La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650

Les vues d’Étaples à l’époque moderne sont assez rares pour les mentionner : on en compte deux, réalisées au XVIIe siècle1. Parmi celles-ci, on trouve la vue d’Estaples de Johannes Peeters (fig. 1).

Fig. 1. Vue d’Estaples par Johannes Peeters, vers 1650 (© David Rumsey Map Collection – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fig. 2. Portrait gravé de Johannes Peeters I par Lucas Vorsterman pour le Cabinet d’or de l’art libéral de la peinture (Het Gulden Cabinet) de Cornelis de Bie, publié à Anvers en 1662 (© Worcester College – George Clarke Print Collection – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 3. Portrait gravé et en buste de Matthäus Merian le Jeune (© Bibliothèque publique et universitaire de Neufchâtel, Po Su 4/25 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La vue d’Estaples : du dessin de Johannes Peeters I à l’estampe de Matthäus Merian le Jeune

La vue d’Estaples est une estampe conçue à partir de la gravure au burin d’un dessin original de Johannes (ou Jan) Peeters I (1624-1678), dit également l’Ancien, peintre anversois spécialisé dans les paysages marins (fig. 2). Le graveur a indiqué le nom l’artiste dans l’angle inférieur gauche de l’estampe : « Ioh. Peeters  delin. », c’est-à-dire, en latin, « Iohannes Peeters delineavit », et, en français, « Johannes Peeters a dessiné » (fig. 6). Cette estampe était destinée, parmi plusieurs autres, à fournir une illustration à l’un des volumes des Topographiae Galliae, celui consacré à la province de Picardie – Die fürnehmste und bekantiste Stätte und Plätze in der Provinc Picardiae (Les villes et places les plus célèbres et prestigieuses de la province de Picardie) (fig. 4). Œuvre commune de Martin Zeiler (1589-1661), pour les textes, et de Matthäus Merian le Jeune (1621-1687) (fig. 3), pour les estampes, cet ouvrage de langue allemande est publié à Francfort en 1656. Il contient une courte notice dédiée à Étaples : « Estaples : Ein Statt an dem Ufer deß Meers gelegen, wo der Fluß Canche darein sält : von dannen der berümbte Philosophus Jacobus Faber, bürtig gewesen, den man des Lutheranismi hat bezüchtigen wollen ; unnd daher auch etliche seiner Bücher seyn verbotten worden. Es hat Estaples, oder Stapulensis Civitas, eine zugehörige Landschafft, unnd eignen Gubernatorn »2. De format rectangulaire, l’estampe mesure environ 14 × 31 cm : elle occupe deux pages de l’ouvrage, en dessous d’une vue consacrée à La Fère, place forte de l’Aisne (fig. 5).

Fig. 4. Page de titre du volume des Topographiae Galliae consacré à la Picardie et publié en 1656 (© Das rheinland-pfälzische Digitalisierungsportal dilibri – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. La vue d’Estaples dans un exemplaire des Topographiae Galliae consacré à la Picardie : au-dessus, vue panoramique de La Fère (© David Rumsey Map Collection – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 6. Signature de Johannes Peeters dans l’angle inférieur gauche de l’estampe de Matthäus Merian le Jeune (Toute reproduction interdite sans autorisation).

La date exacte à laquelle le dessin de Johannes Peeters a été réalisé n’est pas connue avec certitude : l’œuvre est antérieure à l’année 1656, terminus ante quem donné par la date de publication de l’ouvrage. Une série de soixante dessins conservés3, dont l’un portant la date 1651, indique que le peintre était présent en Artois, Picardie et dans la vallée de la Meuse entre 1648 et 1652 (fig. 7). La vue étaploise a donc été réalisée autour de l’année 1650, sans plus de précisions.

Fig. 7. Vue panoramique de La Fère, dessin original de Johannes Peeters ayant servi à la création de l’estampe présentée en figure 5 (© Robert Noortman Gallery, Maastricht/Londres, Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Depuis sa première publication, cette estampe a fait l’objet de nombreuses impressions (fig. 8 à 10), avec la vue de La Fère, ou bien isolées et parfois rehaussées de couleurs, et a été réutilisée dans des ouvrages dédiés à l’art de la fortification4.

