Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert

Les registres des rentes de l’église Saint-Michel conserve le souvenir d’une rue qui, au XVIIIe siècle, avait complètement disparu de la topographie urbaine étaploise : la rue Saint-Hubert. Les informations contenues dans ces registres permettent non seulement de localiser cet espace de circulation dans la ville, de comprendre l’origine de son nom et les raisons de sa disparition, mais aussi de connaître les noms des maisons que l’on y avait établies et ceux des habitants qui les occupaient.

La rue Saint-Hubert

La rue Saint-Hubert est mentionnée à plusieurs reprises dans les cueilloirs des rentes rédigés aux XVIIe et XVIIIe siècles (voir textes n° 1, 2, 4, 5 et 10 en annexe), ainsi que dans les registres paroissiaux (texte n° 3). Elle se trouvait dans la partie orientale de la ville d’Étaples (fig. 1, n° 3), entre l’église Saint-Michel et son cimetière (n° 1-2), au nord, et la rue de Montreuil, au sud (n° 5). Plus exactement, elle prenait naissance à proximité du portail de la chapelle Saint-Hubert (n° 1), se dirigeait en droite ligne vers la rue de Montreuil et débouchait à la perpendiculaire de cet axe, juste en face de l’hôtellerie Saint-Hubert (n° 6). Il s’agissait donc d’une rue parallèle à la rue des Lombards (n° 4). Dans les registres, elle reçoit tantôt le nom de « rue », tantôt celui de « petite ruelle ». Dans son opuscule consacré aux rues d’Étaples, Gustave Souquet la dénomme « rue Saint-Hubert » (fig. 2), sans que nous ayons trouvé trace de cette appellation1 : probablement l’a-t-il dénommée ainsi en raison des deux espaces portant le nom du saint – la chapelle Saint-Hubert et l’hôtellerie Saint-Hubert – qui commandaient l’ouverture et la fermeture de cet axe ? Les rédacteurs des registres – les curés de la paroisse – la dénommaient avec une périphrase locative : « la rue qui allait/menait de la maison Saint-Hubert à l’église Saint-Michel » ou « la rue qui conduisait du cimetière à Saint-Hubert ».

Fig. 1. Restitution du tracé de la rue Saint-Hubert (en bleu) sur le plan d’Étaples des frères Nicolas et Jean Magin, ingénieurs du Roi, en 1716 : en 1, la chapelle Saint-Hubert de l’église Saint-Michel, en 2, le cimetière de l’église, en 3, la rue Saint-Hubert, en 4, la rue des Lombards, en 5, la rue de Montreuil, en 6, l’hôtellerie Saint-Hubert, en 7, la maison Saint-Marc, et en 8 la maison du Cygne (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF35DIV6P2/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Localisation de la rue Saint-Hubert par Gustave Souquet sur le plan dit Triplet, datant de 1810. Ce plan a appartenu à l’érudit étaplois qui y avait annoté plusieurs renseignements (écriture marron clair) issus de ses recherches sur la topographie de la ville d’Étaples à l’époque moderne (Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/O/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Gustave Souquet mentionne les noms de deux maisons qui étaient établies dans cette rue2, mais son propos est trompeur : les façades des habitations qu’il cite étaient tournées vers la rue des Lombards et seuls les jardins aménagés à l’arrière de ces maisons donnaient sur la rue Saint-Hubert.

La première ces deux maisons était la maison Saint-Marc, du nom de l’enseigne qui individualisait ce bâtiment, soit à l’image du saint, soit à celle de l’un de ses attributs, le lion par exemple. Elle était située à l’extrémité de la rue des Lombards, près de la grille du cimetière de l’église (fig. 1, n° 7). Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, elle était habitée par Jean Dupont, puis par le couple, Antoine Monocove et Marie Dupont, sœur de Jean, et, enfin, par cette dernière, seule, car devenue veuve (texte n° 1 en annexe). Dans la première moitié du XVIIIe siècle, on y trouvait établis le couple Louis Bonvoisin et Marie Sailly, puis leurs fils Nicolas Bonvoisin (textes n° 5 et 10). Enfin, dans la seconde moitié de ce siècle, elle était occupée par Jean Louis Campion (texte n° 10) et, à sa suite, par ses enfants. Le nom de la maison commençait alors à s’estomper et les curés n’en avaient plus le souvenir qu’à travers les anciens registres.

