceux des Romains, stationnant dans la baie. On ne sait d’où vient cette projection. Peut-être a-t-il en tête qu’Étaples, en dehors de Quentovic, a aussi été identifiée comme le site possible de Portus Itius11, port depuis lequel César lança ses deux expéditions contre la Bretagne (actuelle Angleterre) en 55 et 54 avant J.-C. Mais, pas plus que Quentovic, Étaples n’a été Portus Itius, site aujourd’hui encore mal identifié, mais que certains historiens placent plus au nord, vers Boulogne ou ses alentours. Toutefois, des navires romains ont probablement stationné dans la baie de la Canche, à une époque plus tardive. En effet, des vestiges romains ont été découverts sous les ruines du château, lors de sa destruction en deux phases, en 1848 et en 1864 (fig. 7) : ces vestiges ont accrédité l’existence d’une occupation à la fin du IIIe siècle ou au début du siècle suivant, peut-être liée au stationnement de la Classis Sambrica (ou Samarica), la flotte de la Somme destinée à la surveillance des côtes de la Manche au Bas-Empire. Étaples a pu être l’un de ces points de stationnement de cette flotte, nommé Locus QuantensisLe lieu (ou l’endroit) sur la Canche12.

Fig. 7. Verreries gallo-romaines découvertes lors de la fouille du château d’Étaples en 1864, photographie prise par G. Souquet, avant 1867
(© Musée Quentovic – Ville d’Étaples, Fonds photographique Gustave Souquet — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Après cette rêverie en bord de mer, notre auteur est invité à dîner – un repas simple, à la bonne franquette, dirait-on – chez monsieur S…, autre anonyme de ce texte, mais résident étaplois qu’il semble bien connaître, puisqu’il qualifie leur relation « d’amitié » (fig. 8). Il est difficile d’identifier cet Étaplois, mais l’initiale du nom fait immédiatement penser à la famille Souquet, qui réside sur la place du marché à cette époque. Il ne peut s’agir de Nicolas-César Souquet, ancien maire d’Étaples, décédé en 1819, ni de Gustave Souquet, son fils, qui réside à Boulogne jusqu’en 1839 au moins. Faut-il identifier ce monsieur S… à François César Souquet (1802-1838), frère aîné de Gustave, premier héritier de la maison paternelle à la mort de leur père ? Ou mieux encore à Achilles Antoine Souquet (1804-1837), frère des deux précédents, mais surtout maire d’Étaples de 1835, année de publication du texte, à 1837, date de son décès. Rien n’est moins sûr !

Fig. 8. Un dîner entre amis en 1853, par le dessinateur Gilbert Randon
(© Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.18249 — Toute reproduction interdite sans autorisation).

Enfin, il est temps de rebrousser chemin, en longeant la Canche, par une chaleur étouffante. Le récit confine alors au genre naturaliste : les nuages s’amoncellent, le vent souffle, les feuilles tourbillonnent, les oiseaux se cachent et un orage se prépare. Il éclate et le promeneur cherche à s’abriter. Il trouve refuge dans une chaumière isolée, celle d’un vieux matelot et de sa famille. Commence alors la seconde partie du récit, celle du naufrage du marin que nous ne reproduisons pas ici, car hors de propos, mais que nous engageons à lire.

Ce court récit est l’une des descriptions touristiques les plus anciennes d’Étaples. Deux ans plus tard, Victor Hugo, de passage à Étaples, du 3 au 4 septembre 1837, livrera sa propre vision poétique de la ville13.


Notes

1. Pénel 1866, p. 215.

2. Voir Cousin 1851, 1862-1864 et 1868-1869, Souquet 1863, p. 5-31 et Byhet 2015.

3. Rodière 1933, p. 245, n. 1, et Byhet-Bonvoisin 2023.

4. Le Mémorial artésien, n° 1216, jeudi 7 octobre 1841, p. 5.

5. Notons, cependant, dès cette époque, l’excellente remarque du correspondant boulonnais du Mémorial artésien qui, en décembre 1841, mettait en doute l’attribution de ces ruines gallo-romaines à Quentovic : « Quant à l’emplacement de [la ville] de Quentovic , il n’est pas encore suffisamment constaté. Quentovic doit présenter des objets de l’époque gallo-romaine et du moyen âge, puisqu’il existait vers le commencement de l’ère chrétienne, et qu’il n’a été détruit que vers la fin du neuvième siècle. Or, jusqu’à présent tout ce qui a été trouvé appartient à une de ces époques, à la première. Le doute est permis. Mais comme il reste encore beaucoup de points à explorer , il est possible qu’on finisse par acquérir des preuves qui tranchent la question » (Le Mémorial artésien, n° 1236, Jeudi 16 décembre 1841, p. 7). En réalité, depuis le XIXe siècle, des traces d’occupation (terres noires, fosses, fond de cabane) et du mobilier (fragments de céramique, verrerie) d’époque mérovingienne ont bien été mis en évidence lors de fouilles de sauvetage organisées par Isabelle Sidéra en 1989, sur le site du Blanc Pavé, près de La Pièce à Liards, au nord d’Étaples (Piton 2003, p. 1-4).

