Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, “grande rue” – plus rarement “grand chemin” – “qui mène d’Étaples à Camiers“. En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une longueur de 120 toises environ3, s’échappait de l’extrémité septentrionale de la place principale d’Étaples (fig. 1, n° 3) et se dirigeait vers le village de Camiers, situé à 6 km plus au nord, en empruntant l’actuelle rue de Camiers4. Il n’est donc pas étonnant de la voir aussi nommer : “grande rue qui mène du marché et place d’Étaples à Camiers“. À la sortie du bourg d’Étaples, la rue devenait chemin qui, le long de la mer et par les villages de Camiers, Dannes, Neufchâtel, Condette, Pont-de-Briques et Saint-Léonard, conduisait à Boulogne : cependant, l’appellation “grande rue qui conduit d’Étaples à Boulogne” était plus que rare5Au centre de cette longue artère, s’élevait une auberge : l’auberge du Chat (fig. 1, n° 4).

Fig. 1. Détail de l’extrémité septentrionale de la ville d’Étaples au XVIIIe siècle : en 1, l’actuelle rue de Rosamel, en 2, la maison de ville construite en 1730, en 3, la place du marché, en 4 l’auberge du Chat, en 5, le Mont Rivet (Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux, 1753, Collection privée, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Pour ce siècle, l’attestation la plus ancienne de cet établissement remonte à l’année 1753. En effet, le nom de l’auberge apparaît dans la légende d’un plan réalisé à cette date : le Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux6 (fig. 1). Ce plan numéroté indique toutes les propriétés sur lesquelles Marie Jean-Baptiste de Rocquigny et du Fayel7, seigneur d’Étaples en partie, percevait une rente. Dans le tableau légendé, l’auberge est référencée au n° 36 sous le nom : Lechât auberge (fig. 2).

Fig. 2. Au n° 36, le nom de l’auberge dans la liste des propriétés dont Marie Jean-Baptiste de Rocquigny était le propriétaire foncier en 1753 (Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux, 1753, Collection privée, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette auberge était établie au pied du Mont Rivet8, une faible élévation de terrain, située un peu plus à l’ouest, en bordure de la Canche (fig. 1, n° 5). Elle en était séparée par les vestiges du rempart de la ville, une ruelle, qui contournait vers l’ouest le mont, et une maison, appartenant, en 1753, à un certain Michel Caloin (fig. 1 et 2, n° 35). Immédiatement au nord, elle était contiguë à la grande propriété du marinier et ravoyeur Antoine Caron9 (fig. 1 et 2, n° 37). Sur le plan, l’établissement semble constitué d’un bâtiment principal, dont la façade longeait la grande rue, de deux bâtiments secondaires, placés à l’arrière du premier et perpendiculairement à celui-ci, de trois jardins et d’une grande cour à laquelle on accédait depuis la rue probablement à travers une porte cochère.

Le nom du propriétaire de l’auberge est cité dans un document presque contemporain du plan, une déclaration de rente annuelle faite devant notaires royaux, le 26 novembre 175510. Cet acte concerne la propriété de Barbe Roux11, veuve d’Antoine Caron, précédemment cité, et dont le décès est intervenu le 2 novembre de l’année 175312 : il s’agit, par conséquent, de la maison immédiatement voisine de l’auberge du Chat, au nord. Le document notarié décrit la propriété de la veuve, mais surtout la localise précisément au sein des autres propriétés de cette partie de la ville :

Deux maisons, chambres, petits battimens y attenants, cours et petits jardins et toutes dépendances d’icelles (…) tenant lesdistes deux maisons ensemble, leurs circonstances et dépendances d’une liste sur la rue vers nord qui conduit d’Étaples à Boulogne, d’autre liste du midy au quay, d’un bout vers levant à François Lecat, fils et héritier de Martin Lecat, à cause de sa maison nommée Le chat auberge, d’autre bout vers couchant à Claude Ramet, au droit de Philippe Mornu.

Ainsi, François Lecat, fils de Martin était-il le propriétaire de cette auberge. On notera d’ores et déjà l’astucieux glissement du nom de famille du propriétaire à celui de son auberge, le cat, en picard, désignant le chat. Le patronyme Lecat était répandu au XVIIIe siècle à Étaples13. Il n’est jamais aisé d’identifier, à partir d’un seul prénom, commun à cette époque, le bon individu dans une famille comptant de nombreux homographes : père et fils portaient souvent le même prénom.

