Images étaploises. 3. Une brève visite d’Étaples en juin 1866

La courte description qui suit est extraite d’un ouvrage intitulé Une excursion à Boulogne-sur-Mer, écrit par le normand Gustave Lafosse1 (apparaissant sous les initiales G. L. sur la page de titre) et publié à l’imprimerie Costey frères, au Havre, en 1866. Cet ouvrage entre dans la catégorie des « journaux de voyage2 » : chaque soir, l’auteur écrit à sa mère, sous forme de lettres, et de manière concise, les souvenirs de chacune des étapes de son voyage de Dieppe à Boulogne-sur-Mer. Le voyage commence le 9 juin 1866 et s’achève le 19 du même mois. Effectué à pied ou à l’aide d’un véhicule, il se fait en compagnie d’un compagnon anonyme et a une forte coloration artistique et historique : on visite les édifices remarquables et les sites archéologiques. Les principales étapes sont les suivantes : à l’aller, Eu (9 juin), Abbeville (9 et 11 juin), Saint-Riquier (10 juin), Le Crotoy et Saint-Valery (11 et 12 juin), Rue (12 juin), Montreuil (12 et 13 juin), Étaples (13 juin), Boulogne-sur-Mer (13 au 17 juin), le Griz-Nez, le Blanc-Nez et Wissant (16 juin), et, au retour, Montreuil (17 juin), Valloires, Crécy et Abbeville (18 juin), et Dieppe (19 juin).


La vallée de la Canche est la voie qui va nous conduire à Étaples, petit port de mer pour lequel nous partons à huit heures du matin. La route d’Étaples ressemble beaucoup aux vallées de la Normandie, et ce rapprochement n’a rien que de gracieux pour nous. Toutefois, au dernier tiers de la route, le paysage change, et nous voyons reparaître les dunes blanchissant au soleil. Enfin, nous arrivons à Étaples, où M. Souquet, l’historien et l’antiquaire du lieu, nous reçoit avec empressement. Il nous introduit dans son cabinet, vrai musée local, tout rempli de dépouilles romaines et du Moyen-Âge recueillies à Étaples même, qui fut autrefois la ville de Quentowic, cité importante sous les Romains et les Francs. On rapporte qu’en 840 elle fut ruinée par les Normands un jour de foire. Avec une complaisance extrême, M. Souquet nous a montré l’église, le vieux château encore debout sous Louis XIII, et qui fut très important. De là, nous avons visité le port, les Cronquelets (fortifications du Moyen-Âge, en coquillages et en sable) et les Garennes qui sont la nécropole de la cité romaine. Après déjeuner, M. Souquet, qui s’occupe de photographie, a voulu conserver de nos personnes un souvenir que nous vous rapporterons. Vers quatre heures, nous avons quitté Étaples et son havre naturel rempli de pêcheurs : nous avons gagné Boulogne par le chemin des dunes. C’est un assez triste spectacle, mais qui a son agrément lorsqu’on ne connaît que les falaises. Et puisqu’on ne voyage que pour comparer, nous étions à même de mettre en présence les sables de l’Artois avec les fiers rochers de la Normandie. Nous avons longé le Pli de Camiers, où l’on assure que stationnait autrefois une flotte romaine, dont le chef supérieur résidait à Bononia (Boulogne). Nous sommes arrivés à Boulogne vers sept heures.


Apparat critique

Fig. 1. Les dunes d’Étaples à la sortie de la ville, vers le nord, à la fin du XIXe siècle : au fond, à droite, la maison du Bel Air, encore conservée aujourd’hui dans l’actuel Clos Saint-Victor (Eugène Boudin, Dunes d’Étaples, 1890, Domaine public).

Le mercredi 12 juin, après avoir passé la nuit à Montreuil, ville qu’ils n’ont pas véritablement appréciée3, Gustave Lafosse et son compagnon anonyme quittent dès 8 heures du matin la cité fortifiée pour se rendre, à pied, au petit port d’Étaples. Le chemin est identique à celui emprunté en 1835 par le touriste anonyme du Mémorial artésien, à savoir la grand route de Montreuil à Étaples qui longe la Canche, en passant par Attin et Beutin4. Si les premiers kilomètres semblent agréables aux promeneurs, car la verdoyante vallée de la Canche leur rappelle leur Normandie natale, l’arrivée à Étaples leur parait plus triste : les deux compères n’apprécient pas les dunes, qui, pourtant, blanchissent au soleil (fig. 1). À leur départ, quelques heures plus tard, au nord de la ville, ces mêmes dunes n’attirent pas davantage leurs faveurs : « C’est un assez triste spectacle ».

