Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux manuscrits : les Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples (fig. 1). Conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (MS 54-55), ces deux documents, compilant données anciennes, témoignages oraux et trouvailles fortuites, contiennent de nombreux renseignements sur l’histoire et l’archéologie étaploises. Si certaines informations ou thèses développées par Godefroy Cappe de Baillon apparaissent aujourd’hui fantaisistes1, d’autres renvoient à une réalité que l’auteur a plutôt bien transcrite : en effet, dans de très rares cas, il s’est fait le fidèle rapporteur de découvertes archéologiques réalisées à Étaples durant le premier conflit mondial. C’est particulièrement le cas avec une sépulture à incinération gallo-romaine découverte en 1915.

Fig. 1. Page de couverture du mémoire n° 1 de Godefroy Cappe de Baillon, 1915-1917 (Archives départementales du Pas-de-Calais, MS 54 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Godefroy Cappe de Baillon ne consacre que quelques lignes à cette découverte dans son premier manuscrit, mais il fournit un croquis de la sépulture2 qui demeure méconnu (fig. 6). La tombe est découverte à l’occasion de l’aménagement de la gare annexe, complexe ferroviaire construit à Étaples à partir de la fin de l’année 1914. Cette gare prend place au nord de la ville, le long de la voie ferrée qui mène d’Étaples à Boulogne et, plus précisément le long de la section qui court entre le Pont des Trois Arches et le manoir de la famille de Rocquigny3 (fig. 2 et 4). Au XIXe siècle, l’installation de la voie ferrée avait nécessité le percement d’une falaise calcaire : l’aménagement de la gare annexe va en poursuivre le creusement et l’aplanissement quelques décennies plus tard (fig. 3 et 4, n° 4).

Fig. 2. Vue de la gare annexe vers le sud, photographie prise par Achille Caron, père, ca. 1915 : à droite, la voie Étaples-Boulogne, à gauche, les carrières de craie, au fond, le Pont des Trois Arches (Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J30 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 3. Vue des travaux de la gare annexe vers le nord-est, photographie prise par Achille Caron, père, ca. 1915 : au premier plan, la voie Étaples-Boulogne, à droite, les carrières de craie, à gauche, le 5e régiment du génie français au travail (Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J30 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Localisation approximative de la sépulture sur cadastre récent : en 1, Pont des Trois Arches, en 2, propriété de la famille de Rocquigny, en 3 ligne ferroviaire Étaples-Boulogne, en 4, carrière et emplacement des travaux du 5e régiment du génie en 1914-1915, en 5, emplacement de la sépulture gallo-romaine ; en A, angle de vue de la figure 2, en B, angle de vue de la figure 3 (Ministère de l’Action et des Comptes publics, section AH – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Arrivé à la fin de l’année 1914, à Étaples, le 5e régiment du génie français effectue d’importants travaux autour de la gare principale4 : terrassements, doublement des voies, embranchements… Le 1er juin 19155, le creusement de la falaise, en préambule à l’aménagement d’une ligne de chemin de fer, non loin du château des Bergeries, propriété de Roger de Rocquigny (fig. 5), provoque la découverte d’une sépulture gallo-romaine, à 0,65 m de profondeur sous la terre végétale et le sable6. Cette sépulture, orientée nord-ouest/sud-est, était formée d’un petit caveau rectangulaire dont les parois étaient construites en moellons de calcaire probablement liés à l’argile (fig. 6 et 7). L’ensemble mesurait 1,90 m de long et 1,75 m de large et avait une hauteur de 1,10 m. L’espace intérieur, de forme rectangulaire également, mesurait 1,30 × 1,15 m. On avait aménagé une niche de 0,65 m de hauteur dans l’une des parois : celle-ci était vide lors de la découverte de la sépulture. L’accès à l’espace intérieur était fermé à l’aide de plusieurs blocs de calcaire. Le caveau était recouvert d’une dalle de schiste aux contours irréguliers, mesurant 2 × 1,20 m. Curieusement, le mobilier funéraire n’était pas contenu à l’intérieur du caveau, mais placé à l’extérieur, au pied de l’une des parois. Trois vases en céramique commune grise ont été retrouvés : un plat, sur lequel était posée une marmite, et l’urne cinéraire7. Malheureusement, la découverte de la sépulture a provoqué la destruction des céramiques et seule la partie inférieure de l’urne a été remise au propriétaire du terrain, Roger de Rocquigny.

