La vente du lit du Premier Consul en 1900

Cet article est dédié à mon père, Bernard Byhet, fervent passionné de l’époque napoléonienne.

En novembre 1900, la romancière et chroniqueuse Gabrielle de Guestiers, connue également sous l’amusant pseudonyme Mac’ Ramey, publie cette anecdote dans la Gazette anecdotique1 :

Un confrère qui rentre d’Étaples (…) me conte un détail curieux : on y a vendu cet été une maison historique dont la façade porte en relief le médaillon de Napoléon Ier et une inscription rappelant que l’Empereur y a été reçu lors de ses deux visites à la flottille et au camp de Le Faux en 1804. Parmi les objets garnissant cette maison, et qui ont été dispersés par les enchères, figurait le lit dans lequel l’Empereur s’était reposé. C’est une simple couchette de bois blanc à rechampis dorés portant au chevet l’aigle impériale. Ce lit a été mis à prix un louis et adjugé 175 francs. Plus d’un fidèle Napoléonien regrettera d’avoir ignoré cette vente. Le modique prix auquel cette relique a été adjugée ferait croire que la cendre du temps enlise les souvenirs et atteint même les chiffres et que pour un grand homme la principale qualité est de n’être pas mort depuis trop longtemps (…).

Fig. 1. Carte postale de la maison d’édition boulonnaise Stiévenard montrant la façade de l’hôtel Souquet-Marteau et ses décorations au début du XXe siècle (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Localisation de l’hôtel Souquet-Marteau sur le plan cadastral d’Étaples au début du XIXe siècle (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/28, Section A, 1re feuille, 1813-1818 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. L’hôtel Souquet-Marteau.

Les Étaplois connaissent bien cette « maison historique dont la façade porte en relief le médaillon de Napoléon Ier » : il s’agit de l’hôtel Souquet-Marteau ou maison de Napoléon établie sur le côté sud de l’actuelle place du Général de Gaulle, au n° 38 (parcelle cadastrale AB 85). La date exacte de la construction de cette maison n’est pas connue. Jusqu’à aujourd’hui, la maison a été occupée par 4 familles successives. Elle est habitée de la seconde moitié du XVIIIe siècle au début du siècle suivant, par Noël Jean Charles Marteau (1703-1777), procureur du Roi au bailliage d’Étaples, du Choquel et de Bellefontaine, par son fils, Antoine Marie Marteau (1734-1794), négociant, et enfin par sa petite-fille Marie Antoinette Victoire Marteau (1783-1826), épouse de Nicolas César Souquet (1765-1819), négociant également (fig. 3)Au début des années 1830, l’érudit étaplois, Gustave Souquet (1805-1867), fils des précédents, récupère la maison paternelle et s’y installe avec sa famille (fig. 4). À la mort de ce ce dernier en 1867, elle est occupée par sa veuve, Hyacinthe Labalette (1811-1891) et sa fille, Angéline (1832-1907). Puis à la mort de la veuve Souquet en 1891, la maison revient à son fils Achille (1839-1927) qui en sera le propriétaire jusqu’en 1900, date à laquelle la maison est cédée à Émile Troussel (1862-1911), négociant en vins et liqueurs (fig. 5). Sa fille, Marie-Thérèse (1890-1948) et son beau-fils, Émile Lardé (1885-1940), tous deux épiciers, lui succèderont et occuperont la maison jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Enfin, après-guerre, elle est rachetée par le docteur Michel Nempont : elle est encore actuellement occupée par sa veuve2.

Fig. 3. Mention de la veuve Souquet-Marteau et de ses enfants dans le registre de dénombrement de la population étaploise en 1820 (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3735 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Mention de Gustave Souquet et de sa famille dans le registre de dénombrement de la population étaploise en 1841 (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3875 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. Mention d’Émile Troussel et de sa famille dans le registre de dénombrement de la population étaploise en 1911 (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3629 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Durant son occupation la maison a connu une série d’événements assez singuliers. En 1774, elle voit naître Marie Antoine Marc Obert (1774-1830) qui effectue un remarquable parcours militaire durant l’époque napoléonienne et la Restauration3. En 1776, alors que la ville d’Étaples est touchée par une épidémie, Antoine Marteau, maire d’Étaples, la transforme en un laboratoire pharmaceutique à partir duquel médicaments, potions et bouillons sont envoyés au domicile des malades4. En 1804, elle héberge le général de division Louis-Henri Loison (fig. 6) dont le comportement libertin choque la maisonnée de Nicolas Souquet, devenu, en octobre de cette année, maire de la commune5. Enfin, en 1819,  ce dernier y décède brutalement, grièvement brûlé à la suite de la manipulation malheureuse d’un liquide inflammable6.

Fig. 6. Portrait en buste et costume d’Empire de Louis-Henri Loison (Estampe, XIXe siècle – Photo (C) RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) – M.M.40.47.6814.4(P.9) – Toute reproduction interdite sans autorisation).