Fig. 8. Copie isolée des vues panoramiques de La Fere et d’Estaples (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 9. Copie inversée et isolée de la vue d’Étaples dans la version allemande de La fortification d’Errard de Bar-le-Duc publié en 1675 (© Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 10. Version rehaussée à l’aquarelle de la vue d’Estaples (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

De l’originale à la copie : ainsi se propagent les erreurs…

En 1808, l’historien boulonnais Alexandre Marmin réalise sa propre copie de la vue (fig. 11), aujourd’hui conservée à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, mais lui attribue une légende fautive : une lecture malaisée de la signature du dessinateur anversois – Joh. Peeters – a transformé les nom et prénom de l’artiste en Job Pecters, Job. étant l’abréviation de Jacob5 ; de même, l’estampe est attribuée au XVe siècle, et non au XVIIe siècle (fig. 12). Toutefois, la copie est identique à l’originale, à la seule exception des vêtements du groupe d’hommes au premier plan (fig. 13) : ceux-ci sont caractéristiques du début du XIXe siècle et non du XVIIe siècle.

Fig. 11. Vue d’Étaples et son château dessiné par Job Peeters, flamand, à la fin du 15ème siècle, copie dessinée par Alexandre Marmin le 11 juin 1808 (Médiathèque de Boulogne-sur-Mer, Port25/36713 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 12. Légende fautive du dessin d’Alexandre Marmin (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 13. Comparaison entre l’estampe originale et le dessin d’Alexandre Marmin : les vêtements ont été modernisés (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Au milieu du XIXe siècle, Gustave Souquet la dessine (ou la fait dessiner) à son tour. Le dessin est aujourd’hui conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais (fig. 14) : cependant, celui-ci est centré uniquement sur le château. Puis, l’érudit étaplois la fait lithographier dans une version plus cadrée que l’originale et sans la mention Estaples par les imprimeurs-typographes amiénois Charles Duval et Clément Herment, et l’utilise en 1855 pour illustrer son Histoire et description du château d’Étaples (en p. 2), en réitérant la légende fautive (fig. 15) : Vue du château d’Étaples au XVIe siècle par Job. Pecters6.

Fig. 14. Copie dessinée et recentrée sur le château de la vue de Johannes Peeters : le dessin a peut-être été réalisé par Gustave Souquet, vers 1855. Son écriture est reconnaissable dans la légende portée au niveau inférieur (Archives départementales du Pas-de-Calais, 6FIC/809 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 15. Copie recadrée de la vue de Johannes Peeters et insérée dans l’Histoire et description du château d’Étaples par Gustave Souquet, publiée en 1855 (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Ces deux erreurs d’attribution – nominale et chronologique – seront souvent répétées par la suite. En 1898, Arthur de Rosny, dans une note du tome 2 du Recueil historique du Boulonnais, mentionne ces erreurs : « Dans ses publications sur Étaples, M. Gustave Souquet n’a pas reculé devant les frais de quelques planches : ainsi, dans son Histoire du château, il a reproduit la planche de Johan Peeters (et non Job Pecters, comme on l’a imprimé par erreur), extraite de la Topographie de la France, par Mérian »7. Une version différente de la vue a été publiée par Pierre Baudelicque dans son Histoire d’Étaples, tome 1, p. 94, avec les mêmes erreurs (fig. 16) : Vue du Château d’Étaples au XVIe siècle par Job. Peeters. À nouveau, le groupe d’hommes au premier plan porte des habits bien éloignés de ceux dont ils sont revêtus dans la vue originale : ces vêtements sont semblables à ceux portés au XIXe siècle (fig. 17). Pierre Baudelicque a également redessiné la vue de Johannes Peeters, p. 98 de son ouvrage (fig. 18). Plus récemment, la vue d’Estaples a servi d’illustration à la couverture du 8e volume de la collection Parchemin publié en 2016 par le Cercle d’Études en Pays Boulonnais (fig. 19) : Etaples sur la Mer en 16488. Malheureusement, les erreurs constatées précédemment sont ici répétées dans la légende de l’illustration au dos de la page de couverture9.