Fort heureusement, un dernier document, l’Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, cite, par deux fois, l’auberge du chat et offre des renseignements complémentaires sur le propriétaire et son établissement. Cette déclaration, fournie par le seigneur d’Étaples, Marie Jean-Baptiste de Rocquigny, a été  rédigée en 1774. Elle est surtout l’heureux complément du plan réalisé en 1753 pour le même seigneur : en effet, les différents biens soumis à rente sont classés selon la numérotation établie vingt ans auparavant. On y retrouve donc au n° 36 la description de la propriété de François Lecat, toujours vivant à cette date14 :

Mr François Mary Le Cast, marchand, à Estaples, tienst fonscièrement de Mr Dufayel accause de son fief et seignieurie d’Estaples, par cincquentes six sols la maison, plusieurs chambres, baptiments, cour et jardin, la dite maison nommé l’auberge à l’enseigne du chat, tenant à la rue au septentrion qui maine à Camier, d’autre liste en tournant ver la rivière de Canche, d’un bout vers midy du costé de la mer, et d’autre liste au couchant à la maison de Barbe Roux, veuve d’Antoine Caron, aux droits de Madasme Hauttefeuille.

Fig. 3. Plan schématique de l’auberge du Chat en 1753, d’après la figure 1 : en 1, bâtiment principal, en 2, bâtiments annexes, en 3, entrée cochère, en 4, cour, en 5, jardins, en 6, maison de Michel Caloin, en 7, rue d’Étaples à Camiers, et en 8, maison de Barbe Roux (Dao : Th. Byhet, 2019, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette description offre, tout d’abord, un second prénom à François Lecat – Marie – prénom également masculin, surtout utile ici pour le distinguer des autres François Lecat. Elle nomme ensuite le métier de François Lecat, non celui d’aubergiste, mais celui de marchand : le choix de ce dernier terme peut paraître étonnant, mais renvoyait peut-être à une distinction sociale plus élevée que celle de simple aubergiste. Le texte complète également la vision architecturale de cette auberge uniquement décrite à l’appui  du plan de 1753. Celle-ci est composée d’une maison, de plusieurs chambres, comme il est attendu dans une auberge, de bâtiments annexes, d’une cour et d’un jardin. La description donne, enfin, une explication au nom de l’établissement : celui-ci était signalé à l’extérieur par une enseigne en forme de chat, probable réminiscence, nous l’avons vu, du nom du propriétaire (fig. 4).

Fig. 4. Un exemple d’enseigne au chat : l’enseigne Au chat noir, rue Saint-Denis, à Paris, au XIXe siècle (Jules-François-Félix Husson, Les Chats, histoires, mœurs, observations, anecdotes, J. Rothschild, 1869, p. 52).

La deuxième citation de l’auberge se trouve dans la description du bien de Barbe Roux, voisine de François Lecat15 :

Barbe Roux, ditte Bigarde, veuve d’Antoine Caron, tienst fonscièrement de Mr Dufayel, accause de son fief et seignieurie d’Estaples, deux maisons, petits baptiments y attenants, cour, jardins et touttes despendences dit celles, d’une liste au levent à Mr Le Cast, accause de l’auberge nommé le Chat, d’une liste du nord à Claude Ramest, mattelot, d’un bout au septentrion sur la rue qui maine à Camier, d’autre bout au midy à la petite maison et jardin d’un nommé Bigot, et doibt chacque an de censsives à Mr Dufayel au jour de saint Remie trois livres parisis d’une part et quinzes sols parisis et deux couples de solles.

