Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat

Le fonds Louis Géneau1, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, contient, aux cotes G70-71, un recueil d’Aveux et dénombrements, rapports et déclarations de fiefs et biens-fonds sis en Boulonnais, datés des XVIIe et XVIIIe siècles : dans ce recueil, un dossier regroupe plusieurs déclarations de rentes foncières et seigneuriales dues à Marie Jean Baptiste de Rocquigny, seigneur d’Étaples en partie, et établies dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’une d’entre elles, numérotée 134, a été déposée le 26 novembre 1755 devant les notaires royaux Descotte et Pincedé, à Samer, par « François Buée, maçon et porte au sac, demeurant en la ville d’Estaples ».

François Bué2 est né le 15 mars 1719, à Étaples : il est le fils de Nicolas Bué († 1738) et Françoise Marie Fournier († 1768). Il se marie une première fois avec Marie Susanne Roux, dite Bigarde3, le 28 juillet 1749, à Étaples. Les actes de baptême et de décès de son premiers fils, Guillaume François, né le 28 décembre 1750 et décédé le 15 juillet 1752, le désigne comme « masson » et « maitre masson ». Marie Susanne Roux décède le 25 février 1760, à Étaples : elle est désignée comme « poissonnière » dans son acte de décès. François Bué se marie une seconde fois avec Marie Antoinette Wyart, le 7 juillet 1761, à Étaples : ce nouvel acte de mariage le désigne alors comme « chasse marée ». Il est ainsi désigné dans les actes de baptême de ses enfants Marie Anne Antoinette, née le 2 novembre 1762, Marie Jeanne Augustine, née le 27 août 1764, et Antoine François Daniel, né le 4 mars 1767. Il apparaît comme « porte au sacq » dans l’acte de baptême de son fils Grégoire, né le 11 septembre 1772, et dans les actes de décès de ses filles Marie Jeanne Augustine et Marie Jeanne, décédées l’une le 5 décembre 1772 et l’autre le 21 septembre 1775. François Bué décède le 1er mars 1793, à Étaples : son acte de décès le désigne comme « porte faix ». Marie Antoinette Wyart décède le 10 avril 1798 (21 germinal an VI), à Étaples. Les deux principales professions qu’occupent François Bué (maçon, puis chasse-marée) sont à classer dans deux grandes catégories socio-professionnelles à Étaples au XVIIIe siècle : celle des artisans (30 % de la population étaploise jusqu’à la Révolution) et celle des gens de mer (20 %)4.

L’acte du 26 novembre 1755 nous renseigne sur les biens possédés par François Bué et Marie Susanne Roux et sur le montant de la rente. L’époux y déclare : « une maison, chambre, grange, étable et autres bâtimens, cour, puit, jardin, circonstances et dépendances située en laditte ville d’Estaples ». Mais surtout, cet acte en précise la localisation dans la ville : « rue du Chat ». La maison de François Bué tient : « d’une liste par devant vers nord à la ditte rue du Chat, d’autre liste vers midy au quay, d’un bout vers soleil levant à Charles Vuadou dit Roy Brie, et d’autre bout vers couchant à Jean Puissant, entre lesquels passe une ruelle qui conduit au quay ». Pour cette maison, François Bué doit par an, à la Saint-Remi : « trois livres tournois de rente foncière seigneurialle ».

La déclaration livre donc le nom d’une rue à Étaples au milieu du XVIIIe siècle : la rue du Chat. Il nous semble que cet odonyme demeure inédit dans la liste des rues d’Étaples à l’époque moderne : il est, qui plus est, une exception dans les dénominations des artères étaploises principalement constituées de périphrases locatives, à l’exemple de la « grande rue qui mène d’Étaples à Camiers », pour ne citer qu’elle5. Mais où se situaient cette rue et le domicile de François Bué ? Non loin du quai de la ville comme le précise la déclaration, donc à proximité du rivage de la Canche. Nous ne savons pas s’il existait un véritable quai à Étaples au XVIIIe siècle : une mention infrapaginale d’un cueilloir de rentes de l’église Saint-Michel6, rédigé en 1702, signale que : « par le quay, l’on entend tout le rivage qui est derrière la muraille et les jardins quy séparent la ville d’avec la rivière [c’est-à-dire la Canche] ». L’existence qu’un quai maçonné reste donc sujette à caution pour l’époque moderne. Néanmoins, un plan de la ville d’Étaples, réalisé par les frères Nicolas et Jean Magin, ingénieurs du Roi, en octobre 1716, localise plus précisément le port d’Étaples au début du XVIIIe siècle (fig. 1) : celui-ci était situé au débouché de l’actuelle rue du Port.