B. Les inspections de Napoléon Bonaparte à Étaples en 1803 et en 1804.

Surtout, cet hôtel particulier de la grand place accueille le Premier Consul Napoléon Bonaparte, par deux fois en 1803 et 18047 (fig. 7). Sa visite des côtes du littoral nord, en vue de la préparation à l’expédition contre l’Angleterre, le mène une première fois à Étaples le 29 juin 1803 (10 messidor an XI). Arrivé vers 15 heures, il est conduit à l’hôtel Souquet-Marteau qui a été choisi pour le recevoir. Gustave Souquet, fils de Nicolas, en a fait la relation suivante8 :

Là, le maire, tant en son nom qu’en celui de ses concitoyens, lui adresse (un) discours (…), une collation avait été préparée dans le salon attenant à celui où avait eu lieu la réception des autorités. Bonaparte, toujours sobre, remercia son hôte de sa prévoyante attention, et ne prit qu’un peu de café noir. La tasse dont il s’est servi a été religieusement conservée dans ma famille et fait aujourd’hui partie de mon cabinet d’antiquités. Le 1er Consul est ensuite monté à cheval pour continuer sa route le long des côtes.

La transformation d’Étaples en un immense camp militaire conduit le Premier Consul à une seconde visite de la ville et de ses alentours, le 1er janvier 1804 (10 nivôse an XII)9, afin de vérifier l’état d’avancement des travaux. Gustave Souquet relate également cette inspection10 :

Le 1er Consul (…) part de Saint-Cloud le 8 nivôse an XII, à quatre heures du matin, et arrive inopinément le lendemain de bonne heure à Étaples. Il descendit pour la seconde fois chez M. Souquet-Marteau, mon père alors maire de la ville. Il était alors accompagné du ministre de la guerre Decrès11 et de l’amiral Bruix12. Après avoir pris quelques instants de repos, il visita la ville, les camps en construction, les batteries, les parcs, les arsenaux et les hôpitaux. (…) Le soir, le 1er Consul donna un dîner aux officiers supérieurs, au maire et au curé. Le lendemain matin, il passa la revue des troupes rangées en bataille sur le rivage, entra dans sa baraque dont la construction n’était pas encore terminée.

Fig. 7. Bonaparte, Premier consul, portrait en pied peint par Antoine-Jean Gros en 1802 (Musée de la Légion d’honneur, Paris, n° d’inventaire 04378 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

C. La baraque de Napoléon Bonaparte à Étaples.

La mise en place de cette baraque avait commencé le 2 décembre 1803 (10 frimaire an XII)13. Elle était située à l’extrémité nord-ouest de la ville, le long du rivage, dans les dunes14 (fig. 8 et 9). Le 2 janvier 1804 (11 nivôse an XII), Napoléon Bonaparte y écrit une lettre adressée au Deuxième Consul, Jean-Jacques de Cambacérès15 :

Je suis arrivé hier matin à Étaples, d’où je vous écris dans ma baraque. Il fait un vent de sud-ouest affreux. Ce pays ressemble assez au pays d’Éole. Je monte dans l’instant à cheval, pour me rendre à Boulogne par l’estran. 

Il couche dans cette baraque dans la nuit du 21 au 22 août 1804 (3 au 4 fructidor an XII), comme en témoignent les extraits suivants de deux lettres écrites le 21 août, l’une à Joseph Fouché, ministre de la Police, l’autre à Joachim Murat16 :

Je coucherai cette nuit dans ma baraque d’Étaples. Je retournerai à Boulogne demain.

Je suis aujourd’hui dans ma baraque.

Mais les travaux de confort ne semblent pas encore terminés l’année suivante ou laissent à désirer, comme il l’indique dans une lettre demeurée inédite17, adressée à Géraud du Roc, grand maréchal du Palais, et datée du 29 juillet 1805 (10 thermidor an XIII) :

J’imagine que vous avez donné des ordres pour que mes baraques de Boulogne, Étaples et Ambleteuse soient terminées et en état de me recevoir. Voilà le temps où je pourrai passer deux jours à celle d’Étaples. Il doit y avoir ici une ou deux grandes tentes qu’il faut faire placer derrière les baraques au moment de mon arrivée.

Le 20 août 1805 (2 fructidor an XIII), la baraque est visitée par Hortense de Beauharnais18. Bien après la levée du camp à la fin de ce mois, la baraque demeure gardée, et ce jusqu’au 27 janvier 1811, date à laquelle elle prend feu à la suite d’une négligence du gardien, le sieur Ducamp19. Ainsi disparaît, à cette date, l’un des témoins de l’épopée napoléonienne à Étaples.

Fig. 8. Localisation de la baraque de l’empereur sur la copie de la Carte de la baie d’Étaples et de ses environs, réalisée en 1865 : la carte originale est datée de 1805 (Médiathèque de Boulogne-sur-Mer, Port7_36298 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 9. Représentation de la baraque impériale en 1810 (Baraque de Sa Majesté l’Empereur par rapprochement de 750 mètres, Plan dit «Triplet», 1810, Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/O/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

D. Le lit du Premier Consul.

Le Premier Consul, devenu empereur le 18 mai 1804, a-t-il dormi à l’hôtel Souquet-Marteau ? Les travaux de sa baraque n’étant pas achevés, il lui fallait être hébergé. Gustave Souquet évoque de manière implicite le repos au petit matin et cette seule nuit passée par le Premier Consul dans l’hôtel familial, celle du 1er au 2 janvier 1804 (10 au 11 nivôse an XII). Alors que les inspections de juin 1803 et juillet 1804 ont été limitées à une seule journée, celle du mois d’août voit un empereur couchant enfin dans sa baraque.

