Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867

Amateur passionné dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie, l’érudit étaplois Gustave Souquet l’était aussi dans celui de la photographie. Probablement initié par la Société boulonnaise de photographie à ce nouveau médium en vogue dans la seconde moitié du XIXe siècle1, il multiplia en extérieur les prises de vue des quartiers pittoresques d’Étaples (le port et ses chantiers navals, la grand-place, l’abreuvoir), celles des vieux monuments de la ville (l’hôtel de ville, les églises, les ruines du vieux château médiéval), ainsi que des scènes de vie de la marine. Il prit également en intérieur, dans le studio qu’il s’était aménagé au sein de sa maison de la grand-place, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale et des officiels de la cité (représentants du culte, de la sécurité, de l’ordre et de la loi), mais aussi ceux des plus humbles (gens de maison, matelots et matelotes, artisans)2.

La carrière photographique de Gustave Souquet n’est pas facile à appréhender d’un point de vue chronologique. Nous savons que la Société boulonnaise de photographie a été créée en 18563 et que, dès 1857, Gustave Souquet se réclame membre de cette société4. L’érudit étaplois s’était-il intéressé à ce nouveau médium à une date antérieure ? Il n’est pas possible, en l’état actuel des recherches, de le savoir. Il nous faut, par conséquent, borner son parcours photographique à la dernière décennie de sa vie : de 1856, date de création de la société, à 1867, année de la mort de Gustave Souquet5. Durant cette période, il a fait poser devant son objectif un grand nombre de ses compatriotes. Aussi était-il naturel que lui-même pose pour la postérité.

Fig. 1. Portrait photographique recadré de Gustave Souquet, entre 1856 et 1867 (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.49, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ce portrait photographique de Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.49) est bien connu (fig. 1), mais il ne s’agit pas de la seule représentation de l’érudit : une autre photographie (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.1-2) le montre en train de poser, dans la cour de sa maison, avec la compagnie des sapeurs-pompiers étaplois, à la tête de laquelle il avait été nommé capitaine en mars 18536 (fig. 2).

Fig. 2. La compagnie des sapeurs-pompiers posant dans la cour de l’hôtel Souquet, après 1856 : Gustave Souquet est au premier plan, au centre du groupe (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.1-2, Toute reproduction interdite sans autorisation).

La photographie présentée ici est l’une des deux vues stéréoscopiques7 du portrait de l’historien étaplois, celle de droite, plus floue, mais complète : la vue de gauche, très nette, a été détourée à une époque indéterminée pour isoler la silhouette de Gustave Souquet8 (fig. 3). Ce dernier a multiplié l’emploi du procédé stéréoscopique dans les prises de vues effectuées dans son studio ou dans les rues de la ville : il possédait probablement l’un de ces appareils à deux objectifs que divers fabricants avaient réalisé depuis le milieu du XIXe siècle9.

Fig. 3. Portrait stéréoscopique de Gustave Souquet (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.49, Toute reproduction interdite sans autorisation).

La vue dextre du portrait stéréoscopique est légèrement floue. On ne sait qui a pris ce portrait : Gustave Souquet lui-même, un assistant ou un membre de sa famille. Celui-ci semble avoir eu une certaine difficulté à obtenir une image nette : seuls le buste de Gustave Souquet et son bras droit sont précis, le reste, tête, jambes, pieds, guéridon et décor, sont flous.

Gustave Souquet pose ici dans son studio aménagé au sein de sa demeure, sur la grand-place. L’érudit s’est placé au centre d’une pièce, dont le sol est recouvert d’un plancher. Au fond, on devine une porte entrouverte, sur la droite, et un tableau10 accroché au mur, sur la gauche. Un rideau drapé ferme la scène à l’extrême gauche. L’ensemble forme un décor assez fruste.

L’historien adopte une position de trois quarts, vers la gauche : ce type de pose – les deux yeux son visibles, mais une seule oreille est montrée – avait pour avantage de rompre l’aspect figé des poses prises de face ; le but était de donner l’impression que le personnage pouvait sortir du cadre, de l’image. L’attitude de Gustave Souquet est calme, détendue, mais élégante. Sa posture est celle d’un contrapposto : une jambe – ici la gauche – est tendue et rejetée à l’arrière, l’autre, la droite donc, à l’avant, est fléchie ; le bras droit est appuyé sur un guéridon rectangulaire à deux pieds, recouvert d’une nappe en dentelle et à franges ; le poignet est amolli et la main droite pend dans le vide ; le bras gauche est replié le long du buste et la main est cachée dans la poche du pantalon.

