Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

18 novembre 1918

Fig. 1. Recto de la carte postale n° 1 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Verso de la carte postale n° 1 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La première carte postale est écrite le 18 novembre 1918 de la main d’un militaire anonyme, en permission, à une correspondante, qualifiée de « marraine », et en retour d’une lettre adressée récemment par cette dernière à l’expéditeur (fig. 1) :

Le 18 novembre 1918

Ma chère marraine,

C’est avec plaisir que je viens de recevoir votre gentille missive et je suis très heureux de vous savoir en parfaite santé. Quant à moi, il en est de même et ma permission se passe très bien et mes parents sont, comme vous, très heureux que je m’en sois tiré sain et sauf. Selon votre désir, je vous envoie quelques vues du pays qui, j’espère, vous feront plaisir.

Fig. 3. Recto de la carte postale n° 2 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Verso de la carte postale n° 2 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La correspondance n’est pas achevée sur cette carte. En réalité, elle l’est vraisemblablement sur une seconde qui a été envoyée, avec la première et sous enveloppe, par le même expéditeur qui signe ici, au bas de la carte postale, du prénom de Lucien. Ce dernier adresse à sa correspondante plusieurs cartes postales d’Étaples, afin d’illustrer la ville dans laquelle il vit, et des renseignements sur sa famille (fig. 3) :

Vous me demandez que je vous parle un peu de ma famille : mon père est principal clerc de notaire, ma mère s’occupe de son intérieur et j’ai deux frères qui sont encore en classe.

Ici la grippe sévit comme partout ailleurs, mais, par bonheur, elle n’a pas fait trop de victimes pour le moment. 

Je vais vous quitter pour aujourd’hui ma chère marraine et dans l’attente de vos bonnes nouvelles le plus vite possible, recevez de votre filleul ses plus sincères amitiés et bons baiser.

Lucien

23 novembre 1918

Fig. 5. Recto de la carte postale n° 3 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 6. Verso de la carte postale n° 3 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Par chance, une troisième carte postale, toujours écrite de la main de Lucien, le 23 novembre 1918, donne des informations complémentaires à celles obtenues sur les deux premières. Sur cette carte, nom, prénom et adresse de la destinataire sont clairement indiqués (fig. 5) : elle est adressée à Mademoiselle Louise Fayon, Au Void d’Escles, par Lerrain, Vosges. La correspondante de Lucien est donc une jeune femme établie dans les Vosges. Il s’agit de Marie Louise Hélène Fayon, née le 26 mars 1891, au hameau de Le Void d’Escles, commune d’Escles, et âgée d’un peu plus de 26 ans en novembre 1918 : Louise est la fille d’Auguste Fayon, boulanger, et de Marie Alix Thouvenin. Le soldat Lucien vient d’achever sa permission et retourne rejoindre sa batterie :

le 23 9bre 1918

Ma chère marraine,

Je suis en route pour rejoindre ma batterie. Le voyage se passe très bien. Je vous écrirai plus longuement aussitôt arrivé.

En attendant, recevez, chère marraine, mon meilleur baiser.

Lucien

Le soldat Lucien

Nous ne sommes pas parvenus à identifier1 ce Lucien, soldat célibataire vivant en 1918 chez ses parents à Étaples, fils d’un principal clerc de notaire et aîné d’une fratrie de 3 enfants, dont les plus jeunes sont encore scolarisés à cette date. L’aisance avec laquelle il s’exprime traduit une éducation soutenue : il appartient à un milieu aisé comme le souligne la profession du père et l’activité toute convenue de la mère. Du fait de son âge, Lucien n’a pas échappé à la guerre et a été enrôlé comme soldat dans les troupes françaises : il a, cependant, survécu à la Première Guerre mondiale, ce dont sa marraine se félicite, ainsi que que ses parents, dans la première carte postale. Il n’est, pour autant, pas démobilisé après l’Armistice et part rejoindre, probablement en train, sa batterie après sa permission comme il l’indique dans la troisième carte postale.

Qui est donc cette marraine destinataire de ses écrits ? Il aurait été aisé, à partir du nom de la jeune femme, de retrouver l’identité de Lucien, si le mot « marraine » avait été entendu avec la connotation souvent familiale qu’on lui rattache : Louise Fayon aurait pu être la marraine choisie pour un enfant, parmi les membres d’une même famille, lors du baptême d’un neveu, par exemple. Il n’en est rien et le terme ici renvoie en réalité à une institution créée aux premiers jours du conflit mondial : les marraines de guerre.