En janvier 1804, Nicolas Souquet-Marteau offre donc l’hospitalité, une chambre et un lit au Premier Consul. À l’image de la tasse à café gardée religieusement dans la famille Souquet-Marteau20, le lit, conservé bien après le passage du Premier Consul, a été sacralisé : héritier des biens de son père, Gustave Souquet n’hésitera pas à le montrer aux officiels et aux curieux de passage à Étaples. Nous avons la chance d’en posséder deux photographies (fig. 10 et 11), identiques, car prises au même moment21, et aujourd’hui conservées dans le fonds photographique du musée Quentovic d’Étaples (n° inventaire 98.1.109 et 110) : elles montrent le lit placé dans l’angle d’une chambre, celle que l’on a nommé ultérieurement, mais très logiquement « chambre de Napoléon Ier ».

Fig. 10. Première vue du lit du Premier Consul dans l’Hôtel Souquet-Marteau, dernier tiers du XIXe siècle (1894-1895 ?) (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° inventaire 98.1.109 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 11.  Seconde vue du lit du Premier Consul dans l’Hôtel Souquet-Marteau, dernier tiers du XIXe siècle (1894-1895 ?) (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° inventaire 98.1.110 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’appareil qui a servi à prendre ces deux photographies a été posé sur un meuble, visible ici au premier plan et placé au centre ou à l’extrémité de la chambre. Depuis cet angle de vue, on découvre le lit, les meubles qui l’entourent et la décoration d’une partie de la chambre. À l’extrême droite, on devine la porte qui mène à cette pièce : un cadre, dont on ne distingue qu’une faible partie, en décore l’imposte. Le sol de la chambre est entièrement recouvert d’un tapis dont le motif se lit difficilement. Les murs sont revêtus de boiseries et de tissus. À la base des murs, court une cimaise décorée de caissons. Au-dessus, moulures verticales et corniche du plafond divisent les parois de la chambre en autant de panneaux rectangulaires garnis d’un tissu orné de guirlandes de fleurs (fig. 12). Quatre tableaux prennent place au sein de ces espaces : pour au moins trois d’entre eux, il s’agit de portrait féminins en buste (fig. 13). Autour du lit, sont disposés quatre chaises ou fauteuils en cabriolet : trois prennent place le long du mur, un autre près de la porte. Entre ce dernier fauteuil et le lit, un guéridon circulaire est entièrement recouvert d’un tissu aux motifs de branches et de fleurs. Sur le plateau, ont été posés plusieurs éléments d’un service (fig. 14) : une aiguière, plusieurs tasses à café ou à thé et leurs sous-tasses, et peut-être un sucrier. De l’autre côté du lit, un second meuble bas, invisible, porte un vase de type Empire.

Fig. 12. Détail de la tenture murale de la chambre (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 13. Détail de l’un des portraits en buste ornant les murs de la chambre (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 14. Détail de l’une des chaises et du service sur le guéridon : l’une des tasses est-elle celle dans laquelle le Premier Consul a pris son café en 1803 ? (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 15. Détail du lit du Premier Consul (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Nous ne savons pas si le lit présenté ici (fig. 15) est réellement celui que le Premier Consul a connu et dans lequel il s’est reposé. En effet, l’imagerie impériale présente sur le chevet et le pied du lit a été mise en place au cours de l’été 1804, soit bien après le passage du Premier Consul au début de cette année : le lit a donc été décoré ultérieurement. Le cadre de la couchette est en bois blanc. Les montants forment de fines colonnettes couronnées de toupies. Ce motif décoratif se retrouve également sur le chevet (fig. 16). Celui-ci arbore l’aigle impériale, emblème par excellence du Premier Empire, créée le 10 juillet 1804 (21 messidor an XII) : cette aigle est dite volante ou essorante, c’est-à-dire prenant son envol, et porte la couronne impériale ; elle ne repose pas ici sur les fuseau et foudre de Jupiter, mais sur deux palmes (chêne et olivier ?) et rosettes. Sous le motif principal, est placée une coupe navette qui décore également le pied de lit. Ce dernier est plus bas que la tête de chevet : il est décoré d’un motif central composé du chiffre de Napoléon, le N, et entouré d’une couronne de lauriers dont les deux branches sont nouées par un ruban (fig. 17). Selon Gabrielle de Guestiers, ces motifs étaient dorés. À l’intérieur du cadre de lit, un sommier à roulettes porte un épais matelas et un édredon cachés par un couvre-lit aux motifs de grandes bandes colorées (fig. 18).

Fig. 16. Détail du chevet du lit (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 17. Détail du pied de lit (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 18. Détail du couvre-lit (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Enfin, cette couche est couronnée d’un imposant ciel de lit (fig. 18) : le cadre en bois, peint en blanc, est suspendu au plafond ; il forme une corniche décorée d’oves et de denticules ; sur ce cadre, est fixée une cantonnière dont le tissu, lourd et à larges bandes, est bordé d’une frange ; de ce ciel, se détache un épais rideau en taffetas de soie dont les pans ont été repliés et accrochés au mur ; celui-ci joue davantage le rôle d’un fond décoratif plutôt que celui d’une véritable courtine.

Fig. 19. Détail du ciel de lit (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les deux photographies du lit font partie d’une série de 9 vues22 montrant les intérieurs de l’hôtel Souquet-Marteau (fig. 20). On a longtemps crû qu’elles avaient été prises par Gustave Souquet, premier photographe étaplois, entre 1856 et 1867. Ce n’est pas le cas et il faut se tourner vers Achille Caron fils pour obtenir quelques informations sur cette série : celle-ci aurait fait partie de la collection de Lucien Ramet, mais aurait été prise par un certain « Lartizien » ou, plus certainement, « Lequien », dans le dernier tiers du XIXe siècle, peut-être en 1894 ou 189523. Les 3 personnes présentes sur les photographies n’ont jamais été identifiées avec certitude, mais on suppose qu’il s’agit de membres de la famille Souquet, du moins pour deux d’entre eux, probablement Achille (1839-1927) et Angéline (1832-1907), fils et fille de Gustave Souquet qui, si la date fournie par Achille Caron pour ces photographies est correcte, seraient âgés ici respectivement de 55 et 62 ans24.

