Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739

Dans les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples, il est rare que la cause des décès des paroissiens soit indiquée. Il faut que la mort soit brutale ou soudaine pour que cette cause soit mentionnée, à l’exemple du décès suivant1, intervenu le 5 novembre 1704 :

Le cinquième novembre 1704, François Duhamel, âgé de cinquante-huit ans, mary de Marthe Vuyart, sa femme, cabaretier et chasse-marées de profession, est mort subitement en étant le long de la côte pour faire marée, en présence de plusieurs personnes quy nous l’ont attesté, et duquel le corps fut inhumé le six du même mois dans le cimetière de cette église, et ayant interpellé lesdits témoins pour signer, ils ont déclaré ne sçavoir écrire, ce que le curé soussigné déclare (P. Osmont, prêtre). 

Aussi, la mention qui suit fait-elle exception. En 1739, le curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, Antoine Boully2, consigne cette observation3 dans son registre paroissial, en marge de plusieurs actes de baptêmes, mariages et décès rédigés entre le 14 juillet et le 3 août (fig. 1 et 2) :

Il est mort de la suette depuis le 8e may 17 personnes.

Fig. 1. Folio 7v° de l’année 1739 du registre paroissial de l’église Saint-Michel d’Étaples (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Détail du folio précédent : mention marginale écrite de la main du curé de l’église Saint-Michel, Antoine Boully (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

À quelle soudaine épidémie les Étaplois ont-ils dû faire face au printemps de l’année 1739 ? La suette est une ancienne maladie infectieuse épidémique. Il existe deux variétés : la suette anglaise et la suette miliaire. Nous nous intéresserons ici à la seconde : la première, qui a sévi principalement en Angleterre, a disparu au XVIe siècle4.

La suette miliaire est aussi connue sous le noms de « suette picarde » ou de « suette des Picards », car elle est observée pour la première fois, et avec certitude, en Picardie, en 1718. Mais elle a pu apparaître bien avant cette date : ainsi semble-t-elle attestée en 1712 à Montbéliard (Doubs) et en 1713 à Dunkerque (Nord)5. Elle est signalée dès 1723 dans ce qui constitue l’actuel territoire du Pas-de-Calais6. En 1881, dans son Handbuch der historisch-geographischen Pathologie, le médecin allemand, August Hirsch, a dénombré 194 épidémies de suette en France de 1718 à 18747. Depuis, la liste s’est allongée, car de nombreuses autres cas ont été recensés et étudiés au XIXe siècle8. La suette miliaire n’est plus observée depuis 1906, année pendant laquelle elle a infectée plusieurs commune des Charentes. L’épidémie étaploise, inconnue de l’étude de Hirsch, est donc l’une des premières attestées en France.

La suette miliaire, bien que pouvant conduire à la mort, était moins virulente que la suette anglaise qui a coûté la vie, au XVIe siècle, à des milliers d’habitants en Angleterre : ainsi, à Londres, 1000 morts sont à déplorer en une semaine en 1551. Elle se caractérise principalement par une fièvre et une transpiration importantes. Surtout, elle s’accompagne d’une éruption cutanée en forme de grains de mil qui lui a donné son qualificatif miliaire et qui la différencie de la suette anglaise. Elle se développe de manière soudaine, rapide et tout au long de l’année, quelle que soit la saison. L’agent causal de cette infection, peut-être viral, demeure encore incertain. Ont été incriminés par les médecins de l’époque moderne de multiples causes (les conditions de saletés, les eaux usées, les milieux humides, les vents soufflant sur les rivages) qui sont, bien évidemment, aujourd’hui jugées de manière fantaisiste. Une hypothèse récente fait du groupe des hantavirus une cause possible de l’infection, mais la communauté scientifique n’a pas encore tranché le débat9.