La seconde maison était la maison du Cygne, ainsi désignée, à l’exemple de nombreuses autres demeures étaploises, par son enseigne en pierre ou en bois qui représentait un palmipède (fig. 1, n° 8 et fig. 3) : malheureusement, les registres ne livrent pas les noms des habitants qui s’y sont succédés (textes n° 2 et 4). Elle voisinait, à l’ouest, avec une maison qui n’était pas désignée par le symbole portée sur son enseigne, mais qui était habitée par un certain Antoine Roussel (textes n° 2 et 4). Entre la maison du Cygne et la maison Saint-Marc, une série de petites habitations appartenaient, au XVIIe siècle, à Jean de Hailles, qui les avaient acquises de Jeanne de Le Motte, et au début du XVIIIe siècle à des habitants dont le nom n’est pas cité dans le registre : cette maison était séparée de la maison Saint-Marc par un jardin qui dépendait de cette dernière.

Fig. 3. Exemple d’enseigne représentant un cygne sur une maison de Liège construite en 1690, actuel n° 41 rue du Pont d’Île (© Malou Grimbérieux, 2001 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette rue traversait principalement des jardins (fig. 1) qui constituaient une part importante dans l’économie de subsistance des familles étaploises (texte n° 4). Nous avons déjà cité celui qui se trouvait à l’arrière de la maison Saint-Marc, sur le côté ouest de la rue Saint-Hubert. Sur le côté est, certains d’entre eux appartenaient, à la fin du XVIIe siècle, à Jean Boulogne, puis, au début du siècle suivant à la veuve de ce dernier ou bien encore à Claude Gressier qui en avait loué une partie à la veuve de Jacques Capry (texte n° 4). Enfin, plus au sud, prenait place un autre jardin, celui de la maison de Pierre Piquot, dont la façade donnait sur la rue de Montreuil. La multiplication de ces jardins à partir du XVIIe siècle explique la disparition de la rue Saint-Hubert : les propriétaires de ces parcelles ont, petit à petit, empiété sur l’espace de circulation pour agrandir leurs lopins de terre (texte n° 4). Alors que, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la ruelle n’était encore que « bouchée » (texte n° 1), elle est, au début du siècle suivant, « toute rebouchée » par les jardins de la veuve Boulogne et de Pierre Piquot (texte n° 4). Au milieu de ce siècle, elle avait complètement disparu du paysage urbain. Ce n’est donc pas, comme on peut le lire chez Pierre Baudelicque3, par exemple, la fermeture du portail Saint-Hubert (cf. infra) qui a causé la disparition de la rue éponyme : au XVIIe siècle, ce processus de captation privée était déjà largement initié.