Fig. 20. Série de 8 photographies montrant les intérieurs de l’hôtel Souquet-Marteau, dernier tiers du XIXe siècle (1894-1895 ?). Sur les photographies n° 1-2 et 5 -6, figurent peut-être Angéline Souquet, jouant de la harpe, et Achille Souquet (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° inventaire 98.1.101, 102, 103, 105, 106, 107, 108 et 109-110 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

E. Les commémorations du passage du Premier Consul sur la façade de l’hôtel Souquet-Marteau.

Si les Souquet n’étaient pas de fervents bonapartistes25, ils étaient cependant fiers d’avoir accueilli chez eux, et par deux fois, le Premier Consul, le futur empereur. Nous venons de voir que le lit a été précieusement gardé comme une relique au sein de la famille durant tout le XIXe siècle. Héritier des biens familiaux à la fin de ce siècle, le dernier des Souquet, Achille, va délibérément accentuer cette fierté en transformant l’hôtel ancestral en un véritable temple de la renommée. Ainsi, ce dernier a-t-il fait apposer sur la façade de l’hôtel, aux premier et second niveaux, une série de plaques décoratives comportant inscriptions et médaillons sculptés qui célèbrent les personnages importants nés à Étaples et ceux descendus dans cet hôtel26 (fig. 1 et 21). Achille, qui s’est déclaré, à la suite de Gustave Souquet, « historien » et « archéologue »27, n’avait pas les mêmes capacités intellectuelles que son père : rééditant les bienfaits que ses parents ont apporté à la population étaploise, il a, par exemple, fait don à l’église Saint-Michel de plusieurs statues et tableaux pour la décorer ; mais les inscriptions qui les accompagnaient étaient, dans leur grande majorité, fautives28. Le grand historien montreuillois Roger Rodière avait une piètre opinion de lui : « Achille Souquet, que j’ai bien connu, était à peu près fou, tandis que son père, Gustave Souquet, l’historien d’Étaples, était un bon travailleur, en avance sur son temps »29. Un grand nombre des informations portées sur la façade se révèlent donc tout aussi erronées ou apocryphes, voire mal orthographiées30. Au second niveau de la façade, entre les fenêtres, ont été placés quatre médaillons sculptés en bas-relief. Trois d’entre eux portent, en dessous des chiffres N de Napoléon et S de Souquet, les représentations en buste de l’empereur, du maréchal Michel Ney (fig. 22) et de Nicolas Souquet-Marteau (fig. 23). Ils sont accompagnés des inscriptions suivantes :

1804. Napoléon Ier a été reçu dans cette maison par Mr Souquet-Marteau, maire d’Étaples, lors de ses deux visites à la flottille de la rive gauche du camp de Le Faux.

Maréchal Ney, prince de la Moskowa, commandant de la flottille rive gauche et le camp de Le Faux, a résidé dans cette maison de 1803 à 1805.

Nicolas César Souquet-Marteau, maire de la ville d’Étaples de 1804 à 1819, a reçu l’empereur et le Maral Ney.

Si l’inscription commémorative se rapportant aux visites de Napoléon Bonaparte est correcte, celles se rapportant au maréchal Ney sont mensongères. Celui-ci, présent dans la région uniquement à partir du 14 mars 1804 (23 ventôse an XII), n’a pas visité l’hôtel Souquet-Marteau et encore moins résidé dans cette demeure de 1803 à 1805 : dans un premier temps, il a emménagé dans un hôtel particulier de la rue Saint-Pierre à Montreuil-sur-Mer, puis au château de Campigneulles-les-Grandes, au sud-ouest de Montreuil, et, enfin, au château de Recq, près de Recques-sur-Course31.

Fig. 21. Vue de l’hôtel Souquet-Marteau au début du XXe siècle, avant les transformations ultérieures de la façade : un passant regarde les décorations de la façade (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 22. Médaillons en bas-relief et inscriptions du second niveau de la façade : à gauche, le maréchal Ney, à droite, Napoléon Bonaparte (Photographies : L. Vambre, Mémoire d’Opale, 2012 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 23. Médaillon en bas-relief et inscription du second niveau de la façade : Nicolas César Souquet-Marteau (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, Fonds photographique Achille Caron – Toute reproduction interdite sans autorisation).

De la décoration originelle de la façade, ne subsistent plus aujourd’hui que les éléments du second niveau32. Ceux du premier niveau ont disparu dans la première moitié du XXe siècle, probablement à la suite de la transformation du rez-de-chaussée de l’hôtel en épicerie. Par arrêté du 28 décembre 1984, la maison fait l’objet d’une inscription partielle aux Monuments Historiques : façade et toiture donnant sur la place sont protégées33.