Est-il possible d’établir la liste des 17 paroissiens étaplois emportés par la suette ? Le curé Antoine Boully situe au 8 mai 1739 l’apparition de cette épidémie : avant cette date, le nombre de décès semble atteindre une proportion habituelle (fig. 3), mais il est possible que la maladie soit passée inaperçue pour les quelques jours précédents. Pour chaque décès intervenu après le 8 mai, Antoine Boully n’a nullement indiqué la cause de la mort. Dans le registre paroissial, il n’y a pas de décès répertorié au 8 mai, mais il y en a un le jour précédent, le 7 mai. Aussi, cette dernière date constituera-t-elle le terminus post quem de la liste. Le doyen de la paroisse ne fait pas mention dans son registre d’une éventuelle date de fin de l’épidémie. Le dernier décès le plus éloigné après la mention de l’épidémie au folio 7v° du registre fournira le terminus ante quem. Il s’agit d’un décès intervenu le 8 septembre : à cette dernière date, le nombre de décès semble refluer de manière indubitable. Avec ce postulat, on peut dresser la liste suivante de 23 paroissiens décédés entre le 7 mai et le 8 septembre10 :

  • le 7 mai (n° 35) : Jacques Lefebvre, fils de Louis Lefebvre, vice-maïeur d’Étaples, âgé de 26 ans, inhumé dans l’église ;
  • le 22 mai (n° 39) : Joseph Gouchon, dit Laffon, greffier, âgé de 36 ans, inhumé dans le cimetière ;
  • le 27 mai (n° 40) : Antoine Brihier, fils d’Antoine Brihier, âgé de 24 ans [22 ans], inhumé dans le cimetière ;
  • le 31 mai (n° 43) : Pierre Brihier, fils de François Brihier, âgé de 3 semaines, inhumé dans le cimetière ;
  • le 8 juin (n° 44) : Marie Louise Lefebvre, fille de Louis Lefebvre, vice-maïeur d’Étaples, et épouse de Jean Baptiste Baudelicque, bailly royal d’Étaples, âgée de 26 ans [29 ans], inhumée dans l’église ;
  • Le 8 juin (n° 45) : Marie Jeanne Antoinette Maillart, fille de Marin Maillart et Marie Margueritte Petit, âgée de 2 ans et 3 mois, inhumée dans le cimetière ;
  • Le 16 juin (n° 48) : Jean Baptiste Baillet, fils de Guillaume Baillet et Marie Bouchard, âgé de 2 ans et 9 mois, inhumé dans le cimetière ;
  • le 17 juin (n° 49) : Noël Labitte, valet demeurant chez monsieur Lefebvre11, âgé de 34 ans, inhumé dans le cimetière ;
  • le 21 juin (n° 51) : Marie Antoinette Capry, épouse de Pierre Chanteau, cordonnier, inhumée dans le cimetière12 ;
  • le 21 juin (n° 52) : Marie Margueritte Friocourt, fille âgée de [45 ans]13 ;
  • le 22 juin (n° 53) : Marie Anne Malingre, femme de Jean Friocourt fils, âgée de 26 ans [22 ans], inhumée dans le cimetière ;
  • le 23 juin (n° 54) : Marie Margueritte Friocourt, épouse d’Antoine Butel, charpentier de navire, âgée de 40 ans [39 ans], inhumée dans le cimetière ;
  • le 23 juin (n° 55) : Claude Gressier fils, époux de Marie Anne Durieu et fils de Claude Gressier, maïeur de la ville, âgé de 32 ans, inhumé dans l’église ;
  • le 23 juin (n° 56) : Jacqueline Allisse, fille âgée de 35 ans, servante du curé Antoine Boully, inhumée dans le cimetière ;
  • le 23 juin (n° 57) : Pierre Denis Bazin, employé dans les traites, époux de Marie Margueritte Danger, âgé de 34 ans, inhumé dans le cimetière ;
  • le 23 juin (n° 58) : Antoine Maillart, dit Capre, époux de Magdeleine Wyart, âgé de 35 ans [33 ans], inhumé dans le cimetière ;
  • le 28 juin (n° 59) : Françoise Queval, veuve d’Anselme Margollé, âgée de 73 ans, inhumée dans le cimetière ;
  • le 7 juillet (n° 61) : Catherine Gressier, épouse d’Antoine Baudelicque, capitaine des troupes boulonnaises, âgée de 29 ans, inhumée dans l’église ;
  • le 14 juillet (n° 63) : Pierre Morel, dit Leprêtre, couvreur de paille, époux de Marie Hannuyer, âgé de 48 ans [46 ans], inhumé dans le cimetière ;
  • le 15 juillet (n° 64) : Marie Dupont, épouse de François Caloire, matelot, âgée de 66 ans [68 ans], inhumée dans le cimetière ;
  • le 22 juillet (n° 65) : Pierre Caloin, passager14, époux de Charlotte Roux, âgé de 38 ans [36 ans], inhumé dans le cimetière ;
  • le 24 juillet (n° 66) : Marie Jeanne de Bigand, âgée de 12 ans, inhumée dans l’église ;
  • le 8 septembre (n° 71) : Marie Louise Leprêtre, fille de François Leprêtre, matelot,  et Magdeleine Brihier, âgée de 6 mois et demi, inhumée dans le cimetière.
Fig. 3. Graphique illustrant l’évolution des décès à Étaples en 1739, à partir des actes enregistrés dans le registre paroissial (Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Graphique illustrant le taux de mortalité selon les âges indiqués au décès dans les actes rédigés entre le 7 mai et le 24 juillet 1739 (Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

