Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800

Le 9 novembre 1800 (18 brumaire an IX), un puissant ouragan ravage le nord-ouest de l’Europe (fig. 1) : la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Allemagne sont touchées par cette violente tempête1. Le naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck en fit une étude lue à l’Institut national le 2 décembre 1800 (11 frimaire an IX) et publiée dans le Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts : dans sa démonstration, il désigne le phénomène sous le nom de tempête, et non sous ceux d’orage ou ouragan2.

Fig. 1. Cette marine du XVIIIe siècle illustre les tempêtes qui s’abattaient sur les côtes de France à l’époque moderne (Jean-François Hue, La rade et le port de Saint-Malo, prise de l’anse des Sablons à Saint-Servan, 4e quart XVIIIe siècle, Musée de la Marine, Paris, Photo (C) RMN-Grand Palais / Gérard Blot).

En France, l’intérieur des terres est touché, comme en témoigne une longue liste de dégâts dont nous ne pouvons citer, ici, que quelques exemples3. Ainsi :

  • à Paris, où de nombreux accidents graves ont lieu dans les rues de la ville ;
  • à Orléans (Loiret), où plusieurs navires ont failli sombrer dans la Loire ;
  • à Amiens (Somme), où plusieurs feuilles de plomb de la flèche de la cathédrale ont été arrachées ;
  • à Abbeville (Somme), où l’église Saint-Gilles subit des dégâts évalués à plus de 2 000 francs ;
  • dans la forêt de Crécy (Somme), où plus de 24 000 arbres ont été brisés ou déracinés ;
  • à Watten (Nord), où la flèche de l’église a été renversée.

En mer, plusieurs navires ont sombré ou voguent à l’état d’épaves comme l’indique un rapport de la préfecture de police de Paris : « Un navire danois, récemment arrivé dans le port de Calais, apporte la nouvelle que, forcé de relâcher à Portsmouth, par le terrible ouragan du 18, il a vu en sortant plus de soixante-dix bâtiments pris dans la rade ; que dans sa traversée, il a en outre rencontré les carcasses de trente-six bâtiments »4.

Sur les côtes de la Manche et de la Mer du Nord, on décrit de semblables dégâts. À Gravelines (Pas-de-Calais), par exemple, le curé raconte ainsi l’évènement qui détruisit, notamment, la flèche de l’église de Saint-Villebrock et fit trois victimes : « Le 18 brumaire, jour de dimanche, vers les 9 heures du matin, il s’éleva un ouragan si terrible, que de mémoire d’homme, on n’en vit de semblable. Cette tempête effroyable qui dura jusqu’à 3 heures de l’après-midi, laissa des traces de désastre les plus affligeants. Les arbres les plus forts furent déracinés ; les cheminées des maisons renversées ; les moulins abattus ; les maisons détruites. La tour de Gravelines portait une superbe flèche qui, cédant à l’impétuosité et à la fureur des vents, s’écroula pendant la grand’messe et entraîna dans sa chute, la ruine d’une partie de l’église. Trois personnes furent victimes de ce fâcheux accident »5.

La ville d’Étaples (fig. 2) a-t-elle échappé à ce furieux évènement météorologique ? Non, évidemment, et les délibérations du conseil municipal de l’an 1800 s’en font l’écho6. Celles-ci permettent de mesurer l’ampleur des dégâts, la gestion de cette catastrophe naturelle et les mesures adoptées par la municipalité à la suite de cet ouragan qui a touché la ville dans la matinée du 9 novembre.

Fig. 2. Plan cadastral de la ville d’Étaples au début du XIXe siècle, levé par le géomètre Aygalencq (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/28, Section A, 1re feuille, 1813-1818 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Alors que l’ouragan se déchaîne encore, le maire Jean-Baptiste Prévost-Lebas7, élu le 19 août 18008, est informé, en début d’après-midi, des dégâts occasionnés dans la ville (texte n° 1 du corpus des textes) : de nombreux tuyaux de cheminées sont tombés et quelques bâtiments se sont écroulés sous le poids du vent. Afin de prévenir d’autres accidents, il donne ordre à Antoine Baudelicque9, capitaine commandant de la garde nationale d’Étaples10, de constituer un détachement de douze hommes, réparti en trois pelotons, qui sera chargé d’évaluer les dégâts, de porter secours à ceux qui en éprouveraient le besoin et de parer à tout incendie dans la ville, quartier par quartier. L’hôtel de ville lui-même a souffert de la tempête11 : une partie de la toiture a été emportée par les vents. Les fonds de la municipalité n’étant pas suffisants, la partie manquante de cette toiture est remplacée par une couverture de chaume. La situation perdurera jusqu’en février 1801 : bien que la charpente et les planchers commençaient à pourrir sous l’action des eaux, le conseil réuni à cette date ne pourra que constater les dégâts et ajourner de nouveau les réparations faute de crédits nécessaires.

