Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549)

Au XVIe siècle, Étaples possède un couvent de sœurs du tiers-ordre de Saint-Dominique et de Sainte-Catherine de Sienne1. Nous ne disposons que d’informations infimes sur ce couvent, dont certaines, d’ailleurs, sont de seconde main : la faible durée d’existence de cet établissement religieux, moins de 40 années, explique peut-être cet état de fait.

Dans ses Mémoires pour l’histoire de Boulogne sur la mer et de son comté, l’historien boulonnais, Philippe Luto, date de l’année 1513 l’installation de ce couvent dans le petit bourg côtier : il s’agit d’un essaim du couvent de Thérouanne (Pas-de-Calais), à la tête duquel ont été placées les sœurs Jeanne d’Ypres et Jeanne François2. Gustave Souquet situe cet établissement à l’extrémité de la rue de Montreuil, mais ne donne aucune indication sur la source qui lui permet cette localisation3. L’érudit étaplois cite encore ce renseignement les concernant : les sœurs avaient au nombre de leurs revenus une donation de sept setiers de blé métaillon (froment et seigle) qui, en 1556, était évaluée à 300 livres4. Nous n’avons pu retrouver le document afférent : de nombreuses sources citées par Souquet, souvent incomplètes par ailleurs, ont disparu depuis. En dehors de tout autre texte, les activités des dominicaines étaploises peuvent difficilement être renseignées.

Fig. 1. La rue de Montreuil au début du XVIIIe siècle (dans le sens de la flèche). La rue prend naissance à la place du marché, au nord, et file en direction de Montreuil, au sud, le long des rives de la Canche : c’est à l’extrémité de cette rue que Gustave Souquet situe le couvent Saint-Dominique (Nicolas et Jean Magin, Plan d’Etaple, 1716, Bibliothèque nationale de France, département des cartes et plans, Collection d’Anville 00937 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

En 1518, les dominicaines étaploises adressent une supplique au cardinal Louis de Bourbon (1493-1557), abbé commandataire de l’abbaye de Saint-Valery (Somme), afin de pouvoir « construire et bâtir à neuf le couvent ou monastère de leur (…) ordre dans le territoire de l’abbaye de Saint-Valery » (voir texte reproduit en annexe)5. Un premier groupe de sœurs prend donc le chemin de la Picardie et s’établit dans cet autre port, dans un couvent rudimentaire situé hors de la ville, à proximité du rempart (fig. 2 et 3). On donne souvent pour raison à ce départ les maux de la guerre, mais le Boulonnais et Étaples connaissent à cette époque une paix toute relative et la raison doit être cherchée ailleurs. La charte de Louis de Bourbon offre un aperçu de leurs activités au sein de la communauté valericaine : contemplation, soin et aide aux malades. Ces activités son précisées en 1520. En effet, leur reprochant de trop vivre de la charité chrétienne, les échevins de Saint-Valery décident de réglementer leurs droits et devoirs : les religieuses, dont le nombre est fixé à la limite de 12, doivent garder et soigner les malades jusqu’à leur complète guérison ou leur décès, porter en terre les défunts, aérer en cas de peste la maison mortuaire et celles avoisinantes et, enfin, rendre des comptes annuellement à l’autorité ; de plus, les sœurs malades sont interdites d’accès à la ville et ne peuvent demander l’aumône. Il est mis brutalement fin à leur sacerdoce en 1568 quand leur couvent est saccagé par des Calvinistes : elles sont, après cette date, peu à peu substituées par des Augustines qui transforment leur couvent en Hôtel-Dieu. Les dominicaines valericaines finissent par disparaître en 16726.

