Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…

Dans un billet publié précédemment1, nous avons présenté trois cartes postales écrites par le soldat Lucien, jeune étaplois qui a connu le destin de mille autres de sa génération envoyés à la guerre, mais dont les jours passés dans son unité ont été adoucis par une correspondance entretenue avec sa marraine de guerre, la vosgienne Louise Fayon.

Très récemment, nous avons eu la chance d’acquérir sept autres cartes écrites par Lucien à sa marraine : elles nous permettent de compléter l’histoire de ce soldat étaplois2.

Six de ces cartes postales sont datées et une ne l’est pas, car formant la seule partie conservée d’un envoi plus conséquent, mais une date mentionnée par Lucien permet de la caler chronologiquement parmi les autres. Cinq des cartes postales formaient trois envois distincts, dont un seul est complet. Une carte postale est datée de 1918 et les six autres de 1919. La carte postale de l’année 1918 prend place avant la première écrite le 18 novembre de cette année et publiée dans le billet précédent ; les cartes postales de l’année 1919 prennent leur suite et nous racontent la vie du soldat Lucien dans l’immédiat après-guerre, alors qu’il est encore mobilisé.

12 novembre 1918

La première carte postale a été écrite le 12 novembre 1918, soit 6 sept jours avant la première publiée dans le billet précédent : dans cette dernière, datée du 18 novembre, Lucien informait sa marraine qu’il était en permission dans sa famille, à Étaples. Quelques jours auparavant, il informait déjà Louise de cette permission, adressant à celle-ci le baiser d’un « poilu permissionnaire » (fig. 1). Lucien reprend ici le terme avec lequel on désignait, à l’arrière, le soldat combattant dans les tranchées et qui, au début de la guerre et du fait de ses conditions de vie, avait laissé pousser barbe et moustache (fig. 3).

Le 12 novembre 1918,

Ma chère marraine,

Recevez de votre poilu permissionnaire un bon baiser.

Lucien

Fig. 1. Recto de la carte postale n° 1 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Verso de la carte postale n° 1 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’originalité de cet envoi, à la correspondance lapidaire, réside dans le choix de la carte postale : celle-ci est illustrée de la vue, colorisée à la main, d’une pêcherie de saumons à Galway, ville de la province de Connacht, dans le comté de Galway, sur la côte ouest de l’Irlande (fig. 2). Il s’agit d’une carte postale de la maison d’édition anglo-écossaise Valentine’s Co. Ltd. (Valentine & Sons) : la vue s’insère dans une série – The Valentine Series – de paysages de la Grande-Bretagne, série reconnaissable à sa bordure décorée de trèfles dorés3. Lucien était probablement sur le départ de sa permission, ou en cours de route, et n’était pas encore arrivé à Étaples : il n’était évidemment pas en Irlande le 12 septembre, mais a dû emprunter à un autre soldat cette carte postale écrite rapidement.

Fig. 3. Le Poilu-type dans l’imagerie d’Épinale en 1915 (Découpages Pellerin : Imagerie d’Épinal no 17 (tirettes) – série de guerre (1915) : le Poilu type – G. Morinet pour Éditions Pellerin – Toute reproduction interdite sans autorisation).

21 février 1919

Avec la deuxième carte postale (fig. 4 et 5), nous faisons un bond dans le temps, puisque celle-ci a été écrite le 21 février 1919, soit trois mois après la fin de la permission de Lucien, le 23 novembre 1918.

Sarrebourg, le 21 Février 1919,

Petite marraine chérie,

Je viens de recevoir votre gentille petite carte qui m’a fait bien plaisir. Maintenant, je reçois de vos nouvelles un peu plus régulièrement. Je perds (ou prends) patience en ce moment, car ce n’est plus qu’une question de quelques jours pour avoir une perm. J’ai hâte d’être au près de ma petite Louisette que j’aime de tout cœur. Malheureusement, Marcel ne sera pas là pour me conduire et je n’ai pas encore reçu de ses nouvelles ces jours-ci. J’emploierais le moyen que je vous ai indiqué il y a quelques jours.

En attendant le bonheur d’être à côté de vous, je vous quitte ma gentille petite marraine en vous envoyant mes plus doux et affectueux baisers.