Fig. 16. Copie de la vue de Johannes Peeters insérée dans l’Histoire d’Étaples de Pierre Baudelicque, publiée en 1993 (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 17. Détail du groupe d’hommes au premier plan de la figure précédente (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 18. Copie de la vue de Johannes Peeters recentrée sur le château par Pierre Baudelicque en 1988 : l’auteur s’est peut-être inspiré de la copie de Gustave Souquet (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 19. Couverture du 8e volume de la collection Parchemin publié en 2016 par le Cercle d’Études en Pays Boulonnais, Etaples sur la Mer en 1648 : la vue d’Estaples sert d’illustration à la couverture (© Cercle d’Études en Pays Boulonnais, 2016 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Une vue réaliste de la ville d’Étaples ?

Cette vue est souvent considérée comme fantaisiste par ceux qui l’ont publiée et utilisée dans leur description de la ville d’Étaples et de son château aux époques médiévale et moderne10. Les dessins conservés des autres vues panoramiques dessinées par Johannes Peeters montrent qu’ils ont été croqués sur le vif, lors des voyages effectués par le peintre flamand dans le nord de la France, entre 1648 et 1652 (fig. 7) : on ne peut donc douter de leur réalisme. Nous verrons, cependant, que la vue d’Estaples offre des détails topographiques ou architecturaux qui cadrent difficilement avec la réalité de la ville telle qu’elle est connue à l’époque moderne. Cette vision, qui répond à certains codes de la représentation graphique de l’époque moderne11, est avant tout celle d’un artiste dont les partis-pris sont ici proprement exagérés : les proportions des reliefs et monuments sont volontairement accentués afin de mieux les individualiser.

Que représente exactement la vue d’Estaples ? La ville ou bien son château ? Pour l’historienne Isabelle Clauzel, il s’agit de la ville, établie sur la rive droite de la Canche, et dont la représentation s’étagerait de façon tripartite (fig. 20) : au premier plan, le fleuve et le port, puis, au deuxième plan, l’enceinte défensive de la ville avec sa porte principale, la porte du Havre, maintes fois citée dans les comptes des argentiers au XVIIe siècle12, et, enfin, au troisième et dernier plan, à l’abri d’une seconde muraille, la ville proprement dite. Dans ce périmètre fortifié et placé à une altitude non réaliste, Isabelle Clauzel propose de reconnaitre, de gauche à droite, l’église Saint-Michel, l’hôtel de l’échevinage et le beffroi. Nulle trace du château qui, selon l’historienne, doit être dissimulé par la ville.

Fig. 20. Lecture de la vue d’Estaples selon Isabelle Clauzel (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette lecture de la vue de Johannes Peeters pose de nombreux problèmes (fig. 21) :

  • Étaples n’a jamais été dotée de deux enceintes défensives, mais d’une seule, peut-être construite à l’époque médiévale et qui, au XVIIe siècle, avait complètement disparu comme le montre si bien la vue de La ville de Estaples dessinée par Joachim Duviert en 161113 et le Plan d’Etaple levé en 1716 par les frères Jean et Nicolas Magin, ingénieurs du Roi14 ;
  • Qui plus est, cette enceinte médiévale n’a jamais adopté les règles de la poliorcétique moderne : or, la porte principale est ici flanquée de deux demi-bastions bien visibles ;
  • Le périmètre alloué à l’espace urbain est particulièrement restreint et ne correspond pas à la superficie oblongue de la ville à l’époque moderne ;
  • La représentation de l’église Saint-Michel (n° 2) ne correspond en rien à ce que l’on connait de cet édifice religieux pour cette époque : Joachim Duviert en donne, pour l’année 1611, une vue réaliste très éloignée de celle proposée ici ;
  • Le positionnement de Johannes Peeters, placé de toute évidence sur la rive gauche de la Canche pour réaliser son dessin, et l’angle de vue choisi ne lui auraient pas permis d’éviter le château dont la masse imposante jouxte immédiatement la ville à l’est (n° 1) ;
  • De même, son emplacement ne pouvait favoriser une vision de la porte du Havre (n° 4), très éloignée de son point de vue, et dont on ne sait, d’ailleurs, si, à cette époque, elle prenait encore l’apparence d’une véritable porte urbaine placée entre deux murs.
Fig. 21. Plan de la ville d’Étaples au début du XVIIIe siècle : l’étoile rouge indique l’emplacement supposé de Johannes Peeters sur la rive gauche de la Canche pour composer sa vue d’Estaples ; en 1, le château, en 2, l’église Saint-Michel, en 3, l’hôtel de l’échevinage et le beffroi, et en 4, la porte du Havre (Nicolas et Jean Magin, Plan d’Etaple, 1716, Bibliothèque nationale de France, Département cartes et plans, GESH18PF35DIV6P3/1D – Toute reproduction interdite sans autorisation).