Fig. 2. A. Portrait photographique recadré de Gustave Souquet, entre 1856 et 1867 – B. Céramiques gallo-romaines découvertes lors de la fouille du château d’Étaples en 1864 – C. Verreries gallo-romaines découvertes lors de la fouille du château d’Étaples en 1864 (Fonds photographique Gustave Souquet – Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.49, 98.2.1016 et 98.2.1018 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Parvenus dans le centre de la ville, ils se dirigent vers l’hôtel Souquet, dans lequel ils sont attendus par le maitre des lieux : Gustave Souquet (fig. 2a). Né à Étaples en 1805, Gustave Souquet5 est un authentique bourgeois, dans l’acceptation dix-neuviémiste du terme. Propriétaire, il ne travaille pas, vit de ses propres revenus et peut donc s’attacher à des activités de loisir : recherches archéologiques et historiques au sein de sa ville et des sociétés savantes, écriture, photographie. De 1826 à 1867, année de son décès, durant une quarantaine d’années donc, il participe ou finance plusieurs chantiers archéologiques à Étaples, en recueille le mobilier qu’il conserve dans un cabinet dédié au sein de sa demeure et écrit articles, notices et opuscules sur l’histoire de la ville, de ses rues ou des hommes célèbres qui y sont nés, les monuments encore existants à son époque ou déjà disparus, les institutions et traditions anciennes, les grands évènements, les découvertes archéologiques… En 1866, Gustave Souquet est, par conséquent, celui qui connait le mieux sa ville et peut en organiser la visite en jouant au guide : plus qu’un érudit, il est considéré comme le premier historien d’Étaples, même si ses qualités en la matière sont plus faible que nombre de ses pairs contemporains. La première étape du parcours composé pour les deux Normands est donc, tout naturellement, celle du cabinet d’antiquités dans lequel sont entreposés céramiques, verreries, instrumentum6 et ossements achetés auprès des ouvriers ou récupérés sur divers chantiers (fig. 2 b-c). Dans ce cadre propice à l’échange, le duo reçoit un cours d’histoire étaploise : et des propos échangés entre l’historien et les excursionnistes surgit l’évocation, presque automatique en cette seconde moitié du XIXe siècle, de Quentovic, port alto-médiéval alors confondu avec Étaples7.

Fig. 3. A. Vue de l’église Saint-Michel avant 1861 – B. Vue des ruines du château d’Étaples avant leur destruction en 1864 – C. Vue du port et des chantiers de construction navals avant 1867 (Fonds photographique Gustave Souquet – Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.92, 98.1.79 et 98.1.67 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Parce que le voyage des deux Normands doit avant tout les abreuver d’histoire, d’architecture et d’archéologie, l’historien, tel un cicérone, va les conduire vers les sites étaplois qui méritent attention : l’église Saint-Michel, construite au XIIIe siècle (fig. 3a) ; le château, élevé un siècle plus tôt, mais dont il ne reste plus que ruines infimes en 1866 (fig. 3b) ; le port, puisqu’il est, dans certains esprits, celui de Quentovic (fig. 3c). Du port, le trio se rend ensuite aux Cronquelets, ces monticules, hauts de plusieurs mètres, qui dominent la Canche, au nord-est de la ville. Composés d’amas de coquillages, des coques principalement, ils demeurent une énigme archéologique en 1866, mais pour peu de temps encore : en effet, en 1867, les boulonnais Ernest-Théodore Hamy, anthropologue, et Émile Sauvage, naturaliste, les identifieront comme des tertres détritiques ou amas de débris culinaires de l’époque préhistorique8. La promenade historique s’achève aux garennes, point le plus au nord d’Étaples, où subsistent les vestiges d’une petite agglomération et d’une nécropole gallo-romaines mis au jour, entre 1841 et 1843, par plusieurs membres du comité boulonnais de la Société des antiquaires de la Morinie, et parmi lesquels se trouve Gustave Souquet9.

Fig. 4. Jeunes hommes posant devant l’objectif de Gustave Souquet, entre 1856 et 1867 : le premier, à gauche, est identifié comme Louis Caron, familier des Souquet ; le second, à droite, pourrait être l’un des fils de Gustave Souquet (Fonds photographique Gustave Souquet – Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.2.1004 et 98.2.1038 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Après cette balade historique, les deux compères sont invités à partager le déjeuner de leur hôte, en sa maison particulière. Celui-ci leur réserve une dernière attention : il leur propose de poser devant son objectif. Depuis 1856, année de fondation de la Société boulonnaise de photographie, à laquelle il est affilié, Gustave Souquet se passionne pour la photographie, médium en vogue dans la classe bourgeoise qui, seule, peut se procurer des appareils complexes à manier en ce deuxième tiers du XIXe siècle : à ce titre, Gustave Souquet fait partie de la première génération de photographes régionaux et nationaux10. De 1856 à 1867, il photographie, en extérieur, des scènes de vie de la marine étaploise, des vues pittoresques et des monuments de sa ville natale, et, en intérieur, dans le studio qu’il s’est aménagé, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale, des administrateurs, des officiels et divers représentants des corps de métier, mais aussi les visiteurs qu’il reçoit : Gustave Lafosse et son compagnon posent donc pour la postérité. Heureux de cette expérience, le jeune homme écrit à sa mère pour l’informer qu’à son retour de voyage elle verra cette photographie, dont on ne sait aujourd’hui si elle a survécu aux affres du temps (fig. 4).