Votre filleul qui vous aime,

Lucien

Fig. 4. Recto de la carte postale n° 2 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. Verso de la carte postale n° 2 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Nous avons également fait un bond dans l’espace, puisque nous nous retrouvons à Sarrebourg, en Lorraine, où Lucien se trouve cantonné en ce début d’année 1919. À la suite du traité de Francfort, signé en 1871, la ville de Sarrebourg a été annexée à l’Empire allemand, comme l’ensemble de l’Alsace-Lorraine. Elle devient Saarburg, une place militaire importante que les autorités allemandes modernisent considérablement. Elle redevient française à la fin du premier conflit mondial, mais bascule à nouveau dans le giron allemand en 1940. Libérée en 1944, elle prend définitivement place sur le territoire français. Lucien se trouve donc dans une ville à peine libérée du joug allemand. La carte postale qu’il envoie est allemande : elle a été éditée par la maison d’édition d’art (Kunstverlagsanstalt) Felix Luib, à Strasbourg (Strassburg, Els. pour Alsace), comme l’indique la mention portée au verso (fig. 4). Elle représente en couleur sépia la centrale électrique de Sarrebourg (Elektrizitätswerk), en bordure de la Sarre (fig. 5).

Surtout, les relations entre Lucien et Louise ont évolué : désormais, c’est un véritable sentiment d’amour qui s’est installé entre le Poilu et sa marraine (fig. 4). En ce mois de février, le soldat est impatient de rejoindre sa Louisette : heureux de recevoir plus régulièrement de ses nouvelles, il lui indique qu’il sera bientôt à ses côtés, une fois la permission arrivée, ce qui n’est plus qu’une question de jours. Nous ne savons pas s’il s’agit de la première rencontre entre les deux jeunes gens. Les mots employés sont sages, comme ils conviennent aux amoureux de cette époque : petite marraine chériepetite Louisette que j’aime de tout coeurma gentille petite marrainedoux et affectueux baisers. Lucien regrette l’absence de nouvelles d’un certain Marcel : il s’agit probablement d’un ami soldat qui réside dans les Vosges et qui doit lui permettre de rejoindre Louise ; sans nouvelles de sa part, il la rejoindra selon les moyens – inconnus de nous – indiqués dans une lettre envoyée précédemment. Les relations épistolaires et amicales entre soldats et marraines finissaient souvent par prendre la forme d’un véritable amour, comme nous l’avons vu dans le premier article consacré à Lucien4 : Lucien et Louise n’échappent pas à la règle (fig. 6).

Fig. 6. Carte postale illustrant une demande de marraine vers 1915 : Jeune poilu peu barbu aimerait correspondre avec jeune marraine ayant trésors d’amour a dépenser (Illustration de Xavier Sager (1870-1930) – Crédit : Collection Im/Kharbine-Tapabor).

Après le 24 février 1919

La troisième carte postale ne peut être datée précisément. Envoyée avec plusieurs autres, elle est la seule à nous être parvenue : elle porte le numéro 2 d’une suite d’au moins trois cartes. Néanmoins, une date y est citée : celle du 24 février, date à laquelle Louise a écrit une lettre à Lucien. Ce dernier lui répond à la fin du mois de février ou au début du mois de mars : la lettre semble avoir été envoyée à l’adresse du cantonnement de Lucien et ses camarades soldats la lui ont fait parvenir.

(…) de même avant. Il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine.

Ce matin, j’ai reçu votre carte du 24 février, que les camarades m’ont renvoyée. Je ne suis guère favorisé par le temps. Comme vous le pensez ma gentille (…)

Fig. 7. Recto de la carte postale n° 3 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 8. Verso de la carte postale n° 3 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le verso de la carte postale (fig. 8) est illustrée d’une vue de la procession du 15 août. Cette fête, qui célèbre l’Assomption de la Vierge Marie, était l’une des traditions les plus vivantes de la communauté maritime étaploise : elle l’est encore aujourd’hui, associée à une bénédiction de la mer. Après la célébration de la messe à l’église Saint-Michel, les fidèles défilaient dans la ville en habits du dimanche. La procession pénètre ici sur la place du marché, depuis la rue de Montreuil : à l’arrière-plan, sont déployées les bannières mariales.

