Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819

Le dimanche 6 juin 1819, à 9 heures du matin, François Joseph Capet, juge de paix, et Jean Baptiste Joseph Bossus, notaire royal, viennent déclarer devant Daniel Duriez, adjoint de la mairie d’Étaples faisant fonction d’officier de l’état civil, le décès de l’un de leurs compatriotes : Nicolas César Souquet-Marteau. Le défunt n’est pas inconnu de l’officier, et pour cause : il s’agit du maire de la ville. Celui-ci est décédé dans la nuit, à 5 heures, en son domicile situé n° 20 de la place, non loin de l’hôtel de ville : il avait 53 ans et demi (voir copie de l’acte en annexe).

Fig. 1. Vue de l’hôtel Souquet-Marteau au début du XXe siècle, avant les transformations ultérieures de la façade : elle fut la résidence de la famille Souquet tout au long du XIXe siècle (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Nicolas César Souquet est né le 18 décembre 1765, à Boulogne-sur-Mer, paroisse Saint-Nicolas. Il est le fils de François Souquet (1722-1804), médecin à  l’hôpital de Boulogne, et de Marie Jeanne Antoinette Coilliot (1731-1802). Il se marie à l’âge de 35 ans avec Marie Antoinette Victoire Marteau, le 22 août 1801, à Étaples. La jeune épousée, mineure orpheline âgée de 18 ans et quatre mois, est la fille d’un riche couple de notables étaplois : Antoine Marie Marteau (1734-1794),  négociant et maïeur d’Étaples, décédé à Boulogne des suites de son incarcération pendant le Terreur, et Marie Catherine Alexandrine Ridoux (1734-1796). L’acte de mariage désigne Nicolas comme négociant, domicilié à Paris. De 1802 à 1805, le couple Souquet-Marteau, désormais domicilié à Étaples, donne naissance à trois fils qui, parvenus à l’âge adulte, embrasseront des professions prestigieuses : François César (1802-1838), avocat, Achille Antoine (1804-1837), négociant, et Gustave (1805-1867), négociant également, comme son père et son frère, mais aussi le premier des historiens étaplois. Le 29 juin et le 31 décembre 1803, Nicolas accueille par deux fois Napoléon Bonaparte dans sa demeure établie sur la place, celle de la famille Marteau (fig. 1). Il devient maire d’Étaples le 8 octobre 1803. À peine élu, il voit sa ville transformée en un vaste camp militaire des troupes napoléoniennes, prélude à l’invasion de l’Angleterre : jusqu’en 1805, année qui signe la fin du projet d’invasion, la maison familiale devient hôpital maritime et logement pour hauts gradés de l’armée. Fervent napoléonien, il devient, par nécessité, royaliste quand l’empereur abdique pour la première fois en 1814. En 1816, il connait les affres de l’occupation quand sa ville est investie par les troupes britanniques qui y restent cantonnées jusqu’en 1818. L’année 1819 voit le retour au calme, mais le maire doit désormais gérer une cité aux ressources appauvries1.

Fig. 2. Signature de Nicolas César Souquet-Marteau dans les actes de l’état civil (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Est-ce donc un maire usé par 16 années d’exercice qui meurt brutalement le dimanche 6 juin 1819 ? Le samedi 29 mai, il procède encore à l’union civile d’un couple d’Étaplois2. La mort est donc brutale, inopinée. La cause aurait pu en rester obscure, si elle n’avait pas été explicitée dans les colonnes de plusieurs quotidiens parus à la fin du mois de juin 1819 : La Quotidienne (samedi 19 juin)3L’Indépendant (samedi 19 juin)et Le Véridique de Gand (mercredi 23 juin)5.

Fig. 3. Bouteilles d’esprit-de-vin du XVIIIe siècle dans la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Saint-Lizier (© Pierre G., 2012 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le vendredi 4 juin, Nicolas Souquet qui, parallèlement à sa fonction de maire, exerce encore sa profession de négociant, travaille dans sa cave : il entonne, ce jour-là, une certaine quantité d’esprit-de-vin. Cet alcool éthylique, utilisé dans les préparations pharmaceutiques, les liqueurs et les parfums, est obtenu par distillation du vin (fig. 3) : transparent et volatil, sans odeur et sans fumée et d’un degré élevé (80 à 85°), il brûle à la flamme intense. Nicolas Souquet répand sans s’en apercevoir une certaine quantité de cet alcool sur le sol, puis, par mégarde, fait tomber la bougie qui l’éclaire. Le liquide s’enflamme instantanément et le maire tente d’éteindre le feu à l’aide de sa redingote : celle-ci prend feu également et le communique aux autres vêtements que porte Nicolas. Ce dernier prend littéralement flamme et se précipite dans la cour de son hôtel, en hurlant : la maisonnée alertée parvient à arrêter les flammes, mais Nicolas est grièvement brûlé. Après une agonie de 48 heures, il décède dans la nuit du dimanche 6 juin, à 5 heures. La ville d’Étaples venait de perdre son maire. Enterré la semaine suivante au cimetière de la ville, il laissait derrière lui une jeune veuve de 36 ans et trois fils âgés de 17 à 14 ans (fig. 4).

