Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892.

Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue recadrée (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Il n’est pas possible de la dater précisément au vu du peu de marqueurs chronologiques disponibles sur le document : elle a été prise en pleine matinée de printemps ou d’été (les tilleuls sont pourvus de toutes leurs feuilles), à 9h50, comme l’indique l’horloge de l’hôtel de ville (dont les volets sont clos), entre 1856 et 1867, période supposée d’activité photographique de Gustave Souquet3. Comme sur de nombreux autres clichés de la collection Souquet, le ciel a été blanchi et les éléments saillants (cheminées, toitures, arbres) sommairement détourés.

À la différence de plusieurs de ses photographies, Gustave Souquet n’a pas pris la vue depuis le premier étage de sa maison, mais directement sur la place : celle-ci est couverte de gros pavés disjoints dans les interstices desquels l’herbe a poussé. Mais c’est probablement en voyant cette scène depuis son hôtel que Gustave Souquet s’est précipité pour poser son appareil photographique au centre de la place afin de pouvoir capturer cette scène saisissante : l’égorgement d’un porc.

Fig. 2. Angle de vue de la photographie depuis la place : en 1, le groupe et le photographe, en 2, l’hôtel Souquet, en 3, l’hôtel de ville, et en 4, l’hôtel du Lion d’Or (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/28, Section A, 1re feuille, 1813-1818, Toute reproduction interdite sans autorisation).

La photographie est aussi l’une des plus vivantes et peuplées de la collection Souquet : le photographe est placé à moins de 2 m des 13 acteurs principaux de cette scène. Gustave Souquet a fait poser ses sujets dans une mise en scène un peu figée : l’égorgement du porc n’a pas encore commencé ; il n’y a pas de filet ou de flaque de sang ; les mains sont propres ; la marmite destinée à recueillir le sang est placée loin de l’animal, au pied d’un spectateur ; les participants et spectateurs regardent tous – à une exception près – le photographe. La scène manque donc de spontanéité, le caractère forcé de la pose étant renforcé par l’attitude des enfants, visages fermés, mains croisées sur le ventre ou dans les poches, dans une attitude d’enfants sages. Le porc est attaché à l’arrière-train par une corde fixée à un élément situé hors cadre (poteau ?), à moins qu’elle ne soit tenue par un assistant non visible ; de l’autre côté, le groin de la bête est lié à l’aide d’une autre corde et fermement tenu par un autre assistant ; au centre, celui qui s’apprête à égorger tient fermement l’objet tranchant qui, bientôt, saignera l’animal.

Fig. 3. Détail de la figure 2, montrant les différents vêtements du groupe (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ce personnage, vêtu d’une blouse et d’un tablier, a été reconnu anciennement comme étant un certain Lignier4, dit Patagoniat (fig. 4). Il s’agit peut-être de Charles Ambroise Lignier (1810-1885) : identifié comme “cabaretier” et “charcutier” dans plusieurs actes de naissance de ses enfants, il occupe ces deux activités complémentaires de 1841 jusqu’à 1855 au moins5Charles Lignier est ici probablement âgé d’une cinquantaine d’années : ce qui placerait cette scène dans l’espace chronologique imparti à la production photographique de Gustave Souquet, soit autour de l’année 1860.

Fig. 4. Détail de la figure 1 montrant peut-être Charles Lignier, dit Patagognia (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ce n’est pas la seule photographie que nous possédons de Charles Lignier. L’artisan a posé deux autres fois devant l’appareil de Gustave Souquet, à des dates qui ne nous sont pas connues non plus. Les deux photographies offrent une autre information sur Charles Lignier : il était membre et tambour de la compagnie des sapeurs-pompiers d’Étaples. Sur la première photographie (fig. 5), il pose vêtu de son uniforme en compagnie du gendarme Alexis  Lejeune6 (1820-1871) : son casque repose sur son tambour, posé sur le parquet de la pièce, près de son pied gauche7. Sur la seconde photographie (fig. 6), il pose parmi les volontaires de la compagnie, capitaine, officiers, sous-officiers et caporaux, réunis dans la cour de l’hôtel Souquet : reconnaissable au profil caractéristique de son visage (nez busqué, presque tombant) et à la décoration qu’il arbore sur son uniforme (visible également sur la fig. 5), il prend place derrière Gustave Souquet, capitaine de la compagnie et se tient de profil8.