Nous ne possédons que quelques lignes de la correspondance initiale, mais, en dehors du mauvais temps, Lucien fait part d’un ressenti tout particulier à Louise : sa haine des Allemands, ici traité de Boches, terme injurieux en temps de paix, mais très usité pour désigner l’ennemi pendant le premier conflit mondial. Lucien leur reproche d’avoir semé également deuil et ruine à Étaples. Le jeune soldat fait référence aux nombreux bombardements allemands qui ont frappé la ville au cours de l’année 1918. Tous ont été meurtriers. Du 19 mai au 11 septembre, six raids des bombardiers Gotha ont fait 46 victimes parmi les civils. Nombre d’entre eux, réfugiés dans leurs caves, sont morts écrasés par le poids des décombres (fig. 9) : ainsi, le 30 mai, 27 civils sont tués dans la cave du n° 107 de la rue de Camiers, et 12 autres le 25 juillet dans la cave du n° 17 rue de la Gare (actuelle rue Maurice Raphaël). À la sortie de la guerre, 70 impacts de bombes seront relevés dans tout le périmètre de la ville. En 1920, la ville se voit décerner la Croix de Guerre en raison du lourd tribut payé lors du premier conflit mondial.

Fig. 9. Maison de la rue de Rosamel éventrée lors d’un bombardement de l’année 1918 (Archives départementales du Pas-de-Calais, Collection Achille Caron, 88J – Toute reproduction interdite sans autorisation).

11 mars 1919

Les quatrième (fig. 10 et 11) et cinquième (fig. 12 et 13) cartes postales font partie d’un seul et même envoi dont il manque la partie finale : les deux cartes postales ont été numérotées par Lucien (n° 1 et n° 2). Elles ont été écrites à Étaples, le 11 mars 1919, plus de quinze jours après la deuxième carte postale. À cette date, Lucien est en permission, dans sa famille : pour une raison inconnue, il n’a pu profiter de cette autorisation d’absence pour voir Louise, en passant, dans les Vosges. Le jeune homme exprime sa tristesse à son aimée, mais jure qu’au retour il la verra. À son dépit, s’ajoute le temps exécrable du printemps étaplois : la pluie n’arrange rien au moral du soldat.

Étaples/Mer, le 11 mars 1919,

Petite marraine chérie,

D’ici deux ou trois jours je pense bien recevoir de vos bonnes nouvelles qui viendront me réconforter un peu.

Cette fois, j’ai toute la déveine pour moi : d’abord, il fait un temps abominable et le pire c’est que je n’ai pu réaliser mon désir de voir ma bien chère marraine en passant, mais ce n’est que partie remise et au retour rien ne s’y opposera, je vous le jure, ma petite (…).

Fig. 10. Recto de la carte postale n° 4 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 11. Verso de la carte postale n° 4 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 12. Recto de la carte postale n° 5 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 13. Verso de la carte postale n° 5 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Comme il l’avait déjà fait le 18 novembre, il a écrit sur deux cartes postales illustrées de vues d’Étaples, en noir et blanc. Celles-ci ont été éditées par la maison A. D. de Boulogne-sur-Mer qui a utilisé des photographies prises par le photographe étaplois Achille Caron père (1888-1947) comme en témoigne les mention du crédit (fig. 11 et 13)La première carte postale (fig. 11) montre la flottille de pêche étaploise à marée basse : au premier plan, plusieurs canottes sont posées sur la grève, tandis qu’à l’arrière-plan, les grands bateaux de pêche sont à quai ; cet équipement, tant désiré des Étaplois au XIXe siècle, avait été construit entre 1847 et 1849 et plusieurs fois agrandi dans la seconde moitié de ce siècle5 ; plusieurs matelots et matelotes se sont rassemblés sur la plage ou en bordure de quai ; la flottille vient peut-être d’amarrer au port après la pêche ; au loin, se deviennent les maisons de pêcheurs et la halle aux poissons, établies le long du boulevard de l’Impératrice. C’est le début de cette voie de circulation qui est représenté sur la deuxième carte postale (fig. 13) : prolongement de la rue du Rivage aménagé le long de la Canche, elle fut baptisée en 1867, afin de perpétuer le souvenir de l’impératrice Eugénie ; le quai, que ce nouveau boulevard longeait, fut baptisé la même année Quai Napoléon6 ; le long de cet axe, s’étaient établies, tout au long du XIXe siècle et au début du siècle suivant, plusieurs maisons de pêcheurs, certaines directement en bordure de la rue, d’autres à l’arrière de cours qui servaient à la fois de jardins et d’espaces pour faire sécher le linge ou bien entreposer et raccommoder les filets ; le boulevard de l’Impératrice devint une promenade très appréciée des Étaplois et une prolongation de l’espace de vie, souvent restreint, des marins ; ici, l’un d’entre eux pose au premier plan, sur la bordure de pierres qui départage rue et estran, en contrebas.