La chapelle Saint-Hubert de l’église Saint-Michel

La rue Saint-Hubert prenait naissance au sud de l’église Saint-Michel et, plus exactement, au portail de la chapelle Saint-Hubert (fig. 1, n° 1). Cette chapelle occupait le croisillon méridional du transept de l’église (fig. 4 et 5). Plusieurs membres de la bourgeoisie municipale avaient contribué à sa restauration partielle en 1702, comme le montraient date et dédicace découvertes vers 1855 sur la clé de voûte (fig. 6) : J’ai esté fait des droit du bourgois / 1702 / A(ntoine) Bodelic marg(uillier)s / Le Cat / Sanier / Levec / Aniéré4. Plusieurs pierres sépulcrales avaient été repérées dans cette chapelle par Gustave Souquet : la tradition, qui confine, bien souvent, à la légende, les liait à un caveau dans lequel auraient été enterrés les gouverneurs d’Étaples5. Mais c’est bien dans cette chapelle que fut inhumée le 1er septembre 1677, Antoinette Monet de La Salle, épouse de Louis de Guizelin, écuyer, sieur de Fromessent, capitaine de cavalerie au régiment d’Hocquincourt (texte n° 3) et bien d’autres paroissiens de haut rang6. Elle communiquait avec l’extérieur par une porte large de 2,20 m, entre deux contreforts de grès, mais qui fut bouchée ultérieurement: dans son Histoire de l’abbaye de Saint-Josse-sur-Mer, rédigée en 1674, Robert Wyart8, qui décrit aussi l’église d’Étaples, nomme cette porte, en latin et avec une certaine confusion cependant, « porta a septentrione », alors que celle-ci est située au sud ; il montre également, sur un plan de l’église, qu’elle était encore utilisée9. Il est donc possible que la rénovation de la chapelle ait entraîné la fermeture du portail au début du XVIIIe siècle. Au-dessus du cintre de cette porte,  s’élevait une fenêtre divisée en quatre parties par une croix de pierre10.

Fig. 4. Localisation de la chapelle Saint-Hubert (étoile rouge) sur le plan de l’église Saint-Michel au XIXe siècle (d’après Souquet 1855, plan n° 2 entre les p. 14 et 15 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. Localisation de la chapelle Saint-Hubert (étoile rouge) sur une vue de l’église Saint-Michel au début du XXe siècle (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 6. Clé de la voûte de la chapelle Saint-Hubert refaite en 1702 comme l’indique l’inscription de dédicace (d’après Rodière 1902, pl. I, n° 2, dessinée par C. Ellart, 1884).

Il semble y avoir une confusion sur les origines de cette chapelle. On l’a souvent associée avec celle dédiée au culte de saint Poppon, la chapelle Saint-Poppon ou chapelle Popponne : cette dernière aurait même précédé la chapelle Saint-Hubert11Dans son Histoire et description des églises d’Étaples, publié en 1855, Gustave Souquet différencie pourtant les deux chapelles : « La chapelle Ponponne (sic) fut dédiée en 1703 à saint Pierre, quand il y fut transféré de la chapelle Saint-Hubert »12. L’érudit étaplois s’appuie sur les indications données dans le registre paroissial rédigé en 1702 par le curé Philipe Osmont qui s’est fait, à quelques occasions, historien (textes n° 7 à 9) : la chapelle Saint-Hubert a accueilli pendant plusieurs années le culte dédié à saint Pierre ; à partir de 1703, ce culte a été transféré dans une chapelle voisine, qui est donc l’ancienne chapelle Saint-Poppon ; après ce transfert, la chapelle Saint-Hubert est retournée au culte de ce seul saint, « comme anciennement » précise le curé Osmont ; ce dernier se trompe, toutefois, sur l’origine du nom de la chapelle Popponne dont il attribue la réédification à une famille Ponpon, dont il aurait consulté les mémoires. C’est l’historien montreuillois Roger Rodière, pourtant si précis habituellement dans ses recherches, qui confond les deux chapelles en une seule dans deux de ses écrits au début du XXe siècle : « La chapelle St-Poppon fut ensuite dédiée à saint Hubert »13. Cette dernière assertion ne reflète pas la réalité : les deux chapelles, citées dans le registre des rentes rédigé par le curé Philippe Osmont au début du XVIIIe siècle, ont donc bien coexisté ensemble à une même époque et seule la chapelle Saint-Poppon est devenue celle de Saint-Pierre.