Fig. 5. Portrait d’Alexis Lejeune, gendarme, et Charles Lignier, tambour des pompiers, entre 1856 et 1867, vue recadrée de la photographie stéréoscopique (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.2.1030, Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 6. À gauche, la compagnie des sapeurs-pompiers posant dans la cour de l’hôtel Souquet, après 1856 : Gustave Souquet est au premier plan, au centre du groupe ; derrière lui, de profil, Charles Lignier – à droite, détail de la vue montrant Gustave Souquet et Charles Lignier (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.1-2, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Sur la photographie prise sur la place, les enfants réunis autour de Charles Lignier portent : pantalon de toile, blouse à ouverture centrale, veste à boutons, chemise et casquette de marin, sur la tête ou dans les mains, pour les garçons ; jupe-tablier, châle, bonnet ou calipette9 pour les filles (fig. 7). Un(e) enfant, plus âgé(e) que les autres, à droite, semble porter un panier tressé : le temps de pose assez long de la prise de vue fait qu’on n’en aperçoit qu’une silhouette dédoublée, identique à celles des deux personnages situés à l’arrière-plan et qui contemplent la scène de loin, au pied d’un tilleul. Les trois autres adultes, à gauche, portent aussi blouse ample ou veste, tablier, foulard et casquette.

Fig. 7. Détails de la figure 1 montrant, à droite, les vêtements d’un jeune garçon, et à gauche, ceux d’une jeune fille (Toute reproduction interdite sans autorisation).

La photographie présentée ici revêt donc un double caractère ethnologique et sociologique. Elle montre une ville où certaines activités artisanales, mêlant vie et mort, se faisaient à même la rue et attiraient les spectateurs, au premier rang desquels se trouvaient les enfants : il n’était pas inhabituel pour ces derniers, vêtus ici de costumes traditionnels, de vivre ces activités d’abattage, pratiques auxquelles nous ne sommes plus confrontés aujourd’hui. Ce document témoigne surtout de la dualité d’une ville tiraillée entre deux mondes : celui de la mer et celui de la terre. En effet, au XIXe siècle, Étaples n’était pas qu’une ville de marins, elle était aussi une ville d’agriculteurs et comptait un grand nombre de fermes établies dans la ville même10. Il n’était pas donc pas rare de croiser des troupeaux de bêtes dans les rues, principalement autour de l’abreuvoir, cette mare qui était située dans la partie sud de la ville, près de l’ancienne église Saint-Michel détruite en 1944. À titre d’exemple, la ville comptait, en 1820, 224 bêtes à cornes élevées (taureaux, bœufs, vaches, génisses et veaux) et 430 moutons : on consommait 124 de ces bêtes à cornes dans l’année pour une population d’environ 1600 habitants. En 1860, les têtes de bétail atteignaient le nombre de 1004 individus, parmi lesquels on comptait : 187 vaches et génisses, 34 veaux de boucherie, 291 brebis et agneaux et 295 porcs. Un cochon à abattre coûtait, en 1850, 100 francs.


Notes

1. Sur cette photographie, voir Caron s.d. (a), p. 4 (la photographie a été décollée), Caron s.d. (b), p. 94, La Voix du Nord, “Dimanche s’ouvre une exposition insolite : “Le vieil Étaples” …en cartes postales”, 30 novembre 1973, Collectif 1987, p. 64 et Byhet, Vambre 2017, p. 51-52.

2. Voir Byhet-Bonvoisin 2020b, note 2.

3. Voir Byhet-Bonvoisin 2020a, note 5.

4. Sur cette identification, voir, par exemple, voir Caron s.d. (a), p. 4 : “Patagoniat égorge un cochon“, Caron s.d. (b), p. 94 : “Lignier, dit Patagoniat“, et Collectif 1987, p. 64 : “Lignier, tambour des pompiers dit Patagoniat, charcutier de son état, égorge un cochon sur la place de la mairie. On notera l’existence d’arbres devant l’ancienne mairie dont seule la cloche fut conservée“. Charles Ambroise Lignier (alias : Ligniert) est né le 25 octobre 1810, à La Calotterie (Pas-de-Calais) (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 196/2). Il est “garde-moulin” dans les actes de naissance de ses trois premiers fils, nés de son premier mariage avec Françoise Suzanne Picot (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/3, acte n° 30 des naissances de l’année 1833, acte n° 26 des naissances de l’année 1835 et acte n° 32 des naissances de l’année 1837). Sa première épouse décède le 18 octobre 1839, à leur domicile étaplois, rue Saint-Pierre : il est désigné dans cet acte comme “garçon-meunier”  (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/5, acte n° 26 des décès de l’année 1839). Son acte de mariage, le 19 mars 1840, à Étaples, avec Augustine Bernardine Delannoy, le désigne comme “veuf” et “garde moulin” (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4, acte n° 7 des mariages de l’année 1840). Il est désigné comme “journalier” dans l’acte de mariage de son deuxième fils issu de son premier mariage en 1863 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 354/3, acte de mariage n° 3 de l’année 1863). Sa seconde épouse décède le 9 janvier 1883, en son domicile, rue Serpente, à Étaples : le couple y est désigné comme “ménager” et “ménagère” (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/5, acte n° 2 des décès de l’année 1883). Il décède  à l’âge de 74 ans, le 28 janvier 1885, en son domicile rue du Général Obert, à Étaples : son acte de décès le désigne comme “veuf” et “ménager” (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/5, acte n° 9 des décès de l’année 1885).