18 mars 1919

Les deux dernières cartes postales datées font partie d’un même envoi (numérotées n° 1 et n° 2), cette fois complet, effectué le 18 mars 1919, soit sept jours après le précédent. Lucien se trouve toujours en permission, à Étaples. Il semble attendre son camarade Marcel, déjà évoqué, mais dont il est sans nouvelles. Le 16 mars, il a reçu une carte de Louise qui lui raconte ses occupations, notamment une promenade. La jeune vosgienne a dû également lui faire de son dépit ne pas se trouver ensemble, comme cela avait été envisagé la semaine précédente : Lucien tente de la rassurer en affirmant que ce jour arrivera bientôt. Les sentiments amoureux sont toujours présents : même si Lucien signe encore en sa qualité de filleul, il appelle désormais sa marraine par le diminutif de son prénom – ma petite Louisette chérie – ou un petit nom affectueux – ma petite gosse chérie. Il la quitte en lui assurant que leur désir sera un jour exaucé.

Étaples/Mer, le 18 mars 1919

Ma petite Louisette chérie,

Je viens vous remercier de votre gentille petite carte du 16 c(ouran)t. Je regrette de ne pas être à côté de vous pour vous accompagner dans votre petite promenade ; ce jour si attendu arrivera sous peu, allez, ma petite gosse chérie !

Aujourd’hui, le temps est assez beau et j’en ai profité pour aller me promener à Paris-Plage (c’est une station balnéaire très renommée), à 4 kilomètres d’Étaples. Je vais d’ailleurs vous en envoyer quelques vues.

Et Marcel que fait-il à arriver ?

Je vous quitte petite gosse chérie, en vous envoyant mes plus doux et affectueux (baisers), en attendant pouvoir réaliser notre désir.

Votre filleul qui vous aime,

Lucien

Fig. 14. Recto de la carte postale n° 5 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 15. Verso de la carte postale n° 5 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 16. Recto de la carte postale n° 6 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 17. Verso de la carte postale n° 6 (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Lucien occupe son temps de permissionnaire à la promenade : parce que le temps s’est remis au beau, il s’est rendu à Paris-Plage. Louise, plus habituée aux champs et aux forêts des Vosges, ne connaît pas la station balnéaire « renommée ». Aussi, lui fait-il parvenir ces vues des distractions de la grande bourgeoisie : bains de soleil et bains de mer à la plage (fig. 15 et 17)Paris-Plage, aujourd’hui connue sous le nom de Touquet-Paris-Plage, est fondée en 1882 par Alphonse Daloz, sur la rive gauche de la Canche. Aux premiers lotissements de chalets de la fin du XIXe siècle, viennent rapidement s’ajouter, dans la première décennie du XXe siècle, villas, hôtels de luxe, casinos et équipements sportifs : la station devient la villégiature de l’aristocratie britannique et de l’intelligentsia parisienne. Dépendante de Cucq jusqu’en 1912, elle est érigée en commune après cette date.

À la recherche du soldat Lucien

Ici s’arrête, à la date du 18 mars 1919, la correspondance du soldat Lucien. Peut-être d’autres cartes viendront un jour compléter son histoire au sortir de la Première Guerre mondiale. Les quelques informations contenues dans ces cartes peuvent paraître minimes au regard de la grande histoire, mais nous faisons nôtre cette citation7 de l’archéologue Charles Melchior de Vogüé (1829-1916) :

Le grand édifice de l’histoire nationale ne se construit pas seulement à l’aide de pierres monumentales : de petites pierres, agglomérées avec soin, peuvent fournir de solides assises ; tel fragment qui, isolé, n’a aucune valeur, rapproché d’autres fragments, reconstitue un membre nécessaire, comble une lacune importante.

La professeur et sociologue Véronique Battut a récemment bien montré les apports d’une publication de correspondance intime à travers celle de son bisaïeul, un autre Lucien, Lucien Guibert : grâce aux 400 cartes postales écrites à sa bien-aimée Thérèse restée à l’arrière dans un village de l’Yonne (Bourgogne) et conservée depuis dans la famille, elle a pu décrypter le parcours de son arrière-grand-père de 1914 à 1919, année de sa démobilisation8.