On peut tirer de la liste précédente plusieurs enseignements :

  • L’épidémie frappe soudainement au printemps (fig. 3), au début du mois de mai, le 8 selon Antoine Boully ; elle s’achève trois mois plus tard en plein été, au mois de juillet ; aucun décès n’est signalé pour le mois d’août ; le décès suivant n’intervient que le 8 septembre (n° 71) : il s’agit probablement d’un cas de mortalité infantile, celui de Marie Louise Leprêtre, âgée de 6 mois et demi.
  • Antoine Boully semble connaître un tant soit peu les symptômes de la maladie pour pouvoir ainsi la désigner dans son registre, à moins qu’il n’ait été informé par le maître-chirurgien de la ville d’Étaples ou celui d’une autre ville15 : il ne désigne, cependant, pas clairement la cause du décès de chaque paroissien pendant cette période.
  • Si l’on met à part les deux décès extrêmes de cette liste (n° 35, le 7 mai et n° 71, le 8 septembre), 21 décès sont enregistrés durant cette période d’épidémie (fig. 3) ; les 17 premiers (n° 39 à 61) le sont jusqu’au 7 juillet, les 4 autres (n° 63 à 66) à partir de cette date ; c’est à partir du 14 juillet qu’apparaît la mention de l’épidémie dans le registre ; faut-il considérer ces 17 premiers décès comme ceux indiqués dans la mention ? il n’est pas possible de l’affirmer : il peut se trouver parmi ces morts des décès infantiles (n° 43, 45 et 48) ou liés à la vieillesse (n° 59) ; l’âge médian des défunts ayant succombé à l’épidémie (cf. infra) pourrait appuyer cette hypothèse ; de même, le décès de Jacques Lefebvre le 7 mai est peut-être à porter au registre des morts de l’épidémie (cf. infra).
  • Le pic de l’épidémie est atteint en juin avec 13 décès, contre 4 en mai et 5 en juillet (fig. 3) ; 22 décès sont enregistrés durant ces 3 mois : ils comptent pour un peu moins (48 %) de la moitié des 46 décès enregistrés en 1739 ; le 23 juin est le jour où le nombre de décès enregistrés est le plus important : 5 sont comptabilisés ; 3 autres le sont les deux jours précédents ; en 3 jours, du 21 au 23 juin, 8 paroissiens sont décédés.
  • La mort a frappé durant cette période autant de sujets de sexe masculin (11) que féminin (11).
  • Il s’agit essentiellement de sujets jeunes ou dans la force de l’âge, entre 20 et 40 ans, avec une forte proportion de sujets se situant entre 30 et 40 ans (fig. 4).
  • Toutes les couches de la population sont touchées, qu’elles soient favorisées ou non ; certains membres de l’élite bourgeoise étaploise ont succombé à l’épidémie (fig. 5) : c’est probablement le cas de Jacques Lefebvre (n° 35), fils de Louis Lefebvre, vice-maïeur d’Étaples ; de Marie Louise Lefebvre, épouse de Jean Baptiste Baudelicque, bailly royal d’Étaples ; de Claude Antoine Gressier fils (n° 55), époux de Marie Anne Jeanne Gabrielle Durieu et fils de Claude Gressier père, maïeur de la ville en 1739 ; de Catherine Gressier (n° 61), épouse d’Antoine Baudelicque, marchand, notaire royal, receveur des pauvres, plusieurs fois maïeur d’Étaples ; et de Marie Jeanne de Bigand (n° 66), si cette dernière n’est pas morte d’une autre cause ; tous ont été inhumés à l’intérieur de l’église Saint-Michel, signe de leur position sociale ; les paroissiens les plus modestes sont inhumés dans le cimetière paroissial.
  • Le curé Antoine Boully n’est pas épargné non plus puisqu’il perd sa servante, Jacqueline Allisse (n° 56) ; le vice-maïeur d’Étaples, Louis Lefebvre, paye un lourd tribut à l’épidémie (fig. 5) : après avoir perdu son fils, Jacques (n° 35), et sa fille, Marie Louise (n° 44), nés l’un et l’autre à quelques mois d’intervalle, il perd son valet, Noël Labitte (n° 49), puis son neveu, Claude Antoine Gressier (n° 55) ; il est donc possible que ces quatre décès soient liés à l’épidémie ; de même, Jean Baptiste Baudelicque, bailly royal, perd son épouse Marie Louise Lefebvre (n° 44), avec laquelle il s’était marié le 10 juin 1738, et sa belle-soeur, Catherine Gressier (n° 61)16.
  • Cette mortalité accrue a des conséquences sur la recomposition des liens entre familles de l’élite étaploise : le 28 février 1740, les deux veufs, Jean Baptiste Baudelicque et Marie Anne Jeanne Gabrielle Durieu, qui ont perdu leurs conjoints l’année précédente, se remarient (fig. 5) ; cet exemple illustre les stratégies maritales ayant cours dans l’élite étaploise de l’époque moderne : les familles aisées s’unissaient toujours entre elles, afin de garantir leur pouvoir, leur richesse et la pureté de leurs lignées17.
Fig. 5. Arbre généalogique simplifié des familles Gressier et Lefebvre (Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette épidémie de suette n’est évidemment pas la seule à avoir causé des ravages parmi la population étaploise aux époques moderne et contemporaine. Ainsi, en 1776, une mystérieuse épidémie provoque la mort de 62 habitants18. De même, au XIXe siècle, plusieurs épidémies de choléra  (1830 et 1849, par exemple) frappent la ville et emportent avec elles nombre d’Étaplois19. L’épidémie de suette, dont la connaissance demeurait inédite, est l’une des rares maladies infectieuses à être ainsi renseignées à Étaples, au XVIIIe siècle.