L’hôtellerie Saint-Hubert de la rue de Montreuil

À l’époque moderne, les hôtelleries, tavernes et autres logis sont une composante majeure de la topographie urbaine d’Étaples. À son extrémité méridionale, la rue Saint-Hubert ouvrait sur la rue de Montreuil, face à l’hôtellerie Saint-Hubert (fig. 1, n° 6). Cet établissement existait déjà au XVIe siècle, comme le rapporte Gustave Souquet dans son Histoire des rues d’Étaples, publié en 186014. Il était donc situé à l’extrémité de la rue de Montreuil, au sud de l’église, entre l’hôtel de l’échevinage à l’ouest et le château à l’est. Il constituait un repère topographique évident dans la ville, « fameux » selon le curé Philippe Osmont, au point qu’on le citait, dans les actes, sous le seul nom de « Saint-Hubert » (voir textes n° 1, 2, 4 à 6 et 10). À l’exemple des maisons Saint-Marc et du Cygne, l’hôtellerie était individualisée par une enseigne qui lui avait donné son nom (texte n° 6) : elle devait représenter le saint patron des chasseurs (fig. 7). À Étaples, ce dernier était également le patron de la confrérie de Saint-Hubert : en 1621, le produit d’un tronc dans l’église Saint-Michel était destiné à invoquer le saint contre la rage15. Dans le registre paroissial, le curé Philippe Osmont écrit qu’elle était « encore appelée le Respy par les anciens » au début du XVIIIe siècle (texte n° 4)  : ce respy ou répit renvoie au sursis de quarante jours qui était accordé par les répiciers16 aux personnes mordues par des chiens enragés afin qu’elles puissent effectuer leur pèlerinage à Saint-Hubert, dans les Ardennes17.

Fig. 7. Détail des «Chasseurs dans la neige» de Pieter Brueghel l’Ancien peint en 1565 : une auberge est signalée par une enseigne faisant référence à la vision de saint Hubert (© Kunsthistorisches Museum, Vienne – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Selon le curé Philippe Osmont, qui écrivait en 1702, l’hôtellerie a appartenu aux ancêtres d’une certaine Barbe Dubutel (voir texte n° 6). Gustave Souquet cite Florent Passeleu comme tenancier de ce logis au XVIIe siècle, sans que nous ayons trouvé trace de ce lien dans les textes18. Au début du XVIIIe siècle, elle était occupée par Pierre Sailly dit Monjean : il semble qu’à cet époque l’établissement n’existait plus, car transformé en maison particulière, et que l’on avait juste conservé le souvenir de son nom (textes n° 4 et 6). Il est, cependant, encore désigné sous ce nom en 1753 sur le Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux (fig. 7 et 8) : Marie Jean Baptiste de Rocquigny, seigneur d’Étaples en partie, percevait une rente sur cette maison au milieu du XVIIIe siècle.

Fig. 7. Localisation de l’ancienne hôtellerie Saint-Hubert (n° 203) au sud de l’église Saint-Michel et le long de la rue de Montreuil au XVIIIe siècle : la rue Saint-Hubert n’est plus qu’un souvenir (Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux, 1753, Collection privée –Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 8. Au n° 203, à demi effacé, le nom de l’hôtellerie Saint-Hubert dans la liste des propriétés dont Marie Jean-Baptiste de Rocquigny était le propriétaire foncier en 1753 (Plan de la ville d’Étaples & de ses environs, qui comprend le fief du même nom appartenant à messire de Rocquigny, du Fayel et autres lieux, 1753, Collection privée  Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les bombardements et les destructions de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la reconstruction qui a suivi dans les années 1950, ont considérablement bouleversé la partie orientale de la ville d’Étaples (fig. 9) : l’église (n° 1) a disparu, frappée de plein fouet par un obus le 15 juin 1944, et à son emplacement s’élève aujourd’hui le centre social ; la rue des Lombards (n° 5), la maison Saint-Marc (n° 2) et la moitié occidentale de l’îlot qui était traversé par la rue Saint-Hubert (n° 3) ont disparu sous l’actuel boulevard Jacques-Lefebvre (n° 6) et la cour de l’ancienne école Jules-Ferry ; quant à l’ancienne hôtellerie Saint-Hubert (n° 4), elle repose aujourd’hui sous une maison particulière de la rue de Montreuil, si tant est que les bouleversements urbains de l’après-guerre en aient laissé subsister quelques vestiges.

