Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population étaploise, mais également sur les sentiments et les préoccupations des soldats se trouvant à Étaples ou écrivant, depuis le front, les hôpitaux ou leurs lieux de permission, à leurs familiers résidant dans la ville, en France ou à l’étranger.

Fig. 1. Recto de la carte postale (Collection B. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Verso de la carte postale (Collection B. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La carte postale présentée ici a été écrite le 13 avril 1917, à Étaples, par Mme M. Deleaune à son « cher Léon », dont le nom n’est pas cité (fig. 1). Léon, qui vient d’être blessé au bras, probablement sur le front, semble originaire du littoral.

Le verso1 de la carte postale est illustré d’une vue du Pont du Chemin de fer sur la Canche, pont construit en 18472 et sur lequel un train de marchandises roule en direction d’Étaples (fig. 2). La carte postale a été éditée par la maison Stévenard de Boulogne-sur-Mer (E.S. 1225).

Étaples, 13 avril 17

Mon cher Léon,

Tu es bien aimable de m’envoyer de temps en temps de tes nouvelles. J’aime bien en recevoir et suis heureuse que tu peux te servir de ton bras. Seulement, cette blessure ne va-t-elle pas bien trop vite avec la lenteur de la guerre : on ne peut en sortir. C’est dommage que tu sois si loin. Pourquoi n’es-tu à Paris Plage ? Tu serais aussi bien à l’Hôpital et mieux près de chez toi.

À bientôt mon cher Léon et bonnes amitiés.

M. Deleaune

En avril 1917, la Première Guerre mondiale en est à sa troisième année d’existence. En une seule phrase, Mme Deleaune traduit l’état de lassitude de la population face à une guerre qui s’éternise : « On ne peut en sortir ». La guérison de la blessure de Léon risque d’intervenir bien plus rapidement que la fin de la guerre : aussi, Mme Deleaune souhaite-t-elle que le blessé se rétablisse doucement. En cette année 1917, Étaples vit pleinement à l’heure de la guerre, depuis l’installation, en 1915, de l’immense camp britannique au nord de la ville. À la fin de l’année 1917, une importante mutinerie secouera le camp et la ville3. Mme Deleaune mentionne également l’un des hôpitaux du Touquet-Paris-Plage, dans lequel elle aimerait que Léon soit soigné : plusieurs hôtels ont été réquisitionnés et transformés en hôpitaux militaires à la fin de l’année 19144. Neuf sont ainsi disponibles dès 1915 : quatre sont placés sous contrôle français (L’Hermitage, Le Régina, l’Atlantic, Le Savoy) et cinq sous contrôle anglais (Le Casino de la forêt, Le Grand Hôtel, L’Hotêl du Golf, Le Liverpool et la Villa Tino). Nous n’avons pas trouvé d’informations sur Mme M. Deleaune, dont le patronyme n’est pas connu localement. En l’état, le cher Léon n’est pas identifiable lui non plus.


Notes

1. Dans la terminologie de la carte postale, le recto est le côté portant la mention : « carte postale » ; l’autre face, illustrée, constitue le verso. Le recto des cartes postales a subi des modifications au début du XXe siècle (Arrêté du Ministre du commerce, de l’industrie, des postes et télégraphes, sur la proposition du sous-secrétaire d’Etat des postes et télégraphes en date du 16 mai 1904). Avant 1904, le recto était uniquement destiné à noter l’adresse du destinataire : la correspondance était reportée sur le verso avec l’illustration. Après 1904, le recto, qui devait comporter obligatoirement la mention « carte postale », a été divisé en deux blocs, l’un à droite pour l’adresse, l’autre à gauche pour la correspondance. La carte postale présentée ici a donc été éditée après cette réforme : ce qui ne date pas la vue du verso qui, elle, a pu être prise bien avant cette date.

2. Souquet 1863, p. 172.

3. Sur la mutinerie du camp d’Etaples, voir, par exemple, Descamps 1925, p. 83 et Baudelicque 1996, p. 141-150.

4. Descamps 1915, p. 20-26 et Baudelicque 1996, p. 129-132.


Bibliographie

Baudelicque 1996 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 2, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1996.

Descamps 1925 : DESCAMPS (J.), Le Touquet-Paris-Plage pendant la guerre 1914-1918, Imprimerie J. Duvivier, Tourcoing, 1925.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Mémoire de la guerre 1914-1918. 1. Lassitude de la guerre», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 26 février 2020 <https://chronista.hypotheses.org/4462>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.