Notes

1. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, décès n° 41 de l’année 1704.

2. Antoine Boully est né le 6 novembre 1682 à Échingen (Pas-de-Calais). Il prend possession de la cure d’Étaples le 24 janvier 1726 et la conserve jusqu’à son décès le 25 décembre 1750, à l’âge de 68 ans (Souquet 1855, p. 33 et 1863, p. 112).

3. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, f° 7v°.

4. Cinq grandes vagues de suette anglaise sont connues entre 1485 et 1551 : seule la cinquième vague a dépassé les limites de l’Angleterre pour atteindre l’Europe, à l’exception de la France et de l’Italie. Elle a disparu depuis cette date.

5. Kelsch 1910, p. 149 et 151.

6. Elle est signalée en Artois, à Acq, au Mont-Saint-Éloi et à La Gorge en 1723 (Fournet, 2007).

7. Hirsch 1883 , p. 89-93, complété par Kelsch 1910, p. 151-158.

8. Voir, par exemple, l’épidémie qui frappe en 1821 les département de l’Oise et Seine-et-Oise (Rayer 1822).

9. Voir Heyman, Simons, Cochez 2014.

10. Quand cela était nécessaire et possible, les âges ont été corrigés entre crochets selon les données généalogiques disponibles sur la base Geneanet : l’on observe une quasi inconnaissance des âges réels, traduite dans les actes par l’expression « ou environ », chacun étant généralement vieilli d’une ou deux années supplémentaires.