Fig. 9. Report (en bleu) des principaux espaces et édifices de l’époque moderne cités dans le texte sur le cadastre récent de la ville d’Étaples  : en 1, l’église Saint-Michel et son cimetière, en 2, la maison Saint-Marc, en 3, la rue Saint-Hubert, en 4, l’hôtellerie Saint-Marc, en 5, la rue des Lombards, et en 6, l’actuel boulevard Jacques-Lefebvre (Dao : Th. Byhet, 2020, Ministère de l’Action et des Comptes publics – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Corpus des textes

1. Rente de la maison Saint-Marc appartenant à Marie Dupont (avant 1663).

Marie du Pont, vefve de deffunct Anthoine Monoscove, au lieu de Jean du Pont, son frère aisnée, pour une maison et jardin séant en ceste ville nommée St Marcq, tenant d’un bout à la rue des Lombarts, d’autre bout à une petite ruelle quy est à présent bouchée et quy alloit anthiennement de St Hubert à ladite esglise St Michel, de liste à un austre jardin appartenant à Jean et Guilliaume du Pont, les frères de ladite Marie du Pont, pourquoy en est deub à ladite esglise de rente fonsière vingt solz parisis au jour de Noël.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/5.

2. Rente de trois tènements appartenant à Jean de Hailles (avant 1663).

Jean de Hailliy par achapt qu’il a faict de Jeanne de le Motte de trois petits tènements séants dans la rue qui maisne de St Hubert à l’église St Michel tenant à la masure St Marcq, d’autre liste à la maison du Signe et à la maison d’Anthoine Roussel, de bout sur le flégard de la rue des Lombards, (illisible) est deub par chachun an à ladite esglise de rente fonsière deux solz six deniers parisis.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/5.

3. Acte de décès d’Antoinette Monet (31 août 1677).

L’an de grâce, le 31me aoust 1677, est décédée, environs sur les cinq heures du soir, madamoiselle Antoinette Monet, après avoir esté administrée des sacrements et des prières ordonnées pour le repos de son âme. La susdittes damoiselle estoit vuefve de feu M(onseigneu)r de Fromesen. La susnommée da(mois)elle a esté inhumée et enterrée le lendemain premier 7bre de la mesme année dans la chappelle de St Hubert dans cette parroisse de St Michel d’Estappes par moy m(aî)tre Antoine Mareschal, p(re)btre curé dudit lieu. La susditte d(amois)elle âgée de soisante dix huict ans ou envyron.

A. Mareschal, p(re)btre

Archives départementales du Pas-de-Calais, 2 MIECR 318/1.

4. Rente de trois tènements (1702 et années qui suivent).

Les occupeurs de trois petits tènemens qui furent autrefois à Jean de Hailliez, au lieu de Jeanne de Le Motte, lesquels tènemens sont scituez dans la rue qui meine de la maison de St Hubert à l’église de St Michel tenant d’une liste au jardin et masure de St Marc, d’autre liste à la maison du Cygne et à la maison d’Antoine Roussel, et de bout sur le flégard de la rue des Lombards doibvent par chacun an au terme de Noël deux solz six deniers de rente foncière.

Nota : Comme cette rue est aprésent presque toute rebouchée tant par Pierre Piquot que par la vefve de Jean Boulogne à cause du jardin qu’elle occupe provenant de feue (madame) Vuyart, il paroist que les tènemens cy dessus sont ou le jardin que tient ladite vefve Boulogne, ou quelque portion des jardins dudit Piquot. Il faut informer du fait aux héritiers de feu Madame Vuyart et faire paier  les arrérages et agir de plus pour donner à rente l’espace de cette rue qui est àprésent inutile au profit de l’église ; cette rue passe entre le jardin de Louis Bonvoisin, contre le cemetière, et entre celui de Claude Gressier occupé par la vefve de feu Jacques Capry, et pénètre jusqu’à la grande rue qui conduit à Montreuil dont l’embouchure est contre la maison de Piquot.