6. Lot 1945, p. 431, n. 4.

7. Lebecq, Verslype, Béthouart 2010.

8. Souquet 1855a, p. 3-5 et 31-32, et Byhet 2018.

9. Souquet 1826, p. 757 et 1855b, p. 28.

10. Rodière 1886, p. 53-55.

11. Desjardins 1876, p. 350, n. 4.

12. Le Bourdellès 2009, p. 127-136 et Byhet 2019, p. 12.

13. Byhet-Bonvoisin 2022.


Bibliographie

Byhet 2015 : BYHET (Th.), « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », Nordoc Archéo, mis en ligne le 15 décembre 2015. URL : https://nordoc.hypotheses.org/732

Byhet 2018 : BYHET (Th.), « Le château d’Étaples au XVIe siècle. L’adaptation d’une place forte médiévale aux règles de l’artillerie moderne », dans : Byhet (Th.), Aubry (Chr.) [dir.], Les places fortes des Hauts-de-France, Volume 1 : Du littoral à l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme). Actualités et recherches inédites, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion : 57, Villeneuve d’Ascq , 2018. URLhttps://books.openedition.org/irhis/3072

Byhet 2019 : BYHET (Th.), « De rive en rive : les ports d’Étaples de l’époque romaine à l’époque moderne », dans : Moitel (A.) [dir.], Métamorphose(s) : le port d’Étaples entre passé et avenir, Catalogue de l’exposition (Maison du port départemental d’Étaples, 15 juin – 20 octobre 2019), Département du Pas-de-Calais, Skira, Paris, 2019, p. 11-16.

Byhet-Bonvoisin 2022 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Étaples n’est qu’un village mais un village comme je les cherche…, Victor Hugo, Étaples et l’Hôtel du Lion D’Or en 1837 », Mémoire d’Opale, 14 (2022), p. 17-54.

Byhet-Bonvoisin 2023 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 30 octobre 2023. URL : https://chronista.hypotheses.org/12371

Cousin 1851 : COUSIN (L.), « Emplacement de Quentowic », Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, 9 (1851), p. 255-338.

Cousin 1862-1864 : COUSIN (L.), « Nouveaux éclaircissements sur l’emplacement de Quentowic », Mémoires de la Société dunkerquoise pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts, 9 (1862-1864), p. 430-510.

Cousin 1868-1869 : COUSIN (L.), « Derniers éclaircissements sur l’emplacement de Quentowic », Mémoires de la Société dunkerquoise pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts, 14 (1868-1869), p. 97-116.

Desjardins 1876 : DESJARDINS (Er.), Géographique historique et administrative de la Gaule romaine, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1876.

Le Bourdellès 2009 : LE BOURDELLÈS (H.), Boulogne et Thérouanne au temps de César. Approche toponymique de la cité des Morins, Presses universitaires du Septentrion, Collection : Archaiologia, Villeneuve d’Ascq, 2009.

Lebecq, Verslype, Béthouart 2010 : LEBECQ (St.), VERSLYPE (L.), BÉTHOUART (Br.) [dir.], Quentovic. Environnement, Archéologie, Histoire, Actes du colloque international de Montreuil-sur-Mer, Étaples et Le Touquet et de la journée d’études de Lille sur les origines de Montreuil-sur-Mer (11-13 mai 2006 et 1er décembre 2006), Éditions du Conseil scientifique de l’Université Lille 3, Collection : Travaux et recherches, Villeneuve d’Ascq, 2010.

Lot 1945 : LOT (F.), « Un prétendu repaire de pirates normands au IXe siècle, Inguerobs et les origines de Montreuil-sur-Mer et d’Étaples », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 89-3 (1945), p. 423-432. URL : https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1945_num_89_3_77879

Pénel 1866 : PÉNEL (E.), Collection des Guides-Joanne : de Paris à Boulogne, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1866.

Piton 2003 : PITON (D.), « Chronique archéologique », Sucellus, 54 (2003), p. 1-6.

Rodière 1933 : RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale : le pays de Montreuil, Yvert et Tellier, Paris-Amiens, 1933.

Rodière 1886 : RODIÈRE (R.), Notices archéologiques sur les monuments religieux des environs de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), Tome 4, 1886, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 12J1/4.

Souquet 1826 : SOUQUET (G.), « Antiquités [d’Étaples] », Revue départementale ou Feuille d’annonces de la ville d’Arras, 4 novembre 1826, p. 757-758.

Souquet 1855a : SOUQUET (G.), Histoire et description du château d’Étaples, Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1855b : SOUQUET (G.), Histoire et description des églises d’Étaples, Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Images étaploises. 2. Une courte description d’Étaples en 1835 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 5 novembre 2023 <https://chronista.hypotheses.org/13412>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.



Citer ce billet
Thomas Byhet-Bonvoisin (2023, 5 novembre). Images étaploises. 2. Une courte description d’Étaples en 1835. Chronica stapulensis. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrut

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search