Fig. 7. Elle cherre quand même un peu, la marraine, quand elle m’écrit que cela nous aidera à remporter des succès !, dessin satirique paru le 5 septembre 1918 dans le n° 166 du quotidien La Baïonnette (Ville de Paris, Bibliothèque historique, BHVP, 2014-10797, © Gallica – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les marraines de guerre voient le jour au début de l’année 1915 : elles sont créées le 11 janvier de cette année par Marguerite de Lens et Henriette de Vismes, toutes deux membres de La famille du soldat, association catholique et conservatrice. Le souhait est de mettre en relation soldats du front et femmes et jeunes filles de l’arrière, qui deviennent leurs marraines : ces dernières apportent un soutien psychologique aux soldats à qui elles font parvenir lettres et colis (fig. 7). Cette initiative reçoit le soutien du quotidien L’Écho de Paris qui lui assure une publicité gratuite. D’autres associations leur emboîtent bien rapidement le pas, à l’exemple de Mon soldat fondée par Anna Dana, épouse Bérard, et soutenue par le ministre de la guerre, Alexandre Millerand. Mais le soutien moral peut aussi devenir affectif et, bientôt, d’autres quotidiens s’emparent de l’initiative, devenue populaire, afin de servir d’intermédiaires entres jeunes hommes et jeunes femmes (fig. 8) : ainsi, en 1915 et 1916, les journaux et revues Fantasio, La Vie parisienne et La revue hebdomadaire relaient à leur tour les annonces des soldats en quête de liens plus sentimentaux qu’amicaux. Les motivations initiales sont vite détournées : certains soldats cumulent les marraines afin de bénéficier de plusieurs colis, tandis que des marraines espèrent trouver à cette occasion un mari, ce qui fut le cas pour nombre d’entre elles. Ce détournement de la première vocation de l’institution n’a jamais été, en France, réprimé : le haut-commandement de l’armée française, bien que méfiant, a toujours été conscient du bien-être moral que ces marraines apportaient aux soldats. Toutefois, à partir de 1916, le recrutement commence à chuter, car les marraines ne souhaitent pas être considérées, à l’arrière, comme des femmes légères, et les demandes d’adoption des poilus peinent à être satisfaites.

Fig. 8. Poilu à l’âme triste demande une marraine, dessin satirique paru le 9 mai 1918 dans le n° 149 du quotidien La Baïonnette (Ville de Paris, Bibliothèque historique, BHVP, 2014-10797, © Gallica – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Louise Fayon est donc la marraine de guerre de Lucien. Afin de créer des liens plus amicaux, Lucien lui présente, par écrit, sa famille et lui adresse des vues de la ville dans laquelle il réside. Ces vues sont des photographies prises en noir et blanc et colorisées par le procédé aquaphoto pour les cartes postales2. Les trois cartes présentées ici ont été publiées par la maison d’édition parisienne Léopold Verger (L. V. & Cie). La première carte postale est illustrée au verso d’une vue de l’abreuvoir, cette mare naturelle située au sud-est de la ville, près de l’ancienne église Saint-Michel (fig. 2) : jusqu’au début du XXe siècle, elle servait de point d’eau aux animaux des fermes étaploises, mais, parfois, aussi de cloaque3. Le verso de la deuxième carte postale montre un groupe de pêcheuses de crevettes qui prennent la pose sur le boulevard de l’impératrice (fig. 4) : ce boulevard, créé et baptisé du nom de l’impératrice Eugénie en 1867, longeait la rive droite de la Canche et les nombreux chantiers de construction navale4. Les pêcheuses de crevettes, et plus largement tous les types de professions maritimes, constituaient un sujet de prédilection pour les photographes en ce début de XXe siècle. On retrouve ces petits métiers de la marine sur le verso de la troisième carte postale (fig. 6) : le long de la rambarde du pont de la Canche5, le premier construit en 1859, un groupe de vendeuses de poissons, chargées de leurs basquettes6, regardent au loin vers la baie ; le fleuve est à marée basse et les bateaux sont échoués sur la grève. Ces vues étaient probablement originales aux yeux de la jeune Louise dont le lieu de résidence constituait l’un des trois hameaux d’un petit village de la campagne vosgienne (fig. 9).

Fig. 9. Vue de Le Void d’Escles au début du XXe siècle (Collection personnelle – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Dans sa correspondance du 18 novembre 1918, Lucien livre une information qui résonne encore aujourd’hui à nos oreilles de contemporains : à cette date, à Étaples, la grippe, qui sévit, n’a fort heureusement fait que très peu de victimes. Il s’agit bien évidemment de la grippe dite « espagnole », cette pandémie H1N1 qui s’est propagée à travers le monde de 1918 à 1919 et qui a causé la mort de plusieurs millions de personnes. Il y a eu en réalité trois vagues de cette pandémie et la mention de Lucien se rapporte à la seconde vague, désormais mortelle, qui atteint l’Europe à la fin de l’été 1918. Une thèse récente, portée par le virologue John S. Oxford, fait de la ville d’Étaples le point de départ de la grippe espagnole. Installé au nord de la ville, un immense camp de l’armée britannique a accueilli à partir de 1915 plusieurs milliers d’hommes et de bêtes (cochons, oies, canards, poulets et chevaux), dont le rassemblement et le confinement ont pu favoriser l’émergence de la pandémie grippale. En effet, des cas précoces et mortels d’infections respiratoires ont été signalés dans les hôpitaux de ce camp : 71 soldats meurent de « bronchites purulentes » durant l’hiver 1916-1917. Ces cas de bronchites sont aujourd’hui réévalués comme les premiers cas de la grippe espagnole en France7.