La maison de St Hubert, appellée encor Le Respy par les anciens, étoit une fameuse hostellerie dont les restes sont encore occupez au jourd’huy par Pierre Sailly dit Monjean, sur la droite de la rue qui meine d’Estaples à Montreuil vis à vis du clocher de l’église de St Michel.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 8r°-v°.

5. Rente de la maison Saint-Marc appartenant à Louis Bonvoisin et Marie Sailly (1702 et années qui suivent).

Louis Bonvoisin et Marie Sailly, sa femme, pour la maison et jardin anciennement nommée St Marc qu’ils ont prise à rente des ayans droit d’Anthoine Dupont, laquelle maison tient de liste le long du cimetière de cette église, d’autre liste vers midy à un jardin occupé aussy par lesdits Bonvoisin et Sailly, d’un bout vers l’orient à la rue qui conduisoit autre fois du cimetière à St Hubert et d’autre bout sur le flégard de la rue des Lombards, proche le gril dudit cimetière, doibt par chacun an à laditte église au terme de Noël vingt solz parisis.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 13r°.

6. Rente d’une maison voisine de la maison Saint-Hubert et appartenant à Pierre Sailly  (1702 et années qui suivent).

Pierre Sailly, au lieu de Jean Sailly, quy fut au lieu comme fils et héritier de Charles Sailly quy doit au droit de Michelle Houssoye (en incise : laquelle Michelle Houssoye étoit fille et héritière de François Houssoye) pour une masure size proche de St Hubert et y tenant d’une liste vers l’occident, d’autre liste à une autre masure à eux appartenante vers l’orient, d’un bout vers le nord sur le flégard de la rue quy mène d’Estaples à Montrœuil, d’autre bout vers le midy au quay, doit à ladite église au terme de Noël huit souls parisis.

Nota : Que ceste Michelle Houssoye dont est parlé cy dessus étoit fille et héritière de François Houssoye quy avoit pris à nouveau cens et rente de l’église ceste masure susdite quy joignoit alors à l’enseigne de St Hubert quy est ceste maison où demeure encore aujourd’huy Pierre Sailly dit MonJean et d’autre côté joignoit la maison de feu Jean Deleplanques. La maison est réduite à jardin à l’encontre du pignon de la maison dudit Sailly vers l’orient.

Ceste maison de St Hubert appartenoit autrefois aux ancestres de Barbe Dubutel, laquelle a des anciens papiers quy enseignent les abouts et côtés.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 76r°.

7. Concession d’un banc dans l’église Saint-Michel à Jean Dunet et Marie Robert (1702 et années qui suivent)

Jean Dunet, cordonnier, et Marie Robert, sa femme, pour un banc à eux accordé dans la chapelle de St Hubert (…) doivent annuellement au Noël cincq (souls) de rente fonsière surcensière.

Cette chapelle de St Hubert a servi aussi de chapelle à St Pierre pendant plusieurs années, mais depuis l’année 1703 saint Pierre a esté transféré dans une autre chapelle voisine, et St Hubert est resté seul comme anciennement dans ladite chapelle où est placé le banc cy dessus. Ladite rente est fonsière surcensière par la création faite en 1688.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 120v°.

8. Concession d’un banc dans l’église Saint-Michel à Sébastien Prévost (1702 et années qui suivent)

Sébastien Prévot dit Laplume pour un banc annexé à ceux de la maison de l’Eschiquier, quy fut à Denys Leporc de Boulogne, situé à l’entrée de la chapelle Ponponne (…), doit à ladite église par chacun an au jour de Noël vingt souls tournois.

