Bons pour le service

La carte postale présentée ici a été écrite le 12 janvier 1917, à Étaples, par Paul Marié (fig. 1). Elle est adressée à sa tante, Mme Delianne, qui réside 260 rue de l’Impératrice, à Berck (Pas-de-Calais). Paul lui écrit afin de l’informer que lui et deux de ses amis sont « bons pour le service ». En cette troisième année de la guerre, le risque de partir au front pour les trois jeunes hommes est grand.

Fig. 1. Recto de la carte postale (Collection B. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Verso de la carte postale (Collection B. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le verso1 de la carte postale est illustré d’une vue montrant les prés salés de la Canche, depuis la rive gauche du fleuve (fig. 2) : ces étendues à végétation basse, qui sont inondées par les eaux salées lors des marées hautes, sont également appelées « mollières » sur le littoral picard. Plusieurs vaches paissent tranquillement. À l’arrière-plan, se déploient le pont de chemin de fer, construit en 1847, et quelques maisons établies sur la rive droite. Sur le verso, en guise d’affranchissement, ont été apposés deux timbres à la semeuse2, l’un rouge de 10 centimes, l’autre vert de 5 centimes, tous deux oblitérés3.

Au recto, dans la partie dédiée à la correspondance, prend place le message de Paul Marié :

Étaples, le 12. 1. 17.

Chère tante,

Deux mots pour te dire que Raymond Lamour, Gaston Codron et moi, nous sommes bons pour le service.

Bons baisers,

Ton neveu,

Paul Marié

Qui sont donc ces trois jeunes gens aptes au service ? Leurs feuillets matricules de conscrits permettent de préciser leurs origines familiales et les liens qu’ils entretiennent entre eux, leurs parcours durant les derniers mois du conflit mondial et leurs devenirs à l’issue de la guerre et au-delà. Issus de l’arrondissement de Montreuil, tous trois ont été recrutés au bureau de Saint-Omer : ils faisaient partie de la classe 1918, mais ont été recensés à l’âge de 19 ans4.

L’expéditeur de la carte postales est Paul Antoine Victor Marié : celui-ci nait le 27 mai 1898, à Étaples. Il est le fils de Paul Eugène Arthur Marié (1868-1931), aubergiste, rue de la Gare5, à Étaples, et de Julie Marie Antoinette Codron (1876-1955), ménagère6. L’oncle paternel de Paul est Jules Lucien Henri Marié (1873-?), clerc de notaire et époux de Marie Estelle Antonine Delianne (1879-1969) : c’est à cette dernière, tante de Paul, qu’est adressée la carte postale. En 1917, Paul Marié est employé aux tramways : il est donc agent de la Société du Tramway d’Étaples à Paris-Plage, ligne mise en service en 1900. À son recrutement7, il mesure 1,68 m ; il est décrit comme ayant les cheveux châtains, les yeux marrons, le visage ovale et une cicatrice au front, sur le côté droit. Son niveau d’instruction est placé au degré 3, c’est-à-dire qu’il possède une instruction primaire développée. Incorporé au 73e régiment d’infanterie le 19 avril 1917, il est déclaré inapte pour troubles abdominaux (hernie) par la commission de réforme, le 25 juin 1918. Il est, en effet, opéré à Périgueux (Dordogne) où il est hospitalisé du 18 août au 9 octobre 1917. Il est mis en convalescence à l’hôpital de Berck (Pas-de-Calais) pendant un mois, à partir du 12 novembre 1917, puis placé dans l’hôpital maritime de Brest (Finistère) du 17 décembre 1917 au 28 janvier 1918 et, enfin, dans celui de Berck (Pas-de-Calais), à nouveau, du 5 mars au 14 mai 1918. Il est alors basculé dans le 7e régiment d’infanterie territoriale le 25 juillet 1918, puis au 8e régiment. Après la guerre, il se marie avec Jeanne Joséphine Andréa Trupin (1901-1984), le 5 avril 1921, au Touquet (Pas-de-Calais) : le couple donne naissance à 3 enfants. En 1926, la famille habite rue d’Étaples dans cette ville également. Paul est déclaré sans affectation le 1er août 1927 et rattaché à la classe 1912 le 13 janvier 1934. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est rappelé à l’activité le 2 septembre 1939 et affecté au 15e régiment. Arrivé au corps le 4 septembre, il est désaffecté du dépôt n° 11 le 10 janvier 1940, avant d’être affecté au dépôt de cavalerie à partir de cette date. Il décède le 1er mars 1955, au Touquet, à l’âge de 56 ans.