En réalité, il ne s’agit pas à proprement parler d’une vue de la ville d’Étaples, mais bien de celle de son château. Comme nous venons de l’énoncer, Johannes Peeters s’est placé sur la rive gauche de la Canche pour dessiner la forteresse : la vue est donc orientée vers le nord-ouest (fig. 21). Sur la rive droite du fleuve, le dessinateur a placé le château sur un promontoire aussi haut que ceux de Boulogne et Montreuil (fig. 22 et 23), mais qui ne correspond pas à la réalité de ce qu’était le terrain à cette époque : si le château a bien été fondé sur un éperon calcaire, celui-ci n’a jamais atteint l’altitude ici représentée. La place forte semble isolée et la ville d’Étaples n’a pas été représentée. De toute évidence, elle n’est pas l’objet principal de la vue, ce dont l’on doit s’étonner : Johannes Peeters, qui a principalement dessiné des places fortes et des villes fortifiées, a uniquement centré son dessin sur la forteresse. La ville doit s’étendre à l’arrière du château qui en couvre la vision : en tous cas, elle ne doit pas être réduite à ces quelques maisons établies sur la grève (fig. 31). Autour du château, plusieurs monts (fig. 24), semblables à de véritables collines, ne représentent pas non plus la réalité topographique d’Étaples à l’époque moderne : même si certaines dunes de sable pouvaient atteindre une hauteur de 4 à 5 m, leur élévation est ici largement exagérée, accentuant délibérément le caractère abrupt du paysage. À l’arrière-plan de la vue et sur la gauche de la forteresse, un village (fig. 25), au centre duquel s’élève un clocher, renvoie à une réalité plus établie : il s’agit vraisemblablement de Fromessent, placé à une distance d’une lieue.

Fig. 22. Détail de la vue panoramique de Boulogne par Johannes Peeters, vers 1650 : sur cette vue, figure encore, à l’extrême gauche, la tour d’Ordre qui s’est écroulée en 1644 ; le dessin original pourrait être antérieur à cette date (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 23. Détail de la vue panoramique de Montreuil par Johannes Peeters, vers 1650 (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 24. Détail du mont placé à la droite du château (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 25. Détail du village situé à l’arrière-plan de la vue et à la gauche du château (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Si la vue dessinée par Johannes Peeters est bien celle du château, l’artiste a cependant tordu la réalité à sa convenance afin de présenter la forteresse sous son meilleur aspect. Depuis l’emplacement qu’il s’était choisi pour dessiner, Johannes Peeters ne pouvait voir que l’enceinte médiévale du château, certainement moins significative qu’un ouvrage avancé de l’époque moderne, à l’exemple de l’ouvrage à cornes aménagé au XVIe siècle pour défendre le château du côté de la ville (fig. 21) : aussi, a-t-il changé l’axe du château pour en présenter la face principale, celle de l’ouvrage à cornes, désormais alignée le long du fleuve (fig. 26 et 27). Cette distorsion du paysage architectural était courante chez certains artistes de l’époque moderne : Joachim Duviert a fait de même avec cet ouvrage à cornes qu’il a présenté face à lui, alors qu’il était positionné au nord de la ville, face à la Canche, soit à l’extrême opposés du lieu choisi par Johannes Peeters.

Fig. 26. Orientation du château d’Étaples selon la vue de Johannes Peeters (Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 27. Vue du château d’Étaples par Joachim Duviert en 1611 : la vue a été dessinée depuis le nord vers le sud, en direction de la Canche ; or, l’ouvrage à cornes apparaît face au spectateur qui devrait n’en voir tout au plus qu’un mur longitudinal (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes, RESERVEVX-23-Boite FOL(2) – Toute reproduction interdite sans autorisation).