Cette chapelle ponponne, ainsi nommée parce que selon toute apparence elle a esté rédifiée par les nommés Ponpons dont j’ay veu des mémoires, est à présent dédiée à St Pierre depuis l’année 1703.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 119v°.

9. Concession d’un banc dans l’église Saint-Michel aux héritiers d’Oudart Ohier (1702 et années qui suivent)

Les héritiers du sieur Oudart Ohier, sieur de la Motte, pour un banc à luy accordé à l’entrée de la chapelle ponponne (…), doivent à ladite église annuellement au Noël vingt souls parisis.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7, f° 120r°.

10. Rente de la maison Saint-Marc appartenant à Jean Louis Campion (après 1730).

Le sieur Jean Louis Campion, aux droits par acquisition de Nicolas Bonvoisin, pour la maison et jardin anciennement nommé St Marc tenant de liste vers nord le long du cimetière, d’autre liste vers midy à (blanc), d’un bout vers orient audit sieur Campion aux droits de J(ean) Boulogne, entre lesquels il y avoit anciennement une petite rue qui conduisoit du cimetière droit à la maison de St Hubert qui est celle de Marc Laloy, et d’autre bout à la rue qui conduit à l’église anciennement nommé la rue des Lombards, pourquoy est due au Noël vingt sols parisis de censive autournois … vingt deux sols six deniers.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/8, f° 19-20.

La transcription des textes est celle de l’auteur.


Notes

1. Souquet 1860, p. 89.

2. Souquet 1860, p. 91.

3. Baudelicque 2005, p. 64.

4. La restauration avait été entreprise en même temps que celle du chœur de l’église dont la voûte s’était effondrée en 1685 : les travaux n’avaient pu être initiés qu’à partir de 1696, à la suite d’un long procès entre l’abbaye de Saint-Josse et le curé et les paroissiens d’Étaples (Souquet 1855, p. 22-24 et 1863, p. 103 et 104-105 et Baudelicque 1993, p. 198-199). Sur l’inscription de la voûte de la chapelle Saint-Hubert, voir Souquet 1855, p. 19 (qui donne une lecture légèrement différente) et 1863, p. 107 (avec une lecture différente de la première et une attribution à la chapelle Saint-Pierre), Rodière 1902, p. 30 (l’inscription a été relevée en 1889 par le chanoine Cousin) et 1933, p. 250 et Baudelicque 1993, p. 201 (avec une lecture différente également et une attribution à la chapelle Saint-Pierre, reprise de Souquet vraisemblablement) et 2005, p. 64 (avec une lecture différente de celle de 1993, mais plus proche de la réalité). Nous avons retenu ici la transcription reproduite chez Rodière 1902, pl. I, n° 2. Les Le Cat, Sanier et Levec de l’inscription sont vraisemblablement Jacques Lecat, Adrien Levêque et François Sagnier, désignés comme échevins dans l’acte de pose de la première pierre du chœur restauré, signé le 26 juin 1696, par devant Me Beaufils, notaire à Étaples (Souquet 1855, p. 23 et 1863, p. 104-105 et Baudelicque 1993, p. 199). A. Bodelic est Antoine Baudelicque (1674-1736), seigneur de Franclieu, avocat au parlement de Paris, conseiller du Roi et bailli royal d’Étaples, du Choquel et de Bellefontaine et maïeur d’Étaples en 1673, 1674, 1675 et 1677, cité dans la minute du notaire étaplois, Me Lefebvre, qui acte la dépense des religieux de l’abbaye de Saint-Josse dans la restauration du chœur (Souquet 1855, p. 24).

5. Souquet 1855, p. 28.

6. C’est le cas, par exemple, de mademoiselle de Lannoy, inhumée le 24 octobre 1678 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 2 MIECR 318/1, acte de décès de l’année 1678).

7. Souquet 1855, p. 18 et Rodière 1933, p. 250. Au XXe siècle, le mur extérieur sud de l’église avait été entièrement refait en briques et les derniers vestiges de la porte avaient disparu (Rodière 1933, p. 253, note 1).