Fig. 10. Accroche d’un article consacré à la grippe espagnole dans le quotidien Le Matin, publié le 7 juillet 1918 : le ton badin du journaliste traduit le caractère encore bénin de l’épidémie lors de la première vague de l’année 1918 (© Retronews – Gallica –- Toute reproduction interdite sans autorisation).

Nous ne savons pas si Lucien a survécu à l’année 1918 et quel a été son devenir après le premier conflit mondial. Le destin de Louise Fayon est connu : elle se marie le 25 février 1924, avec Marie Joseph Maurice Thouvenot, à Escles, et meurt le 21 février 1983, à l’âge de 91 ans, à Darney, dans les Vosges.


Notes

1. Nous n’avons pas trouvé trace, avec les indications des cartes postales et dans les dénombrements de la population étaploise pour les années 1911 et 1931, d’une famille de cinq personnes, dont l’un des trois garçons se prénomme Lucien et dont le chef de famille est principal clerc de notaire (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3629 et 2 MILNR 318/2). Quelques clercs de notaire dénombrés dans ces registres ne présentent pas ce profil familial.

2. Le procédé aquaphoto était utilisé pour rendre les cartes postales plus réalistes : les phototypes monochromes étaient aquarellés. Ce procédé était aussi une marque de la maison Léopold Verger : « Le procédé Aqua photo, Couleur Naturelles Inaltérables, est le seul qui donne satisfaction aux artistes, chaque carte est un petit tableau qu’on ne se lasse pas de regarder. Nous possédons les vues de toutes les grandes villes ». Mais il avait l’inconvénient de rendre les cartes postales fragiles : « Un regard trop appuyé sur une aquaphoto suffit à la gondoler… ».

3. Sur l’abreuvoir, voir Souquet 1860, p. 8.

4. Sur la création et l’inauguration de ce boulevard, voir Baudelicque 1993, p. 414-415.

5. Sur ce pont, voir Baudelicque 1993, p. 397-399.

6. Panier en osier servant à contenir et porter le poisson (Dickès 1984, p. 56).

7. Voir Oxford 2002 et 2005, Cox 2019, Oxford, Gill, 2019 et Moshinaly 2019.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Cox 2019 : COX (J.) et alii, « Purulent bronchitis in 1917 and pandemic influenza in 1918 », The Lancet,  19-4 (2019), p. 360-361.

Darmon 2000 : DARMON (P.), « Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France (avril 1918-avril 1919) »Annales de démographie historique, n° 2,‎ 2000, p. 153-175.

Dickès 1984 : DICKÈS (J.-P.), Le patois pour tous : les parlers du Boulonnais, Montreuillois et Calaisis, Eklitra: 54, Boulogne-sur-Mer, 1984.

Moshinaly 2019 : MOSHINALY (H.), « Grippe espagnole : une apparition avant 1918 ? », Actualités Houssenia Writing, consulté le 1er avril 2020, en ligne <https://actualite.housseniawriting.com/sante/vaccination/2019/05/24/grippe-espagnole-une-apparition-avant-1918/29231/>

Oxford 2002 : OXFORD (J. S.) et alii, « World War I may have allowed the emergence of « Spanish » influenza », The Lancet, 2-2 (2002), p. 111-114. 

Oxford 2005 : OXFORD (J. S.) et alii, « A hypothesis : the conjunction of soldiers, gas, pigs, ducks, geese and horses in northern France during the Great War provided the conditions for the emergence of the « Spanish » influenza pandemic of 1918-1919 », Vaccine, 23 (2005), p. 940-945.

Oxford, Gill 2019 : OXFORD (J. S.), GILL (D.), « A possible European origin of the Spanish influenza and the first attempts to reduce mortality to combat superinfecting bacteria : an opinion from a virologist and a military historian », Human Vaccines & Immunotherapeutics, 15 (2009), issue 9, p. 2009-2012.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Vismes 1918 : Vismes (H. de), Histoire authentique et touchante des marraines et des filleuls de guerre, Perrin, Paris, 1918.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Mémoire de la guerre 1914-1918. 3. Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 1er avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/5879>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Une réponse sur “Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.