Fig. 1. Plan de la ville d’Etaple, Nicolas et Jean Magin, 1716 (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF35DIV6P2/1, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Deux autres documents vont nous permettre de localiser plus précisément la rue du Chat et la maison de François Bué. Il s’agit du Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux7, levé en 1753, et de lAveu et dénombrement pour le fief d’Étaples8, rédigé en 1774. Nous avons vu dans un article précédent que les deux documents étaient indissociables l’un de l’autre9. Le dossier des rentes conservé à Boulogne-sur-Mer vient également compléter les informations délivrées par le plan et l’aveu. Cet aveu constituait un inventaire, numéroté, des propriétés dont Marie Jean Baptiste était le seigneur foncier. Au numéro 45 de cet inventaire sont enregistrés et décrits les biens de François Bué10 : « Jacques Tueux, aprésent François Bué par un (surcens)11 quille paye au dist Tueux, tienst fonsièrement de la seignieurie d’Estaples apartenante à Mr Dufayel une maison, jardin et despendences par payant chacqun an de censsives trois livres, le dit immeuble tenant d’une liste au levent à Charles et Catherine Vuadoux, d’auttre bout au nord à une ruelle qui sépart le dit Bué de Jean Puissant, d’une liste au septentrion sur la grande rue qui vast d’Estaples à Camier, et d’autre liste au midy sur le quay et rivage de la mer. Cette immeuble est représentté sur le plan (…) levé en 1753 au numéro 45 ».

Il suffit donc de se reporter au plan de 1753 pour localiser la rue du Chat et les biens de François Bué (fig. 2). Tous deux sont situés à l’extrémité septentrionale de la ville. La rue du Chat (fig. 2, n° 2) constitue la partie la plus septentrionale de l’actuelle rue de Rosamel, cette portion qui, au croisement de la rue de Camiers se dirige vers le boulevard de l’Impératrice et l’ancienne halle aux poissons : au XVIIIe siècle, la rue du Chat se détachait, au sud, de la grande rue qui menait d’Étaples à Camiers (fig. 2, n° 8) et se dirigeait, au nord-ouest, vers le quai et le rivage de la Canche (fig. 2, n° 3). Il semble que le nom de la rue soit déjà oublié à la fin du XVIIIe siècle comme en atteste la déclaration de 1774 qui nomme cette artère : « grande rue qui va d’Étaples à Camiers », confondant artère principale, à l’est, et artère secondaire, à l’ouest, en une seule. Ce quartier d’Étaples parait récent au milieu du XVIIIe siècle : le plan de la ville levé par les frères Magin en 1716 (fig. 1) ne montre aucune maison le long d’un chemin qui préfigure la rue du Chat.

Fig. 2. Extrait du Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux, 1753 (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation) : en 1, la maison de François Bué, en 2, la rue du Chat, en 3, le quai et le rivage de la Canche, en 4, la maison de Charles et Catherine Wadoux, en 5, le Mont Rivet, en 6, la maison de Jean Puissant, en 7, ruelle, en 8, la grande rue d’Étaples à Camiers (actuelle rue de Rosamel), et en 9, l’auberge du Chat appartenant à François Marie Lecat.

François Bué occupe donc une grande maison (fig. 2, n° 1) qui fait angle au croisement de la rue du Chat et d’une ruelle (fig. 2, n° 7) : cette ruelle, qui n’a pas de nom au XVIIIe siècle, est l’actuelle rue Bayard12. Elle sépare la propriété de François Bué de celle, tout aussi vaste, de la famille Puissant, au nord (fig. 2, n° 6) : en 1774, cet îlot est occupé par Jean, Marie Anne, Françoise et François Puissant13. La maison de François Bué fait face à celle de Jean Puissant. Au sud, elle voisine directement avec celle, plus petite, de Charles et Catherine Wadoux14 (fig. 2, n° 4). Chacun de ces habitants a aménagé jardins et potagers à l’arrière de sa maison, en bordure de la laisse de basse mer : l’économie de subsistance apportait un heureux complément à la vie quotidienne. L’activité de « porte au sacq» ou de « porte faix » de François Bué ne pouvait se faire qu’à proximité du port d’Étaples : il devait aider au chargement ou  déchargement des bateaux et au transport jusqu’aux entrepôts. Ce métier était difficile et pourtant il l’exerçait encore en pleine force de l’âge, voire même avant sa mort, à l’âge de 72 ans.