11. Probablement Louis Lefebvre, vice-maïeur d’Étaples en 1739.

12. L’âge de Marie Antoinette Capry à son décès n’a pas été reporté par le curé Antoine Boully. Fille de Pierre Capry et Catherine Meignot, elle s’est mariée le 10 juin 1727 avec Antoine Chanteau (ca. 1702-1765) (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de mariage n° 18 de l’année 1727).

13. L’âge est illisible sur l’acte. Le terme « fille » ou « f’ils » peut aussi désigner, à partir de l’âge adulte, une qualité de célibat.

14. Un passager est celui chargé du passage de la rivière, ici la Canche, d’une rive à l’autre, à l’aide d’un bac. La traversée était dangereuse et a conduit à de nombreuses noyades.

15. Louis Prévost, reçu maître barbier-chirurgien en 1732, exerce à Étaples durant cette période : il avait obtenu permission d’ouvrir boutique, de pendre bassin et d’exercer en toute liberté dans cette ville (Haigneré, Deseille 1884, p. 190). En 1744, c’est François Bertrand (et non son fils Pierre, comme l’indique Gustave Souquet) qui est reçu maître en chirurgie pour la ville d’Étaples : il occupe cette fonction jusqu’en 1747, date à laquelle il exerce à Boulogne (Souquet 1863, p. 114). Mais c’est le médecin Olivier de Villeneuve, résidant à Boulogne, qui a été appelé par la municipalité étaploise pour lutter contre l’épidémie : le 9 juillet 1739, il est payé 16 livres pour ses services (Haigneré, Deseille 1884, p. 31 et Baudelicque 1993, p. 233).

16. Sur les liens familiaux qui unissent les Lefebvre, Baudelicque et Gressier au XVIIIe siècle, voir Gressier 2009, notamment p. 28-29, 152-156 et 175.

17. Voir note précédente.

18. Souquet 1863, p. 126-127.

19. Souquet 1863, p. 161 et 175.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Beauchamp 1993 : Beauchamp (Ch.), « La maladie et son double. La suette miliaire et son traitement au XIXe siècle », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations48-1 (1993), p. 203-225.

Fournet 2007 : FOURNET (M.), « La suette en 1723 », Généalogie de Marcel Charles Abel Fournet, en ligne, consulté le 29 mars 2020, <http://fournetmarcel.free.fr/acqsuette.htm>

Gressier 2009 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais. Généalogies et notes biographiques, Tome 5 : Les Le Gressier de la Grave et les Gressier d’Étaples, Familles alliées, Boulogne-sur-Mer, 2009.

Haigneré, Deseille 1884 : HAIGNERÉ (D.), DESEILLE (Er.), Département du Pas-de-Calais. Ville de Boulogne-sur-Mer. Inventaire sommaire des Archives communales antérieures à 1790, Simmonaire, Boulogne-sur-Mer, 1884.

Heyman, Simons, Cochez 2014 : HEYMAN (P.), SIMONS (L.), COCHEZ (Chr.), « Were the English Sweating Sickness and the Picardy Sweat Caused by Hantaviruses ? », Viruses, 6-1 (janvier 2014), p. 151-171.

Hirsch 1883 : HIRSCH (A.), Handbook of Geographical and Historical Pathology, volume 1 : Acute Infective Diseases, traduit de la seconde édition allemande par Ch. Creighton, The New Sydenham Society, Londres, 1883.

Kelsch 1910 : KELSCH (A.), Traité des maladies épidémiques, volume 3 : Étiologie et pathogénie des maladies infectieuses, Doin éditeurs, Paris, 1910.

Rayer 1822 : RAYER (P.), Histoire de l’épidémie de suette militaire qui à régné en 1821 dans les départements de l’Oise et de Seine-et-Oise, Baillière libraire, Paris, 1822.

Roberts 1945 : ROBERTS (L.), « Sweating sickness and Picardy Sweat », British Medical Journal, 11 août 1945, p. 196.

Souquet 1855 : SOUQUET (G.), Histoire et description des églises d’Étaples, Imprimerie de Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Zinsser 2011 : ZINSSER (H.), Rats, Lice and History, Volume 1 de Social Science Classics, Transaction Publishers, Londres, 2011.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 mars 2020 <https://chronista.hypotheses.org/5735>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Une réponse sur “Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.