Raymond Léon Auguste Lamour nait le 18 mai 1898, à Étaples8. Il est le fils d’Albert Jean François Lamour (1876-1955), cultivateur, rue des Violiers9, à Étaples, et de Léonie Pauline Julie Marié (1877-?), sœur de Paul Eugène Arthur Marié et, par conséquent, tante de Paul Marié : Raymond Lamour est donc le cousin de ce dernier. En 1917, Raymond est cultivateur comme son père. À son recrutement10, il mesure 1,68 m, comme son cousin ; il est décrit comme ayant les cheveux châtains, les yeux marrons et le visage ovale. Son niveau d’instruction est placé au degré 2, c’est-à-dire qu’il sait lire et écrire. Il est affecté dans l’armée active. Du 3 mai 1917 au 5 avril 1918, il est incorporé successivement au 110e, au 8e, puis au 1er régiment d’infanterie. Il est blessé le 21 juillet 1918 à Saint-Rémy (Aisne), puis évacué le 26 juillet vers l’intérieur. Il entre à l’hôpital de La Panne (Belgique) de cette date au 11 août 1918, pour cause de plaie importante à la cuisse et à la fesse gauche par éclat d’obus. Du 12 août 1918 au 13 janvier 1919, il se retrouve à l’hôpital de Marseille (Bouches-du-Rhône), puis à celui du Touquet-Paris-Plage (Pas-de-Calais) du 13 janvier au 15 mai de cette même année. Le 3 septembre 1919, la commission de réforme de Cambrai (Nord) le classe en service auxiliaire. Le 23 avril 1920, la commission de réforme de Lille (Nord) le maintient dans ce service, pour cause d’invalidité inférieure à 10 % et troubles légers fonctionnels. Il est envoyé dans la disponibilité et affecté au 8e régiment d’infanterie. Après la guerre, il se marie avec Angèle Lucie Ramet (1901-1976), le 4 mars 1922, à Étaples. Puis, le 5 juillet 1922, il est classé dans la 5e section de chemin de fer de campagne, subdivisions complémentaires, comme homme d’équipe à Dannes-Camiers (Pas-de-Calais). Il habite, à cette époque, au 66 de la rue de Rosamel, à Étaples. La commission de réforme d’Amiens (Somme) du 12 avril 1929 le maintient dans les services auxiliaires pour invalidité inférieure à 10 %. Le 1er juillet 1936, il est passé d’office au bureau de recrutement de la Seine, département dans lequel il semble résider désormais. Malgré nos recherches, nous ne sommes pas parvenus à trouver la date de son décès.

Fig. 3. Mention de Raymond Lamour et de sa famille dans l’acte de dénombrement de la population étaploise daté de 1931 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 2 MILNR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Gaston Émile Eugène Codron nait le 4 juin 1898, à Lefaux (Pas-de-Calais)11. Il est le fils de Pierre Jules Eugène Codron (1872-?), cultivateur à Lefaux, rue d’En Bas, et de Marie Alice Lamour (1874-?), ménagère12. Le père, Pierre, est le frère de Julie Marie Antoinette Codron, la mère de Paul Marié : Gaston Codron est le cousin paternel de Paul. En 1917, Gaston est cultivateur comme son père : cette profession est encore la sienne dans les années 1930. À son recrutement13, il mesure 1,69 m ; il est décrit comme ayant les cheveux châtains, les yeux gris et le visage rond. Son niveau d’instruction est placé au degré 2, c’est-à-dire qu’il sait lire et écrire. Placé dans l’armée active, il est incorporé au 101e régiment d’artillerie lourde le 3 mai 1917,  puis au 102e régiment d’artillerie lourde le 12 avril de la même année. Il est hospitalisé à l’hôpital d’Angoulême (Charente) pour une otite bilatérale du 28 juin au 19 juillet 1917. À la suite de cette hospitalisation, il est envoyé dans la disponibilité et passe au 120e régiment d’artillerie lourde le 13 mai 1918. Il est de nouveau envoyé en disponibilité le 8 juin 1920. Affecté au 101e régiment d’artillerie lourde à Douai, il est ensuite affecté au 17e régiment d’artillerie le 1er avril 1923. Il passe au centre mobile d’artillerie n° 1 le 1er janvier 1928, puis au centre mobile d’artillerie n° 26 le 1er mai 1931. Cette même année, il habite rue des Berceaux, à Étaples, avec son épouse Camille Rosinda Doucet (1894-1980), née à Artenay (Loiret)13. En 1938, il est domicilié rue des Vaches, à Groffliers (Pas-de-Calais). Le 4 octobre de cette année, il est réformé définitivement par la commission de réforme d’Amiens (Somme) pour cause de perte totale de l’audition. Le 2 mars 1939, on l’informe qu’il ne peut percevoir de pension d’infirmité, car celle-ci n’est pas imputable à ses états de service. Il décède le 21 décembre 1970, à Merlimont (Pas-de-Calais), à l’âge de 72 ans.