F. La vente du lit le 9 août 1900.

Conservé durant tout un siècle, ou presque, dans la famille Souquet, le lit napoléonien passe dans les mains d’un autre propriétaire en août 1900. En effet, à la suite de déboires personnels, Achille Souquet doit quitter Étaples et se résoudre à vendre l’hôtel familial et tout le mobilier qui s’y trouve. La vente est organisée en deux temps : la maison d’abord, le mobilier ensuite. Ainsi, le 5 juin 1900, la maison est vendue par adjudication en l’étude et sous le ministère de maître Marie-Jules-Armand Oger, notaire à Étaples34 (fig. 24).

Fig. 24. Annonce de la vente de l’hôtel Souquet-Marteau parue dans les Petites affiches roubaisiennes le 27 mai et le 3 juin 1900 (Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 4-V-4328 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Puis, du 8 au 11 août, c’est au tour du mobilier d’être vendu à même l’hôtel : afin de préparer leurs achats, les futurs acquéreurs avaient la possibilité de visiter la maison, tous les jours, de 14h à 18h, et ce jusqu’au 5 août (fig. 25). Le 9 août est consacré à la vente des meubles anciens, parmi lesquels se trouve le lit napoléonien (fig. 26). L’acte de vente encore conservé aujourd’hui en l’étude de maître Bernard Ramon, notaire à Étaples, permet d’en connaître l’acquéreur et le prix de vente35. Il a été adjugé à Émile Ponche, négociant et propriétaire du château de Camiers36, pour la somme de 175 francs (fig. 27). Le ciel de lit et son rideau semblent avoir été vendus séparément si l’on en juge par le n° 168 de l’acte de vente37 : ceux-ci ont été vendus le 8 août à Hector Prévost-Lejeune, alors ancien boulanger à Étaples, pour la somme de 8 francs (fig. 27). La vente de ce souvenir de l’épopée napoléonienne est si surprenante qu’elle fait l’objet de deux brèves dans les journaux et gazettes : celle déjà citée de Gabrielle Guestiers et celle du Mémorial artésien du 29 août 190038

Fig. 25. Programme de la vente du mobilier de l’hôtel Souquet-Marteau du 8 au 11 août 1900 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J123 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 26. Détail du programme précédant listant les meubles anciens mis en vente : parmi ceux-ci, le lit Empire avec baldaquin, ligne 12, correspond au lit napoléonien (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fig. 27. Extraits de l’acte de vente des biens mobiliers : au n° 400, lit de Napoléon, et au n° 168, baldaquin et rideau (Office notarial Bernard Ramon, Étaples – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Quel est le sort de ce lit après sa vente en 1900 ? Il nous faut nous tourner encore vers Achille Caron fils pour en connaitre le devenir : selon une enquête menée par l’historien Pierre-André Wimet, il aurait disparu durant la Seconde Guerre mondiale, peut-être pendant la débâcle en 194039.

G. Conclusion.

Le lit du Premier Consul a longtemps demeuré l’un des derniers témoins de l’épopée napoléonienne à Étaples. Toutefois, dans les années 1960, le syndicat d’initiative d’Étaples en a fait renaître le souvenir à travers la création d’une devise publicitaire40 qui hante encore la mémoire de nombreux Étaplois41. Et pour cause, cette devise a longtemps figuré sur un panneau placé à l’entrée sud de la ville (fig. 28). Sous forme de clin d’œil humoristique, elle avait pour objectif d’inviter les visiteurs qui traversaient l’agglomération à s’y arrêter, à l’exemple du Premier Consul :

Napoléon s’est arrêté à Étaples, pourquoi pas vous ?

Cette devise a été reprise sur divers supports dans les années 1970 (fig. 29 et 30). Mais le panneau sur lequel elle avait été tracée a disparu dans les années 1990. En 2017, un autre panneau et une devise sensiblement différente, passant de la 3e à la 1ère personne, leur ont succédé (fig. 31) :

Je me suis arrêté à Étaples-sur-Mer, pourquoi pas vous ? Napoléon.

Ce panneau a disparu à son tour et, aujourd’hui, seule la façade de l’hôtel Souquet-Marteau évoque encore le passage de Napoléon Bonaparte à Étaples en 1803 et 1804.

Fig. 28. Panneau du Syndicat d’initiative d’Étaples placé à l’entrée de la ville et portant la devise : Napoléon s’est arrêté à Étaples, pourquoi pas vous ? (Collection Bruno Béthouart – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 29. Carte postale des années 1970 reprenant la devise du Syndicat d’initiative (Collection Jean-Luc Leprêtre – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 30. Carte postale des années 1970 reprenant la devise du Syndicat d’initiative (Collection Arlette Dambron – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 31. Nouveau panneau placé en 2017 à l’entrée de la ville d’Étaples avec une devise légèrement modifiée : Je me suis arrêté à Étaples-sur-Mer, pourquoi pas vous ? Napoléon (Photographie : La Voix du Nord, 2017 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Notes