Gustave Souquet porte une veste longue à col en velours, un pantalon large dans un tissu différent (laine ? flanelle ?), un gilet, une chemise blanche et des chaussures en cuir. Une montre à gousset, dont on voit la chaîne pendre, est glissée sous la veste, probablement dans l’une des poches du gilet. Il porte également des favoris, cette portion de barbe qui s’étend des oreilles au menton, de chaque côté du visage, et qui était populaire sous le Second-Empire.

Au final, la photographie montre un homme d’âge mûr issu d’une classe sociale aisée. L’année 1867 verra les problèmes de santé de Gustave Souquet s’accroître : si, en janvier-février de cette année, il travaille encore à ses recherches11, son état s’aggrave quelques mois plus tard et il décède le 14 novembre, à l’âge de 62 ans, ce qui, à cette époque, était un âge relativement avancé.


Notes

1. La Société boulonnaise de Photographie est créée en 1856 (Bulletin de la Société française de photographie, 2 (1856), p. 169 et 170-171 et Annuaire photographique pour l’année 1865, p. 23). En 1858, elle donne des cours gratuits, comme le rappelle son président, Édouard de Poilly, à la Société française de Photographie (Bulletin de la Société française de photographie, 4 (1858), p. 85). Voir également Steenbrugge 2015, p. 21, n. 7.

2. Le fonds photographique Gustave Souquet est aujourd’hui conservé au Musée Quentovic d’Étaples (Steenbrugge 2015). Les photographes étaplois Achille Caron, père et fils, ont été les premiers à mettre en exergue, dans la première moitié du XXe siècle, l’intérêt historique et sociologique de ce fonds. Les cahiers d’Achille Caron fils, conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (88J), regorgent de reproductions. Depuis, plusieurs photographies de Gustave Souquet ont été publiées, notamment dans : Collectif 1982, p. 9-15 et Byhet, Vambre 2017 (livret-guide de l’exposition Gustave Souquet, un photographe témoin de son temps, les 16 et 17 septembre 2017, à l’occasion du cent-cinquantenaire de la mort du photographe).

3. Voir note 1.

4. L’appartenance de Gustave Souquet à la Société boulonnaise de Photographie apparaît sur la page de couverture de son opuscule consacré aux Hommes célèbres de la ville d’Étaples, publié à Montreuil en 1857 : l’érudit étaplois y nomme l’ensemble des sociétés auxquelles il a souscrit en tant que membre (Steenbrugge 2015, p. 21, n. 7). Sur la place de la photographie dans l’œuvre de Gustave Souquet, voir Garnier 1871, p. 25, Caron 1934a, p. 4-5, Caron 1934b, Moyen-Charlet 2015b, p. 11 et Steenbrugge 2015, p. 17-18.

5. Serge Lewuillon (Lewuillon 2008, p. 41-43, fig. 3-4 et n. 11, repris par  Steenbrugge, 2015, p. 21, n. 8) suppose une activité plus précoce, dès 1841. Des inscriptions apocryphes sur les supports photographiques de la collection appuieraient cette thèse (voir, par exemple, l’inscription « 1848 Baillet mort en Crimée » sur le portrait inv. 98.1.199c, qui suppose une prise de vue en 1848, par conséquent antérieure à la mort de ce Baillet située entre 1853 et 1856, dates extrêmes de la guerre de Crimée). Mais l’envoi par Gustave Souquet de photographies aux société savantes dont il est le membre et qui sont destinées à illustrer les découvertes archéologiques réalisées à Étaples n’est systématique qu’à partir de 1856. Ainsi, la mention la plus ancienne de l’envoi d’une photographie concerne la découverte en mer d’une céramique gallo-romaine le 25 juillet 1856 (Souquet 1856). Gustave Souquet fait parvenir une notice décrivant les conditions de cette découverte à la Société académique des Antiquaires de la Morinie le 29 novembre de cette année, en spécifiant : « J’ai jugé (cette céramique) assez curieuse pour la photographier ». La Société académique des Antiquaires de la Morinie ne pouvant publier la photographie avait fait réaliser un dessin de la céramique qui, lui-même, et faute de place, ne fut pas publié. Auparavant, Gustave Souquet se contente d’envoyer des fac-similés de ces découvertes, comme en témoigne le fait suivant : le 7 mai 1855, l‘abbé Cochet, correspondant à Dieppe de la Société académique des Antiquaires de la Morinie, demande à obtenir les clichés représentant les objets faisant partie de la Pêche archéologique publiée par Gustave Souquet le 5 mars de la même année dans le bulletin ; il lui est répondu que : « les poteries ont été lithographiées et que dès lors il n’y a pas de clichés » (Bulletin historique trimestriel de la Société académique des antiquaires de la Morinie, 1 (1856), p. 93).