Notes

1. Louis Géneau (1868-1941) fut adjoint, puis maire de Samer, historien et collectionneur. Sa collection d’archives samériennes a été donnée par Alphonse Leduque, son héritier, à la Bibliothèque de Boulogne où elle entra en avril 1946.

2. Sur François Bué et sa famille, voir Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte non numéroté des baptêmes de l’année 1719, acte n° 29 des mariages de l’année 1749, acte n° 24 des décès de l’année 1752, acte n° 6 des décès de l’année 1760, acte n° 17 des mariages de l’année 1761, acte n° 12 des baptêmes de l’année 1762, acte n° 28 des baptêmes de l’année 1764, acte n° 14 des baptêmes de l’année 1767, acte n° 33 des baptêmes de l’année 1772, acte n° 23 des décès de l’année 1775,  et Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4, acte n° 6 des décès de l’année 1793 et acte n° 12 des décès de l’année 1798.

3. Ce surnom attaché à Marie Susanne Roux apparaît dans l’acte de baptême de leur fille Susanne Françoise, née le 6 février 1753, à Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 1 des baptêmes de l’année 1753). Marie Susanne Roux est la sœur de Marie Barbe Roux citée dans Byhet-Bonvoisin 2020.

4. Drugy 1994, p. 10-11 et Drugy 2003, p. 148.

5. Sur ces périphrases locatives, voir Byhet-Bonvoisin 2020.

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 3r°. voir également Byhet 2019, p. 15.

7. Collection privée.

8. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24.

9. Byhet-Bonvoisin 2020.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 22.

11. La reliure du manuscrit empêche la bonne lecture de ce mot.

12. Sur la rue Bayard, voir Souquet 1860, p. 19.

13. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 22-23. Il s’agit probablement de Jean Louis Pierre Puissant (1709-1794), maitre tisserand, de ses soeurs Françoise (1702-1771) et Marie Anne (1713-1789). Le texte de 1774 fait de François, « jeune homme à marier », le neveu de Marie Anne. On ne sait s’il s’agit de Jean François Puissant (1743-?), fils de Jean.

14. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, f° 22-23. Il s’agit de Charles (1706-1783), dit Bry et, probablement de Marie Catherine Wadoux (1699-1777), frère et soeur. Charles exerçait les métiers de ravoyeur et manouvrier.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Byhet 2019 : BYHET (Th.), « De rive en rive : les ports d’Étaples de l’époque romaine à l’époque moderne », dans : MOITEL (A;), Métamorphose(s) : le port d’Étaples entre passé et avenir, Catalogue de l’exposition (Maison départementale du Port d’Étaples, 15 juin – 20 octobre 2019), Département du Pas-de-Calais, Édition Skira, Paris, 2019, p. 11-16.

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Cha t», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 5 février janvier 2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/1860

Drugy 1994 : DRUGY (Chr.), Étaples dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : une petite ville ?, Mémoire de maîtrise sous la direction de D. Roche et Al. Cabantous, Université de Paris 1, Paris, 1993 (édition revue en 1994).

Drugy 2003 : DRUGY (Chr.), « Laboureurs de la mer et laboureurs de la terre à Étaples à la fin du XVIIIe siècle. Dualité sociale et topographique », Actes du 43ème congrès de la Fédération des Sociétés Savantes du Nord de la France (Boulogne-sur-Mer, 2002), Mémoire de la Société académique du Boulonnais, 33 (2003), Boulogne-sur-Mer, p. 142-153.

Joule 1998 : JOULE (S.), Les rues d’Étaples (1860-1960). Reflet et expression d’une société, Maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Br. Béthouart, Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, 1998.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 février 2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/3420

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.