Fig. 2. Vue de Saint-Valery au début du XVIIe siècle par Claude Chastillon (Sainct Vallery port de mer et pais adiacent, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE BB-246 (IX, 98) – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 3. Détail de la vue précédente montrant le couvent des dominicaines (lettre O), à l’extérieur de la ville de Saint-Valery, le long des remparts, et à proximité du cimetière (P) et de la route de Paris (Q) (Claude Chastillon, Sainct Vallery port de mer et pais adiacent, XVIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE BB-246 (IX, 98) – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ce deuxième essaimage, après Thérouanne, ne signe pas la fin du couvent d’Étaples qui poursuit ses activités : la charte cardinale de 1518 mentionne bien le fait que l’essaim valericain constitue un avant-poste de la communauté étaploise en terres picardes. Mais, en 1549, les sœurs dominicaines finissent par fuir définitivement Étaples : les ravages de la guerre menée dans le Boulonnais entre Français et Anglais depuis 1544 et les tempêtes de sable qui soufflent sur la côte et recouvrent fréquemment le petit bourg de la Canche les poussent à trouver l’exil en Normandie, à Aumale (Seine-Maritime) : douze d’entre elles sont accueillies par Antoinette de Lorraine (1494-1583), duchesse d’Aumale, et leur établissement reçoit, le 20 juin 1549, l’approbation de Georges II d’Amboise (1488-550), cardinal archevêque de Rouen7. Leur arrivée à Aumale provoque, cependant, la réticence de nombreux habitants qui leur intentent plusieurs procès, mais desquels elles ressortent victorieuses. Elles entreprennent alors la construction de leur église dédiée à saint Pierre et à sainte Catherine de Sienne (fig. 4). À la fin du XVIe siècle, les troubles religieux ruinent et vident le couvent de la plupart de ses occupantes. Mais il est reformé au début du siècle suivant et donne même lieu à un troisième essaimage en direction de Rouen, en novembre 1658. La Révolution porte un coup fatal à leur institution aumaloise qui est supprimée en 1792.

Fig. 4. Localisation (cercle rouge) du couvent des dominicaines dans la ville d’Aumale au XVIIe siècle (d’après G. Duquenne, Aumale, son comté, son duché : histoire de sa seigneurie, F. Paillart, Abbeville, 1996 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ainsi, l’éphémère couvent des dominicaines d’Étaples a-t-il laissé peu de traces écrites. Il n’était pas le seul établissement de religieuses à Étaples : un couvent de Bernardines existait aussi au nord de la ville. Peut-être l’archéologie étaploise livrera-t-elle un jour les vestiges de ce couvent, si tant est qu’ils existent encore dans ce quartier à l’urbanisme bouleversé par la guerre et la reconstruction que constitue la rue de Montreuil.


Annexe

Charte du cardinal Louis de Bourbon autorisant l’installation des dominicaines d’Étaples à Saint-Valery (18 juillet 1518)

Louis de Bourbon, par la miséricorde divine cardinal-prêtre de la sacro-sainte Église Romaine, du titre de Saint-Sylvestre de Rome, évêque et duc de Laon, pair de France et comte d’Anisy, abbé commendataire de l’abbaye de Saint-Valery-sur-Mer, de l’ordre de Saint Benoît, au diocèse d’Amiens et rattaché sans intermédiaire à l’Église de Rome, à tous et à chacun de ceux qui verront les présentes lettres, salut éternel.

Nous croyons nous acquitter d’un service agréable à Dieu en fournissant à la dévotion croissante des fidèles du Christ, des aliments à leur charité et en incitant leurs esprits à rechercher les bienfaits célestes avec un zèle plus ardent. Nous avons donc reçu l’humble supplication de nos dévotes sœurs en Christ, la supérieure et les religieuses d’Étaples, au diocèse de Thérouane, de l’ordre de Saint-Dominique et de Sainte-Catherine-de-Sienne. sur la faculté et licence de construire et bâtir à neuf le couvent ou monastère dudit ordre dans le territoire de notre abbaye de Saint-Valery, où quelques sœurs de leur dit ordre puissent à l’avenir se livrer plus commodément à la contemplation, prendre soin des malades de la dite ville de Saint-Valery et leur venir en aide. Accueillant donc avec bienveillance la demande des dites sœurs, nous voulons et permettons qu’elles choisissent et acquièrent, en la dite abbaye de Saint-Valery, une place où elles puissent construire et bâtir leur couvent ou monastère, sous la réserve de notre droit et du droit d’autrui en toutes choses. Mais, pour que les dites sœurs puissent plus facilement réaliser leur entreprise, pour que les fidèles du Christ eux-mêmes leur tendent plus promptement une main secourable, nous faisons à tous et à chacun des fidèles du Christ qui voudraient, en faveur des dites sœurs et pour l’érection du dit monastère, abandonner leurs biens, veiller à la conservation, au maintien et à la fourniture des livres, calices, ornements d’église et autres objets nécessaires au dit monastère et s’y intéresser, en chacun des fêtes et jours de saint Thomas d’Aquin, de la Cène du Seigneur, de sainte Catherine de Sienne (c’est à savoir le premier mai), de saint Dominique et de la Circoncision de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des premières aux secondes vêpres inclusivement.