Le 10 novembre, le maire, après avoir reçu le rapport des dégâts constatés dans la commune, ordonne qu’une proclamation soit faite afin d’inviter chaque habitant ayant subi un préjudice à venir en faire la déclaration officielle à l’hôtel de ville (texte n° 2 du corpus des textes) :

  • un registre, ouvert pendant trois jours, recueillera leurs doléances ;
  • les déclarations feront, cependant, l’objet d’une vérification par trois commissaires désignés par le maire, en réalité trois artisans parmi les plus compétents dans leur art (fig. 3) : Joseph Prévost12, maçon, Jean Baptiste Dumont13, charpentier, et Jean Wyart14, couvreur en chaume ;
  • les commissaires devront estimer les biens à la hauteur des dégâts constatés au jour de leur visite, puis ils rendront au maire un rapport signé et certifié véritable ;
  • les doléances des habitants et le rapport des trois commissaires seront adressés au sous-préfet de l’arrondissement afin que des indemnités soient fixées.

Fig. 3. Extraits des actes de décès de Joseph Prévost (en haut) et de mariage de Jean Baptiste Dumont (au centre) et Jean Wyart (en bas) indiquant, pour chacun, leur profession (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 et 5 MIR 318/4 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

On ne sait si cette commission a réellement effectué son travail. Toujours est-il que le 4 décembre, le maire, soucieux d’éviter des accidents dus à l’instabilité des maisons ou édifices ébranlés par l’ouragan, demande à son adjoint, Daniel Duriez15, d’effectuer une visite générale de la ville, en compagnie de deux maçons, afin de dresser un état des dommages (texte n° 3 du corpus des textes). Il lui est demandé d’établir un procès-verbal de cette visite, lequel, déposé au bureau de l’hôtel de ville, servira à prendre les mesures les plus convenables.

Malheureusement, le registre des délibérations ne va pas plus loin sur les mesures adoptées et les indemnités que les habitants ont pu percevoir de la municipalité ou de l’État. À peine nommé, le maire d’Étaples traverse la première péripétie de son mandat, mais il déploie toute son énergie afin d’apporter secours et sécurité aux habitants de la ville. La tempête semble n’avoir fait que des dégâts matériels et pas de victimes16. Elle ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Si le 18 septembre 1802, la ville d’Étaples reçoit la visite du préfet du Pas-de-Calais, Charles Poitevin de Maissemy17, le 29 juin 1803, elle a l’extrême honneur d’accueillir en ses murs le Premier Consul : Napoléon Bonaparte18.


Corpus des textes

1. Délibération du 9 novembre 1800 (18 brumaire an IX).

Du dix-huit brumaire an Neuf de la République, une heure après-midi,

Le maire de la ville d’Étaples informé que l’ouragan de ce jour a déjà occasionné la chute de plusieurs tuyaux de cheminées et de quelques bâtimens, et voulant prendre en cette fâcheuse circonstance les mesures qui sont de son pouvoir pour porter du secours à ses concitoyens et empêcher que ces accidens n’entraînent des suites plus funestes, requiert le c[itoy]en Baudelicque, capitaine commandant de la garde nationale dudit Étaples de mettre à l’instant sur pied un détachement de douze hommes, lequel divisé en trois pelotons sera chargé de parcourir les différens quartiers de la ville, de porter secours à ceux qui en auront besoin et, surtout, de prévenir les incendies ou autres accidens. Le réquisitoire sera à l’instant même adressé audit commandant par le ministère de l’appariteur19.