Qui est donc ce François-Marie Lecat, propriétaire de l’auberge du chat ? La compulsation des actes de la paroisse Saint-Michel d’Étaples permet d’en retrouver la trace16. Antoine-Marie Lecat est baptisé le 10 septembre 1696 à Étaples : il est le fils de Nicolas Lecat († 1706) et de Marguerite Blaire († 1730). Nicolas Lecat, dont le second prénom était probablement Martin, comme son propre père17, et comme le stipule l’acte de propriété de Barbe Roux daté de 1755, est maréchal-ferrant à Étaples. François-Marie épouse Marie-Françoise Sannier (alias : Sagnier), à Dannes, village situé non loin d’Étaples, le 29 octobre 1726. Il s’agit d’une seconde noce pour la mariée, dont le premier époux, Noël Sannier, est décédé l’année précédente le 28 avril 1725. Durant deux décennies, le couple donne naissance à une dizaine d’enfants, dont très peu parviendront à l’âge adulte. Antoine-Marie Lecat décède le 25 octobre 1777, à Étaples : il est inhumé le lendemain, en présence de ses deux fils, François-Marie et Jean-Marie, dans le cimetière paroissial de l’église Saint-Michel. Son épouse décède le 30 novembre 1787 : elle est inhumée le lendemain, en présence de ses deux fils, François (Sannier) et Jean-Marie (Lecat), dans le cimetière de l’église.

La lecture des deux actes d’inhumation du couple fournit un renseignement complémentaire concernant François-Marie Lecat : il y est désigné comme “ancien eschevin et marchand“, dans l’un, et comme “vivant marchand et eschevin de cette ville“, dans l’autre. François-Marie Lecat a donc occupé la fonction d’échevin de son vivant. L’aisance financière qui était la sienne lui a vraisemblablement permis d’occuper cette fonction municipale à une date que nous n’avons pu fixer en l’état actuel de nos recherches. Mais elle a également favorisé l’acquisition de plusieurs autres biens. Ainsi, lAveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, déjà cité, mentionne, pour l’année 1774, deux biens supplémentaires (fig. 5, n° 2 et 3) – un jardin et une maison18 – situés non loin de l’auberge (fig. 5, n° 1), près de l’église Notre-Dame (fig. 5, n° 4).

Fig. 5. Détail de la figure 1 : en 1, l’auberge du Chat, en 2, le jardin, en 3, la maison, tous trois propriétés de François-Marie Lecat, et en 4, l’église Notre-Dame (Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’auberge du Chat ne doit pas être confondue avec la maison du Chat, située dans la même rue, en direction de la place, et qui, au XVIIe siècle, était la propriété de la famille Gressier qui y avait installé une brasserie19.


Notes

1. L’actuelle rue de Rosamel est baptisée de ce nom le 3 juin 1866 : la municipalité tenait à honorer la famille de Rosamel, dont l’un des membres fut le bienfaiteur de la population étaploise (Baudelicque 1993, p. 413 et Joule 1998, p. 86). Avant cette date, cette artère portait le nom de rue du Havre, rue des Marins ou, bien encore, rue des Matelots (Souquet 1860, p. 39-40 et Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/29, Section A, 1re feuille, 1813-1818). 

2. L’Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24), rédigé en 1774, cite plusieurs fois cette artère sous des formes différentes, ici répertoriées de la plus commune à la plus rare : Forme 1 : le grand chemin ou à la grande rue qui mainne d’Estaples à Camier (f° 24), la grande rue d’Estaples à Camiers (f° 23 et 24), la grande rue qui maine d’Estaples à Camiers (f° 26, 27 et 32-33), la grande rue qui vast d’Estaples à Camiers (f° 20, 21, 22, 26, 27, 28 et 30), la grande rue allant d’Estaples à Camiers (f° 19 et 31), la grande rue qui conduist d’Estaples à Camiers (f° 25). Forme 2 : la grande rue allant à Camier (f° 16), la grande rue qui conduist à Camier (f° 16). Forme 3 : la rue qui maine d’Estaples à Camier (f° 7 et 8), la rue qui maine à Camier (f° 18 et 19). Forme 4 : la rue qui maine du marcher d’Estaples à Camiers (f° 8), la grande rue qui maine du Marcher d’Estaples à Camier (f° 13), la grande rue qui maine de la plasce et marcher d’Estaples à Camier (f° 13). Forme 5 : la rue qui conduist d’Estaples à Boulogne (f° 9).

3. Soit environ 230 m. L’urbanisation de la rue progressera tout au long des XIXe et XXe siècles et finira par atteindre l’extrémité actuelle de la rue Gustave Souquet, dans la continuité de la rue de Camiers.

4. La “grande rue qui menait d’Étaples à Camiers” empruntait donc, dans la ville, la portion de l’actuelle rue de Rosamel jusqu’à son croisement avec l’actuelle rue de Camiers, puis une portion de cette dernière jusqu’à la sortie de la ville. Aujourd’hui, la rue de Rosamel bifurque vers l’ouest, en direction du Boulevard de l’Impératrice (D940) et de la Canche.