Nous faisons, disons-nous, remise de cent jours sur les pénitences par eux encourues : les présentes devant jouir d’un perpétuel effet.

En foi de quoi, nous avons fait faire et signer les présentes par notre secrétaire et avons ordonné qu’elles soient munies de notre sceau pendant. Donné en notre maison abbatiale de la dite abbaye de Saint-Valery, l’an du Seigneur 1518, le 18e jour de juillet, l’an sixième du pontificat de notre Très Saint Père en Christ et Seigneur, Monseigneur Léon, pape, dixième du nom.

Par ordre de mon très cher seigneur, monseigneur Louis, cardinal de Bourbon.

Beaufils

Transcription de l’original en latin par l’École des Chartes (Lomier 1910)


Notes

1. Les sœurs dominicaines sont des religieuse de vie apostolique qui, tout en menant une vie communautaire dans leurs couvents ou maisons (prière, pénitence), sont engagées dans certaines activités ou travaux à l’extérieur de leur lieu de vie (éducation, enseignement, soins aux malades, inhumations). Le tiers-ordre dominicain suit la spiritualité de l’Ordre de saint Dominique ou Ordre des prêcheurs, tout en restant laïc. Il appartient à la catégorie des ordres mendiants proches des citadins.

2. Luto s.d. f° 20, Souquet 1863, p. 67, Caron 1976, p. 91, Baudelicque 1993, p. 164 et 2005, p. 52 et 151.

3. Souquet 1860, p. 51.

4. Souquet 1860, p. 52, Caron 1976, p. 92 et Baudelicque 2005, p. 151.

5. Duplessis 1751, col. 1240, Souquet 1863, p. 67, Lomier 1910, Caron 1976, p. 92 et 2005, p. 151.

6. Sur les dominicaines valericaines, voir Cahon 1908, passim.

7. Sur les dominicaines aumaloises, voir Semichon 1862, p. 200-212. Voir également Luto s.d. f° 20, Souquet 1860, p. 52 et 1863, p. 70, Caron 1976, p. 92, Baudelicque 1993, p. 164 et 2005, p. 52 et 151.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Baudelicque 2005 : BAUDELICQUE (P.), Histoire religieuse d’Étaples des origines à l’an 2000, Imprimerie Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005.

Cahon 1908 : CAHON (Al.), « Histoire de l’hôpital-hospice de Saint-Valery-sur-Somme, par le docteur Lommier – 1518-1908 », Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 2 (1908-1910), Séance du 9 août 1908, p. 109-112.

Caron, 1976 : CARON (A.), Du peuplement, des cultes, des lieux de cultes, chapelles, monastères, calvaires, cimetières et moulins d’Étaples-sur-Mer, Pont-de-Briques, 1976, Manuscrit  conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais, sous la cote 88J145.

Dinet-Lecomte 2007 : DINET-LECOMTE (M.-Cl.), « Des bénédictines à l’hôpital de Fécamp au 18e siècle. Une desserte atypique ? », dans : Marec (Y.) [dir.], Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Histoire et patrimoines, Publication des Universités de Rouen et du Havre, Mont-Saint-Aignan, 2007, p. 140-152.

Duplessis 1751 : DUPLESSIS (T.-Chr.), Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa ; qua series et historia archiepiscoporum, episcoporum et abbatum Franciae vicinarumque ditionum ab origine Ecclesiarum ad nostra tempora deducitur et probatur ex authenticis instrumentis ad calcem appositis, Tome 10 : De provincia remensi, Imprimerie royale, Paris, 1751.

Lomier 1910 : LOMIER (E.), « Charte du cardinal de Bourbon – 1518 », Bulletin mensuel de la Société d’histoire et d’archéologie du Vimeu, 2 (1908-1910), séance du 14 août 1910, p. 381-383.

Luto, s.d. : LUTO (Ph.), Mémoires pour l’histoire de Boulogne sur la mer et de son comté, XVIIIe siècle, Manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Boulogne-sur Mer sous la cote : M169A.

Semichon 1862 : SEMICHON (L. Er.), Histoire de la ville d’Aumale et de ses institutions depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Volume 2, Auguste Aubry libraire, Paris, 1862.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549)», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 9 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6233>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.