Pouvons-nous aller plus loin dans l’histoire personnelle de Lucien ? Nous avions achevé notre précédent billet en avouant notre impuissance à combler les lacunes des cartes postales. Les seuls renseignements intimes que Lucien livre dans sa correspondance concerne sa famille : en 1918, son père est principal clerc de notaire, sa mère femme d’intérieur et ses deux frères, plus petits que lui, sont encore scolarisés. Maigres indices… Mais, fort heureusement, une recherche poussée dans les registres de dénombrement de la population étaploise a livré des indices complémentaires qui ont permis de dénouer les fils de son histoire9. Dans le registre10 de l’année 1911, parmi les familles habitant la rue des Berceaux, a été enregistré le couple suivant (fig. 18) : Chrysostome et Marie Lécaille, tous les deux nés à Le Wast, le premier en 1867 et la seconde en 1872. Le chef de famille exerce la profession de clerc de notaire, chez maître Manche ; l’épouse n’a pas de profession. Le couple est parent de deux garçons : le premier, Lucien, est né à Desvres en 1897, et le second, André, est né à Étaples, en 1905. La profession du père et le prénom du premier garçon, conformes aux indications de la correspondance, orientent ostensiblement vers une identification définitive du soldat Lucien.

Fig. 18. Mention de la famille de Lucien Lécaille dans le registre du dénombrement de la population étaploise pour l’année 1911 (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3629 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les  informations portées au registre ont rapidement permis de retrouver les principaux actes d’état civil de la famille Lécaille et de compléter les premières données11. Chrysostome Henri Lécaille et Marie Thérèse Eugénie Caux naissent tous les deux à Le Wast (Pas-de-Calais), dans le Boulonnais, le premier le 24 janvier 1867, la seconde le 7 décembre 1872. Ils se marient le 15 février 1896, dans cette même commune. Dans l’acte de mariage, Chrysostome, qui a 29 ans, est désigné comme clerc de notaire domicilié à Courset, au sud de Desvres (Pas-de-Calais) ; Marie, âgée de 23 ans, n’a pas de profession et vit à Le Wast. Le 3 janvier 1897, nait, à Desvres, leur premier fils, Lucien Louis Henri : Chrysostome, clerc de notaire, et Marie, ménagère, vivent alors dans cette commune, rue du Pont-des-Chaux. Le 10 décembre 1905, nait, à Étaples, leur deuxième fils, André Roger Henri : le couple vit désormais dans cette ville, où Chrysostome est clerc de notaire chez maître Manche qui vient de s’y installer ; Marie ne travaille pas. Mais les tables décennales de l’état civil étaplois nous informent d’une dernière naissance. Le 3 septembre 1911, nait, à Étaples, Robert Georges Léon, le troisième fils du couple et le deuxième frère de Lucien : le couple et les enfants Lécaille vivent alors rue des Berceaux. Ce dernier fils, né après le recensement, n’avait donc pu être porté au registre. Les actes d’état civil valident ainsi l’intuition initiale. Le soldat Lucien est Lucien Louis Henri Lécaille, fils de Chrysostome, clerc de notaire à Étaples, et Marie Caux, frère aîné d’André et Robert, comme il l’a indiqué dans sa carte postale à Louise, datée du 18 novembre 1918 : il a alors 21 ans12.

Nom et date de naissance de Lucien permettent enfin de consulter sa fiche matricule et ainsi de prendre connaissance de son parcours de conscrit et de militaire13 :

  • issu de l’arrondissement de Montreuil, Lucien Lécaille est recruté au bureau de Saint-Omer : il fait partie de la classe 1917 et porte le numéro de matricule 764 ;
  • à son recrutement, il mesure 1,66 m ; il a les cheveux châtains clairs, les yeux bleus, le visage ovale, le front moyen et le nez long et sinueux ;
  • à cette date, sa profession est celle de charretier ;
  • son niveau d’instruction est placé au degré 3, c’est-à-dire qu’il possède une instruction primaire développée ;
  • placé dans l’armée active, il est incorporé au 41e régiment d’artillerie le 9 janvier 1916 ;
  • il passe au 101e régiment d’artillerie le 7 juillet 1917 ;
  • il passe au 113e régiment d’artillerie lourde le 21 juillet 1917, puis au 135e régiment le 1er mars 1918, et, enfin, au 138e régiment le 1er février 1919 ;
  • il passe au 34e régiment d’artillerie de campagne le 1er juin 1919 ;
  • il est mis en congé illimité de démobilisation avec certificat de bonne conduite accordé le 9 septembre 1919 et se retire alors à Étaples ;
  • il est réaffecté dans la réserve le 1er juin 1921 au 27e régiment d’artillerie de campagne ;
  • il est affecté au 15e régiment d’artillerie de campagne le 1er avril 1923 ;
  • il passe au centre mobilisateur d’artillerie n° 1 le 1er juin 1928, puis au n° 26, le 1er mai 1931 ;
  • il passe à la classe 1913 le 7 avril 1933 et est classé dans la position « sans affectation » le même jour ;
  • il est affecté au centre mobilisateur d’infanterie n° 11 le 15 juillet 1931 et, à nouveau, le 15 janvier 1938 ;
  • il est rappelé à l’activité une première fois le 24 septembre 1938 et une seconde fois le 24 août 1939 : il est alors affecté au 11e régiment régional.