5. À cette époque, il existait déjà, à Étaples, une rue de Boulogne qui est l’actuelle rue Maurice-Raphaël (Souquet 1860, p. 21-23).

6. Sur ce plan, voir Byhet 2017, p. 122-124, fig. 79-80.

7. Marie Jean-Baptiste de Rocquigny, chevalier, seigneur de Palcheul, le Fayel, Lefaux & autres lieux, nait le 18 mars 1713 au hameau du Fayel, situé au nord-est d’Étaples (Frencq, Pas-de-Calais). Il épouse le 30 septembre 1744, à Verton (Pas-de-Calais), Gabrielle Marie-Anne de La Fontaine-Solare (1720-1746). Il décède le 12 septembre 1780, à l’âge de 67 ans, au Fayel.

8. Le Mont Rivet est ainsi désigné du nom d’un ancien propriétaire : Rivet (voir, par exemple, Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, 1774, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 7). L’attestation la plus ancienne, connue à ce jour, remonte à la première moitié du XVIIe siècle (Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/BB/1, comptes de l’année 1643). Il s’est également appelé Mont Jacques Roux au XVIIIe siècle (Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/8, f° 36). Il s’agit de l’actuel Mont-à-Baudet, appellation faussement ancienne (Souquet 1860, p. 49).

9. Antoine Caron, né vers 1705, épouse Barbe Roux le 17 août 1732, à Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5MIR 318/2). Il décède le 2 novembre 1753, à l’âge de 48 ans : son acte d’inhumation le désigne comme ravoyeur, c’est-à-dire pêcheur au filet (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5MIR 318/2). Barbe Roux nait le 10 octobre 1705, à Étaples, et décède le 5 mars 1776 dans cette commune : son acte d’inhumation désigne son mari comme matelot (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5MIR 318/1 et 318/2).

10. Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, Fonds Géneau, MS G71.

11. Dans l’Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, rédigé en 1774 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 34), elle est désigné comme “poissarde”, c’est-à-dire marchande de poissons.

12. Voir note 8.

13. En 1753, 6 familles portaient le nom Lecat à Étaples (Baudelicque 1993, p. 253 et Boufflers 2017, p. 36).

14. Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, 1774, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 18.

15. Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, 1774, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 19.

16. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5MIR 318/1 (acte d’inhumation de Nicolas Lecat et acte de baptême de François-Marie Lecat), 5 MIR 264/2 (acte de mariage de François-Marie Lecat et Marie-Françoise Sannier), 5 MIR 318/2 (actes d’inhumation de François-Marie Lecat et de Marie-Françoise Sannier). Il faut compter parmi les enfants du couple deux paires de jumelles qui n’ont pas survécu. Pour la généalogie de la famille Lecat-Sannier, voir ce lien.

17. Nicolas Lecat était le fils de Martin Lecat, né le 27 décembre 1629 et décédé le 19 décembre 1707.

18. Aveu et dénombrement pour le fief d’Étaples, 1774, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 37.

19. Souquet 1860, p. 43 (qui en mentionne l’existence dès le XVe siècle) et Gressier 2009, p. 140 et 144.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Boufflers 2017 : BOUFFLERS (P.), Les mutations sociales du canton d’Étaples, de la pré-Révolution au début du Directoire : l’apport des archives notariales, Mémoire de Seconde année de Master Histoire et Civilisations sous la direction de Y. Carbonnier et O. Tort, Université d’Artois, Arras, 2017.

Byhet 2017 : BYHET (Th.), Fouilles programmées sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples (campagne 2016), Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2017.

Drugy 1994 : DRUGY (Chr.), Étaples dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : une petite ville ?, Mémoire de maîtrise sous la direction de D. Roche et Al. Cabantous, Université de Paris 1, Paris, 1993 (édition revue en 1994).

Gressier 2009 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais. Généalogies et notes biographiques, Tome 5 : Les Le Gressier de la Grave et les Gressier d’Étaples, Familles alliées, Boulogne-sur-Mer, 2009.

Joule 1998 : JOULE (S.), Les rues d’Étaples (1860-1960). Reflet et expression d’une société, Maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Br. Béthouart, Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, 1998.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 5 février  2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/1860

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.