1. Guestiers 1900, p. 308-309.

2. Souquet 1860, p. 66-67.

3. Souquet 1857, p. 19-22, 1860, p. 67 et 1863, p. 122-125 et Caron s.d. (c), p. 6 et 7-12.

4. Souquet 1860, p. 66-67, Caron s.d. (c), p. 6-7 et Baudelicque 1993, p. 245.

5. Voir la relation que Maurice Battet en fait dans son ouvrage, Napoléon aux camps de Boulogne, en 1914 : « Le général Loison, arrivé à Etaples lo 15 ventôse, avait, en attendant sa division, sollicité un logement en ville et le maire lui avait offert son toit ; pendant quelques jours, tout avait bien marché, mais, le 20 ventôse, Souquet-Marteau écrivait au sous-préfet de Montreuil : « Citoyen Sous-Préfet, Je dois vous avertir de la conduite peu délicate que tient chez moi le citoyen Loison, général de division. Quelque temps après son arrivée, une famille de Liège vint s’installer ici sous sa protection, Le père a eu la bassesse de livrer, au général, sa fille âgée de 18 ans. Elle habite depuis ce temps publiquement avec le général, dans ma maison. N’est-il pas, citoyen Sous-Préfet, vexatoire pour moi d’être obligé de me gêner pour pourvoir au logement du général et de savoir que ce logement est occupé de telle sorte. N’est-ce pas le comble de l’impudence que d’avoir introduit cette fille dans le logement d’un citoyen honnête et surtout d’un administrateur de la commune ? Le père méprisable de cette famille éhontée ne devrait il pas être renvoyé de la ville, au lieu d’être protégé par un chef dont le moindre souci est de donner l’exemple des bonnes mœurs. Vous sentez, citoyen Sous-Préfet, combien nos dames souffrent de cette conduite. Obligez-moi de vous mettre à ma place et je ne doute pas que vous vous emploierez de votre mieux auprès du général en chef pour faire sortir cette fille de ma maison ». Quelle fut la réponse de Poultier ? je l’ignore ; toujours est-il que Loison reçut ordre d’aller rejoindre ses régiments au camp des Moulins » (Bottet 1914, p. 161-162). Voir également Caron s.d. (c), p. 24-25 et Baudelicque 1993, p. 302, 303 et 307.

6. Byhet-Bonvoisin 2020.

7. Souquet 1860, p. 67. Napoléon Bonaparte est venu une première fois à Étaples le 10 février 1798 (22 pluviôse an VI) (Espitalier 1914, p. 152, Wimet 1962, p. 962 et Baudelicque 1993, p. 291). Il est également présent à Étaples en 1804, les 1er et 2 janvier (Collectif 1862, p. 230, n° 7445), à la fin du mois de juillet (Thiers 1845b, p. 192) et les 21 et 22 août (Collectif 1862, p. 605, n° 7951 et p. 606, n° 7952 et Wimet 1962, p. 963).

8. Souquet 1856, p. 9-12 et 1863, p. 142-145, Caron s.d. (c), p. 17-22, Wimet 1962, p. 262-263 et Baudelicque 1993, p. 291-292. Pour la proclamation originale du conseil municipal en vue du passage du Premier Consul, voir E-dépôt 318/D/3.

9. Le 1er janvier (10 nivôse an XII), Napoléon Bonaparte est à Boulogne et arrive à Étaples dans la matinée (Collectif 1862, p. 227-230, n° 7443-7444). Il n’arrive donc pas directement à Étaples depuis Saint-Cloud comme le laisse entendre Gustave Souquet et Pierre-André Wimet (Souquet 1856, p. 15 et Wimet 1962, p. 963). Il en repart le 2 janvier pour Boulogne (Collectif 1862, p. 230, n° 7445).

10. Souquet 1856, p. 15-16 et 1863, p. 149-150, Caron s.d. (c), p. 22 et Baudelicque 1993, p. 294-295.

11. Préfet maritime à Lorient, Denis Decrès (1761-1820) devient ministre de la Marine de 1801 à 1814, vice-amiral, sénateur, grand officier et chef de la 10e cohorte de la Légion d’honneur en 1804, inspecteur général des côtes de la Méditerranée, grand cordon de la Légion d’honneur en 1805, grand officier de l’Empire en 1806, comte puis duc en 1813.

12. Étienne Eustache Bruix (1759-1805) est ministre de la Marine et des Colonies de 1798 à 1799,  amiral en 1801, conseiller d’État en 1802, commandant en chef de l’armée navale de l’Océan entre 1801 et 1802, commandant de la flottille du camp de Boulogne en 1803, colonel-général-inspecteur des côtes de l’Océan en 1804 et grand-officier et chef de la 13e cohorte de la Légion d’honneur en 1805.

13. Souquet 1856, p. 14-15 et Wimet 1962, p. 962.

14. Elle devait s’élever à l’endroit où se trouve aujourd’hui le quartier Bel-Air. Pierre-André Wimet la situe au-delà du pont de chemin de fer, à 300 m au nord-ouest (Wimet 1962, p. 962).

15. Thiers 1845a, p. 491, n. 1, Collectif 1862, p. 181, n° 7445, Souquet 1856, p. 16 et 1863, p. 150 Wimet 1962, p. 963 et Baudelicque 1993, p. 295 et 309.

16. Tomiche 1995, p. 16 : « Je vais cette nuit à Étaples où je resterai deux jours », Collectif 1862, p. 605, n° 7951 : « Je coucherai cette nuit dans ma baraque d’Étaples » et p. 606, n° 7952 : « Je suis aujourd’hui dans ma baraque d’Étaples ». Voir aussi Wimet 1962, p. 963.

17. Voir cette lettre sur le site internet de la maison de ventes Ader <https://www.ader-paris.fr/lot/96346/10401425>. Voir Wimet 1962, p. 963.