Fig. 5. Vue de la gare annexe vers le nord et emplacement de la sépulture gallo-romaine (étoile rouge) selon Achille Caron fils, photographie prise par Achille Caron, père, ca. 1915 : au premier plan, la voie ferrée Étaples-Boulogne, sur la droite, la carrière, au fond, la propriété de Rocquigny (Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J30 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 6. Croquis de la sépulture gallo-romaine découverte en 1915 dans le manuscrit de Godefroy Cappe de Baillon (Archives départementales du Pas-de-calais, MS 54, f° 24r° – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 7. Mise au propre et à l’échelle du croquis de la sépulture d’après le manuscrit de Godefroy Cappe de Baillon (DAO : Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

En 2008, cette sépulture a été classée par Nathalie Soupart (INRAP) dans la catégorie des sépultures dites “privilégiées” en opposition avec les sépultures de pleine terre8. Elle s’intègre dans une série : celle des tombes à hypogée de type 1 (caveau funéraire maçonné, chambre souterraine de plan rectangulaire, avec ou sans couloir d’accès)9. Il n’est pas possible de dater la sépulture étaploise : les quelques éléments qui auraient pu aider à la datation ont disparu depuis longtemps10. Elle atteste cependant d’une pratique de tombe “privilégiée”, probablement en lien avec l’agglomération gallo-romaine nord d’Étaples, établie à quelques dizaines de mètres dans les garennes, et vient compléter le corpus des pratiques funéraires attestées sur ce territoire : en 1841, une fouille conduite par les membres de la section boulonnaise de la Société académique des Antiquaires de la Morinie avait conduit à la mise au jour d’un cimetière composé de tombes à incinérations et placé à l’écart de l’agglomération, vers l’ouest, en direction du rivage11.


Notes

1. Citons, par exemple, la supposée existence d’un temple de Jupiter à l’emplacement de l’ancienne église Notre-Dame de Foy (Cappe de Baillon 1915-1917, f° 21r°, qui, toutefois, rappelle qu’il s’agit d’une tradition locale ; l’hypothèse a été reprise et popularisée depuis par Baudelicque 2004, p. 46 et 2005, p. 11 et 54, par exemple) ou bien encore l’assimilation d’Étaples à Quentovic, port carolingien de la Canche, hypothèse alors largement partagée par la communauté scientifique du début du XXe siècle : cependant, fort de cette allégation, Godefroy Cappe de Baillon a transformé le cœur de la vieille ville d’Étaples en un immense port dont les vestiges pouvaient encore, selon lui, se lire dans la topographie urbaine de son temps et à travers les découvertes effectuées dans le courant du XIXe siècle et au début du siècle suivant, confondant en un seul et même ensemble vestiges de toute époque (Cappe de Baillon 1915-1917, f° 14r°). Godefroy Cappe de Baillon n’était cependant pas qu’un historien iconoclaste : il avait été récompensé en 1897 par le premier prix (médaille d’or) du concours d’histoire de l’Académie d’Arras pour un travail sur Le Démantèlement d’Arras (Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 5 (1931), Séance du 10 septembre 1922, p. 50).

2. Sur cette sépulture, voir Cappe de Baillon 1915-1917, f° 21v°-22r° et 24r°, Caron s.d., p. 18 et 20, Delmaire 1994, n° 16, p. 351-352, Philippe 2004, p. 35 et Soupart 2008, p. 43 (qui reprennent, tous deux, la description de Delmaire).

3. Au XIXe siècle, ce manoir était connu sous le nom de “Folie“. Au XXe siècle, les termes “Château des Bergeries” et “Les Bergeries” ont remplacé la dénomination initiale.

4. Le 5e régiment du génie (5e RG), régiment de l’armée de terre, était spécialisé, depuis sa création le 11 juillet 1889, dans les travaux de voies ferrées : il a été dissous le 10 juin 2010. Sur la gare annexe, voir Baudelicque 1996, p. 130.