L’après-midi touche à sa fin et il est temps pour les deux voyageurs de reprendre la route, en direction de Boulogne, étape finale de leur grand voyage. Alors qu’ils empruntent, vers 16 heures, le grand chemin qui mène à Boulogne en passant par Camiers, Dannes et Neufchâtel, ils jettent un dernier regard à l’embouchure de la Canche qui, à la fin de l’Antiquité, a peut-être été l’un des points d’amarrage de la flottille romaine chargée de surveiller les côtes de la Manche. Il s’agit vraisemblablement là de la dernière indication historique que leur hôte étaplois leur a transmise avant le départ. Après trois heures de trajet, ils atteignent enfin Boulogne, au début de la soirée.


Notes

1. On ne peut réunir que très peu d’informations sur ce Gustave Lafosse : à la lecture du texte, on le devine jeune homme, très attaché à sa mère, et d’une certaine fortune pour pouvoir effectuer ce voyage d’agrément en 15 jours. C’est peut-être lui qui a souscrit à l’ouvrage de l’abbé Cochet publié en 1866 : La Seine-Inférieure historique et archéologique époques gauloise, romaine et franque (p. 614). Il semble résider, cette année-là, à l’Hôtel Royal de Dieppe.

2. Voir la critique qui est faite par E. Mainières de cet ouvrage dans le 7e tome de la Revue de Normandie, publié en 1867 (p. 57) : « Ceci n’a point la prétention de se donner pour un livre :  l’auteur ne veut y voir qu’un humble souvenir de piété filiale. Et cependant quel charme dans ces pages pleines de fraîcheur et de vie ; quel intérêt dans ce journal d’un jeune ami de tout ce qui est science, beaux arts ou poésie ! Il y a de tout cela, et beaucoup de tout cela, dans ces lettres charmantes écrites, on le sent, au courant de la plume, mais d’une plume fine, délicate et spirituelle, formée à bonne école et qui s’est faite ici comme le canal du cœur. Tirée à petit nombre, cette plaquette ne pourra que flatter la passion d’heureux bibliophiles ; c’est un malheur, car il serait difficile de se choisir un compagnon mieux instruit de tout ce qu’il voit, et joignant plus de concision à la même exactitude. Jour par jour, de Dieppe à Boulogne, le lecteur voit se dérouler et les tableaux riches et variés d’une nature pittoresque, et les merveilles de l’industrie et de piquantes légendes et de grandes pages d’histoire. Mais à la prédilection du jeune auteur pour l’archéologie, à sa sûreté de coup d’œil, à la justesse de ses appréciations, on devine l’influence du guide auquel il s’est associé. Heureux le Télémaque qui trouve un tel Mentor, mais heureux aussi le Mentor qui jouit d’un tel Télémaque ».

3. « Hier soir et ce matin, nous avons essayé de faire rapidement connaissance avec la ville de Montreuil. Elle ne nous a présenté qu’un médiocre intérêt » (Lafosse 1866, p. 23).

4. Voir Byhet-Bonvoisin 2023b.

5. Pour une biographie de Gustave Souquet, voir Byhet 2015.

6. En archéologie, le mot latin instrumentum désigne l’ensemble du petit mobilier destiné aux activités artisanales, aux soins du corps ou aux rites religieux.

7. Sur la problématique d’identification et de localisation du port de Quentovic au XIXe siècle, voir Byhet 2015 et Byhet-Bonvoisin 2023a et 2023b.

8. Voir Hamy, Sauvage 1867.

9. Voir Cousin 1842.

10. Sur Gustave Souquet photographe, voir Byhet 2015 et Byhet-Bonvoisin 2020.


Bibliographie

Byhet 2015 : BYHET (Th.), « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », Nordoc Archéo, publié le 15 décembre 2015. URL : https://nordoc.hypotheses.org/732

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 26 janvier 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/167

Byhet-Bonvoisin 2023a : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Images étaploises. 1. Une excursion historique à Étaples, le 9 septembre 1911 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 30 octobre 2023. URL : https://chronista.hypotheses.org/12371

Byhet-Bonvoisin 2023b : BYHET-BONVOISIN (TH.), « Images étaploises. 2. Une courte description d’Étaples en 1835 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 5 novembre 2023. URL : https://chronista.hypotheses.org/13412

Cousin 1842 : COUSIN (L.) « Rapport sur les fouilles archéologiques faites par le Comité de Boulogne à Étaples en 1842 », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, 6 (1841-1843), p. 189-215.

Hamy, Sauvage 1867 : HAMY (Er.-Th.), Sauvage (É.), « Sur un Kjökkenmödding découvert à l’embouchure de la Canche », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 1867-2, p. 362-366.

Lafosse 1866 : LAFOSSE (G.), Une excursion à Boulogne-sur-Mer en juin 1866, Imprimerie Costey frères, libraires, Le Havre, 1866.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Images étaploises. 3. Une brève visite d’Étaples en juin 1866 », Chronica stapulensis, mis en ligne le 28 décembre 2023 <https://chronista.hypotheses.org/13904>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.



Citer ce billet
Thomas Byhet-Bonvoisin (2023, 28 décembre). Images étaploises. 3. Une brève visite d’Étaples en juin 1866. Chronica stapulensis. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf2p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search