18. Hanoteau 1933, p. 314 et 1936, p. 146 et Wimet 1962, p. 963.

19. Souquet 1863, p. 157 et Wimet 1962, p. 964 : ce dernier place l’incendie au mois de juillet.

20. Souquet 1856, p. 12.

21. Il ne s’agit pas d’une vue stéréoscopique : sur les deux supports, des plaques de verre, l’une des vues est un positif, l’autre semble être un négatif (les noirs et blancs sont inversés). Nous remercions Marianne Steenbrugge, directrice du Musée Quentovic d’Étaples, d’avoir bien voulu nous faire parvenir les photographies du lit en haute qualité et celles des intérieurs de l’hôtel Souquet-Marteau, ainsi que de nous avoir transmis les informations reprises dans cet article. La photographie 98.1.110 a aussi été reproduite dans Caron s.d. (a), p. 22 et (c), p. 23, Wimet 1962, p. 963 et Collectif 1987, p. 50.

22. Les photographies de cette série ont été reproduites dans Caron s.d. (a), p. 21-23, (b), p. 83 et 85, et (c), p. 23, 30 et 31 et Collectif 1987, p. 50-51.

23. Les informations délivrées par Achille Caron se trouvent aux mêmes pages citées dans la note 22.

24. Sur les identifications, voir Caron s.d. (a), p. 23, (b), p. 83 et 85,  et (c), p. 30 et 31.

25. Le 11 avril 1814, à l’annonce de l’abdication de l’empereur, le maire Nicolas Souquet, qui avait pourtant accueilli 10 ans auparavant Napoléon Bonaparte dans son hôtel particulier, fit voter la délibération suivante, entre opportunisme et suivisme : « Le maire, adjoint, et les membres composant le conseil municipal de la ville d’Étaples, tant en leurs noms personnels que comme interprètes des habitants, pénétrés des sentiments proclamés par le Sénat, le Corps législatif et le Conseil municipal de Paris, adhèrent à l’unanimité aux Actes qui prononcent la déchéance de Napoléon Bonaparte et le rétablissement de l’auguste famille des Bourbons sur le trône des Français, expriment leur respectueuse reconnaissance envers le Sénat et le Gouvernement provisoire pour les mesures sages et énergiques qui, en rendant à la France ses légitimes souverains, lui rendent la paix et le bonheur » (Souquet 1863, p. 157 et 158, et Baudelicque 1993, p. 325). Le 27 septembre suivant, le maire et son conseil prêtaient serment d’obéissance et de fidélité au roi Louis XVIII (Baudelicque 1993, p. 325). Les Souquet n’étaient pas non plus de fervents partisans de la Révolution : il faut dire que celle-ci avait conduit à la mort Antoine Marteau, le grand-père de Gustave Souquet (Souquet 1856, p. 4).

26. Voir Rodière 1902, p. 42-44 et Caron s.d. (c), p. 3.

27. Après sa mort, la collection d’antiquités de son père devient la sienne (Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1896, p. 90, Bulletins de la Société nationale des antiquaires de France, 1897, p. 338, Le Cabinet historique de l’Artois et de la Picardie, 13 (1898), p. 286, n. 2, Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 1899, p. 265 et Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 1900, p. 74). En 1871, il est désigné par la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais et parmi d’autres membres afin de rédiger une notice historique sur Étaples pour la future statistique générale du département (Bulletin de la Commission des antiquités départementales du Pas-de-Calais, 3 (1869), p. 120). En 1896, il est désigné comme « archéologue » dans la liste des membres de la Commission des Monuments historiques du Pas-de-Calais qui sont chargés de travailler à l’exposition rétrospective des Arts et Monuments (Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1896, p. 107 et 201). En 1900, il dilapide la collection paternelle, mais, fort heureusement, cède les clichés photographiques à Louis Caron-Cousin, père et grand-père des Achille Caron, père et fils (Caron s.d. (c), p. 36-37).

28. Rodière 1902, p. 35-38, 1933a, p. 258, n. 1 et 2, et 1933b, p. 90, n. 4. C’est à lui que l’on doit, par exemple, la légende fautive des Étaplois en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle (Le courrier français, n° 30, 23 juillet 1908, p. 8 et Rodière 1902, p. 38-39 et 1933a, p. 256-257). Il a fait d’autres dons aux églises des communes voisines d’Étaples (Rodière 1933a, p. 145, suite de la n. 4 de la p. 144).

29. Rodière 1933b, p. 90, n. 4 et Caron s.d. (c), p. 31-32.

30. Rodière 1902, p. 42 et 43, n. a et b.

31. Caron s.d. (c), p. 26, Wimet 1962, p. 964, n. 9 et Baudelicque 1993, p. 295 et 302.

32. Depuis 2007, le quatrième médaillon consacré au général Marie Antoine Marc Obert (1774-1830) est endommagé : il n’a pas été restauré depuis.

33. Voir le Journal officiel de la République française du 30 mars 1985, p. 3737 et la notice sur Pop, plateforme ouverte du Patrimoine (Ministère de la Culture). URL : <https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00108273>. Achille Caron indique que Marie-Thérèse Lardé-Troussel a refusé en août 1945 un premier classement (Caron s.d. (c), p. 38).

34. Voir les Petites affiches roubaisiennes, 27 mai 1900, p. 1 et 3 juin 1900, p. 1, et Le grand écho du Nord de la France, 16 mai 1900, p. 5.

35. Nous remercions l’office notarial SELARL Bernard Ramon d’avoir bien voulu nous faire parvenir copie de cet acte de vente en 2014.

36. Caron s.d. (c), p. 23. Émile Ponche a également acheté un encadrement pour 3 francs (n° 351) et une horloge pour 25 francs (n° 366). Sur Émile Ponche, voir Mémoires de l’Académie des sciences, agriculture, commerce, belles-lettres et arts du département de la Somme, 1933, p. 218, 230 et 231.