Fig. 4. Mention de la veuve Souquet-Marteau et de ses trois fils dans le registre de dénombrement de la population étaploise en 1820, quelques mois après le drame (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3735 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

On ne sait pourquoi la nouvelle a été ainsi reprise dans les quotidiens nationaux : l’accident, bien que tragique, a pu paraître assez iconoclaste pour que les éditorialistes en aient souhaité informer leurs lecteurs. Surtout, cette publication prélude, et de loin, à la grande vogue des faits divers qui rempliront bientôt les journaux de la seconde moitié du XIXe siècle, à l’exemple du Petit Journal dont les ventes explosent en 1869, à partir du moment où il fait le compte rendu d’évènements extraordinaires. Les accidents domestiques forment une grande part de ces faits divers et l’un d’entre eux publié le 27 mars 1897 dans le Mémorial artésien n’est pas sans rappeler, 78 ans après, l’accident funeste de Nicolas Souquet. Le 20 mars de cette année, une servante, Lucie Caron, inondée par le pétrole en feu d’une lampe qui s’est détachée du plafond sous laquelle elle se trouvait, prend flamme : bien que soignée par le médecin Désiré Debove, la jeune fille, grièvement brulée, décède le 27 mars, à l’âge de 19 ans6.


Annexe

Acte de décès de Nicolas César Souquet (6 juin 1819)

L’an Mil huit cent dix neuf, le six juin, à neuf heures du matin, pardevant moi, Louis Marie Daniel Duriez, adjoint à la mairie de la ville d’Estaples, canton et municipalité dudit Estaples, département du Pas-de-Calais, faisant les fonctions d’officier de l’état civil, sont comparus messieurs François Joseph Capet, âgé de soixante sept ans, juge de Paix de la ville et canton d’Estaples, et Jean Baptiste Joseph Bossus, âgé de quarante cinq ans, notaire royal à la résidence d’Estaples, y demeurant, lesquels nous ont déclaré que monsieur Nicolas César Souquet Marteau, âgé de cinquante trois ans et demi, propriétaire, négociant et maire de la ville d’Estaples, y demeurant, fils de feux monsieur François Souquet et de dame Marie Jeanne Antoinette Cailliot, époux de demoiselle Marie Antoinette Victoire Marteau, est décédé ce matin à cinq heures en sa maison sise sur la place n° 20 ; après cette déclaration, nous nous sommes transportés à son domicile, nous y sommes assurés du décès de monsieur Nicolas César Souquet Marteau et avons rédigé le présent acte que les comparans ont signé avec nous après en avoir entendu la lecture.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4, acte de décès n° 10 de l’année 1819.

La transcription du texte est celle de l’auteur.


Notes

1. Sur Étaples durant l’Empire et la Restauration, l’hôtel Marteau-Souquet et la nomination de Nicolas César Souquet en tant que maire, voir Souquet 1856, 1860, p. 66-67 et 1863, p. 139-162, et Baudelicque 1993, p. 289-372.

2. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4, acte de mariage n° 7 de l’année 1819.

3. La Quotidienne, n° 170, samedi 19 juin 1819, p. 3. La Quotidienne est un journal royaliste fondé en 1790 par M. de Coutouly. Le journal L’Union lui succède en 1848.

4. L’Indépendant, n° 42, samedi 19 juin 1819, p. 1-2. En 1819, L’Indépendant succède au Journal de France fondé en 1814.

5. Le Véridique de Gand, n° 206, mercredi 23 juin 1819, p. 1. Le Véridique de Gand est un quotidien de langue française publié à Gand (alors ville du Royaume-Uni des Pays-Bas) du 25 novembre 1818 au 30 septembre 1820. Il a été imprimé et distribué par Pierre François De Goesin-Verhaeghe (1753–1831) qui avait précédemment publié les Annonces et avis divers du département de l’Escaut.

6. Mémorial artésien, samedi 27 mars 1897, p. 3 et Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 318/25, acte de décès n° 28 de l’année 1897.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Souquet 1856 : SOUQUET (G.), Histoire militaire et navale d’Étaples, depuis 1800 jusqu’à 1806, Imprimerie de Duval, Montreuil 1856.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 6 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6158>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.