5. Godefroy Cappe de Baillon donne le 1er juin 1915 comme date de la découverte (Cappe de Baillon 1915-1917, f° 21v°, 22r°, note 2 et 24r°). Achille Caron fils la place en 1914  (Caron s.d., p. 18 et 20). Celui-ci se réfère aux souvenirs de Paul Caloin, membre fondateur de la Société Les Amis de Quentovic, créée en 1934. Les interprétations de ce dernier n’étaient pas toujours rigoureusement fondées, à l’exemple de ce propos sur la sépulture : “Tombe d’un guerrier de l’époque gallo-romaine, (…) enterré avec ses armes et diverses poteries, tel que César le rapporte dans ses commentaires : c’était un chef assurément” (Caron s.d., p. 18, repris p. 20). Godefroy Cappe de Baillon ne fait pas mention de la découverte d’armes.

6. Les travaux d’aménagement du camp britannique, au nord d’Étaples, ont, semble-t-il, favorisé d’autres découvertes à partir de 1915. Achille Caron fils cite, d’après les souvenirs de Paul Caloin, la découverte d’un “vase en grès rempli de pièces de bronze” (Caron s.d., p. 20 ; voir également Bulletin de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 10 (1913-1921), p. 702 et Delmaire 1994, p. 349). Le camp britannique s’est installé sur les vestiges d’une agglomération gallo-romaine située au lieu-dit La Pièce à Liards et connue depuis le XIXe siècle au moins : une grande partie de ces vestiges ont été détruits lors de l’aménagement du camp (Delmaire 1994, p. 343-349). Achille Caron, sans plus de précisions, évoque également d’autres découvertes “que les Anglais… s’approprièrent” (Caron s.d., p. 18). Godefroy Cappe de Baillon signale l’existence d’une autre sépulture isolée “en face du portail de l’ancienne église Notre-Dame“, mais qu’il ne peut que mentionner “les débris (…) ayant disparu” (Cappe de Baillon 1915-1917, f° 21r°). Nous ne savons pas s’il se réfère à la découverte, en 1861, de la sépulture médiévale d’un chevalier, découverte à proximité de l’église (Souquet 1861).

7. Godefroy Cappe de Baillon décrit ainsi cette urne : “Elle est ornée de larges canelures (sic) (godronnées) disposées perpendiculairement sur la partie renflée ; et repose sur un pied assez gracieux ; sa hauteur est de 0,16c environ” (Cappe de Baillon 1915-1917, f° 22r°).

8. Soupart 2008, p. 43.

9. Il n’est cependant pas possible d’attester de l’existence – ou non – d’un couloir d’accès à la tombe au vu du contexte de découverte.

10. Nathalie Soupart date cette sépulture des IIIe-IVe siècles (Soupart 2008, p. 43).

11. Sur ce cimetière, voir Delmaire 1994, p. 345 et Philippe 2004, p. 34. Sur l’agglomération gallo-romaine nord, voir note 6.


Bibliographie

Baudelicque 1996 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 2, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1996.

Baudelicque 2004 : BAUDELICQUE (P.), Étaples, Mémoire en Images, Éditions Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2004.

Baudelicque 2005 : BAUDELICQUE (P.), Histoire religieuse d’Étaples des origines à l’an 2000, Imprimerie Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005.

Cappe de Baillon 1915-1917 : CAPPE DE BAILLON (G.), Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples, Cahier n° 1, Étaples, 1915-1917, Manuscrit conservé aux Archives départementales sous la cote MS 54.

Caron s.d. : CARON (A., fil), Notes pour servir à l’Histoire d’Étaples pendant la guerre 1914-1918… Et quelques notes concernant 1870 et les années suivantes…, Pont-de-Briques, s.d., Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J30.

Delmaire 1994 : DELMAIRE (R.), Carte archéologique de la Gaule : Le Pas-de-Calais (62), Volume 2, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1994.

Philippe 2004 : PHILIPPE (M.), “L’occupation du territoire d’Étaples (Pas-de-Calais) durant l’antiquité gallo-romaine : un état des connaissances après deux siècles de fouilles et trouvailles” Sucellus, 55 (2004), p. 32-50.

Soupart 2008 : SOUPART (N.), DUVETTE (L.), CHAIDRON (C.), LAPERLE (G.), “Les tombeaux gallo-romains à chambre hypogée de Bruay-la-Buissière, Rue du Chemin Vert”, Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 2008-5, n° 378, p. 31-52. <https://www.cairn.info/revue-du-nord-2008-5-page-31.htm>

Souquet 1861 : SOUQUET (G.), “Sépulture d’un chevalier chrétien du XIIIe au XIVe siècle”, Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales du Pas-de-Calais, 2 (1862), Assemblée générale du 8 août 1861, p. 89-90.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 23 février 2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/4095

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.