8. Robert Wyart est né à Étaples le 17 avril 1638. Bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, il écrivit plusieurs manuscrits sur les abbayes de son ordre, dont celles de Saint-Wulmer à Samer et de Saint-Josse à Saint-Josse-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais. On lui doit également un Recueil des Antiquités d’Étaples, malheureusement perdu. Sur Robert Wyart, voir Souquet 1857, p. 16-17 et 1863, p. 92 et Baudelicque 1993, p. 51-53.

9. Wyart 1674, f° 59.

10. Souquet 1855, p. 18 et Rodière 1933, p. 250.

11. Rodière 1933, p. 250 et Baudelicque 2005, p. 64 (qui situe ce changement bien après le début du XVIIIe siècle). Sur la chapelle Saint-Poppon, voir, par exemple, le cueilloir des rentes de l’église Saint-Michel de la seconde moitié du XVIIe siècle (Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/5) : baux de bancs dans la chapelle Poponne à Sébastien Prévost, dit Laplume, à Oudart Ohier, sieur de La Motte, à Claude Dubois et Catherine Dubutel et à César Monocove, père et fils. Ce même cueilloir contient des baux de bancs dans les chapelles Saint-Hubert (à Jean Dunet et Marie Robert, à Toussaint Baillet et à Antoine Lartizien et sa femme) et Saint-Pierre (à Toussaint Bué, à Nicole Lecoq et son fils Isaac Hagneré, à Marie Lacart, épouse de Jacques Harlé et à Antoine Sailly). Voir également, le registre paroissial de l’église Saint-Michel (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1) : décès de Jacques Halluin et de Louis Level les 11 et 18 octobre 1691, inhumés dans la chapelle « qu’on nomme la chapelle Ponponne ».

12. Souquet 1855, p. 19.

13. Rodière 1902, p. 30 et 1933, p.250. Voir également Baudelicque 2005, p. 63-64.

14. Souquet 1860, p. 51 et 1863, p. 75. Sur cette hôtellerie, voir également Baudelicque 1993, p. 75 et 236.

15. Souquet 1855, p. 29.

16. Les répiciers étaient ceux qui avaient le pouvoir de suspendre les effets de la morsure d’un chien enragé, semblables aux coupeurs de feu que l’on connait encore aujourd’hui : ils donnaient le répit.

17. Rodière 1993, p. 250, note 2, et Bayart 2009. Saint-Hubert, l’ancienne Andage, est située en région wallonne, dans la province du Luxembourg.

18. Souquet 1860, p. 90.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Baudelicque 2005 : BAUDELICQUE (P.), Histoire religieuse d’Étaples des origines à l’an 2000, Imprimerie Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005.

Bayart 2009 : BAYART (M.), « Saint-Hubert et les répiciers », L’abeille de la Ternoise, 4 novembre 2009, en ligne, consulté le 16 avril 2020 <https://www.labeilledelaternoise.fr/2009/11/04/saint-hubert-et-les-repiciers/>

Blavignac 1878 : BLAVIGNAC (J. D.), Histoire des enseignes d’hôtelleries, d’auberges et de cabarets, Grosset & Trembley éditeurs, Genève, 1878.

Fournier 1884 : FOURNIER (Éd.), Histoire des enseignes de Paris, E. Dentu éditeur, Paris, 1884.

Rodière 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Tome 4, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1902.

Rodière 1933 : RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale (suite). Le pays de Montreuil, Yvert et Tellier, Paris-Amiens, 1933.

Souquet 1855 : SOUQUET (G.), Histoire et description des églises d’Étaples, Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1857 : SOUQUET (G.), Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, Imprimerie de Duval, Montreuil, 1857.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Wyart 1674 : WYART (R.), Historia abbatiæ sancti Iudoci supra mare, 1674, Manuscrit latin conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote MS 12889.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une rue d’Étaples disparue  à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 16 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6327>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.