6. Sur cette photographie, voir Achille Caron, Étaples par la photo, livre n° 1 : 1848-1914, Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J2, p. 18 (qui identifie certains des membres du groupe), Caron s.d., p. 80-81, Baudelicque 1993, p. 393 et 404 (avec la légende suivante : Le Capitaine Souquet commandant la Garde Nationale d’Étaples) et Byhet, Vambre 2017, p. 42-43. La Compagnie des Sapeurs-Pompiers formait la Garde Nationale d’Étaples (Baudelicque 1993, p. 376). Gustave Souquet a été nommé une première fois capitaine des sapeurs-pompiers d’Étaples le 13 mars 1853 (Souquet 1863, p. 177-179 ; voir également p. 180-181), puis une seconde fois le 18 juillet 1864 (Mémorial artésien, mercredi 27 juillet 1864, p. 3). Il a probablement occupé cette fonction jusqu’en 1866. En effet, le 5 décembre 1866, à la suite d’un décret impérial, Raymond Lens, conducteur des Ponts-et-Chaussées, lui succède au grade de capitaine des sapeurs-pompiers  (Baudelicque 1993, p. 414).

7. La stéréoscopie (du grec stéréo- : solide, -scope : vision) est l’ensemble des techniques mises en œuvre pour reproduire une perception du relief à partir de deux images planes. La stéréoscopie est née juste avant la photographie en 1838 (Charles Wheatstone) : cette technique se base sur le fait que la perception humaine du relief se forme dans le cerveau lorsqu’il reconstitue une seule image à partir de la perception des deux images planes et différentes provenant de chaque œil.

8. Le portrait de Gustave Souquet a servi maintes fois d’illustration aux courtes biographies de l’érudit étaplois publiées au cours du XXe siècle. L’image a été retravaillée par les Caron père et fils (recadrage, symétrie inversée (vers la droite), fond effacé, version sépia) : voir, par exemple, aux Archives départementales du Pas-de-Calais, Achille Caron, Étaples par la photo, livre n° 1 : 1848-1914, 88J2, p. 17, et livre n° 3 :  1931-1935, 88J4, p. 499, Copie de l’Essai historique sur l’échevinage et le bailliage d’Étaples depuis leur origine jusqu’à leur suppression par G. Souquet et Notice nécrologique sur G. Souquet, 88J31, p. 2 et 83-84, Photos d’Étaplois de 1850 à 1862 par G. Souquet, 88J32, p. 4-5, Portraits d’Étaplois photographiés de 1850 à 1860 par M. Gustave Souquet, historien d’Étaples et photographe, 88J33, p.  99 et Bulletins de la Société des Amis de Quentovic à Étaples, 88J140-141, p. 41 et 46 ; voir également Caron 1934a, entre p. 5 et 6, Caron 1934b, Collectif 1982, p. 65, Baudelicque 1993, p. 410, Steenbrugge 2015, p. 19, fig. 7 et Byhet, Vambre 2017, p. 4-5. Elle a servi récemment d’illustration de couverture (dans une version peinte réalisée par Odile Santi) du roman de Jean-Christophe Macquet, L’Orient éternel : un mystère au Touquet, Arthémuse, Montreuil-sur-Mer, 2019.