Le soldat Lucien, Lucien Lécaille, a donc survécu à la Première Guerre mondiale. Démobilisé, il a rejoint sa famille à Étaples comme il l’a indiqué dans sa correspondance. Nous savons qu’il ne s’est finalement pas marié avec Louise Fayon : en réalité, il a épousé Marie Irma Louchez à une date que nous n’avons pas encore retrouvée. En 1927, il réside à Saint-Martin-Boulogne (Pas-de-Calais), 45, rue Pasteur. En 1938, il réside à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), 4 rue Tour Notre-Dame. Il est peut-être, à cette époque, employé de banque comme l’atteste une mention secondaire de sa fiche matricule. Il décède à Senlis (Oise), au n° 1 rue du Faubourg Saint-Martin, à l’âge de 67 ans, le 6 septembre 1964 : il était alors domicilié à Cinqueux (Oise)14.


Notes

1. Byhet-Bonvoisin 2020.

2. Nous remercions Phlippe Grosjean, brocante de la Voge, Gruey‑lès‑Surance (Vosges) pour les recherches qu’il a effectuées à notre demande.

3. Voir Petrulis 2018.

4. Voir note 1.

5. Souquet 1860, p. 82 et 1863, p. 167, 170-171 et 175, Voisin, Delmotte 1908, p. 22-23 et Baudelicque 1993, p. 387.

6. Baudelicque 1993, p. 414-415.

7. Vogüé 1890, col. 492.

8. Battut 2018.

9. Nous remercions ici chaleureusement Pascal Duminy, de Merlimont, qui a permis, par ses recherches, de remonter le fil de l’histoire familiale et militaire de Lucien.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3629, Liste nominative des habitants de la comme d’Étaples, Dénombrement de 1911.

11. Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 880/13, actes n° 1 des naissances de l’année 1867 et n° 7 de l’année 1872, 3 E 880/8, acte n° 1 des mariages de l’année 1896, 3 E 268/57, acte n° 3 des naissances de l’année 1897, 3 E 318/27, acte n° 209 des naissances de l’année 1905 et 3 E 318/29, acte n° 156 des naissances de l’année 1911.

12. Lucien écrivait donc à une jeune femme âgée de 5 ans de plus que lui.

13. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 R 9355, n° 764.

14. Nous remercions le bureau de l’état civil de Senlis pour l’envoi du certificat de décès de Lucien Lécaille : cet acte contient la mention du mariage, sans date et lieu, avec Marie Irma Louchez.


Bibliographie

Battut 2018 : BATTUT (V.), Mille bécots de ton Lucien : cartes postales à Thérèse (1914-1919), Cercle généalogique de Turny, Turny, Lulu.com, 2018.

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Mémoire de la guerre 1914-1918. 3. Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 1er avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/5879>

Petrulis 2018 : PETRULIS (Al.), « Valentine’s Co. Ltd.Ltd. (Valentine & Sons) 1825-1963 », consulté le 18 avril 2020, en ligne <http://www.metropostcard.com/publishersv.html>

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.

Vambre 2009 : VAMBRE (L.), « De l’utilisation de la carte postale », Mémoire d’Opale, 1 (2009), p. 46-53.

Vogüé 1890 : VOGÜÉ (Ch. M. de), « Les archives privées », Le bulletin héraldique de France, 9 (1890), col. 489-500.

Voisin, Delmotte 1908 : VOISIN (J.), DELMOTTE (M.), Ports maritimes de la France, Notice complémentaire sur le port d’Étaples (modifications survenues de 1873 à 1907), Ministère des Travaux publics, des Postes et Télégraphes, Imprimerie nationale, Paris, 1908.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Mémoire de la guerre 1914-1918. 4. Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 24 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6515>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.