Fig. 4. Mention de Gaston Codron et de son épouse dans l’acte de dénombrement de la population étaploise daté de 1931 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 2 MILNR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les quelques mots adressés par Paul Marié à sa tante le 12 janvier 1917 ne présageaient rien du destin des trois cousins, nés à quelques mois de distance les uns des autres en 1898. Tous trois ont vécu les deux dernières années de la guerre, sur le front ou dans les hôpitaux : si l’un a été blessé sur le front par un éclat d’obus, les deux autres souffraient de maux préexistant au conflit, mais qui ont dû s’aggraver avec celui-ci. Passés dans la disponibilité, il ont survécu à la guerre. Revenus à Étaples, ils se sont mariés et ont fondé une famille, puis ont quitté la ville. Leurs parcours individuels rendent compte de l’inégalité des destins devant l’histoire, mais surtout témoignent du sacrifice d’une génération dont il faut célébrer la mémoire.


Notes

1. Sur la distinction entre recto et verso, voir Byhet-Bonvoisin 2020.

2. La Semeuse est une œuvre du sculpteur et médailleur Oscar Roty (1846-1911). L’allégorie est utilisée sur les pièces de monnaie à partir de 1897, puis sur les timbres à partir de 1903.

3. Cachet : Entrepôt d’Étaples – Pas-de-Calais.

4. La loi Barthou du 7 août 1913, ou Loi des trois ans, allonge le service militaire à 3 ans : le recensement des appelés s’effectue à 19 ans au lieu de 20 précédemment.

5. Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de 1911, Liste nominative des habitants de la commune d’Étaples, M 3629, p. 24. La rue de la Gare est l’actuelle rue Desiré Deboffe.

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 3E 318/25, acte n° 69 des naissances de l’année 1898.

7. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1r_9365, matricule de recrutement 743.

8. Archives départementales du Pas-de-Calais, 3E 318/25, acte n° 64 des naissances de l’année 1898.

9. Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de 1911, Liste nominative des habitants de la commune d’Étaples, M 3629, p. 72.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1r_9365, matricule de recrutement 715.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, 3E 496/7, acte n° 3 des naissances de l’année 1898.

11. Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de 1911, Liste nominative des habitants de la commune de Lefaux, M 3653, p. 4

12. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1r_9365, matricule de recrutement 665.

13Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de 1931, Liste nominative des habitants de la commune d’Étaples, 2 MILNR 318/2, p. 81 et Archives départementales du Loiret, 7E8/1, acte n° 13 des naissances de l’année 1894. Le nom de Camille est orthographié « Loucet » dans l’acte de dénombrement.


Bibliographie

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Mémoire de la guerre 1914-1918. 1. Lassitude de la guerre », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 26 février 2020 <https://chronista.hypotheses.org/4462>.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Mémoire de la guerre 1914-1918. 2. Bons pour le service», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 4 mars 2020 <https://chronista.hypotheses.org/4607>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


2 réponses sur “Bons pour le service”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.