Prévost-Lebas [Jean-Baptiste] Codron, [secrétaire]

2. Délibération du 10 novembre 1800 (19 brumaire an IX).

Du dix-neuf brumaire an Neuf de la République,

Le maire de la ville d’Étaples, sur le rapport qui lui a été fait du dommage considérable que les (habitans)* de ladite ville ont essuié par l’effet de l’ouragan d’hier dix-huit présent, mais (considérant)* que cet accident extraordinaire et imprévu est de nature à fixer (…)* du gouvernement sur les pertes qui en sont résultées, soit pour faire (…)* indemnités à ceux qui les ont éprouvées, soit pour leur faire accorder (immédiatement …)* sur la contribution foncière de l’an Dix, arrête les positions suivantes :

1° il sera fait (une proclamation)* pour inviter les habitans à faire la déclaration de la nature et du (montant)* du dommage qu’ils ont essuié par l’effet de l’ouragan du dix-huit brumaire ;

2° un registre sera ouvert à cet effet au bureau de la mairie, pendant trois jours consécutifs à dater de la proclamation ;

3° les déclarations seront vérifiées par trois commissaires choisis parmi les gens de l’art, savoir un maçon, un charpentier et un couvreur en chaume ;

4° les commissaires feront leur rapport au maire, ils le certifieront véritable et le signeront ; il leur sera observé que la vérification à faire ne doit avoir pour objet que la valeur réelle au moment de l’accident des maisons, bâtimens ou édifices détériorés ou détruits ;

5° expédition de l’état des pertes déclarées et vérifiées sera adressée au Sous-Préfet de l’arrondissement ;

6° procédant au choix des commissaires, le maire nomme en cette qualité les c[itoy]ens Joseph Prévost, maçon, Jean Baptiste Dumont, charpentier, et Jean Wyart, couvreur en chaume ; il leur sera donné avis de leur nomination et du tems où ils devront faire l’opération qui leur est confiée.

Prévost-Lebas [Jean-Baptiste] Codron, [secrétaire]

* Une déchirure dans la partie supérieure du registre empêche la lecture correcte de certains mots : ils sont restitués quand cela est possible.

3. Délibération du 4 décembre 1800 (13 frimaire an IX).

Du treize frimaire an Neuf de la République française,

Le maire de la ville d’Étaples considérant qu’il est de son devoir de prendre les mesures les plus actives pour obvier aux accidens qui pourraient résulter du désastre occasionné aux maisons et bâtimens de cette ville par l’ouragan du dix-huit brumaire dernier, arrête :

1° qu’à la diligence de l’adjoint en sa qualité d’officier de police, il sera faite le cinq présent mois une visite générale pour constater l’état dans lequel se trouvent les maisons et bâtimens endommagés ; ledit adjoint sera assisté de deux maçons pour l’aider de leurs lumières dans cette importante opération ;

2° qu’il sera dressé procès-verbal de la visite, lequel sera signé de l’adjoint et des deux maçons et ensuite déposé au bureau de la mairie pour être prises sur son contenu les mesures qui seront jugées convenables.

Prévost-Lebas  [Jean-Baptiste] Codron, [secrétaire]

La transcription des textes est celle de l’auteur.


Notes

1. Voir Laubespin 1830, p. 810, Harmonville 1843, p. 1072, et Glaire, Walsh 1848, p. 790.

2. Lamarck 1800, p. 382.

3. Piers 1836, p. 145, Lottin 1841, p. 329, Prarond 1871, p. 466, Aulard 1903, p. 796 et Gautherot 1914, p. 86.

4. Aulard 1903, p. 824.

5. Harrau 1903, p. 388.

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/D/3.

7. Louis Jean-Baptiste Prévost est né le 28 décembre 1758, à Étaples. Après ses études, il entre au séminaire, puis devient curé de Frévent. En 1789, il résigne ses fonctions de prêtre et devient administrateur provisoire du district de Montreuil-sur-Mer en 1794. Le 22 juin 1798, il est nommé notaire à Étaples. Il est également avocat. Il se marie avec Augustine Madeleine Josèphe Lebas. Nommé maire de la ville le 19 août 1800, il exerce cette fonction jusqu’au 7 octobre 1803. Le 11 juin 1811, il cède son étude, pour se concentrer sur sa profession d’avocat à Montreuil. Il décède le 9 juillet 1833, à l’âge de 74 ans, à Waben. Sur Jean-Baptiste Prévost-Lebas, voir Souquet 1860, p. 9.

8. Baudelicque 1993, p. 341.

9. Il s’agit d’Antoine François Louis Joseph Baudelicque, dit Antoine Baudelicque l’Aîné, né le 8 février 1747, à Étaples, et décédé le 14 septembre 1801, à l’âge de 54 ans, dans cette même ville.