9. Achille Caron père indique que Gustave Souquet utilisait un diorama pour projeter ses créations stéréoscopiques : « Chercheur, curieux autant qu’adroit, il avait fait et installé par ses propres moyens un diorama garni de lentilles optiques où l’on pouvait voir se dérouler en relief par le procédé de la stéréoscopie les innombrables clichés pris par lui » (Caron 1934a, p. 4-5 et Steenbrugge 2015, p. 18).

10. Ce tableau, altéré ici par une sorte de floutage pour isoler la silhouette de Gustave Souquet, apparaît nettement sur le portrait stéréoscopique des matelotes Camu et Pinguette (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.2.1079) : il représentait une vue maritime (baie portuaire avec arrière-plan de colline ?).

 11. Gustave Souquet était sujet aux crises de goutte. Entre janvier et mai 1867, il ne peut se déplacer aux séances, parfois lointaines, des sociétés auxquelles il est affilié, mais fait cependant parvenir informations, notes et dessins qui concernent l’histoire et l’archéologie d’Étaples (Bulletin historique trimestriel de la Société académique des antiquaires de la Morinie, 4 (1867-1872), p. 18 et Bulletin de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, 2 (1862), p. 320). Sur les causes du décès de Gustave Souquet, voir, par exemple, Coffinier 1868, p. 39, Garnier 1870, p. 29 et Caron 1934a, p. 6.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Byhet 2015 : BYHET (Th.), « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », Nordoc’Archéo, mis en ligne le 15 décembre 2015 [en ligne] https://nordoc.hypotheses.org/732

Byhet, Vambre, 2017 : BYHET (Th.), VAMBRE (L.), Gustave Souquet, un photographe témoin de son temps, livret de l’exposition (16 et 17 septembre 2017, salle pédagogique de l’Office de tourisme d’Étaples (Corderie), Mémoire d’Opale, Étaples, 2017.

Caron 1934a : CARON (A., père), Vie de Gustave Souquet, Les Étaplois célèbres, Les Amis de Quentovic, Étaples, 1934 [Manuscrit conservé au Musée Quentovic d’Étaples].

Caron 1934b : CARON (A., père), « Les Étaplois célèbres. M. Gustave Souquet », Le télégramme, 19 mai 1934.

Coffinier 1868 : COFFINIER (J.), « Notice sur M. Gustave Souquet », Bulletin de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, 3 (1869), Séance du 3 décembre 1868, p. 39-41.

Collectif 1982 : COLLECTIF, Scènes de la vie étaploise vues par Achille Caron (1888-1947), Tome 1, Amis du Musée de la Marine d’Étaples, Étaples, 1982.

Garnier 1871 : GARNIER (J.), « Notice sur M. Gustave Souquet », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 11 (1871-1873), Séance du 12 décembre 1871, p. 23-32.

Lewuillon 2008 : LEWUILLON (S.), « Positif/négatif. Les antiquités nationales, l’estampe et la photographie », Les Nouvelles de l’archéologie, 113 (2008), p. 37-45 [en ligne]. https://journals.openedition.org/nda/569

Moyne-Charlet 2015a : MOYNE-CHARLET (M.) [dir.], D’un regard à l’autre. Photographies d’Étaples avant 1914, Catalogue de l’exposition (20 juin-30 décembre 2015), Conseil départemental du Pas-de-Calais, Somogy éditions d’art, Paris, 2015.

Moyne-Charlet 2015b : MOYNE-CHARLET (M.), « La pratique de la photographie à Étaples  : reflet des usages du nouveau médium en France et à l’étranger au début du XXe siècle », dans : Moyne-Charlet 2015a, p. 10-15.

Souquet 1856 : SOUQUET (G.), « Troisième pêche archéologique », Bulletin historique trimestriel de la Société académique des antiquaires de la Morinie, 1 (1852-1856), 19e et 20e livraisons (1856), p. 261-262.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Steenbrugge 2015 : STEENBRUGGE (M.), « La collection photographique du musée Quentovic d’Étaples  : témoin de l’évolution de la ville, transmise de génération en génération », dans : Moyne-Charlet 2015a, p. 16-21.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 26 janvier 2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/167›

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.