5. Il apparaît comme “cabaretier” en 1841, 1845 et 1848 dans les actes de naissance de ses premier et troisième fils, et de sa deuxième fille, tous trois issus de son second mariage (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/3, acte n° 46 des naissances de l’année 1841, acte n° 17 des naissances de l’année 1845 et acte n° 70 des naissances de l’année 1848). Parallèlement, il est désigné comme “charcutier” en 1843, 1847, 1850, 1852 et 1855 dans les actes de naissance de ses deuxième, quatrième et cinquième fils, et de ses première et troisième filles (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/3, acte n° 17 des naissances de l’année 1843, acte n° 15 des naissances de l’année 1847, acte n° 62 des naissances de l’année 1850, acte n° 91 des naissances de l’année 1852 et acte n° 16 des naissances de l’année 1855). L’officine de Lignier devait combiner ces deux activités.

6. Alexis Adolphe Lejeune est né, avec son frère jumeau Ferdinand Joseph, le 24 octobre 1820, à Boulogne-sur-Mer (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 160/17, acte n° 590 des naissances de l’année 1820). Il épouse Marie Victoire Delianne, le 22 octobre 1851, à Bréxent-Énocq (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 176/2, acte n° 5 des mariages de l’année 1851). Le couple donne naissance à un fils, Victor Adolphe, né le 2 décembre 1852, à Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/3, acte n° 99 des naissances de l’année 1852). Il est, à cette date, en poste à la gendarmerie d’Étaples, nouvellement aménagée sur la place (Byhet, Vambre, 2017, p. 40). Il décède le 26 novembre 1871, à Boulogne-sur-Mer : il est désigné dans cet acte comme “ancien gendarme à cheval et concierge de la halle aux poissons”, où il résidait également avec son épouse (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 160/54, acte n° 1383 des décès de l’année 1871).

7. Sur cette photographie, voir Caron s.d. (a), p. 19, Caron s.d. (b), p. 104 et Byhet, Vambre 2017, p. 40.

8. Sur cette photographie, voir Caron s.d. (a), p. 18 (qui identifie certains des membres du groupe), Caron s.d. (b), p. 80-81, Baudelicque 1993, p. 393 et 404 (avec une légende fautive : Le Capitaine Souquet commandant la Garde Nationale d’Étaples), Byhet, Vambre 2017, p. 42-43 et Voir Byhet-Bonvoisin 2020a.

9. La calipette était un bonnet féminin plat en toile de coton blanc. Il se présentait sans ornement ou bien avec une bande de broderie fixée sur le devant du bonnet. Celui-ci couvrait les oreilles et disposait d’un petit lacet qui permettait de froncer le bonnet au niveau de la nuque et de l’ajuster. Il a disparu à Étaples au début du XXe siècle.

10. Sur l’agriculture et l’élevage à Étaples au XIXe siècle, voir Baudelicque 1993, p. 365-367, 387 et 402-403.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Byhet-Bonvoisin 2020a : BYHET-BONVOISIN (Th.), “Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867″, Chronica Stapulensis, mis en ligne le 26 janvier 2020 http://chronista.hypotheses.org/167

Byhet-Bonvoisin 2020b : BYHET-BONVOISIN (Th.), “L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867”, Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 janvier 2020 http://chronista.hypotheses.org/970

Byhet, Vambre 2017 : BYHET (Th.), VAMBRE (L.), Gustave Souquet, un photographe témoin de son temps, livret de l’exposition (16 et 17 septembre 2017, salle pédagogique de l’Office de tourisme d’Étaples (Corderie), Mémoire d’Opale, Étaples, 2017.

Caron s.d. (a) : CARON (A.), Étaples par la photo, Livre n° 1 : 1848-1914, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J2. 

Caron s.d. (b) : CARON (A.), Portraits d’Étaplois, photographiés de 1850 à 1862 par Gustave Souquet, historien d’Étaples et photographe, Livre n° 2, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J32. 

Collectif 1987 : COLLECTIF, Scènes de la vie étaploise vues par Eanger Irving Couse et Achille Caron, Tome 2, Amis du Musée de la Marine d’Étaples, Imprimerie Vag, Étaples, 1987.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 9 février  2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/2785

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.