10. Sur la garde nationale d’Étaples, de la Révolution au règne de Louis-Philippe, voir Baudelicque 1993, p. 376-380.

11. Baudelicque 1993, p. 340 et 342. Nous n’avons pas retrouvé la partie du registre qui mentionne ces dégâts.

12. Il s’agit vraisemblablement d’Adrien Joseph Prévost né le 10 novembre 1767, à Étaples. Il se marie avec Marie Marguerite Suzanne Maillard (1771-1827), le 9 juillet 1805. Il décède le 10 octobre 1827, à l’âge de 59 ans, dans sa ville natale.

13. Il s’agit vraisemblablement de Jean Baptiste Médard (ou Oudard) Dumont né le 8 juin 1761, à Étaples. Il se marie avec Marie Thérèse Madeleine Louy (?-1832), le 18 octobre 1791. Il décède le 6 février 1842, à l’âge de 80 ans, dans sa ville natale.

14. Il s’agit vraisemblablement de Jean Marie Wyart né le 29 mai 1756 à Étaples. Il se marie avec Marie Jeanne Anne Vigneron, le 25 juillet 1786. Il décède le 27 mai 1838, à l’âge de 81 ans, dans sa ville natale.

15. Il s’agit vraisemblablement de Louis Marie Daniel Duriez, né le 31 mai 1748, à Étaples et décédé le 7 août 1820, à l’âge de 72 ans, dans cette même commune.

16. Aucun décès n’est signalé à cette date ou les jours suivants dans le registre d’état civil de l’année 1800 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4).

17. Souquet 1856, p. 6-9 et 1863, p. 139-141.

18. Souquet 1856, p. 11-12 et 1863, p. 143-146 et Baudelicque 1993, p. 291-292.

19. L’appariteur est Pierre Moireau, nommé le 8 septembre 1800 (Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/D/3).


Bibliographie

Aulard 1903 : AULARD (Fr.-Al.), Paris sous le Consulat. Recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, Tome 1 : Du 18 brumaire an VIII au 30 brumaire an IX, Librairie Léopold Cerf, Paris, 1903.

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Gautherot 1914 : GAUTHEROT (G.), « Histoire de la Révolution française. Le vandalisme jacobin. La ruine des cathédrales à la fin de la Révolution », Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 1914, p. 84-88.

Glaire, Walsh 1848 : GLAIRE (J.-B.), WALSH (J.-Al. de) [dir.], Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle, avec la biographie des hommes célèbres, Tome 17, Parent Desbarres éditeurs, Paris, 1848.

Harmonville 1843 : HARMONVILLE (A.-L. d’), Dictionnaire des dates, des faits, des lieux et des hommes historiques ; Ou les tables de l’histoire, répertoire alphabétique de chronologie universelle, Tome 2, Alphonse Levasseur et Cie, Paris, 1843.

Harrau 1903 : HARRAU (L.), « Histoire de Gravelines depuis son origine jusqu’à nos jours (suite) », Union Faulconnier – Bulletin de la société historique et archéologique de Dunkerque et de la Flandre maritime, 6-3 (1903), p. 331-444.

Lamarck 1800 : LAMARCK (J.-B. de), « Sur la distinction des tempêtes d’avec les orages, les ouragans, etc. et sur le caractère du vent désastreux du 18 brumaire an 9 », Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts, p. 377-382.

Laubespin 1830 : LAUBESPIN (E. de), Mémorial portatif de chronologie, d’histoire industrielle, d’économie, de biographie…, Troisième partie, Nouvelle édition, Chez Verdière libraire, Paris, 1830.

Lottin 1841 : LOTTIN (D.), Recherches historiques sur la ville d’Orléans dédiées à ses concitoyens, Tome 4, Partie 2 : Du 1er janvier 1789 au 30 avril 1804, Imprimerie d’Alexandre Jacob, 1841. p. 329

Piers 1836 : PIERS (H.), Histoire des Flamands du Haut-Pont et de Lyzel. Iles flottantes – Portus Itius. Histoire des abbayes de Watten et de Clairmarais, Imprimerie de Lemaire, Saint-Omer, 1836.

Prarond 1871 : PRAROND (Er.), La topographie historique et archéolgique d’Abbeville, Tome 1, Chez Dumoulin, Paris, 1871.

Souquet 1856 : SOUQUET (G.), Histoire militaire et navale d’Étaples, depuis 1800 jusqu’à 1806, Imprimerie de Duval, Montreuil 1856.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 4 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/5982>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.