37. Toutefois, les brèves consacrées à la vente du lit signalent la vente concomitante du lit et de son baldaquin : voir note 38.

38. Mémorial Artésien, n° 11.236, Mercredi 29 août 1900, p. 2.

39. Caron s.d. (c), p. 23 et 37.

40. On doit cette devise à plusieurs des membres du Syndicat d’initiative, tels qu’Élie Byhet, Michel Davot, Moïse Dumetz, Michel Katachinski, etc. Voir Bonte 1969, p. 10.

41. À l’exemple du témoignage suivant que l’on doit à Arlette Dambron : « Je me souviens bien de ce panneau : cela nous rendait très fiers, mes frères, soeurs et moi-même, lorsqu’on arrivait enfin à Étaples, revenant de notre exil alsacien. On en était très fiers. Ce panneau signifiait pour nous : Enfin à la maison ! ». Nous remercions Bernard Byhet, Arlette Dambron, Louis Grout, Jean-Luc Leprêtre, Stéphane Sagnier-Martel pour les renseignements et les illustrations fournis pour cette conclusion.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Bonte 1969 : BONTE (P.), Bonjour Monsieur le maire. Nouvelles promenades et bonnes adresses. La France touristique et gastronomique en 1000 adresses, n° 3, La Table Ronde, Paris, 1969.

Bottet 1914 : BOTTET (M.), Napoléon aux camps de Boulogne. La côte de fer et les flottilles, L’édition moderne, Librairie Ambert, Paris, 1914. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56844876>

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 6 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6158>.

Carlier 2019 : CARLIER (Y.), « Le vocabulaire et les typologies des lits en France au XVIIIsiècle »In Situ [En ligne], 40 (2019), mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 29 mai 2020. URL : <https://journals.openedition.org/insitu/23357>

Caron s.d. (a) : CARON (A.), Étaples par la photo, Livre n° 1 : 1848-1914, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J2. URL : <http://archivesenligne.pasdecalais.fr/ark:/64297/c632b42e48a64ee88b398511ded84785>

Caron s.d. (b) : CARON (A.), Portraits d’Étaplois, photographiés de 1850 à 1862 par Gustave Souquet, historien d’Étaples et photographe, Livre n° 2, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J32. URL : <http://archivesenligne.pasdecalais.fr/ark:/64297/aa45f43146ba4617df80bb74b0412c12>

Caron s.d. (c) : CARON (A.), Vieilles maisons, vieux souvenirs : la maison Souquet, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J123. 

Collectif 1862 : COLLECTIF, Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de Napoléon III, Tome 9, Imprimerie impériale, Paris, 1862. URL <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63230435>

Collectif 1987 : COLLECTIF, Scènes de la vie étaploise vues par Eanger Irving Couse et Achille Caron, Tome 2, Amis du Musée de la Marine d’Étaples, Imprimerie Vag, Étaples, 1987.

Espitalier 1914 : ESPITALIER (Al.), Vers Brumaire – Bonaparte à Paris, 5 décembre 1797 – 4 mai 1798, Perrin et Cie libraires-éditeurs, Paris, 1914. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6268064r>

Guestiers 1900 : GUESTIERS (G. de), « Flâneries », Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique, 1900, p. 308-312. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62562100>

Hanoteau 1933 : HANOTEAU (J.), « Lettres au prince Eugène », Revue des deux mondes, 16-3 (1933), p. 303-333. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3076672x>

Hanoteau 1936 : HANOTEAU (J.), Les Beauharnais et l’Empereur : lettres de l’impératrice Joséphine et de la reine Hortense au prince Eugène, Les témoins de l’Épopée, Librairie Plon, Paris, 1936. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5455442m>

Rodière 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Tome 4, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1902.

Rodière 1933a : RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale (suite). Le pays de Montreuil, Yvert et Tellier, Paris-Amiens, 1933.

Rodière 1933b : RODIÈRE (R.), « Sceau et armes de la ville d’Étaples » Séance du mercredi 2 janvier 1933, Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1935, p. 90-91.

Souquet 1856 : SOUQUET (G.), Histoire militaire et navale d’Étaples, depuis 1800 jusqu’à 1806, Imprimerie de Duval, Montreuil 1856. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65264874>

Souquet 1857 : SOUQUET (G.), Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, Imprimerie de Duval, Montreuil, 1857.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6526186p>

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Thiers 1845a : THIERS (A.), Histoire du Consulat et de l’Empire, faisant suite à L’histoire de la Révolution française, Tome 4, Paulin libraire-éditeur, Paris, 1845. URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k22606k

Thiers 1845b : THIERS (A.), Histoire du Consulat et de l’Empire, faisant suite à L’histoire de la Révolution française, Tome 5, Paulin libraire-éditeur, Paris, 1845. URL : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k22607x>

Tomiche 1955 : TOMICHE (N.), Napoléon. Textes inédits et variantes, Textes littéraires français : 67, Librairie Droz, Genève, 1955.

Wimet 1962 : WIMET (P.-A.), « Les baraques impériales d’Étaples et d’Ambleteuse », Revue de Boulogne et de la région, n°283 (novembre-décembre 1962), p. 962-964.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «La vente du lit du Premier Consul en 1900», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 mai 2020 <https://chronista.hypotheses.org/4035>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.