En reprenant l’étagement sur plusieurs niveaux de la composition, nous proposons d’identifier de haut en bas (fig. 28) :

  • l’enceinte médiévale du château à l’intérieur de laquelle s’élevaient encore plusieurs bâtiments ;
  • l’ouvrage à cornes aménagé au XVIe siècle et prolongé par un mur qui filait vers l’est ;
  • l’un des deux ports d’Étaples à l’époque moderne, celui établi à proximité du château.
Fig. 28. Proposition de lecture de la vue d’Estaples (Toute reproduction interdite sans autorisation).

En dehors des partis-pris artistiques de Johannes Peeters, il semble que la représentation puisse fournir des renseignements utiles sur l’état du château au milieu du XVIIe siècle. L’enceinte de la vieille forteresse médiévale (fig. 29) est encore dotée de tours circulaires, mais certaines d’entre elles ont disparu et des contreforts sont venus renforcer la muraille : l’entrée principale du château n’est pas figurée, à moins qu’elle ne soit matérialisée par ces deux contreforts placés au centre de la courtine. De cette enceinte, l’artiste a fait émerger plusieurs bâtiments : au centre, une tour massive, quadrangulaire, dotée de contreforts à chacun de ses angles, correspond peut-être à l’ancien donjon féodal ; à ses côtés, une construction, qui montre un toit à pans coupés d’où s’échappe une flèche, est vraisemblablement la chapelle du château ; enfin, le long de la muraille orientale, plusieurs bâtiments sont probablement à identifier comme les casernes, magasins et logis du gouverneur de la place15. La présence du donjon au XVIIe siècle pose des problèmes de compréhension : les progrès de l’artillerie et les grands travaux de modernisation de la forteresse au siècle précédent auraient dû faire disparaître cette tour ou, tout du moins, en diminuer la hauteur de plusieurs étages sous la courtine16. Les conventions graphiques adoptées par Johannes Peeters semblent toutefois avoir largement exagéré les proportions du donjon et de la chapelle.

Fig. 29. Détail de l’enceinte médiévale du château et des bâtiments qui s’y trouvent établis : de gauche à droite, le donjon, la chapelle, le logis du gouverneur et les greniers ? (Toute reproduction interdite sans autorisation).

À un niveau inférieur sur la colline, court une seconde enceinte, celle de l’ouvrage à cornes17 (fig. 30) : celle-ci est percée d’une porte protégée par une puissante tour quadrangulaire ; à chacune de ses extrémités, prend place un demi-bastion doté d’une échauguette. Cette enceinte n’est pas continue et laisse entrevoir à son extrémité orientale une chaumière élevée dans les fossés du château. Un second ouvrage avancé, un ouvrage tenaillé18 aménagé à la même époque que l’ouvrage à cornes, est ici difficilement reconnaissable : on ne sait s’il faut l’identifier à ce mur courbe à demi-ruiné, positionné à l’angle est de la forteresse. Depuis son emplacement, Johannes Peeters ne devait pas l’apercevoir.

Fig. 30. Détail de l’ouvrage à cornes du château (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le dernier niveau, sur la rive droite de la Canche, est celui du port d’Étaples (fig. 31). Aux époques médiévale et moderne, la ville d’Étaples a constitué un port de pêche, de commerce et de guerre important le long du littoral de la Manche19. Mais, au XVIIe siècle, l’activité commerciale décroit en raison notamment de l’ensablement de la baie de la Canche. De plus, le port n’a jamais reçu d’infrastructures, à l’exemple d’un quai, équipement indispensable pour faciliter l’accostage des navires et le le chargement ou déchargement des cargaisons. Il s’agissait, en réalité, d’un port d’échouage comme le montre la vue de Johannes Peeters : ici, les navires de grande taille sont ancrés, à marée haute, dans la baie, tandis que les bateaux de taille moins importante sont échoués sur la grève ; des barques et des canots sont chargés d’effectuer le transbordement et le débarquement des diverses cargaisons.

Fig. 31. Détail du port d’Étaples (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Un autre détail de la vue d’Estaples a échappé à la sagacité de ses commentateurs. En bordure de la rive gauche de la Canche, face au château, Johannes Peeters a disposé cinq personnages (fig. 32) : trois d’entre eux ont pris place dans une barque qui s’éloigne de la rive, poussée par la longue rame d’un conducteur, tandis que les deux autres attendent à proximité, sur la grève. Ces deux derniers sont équipés de bâtons de marche : il s’agit de voyageurs en direction d’Étaples. Au XVIIe siècle, la ville n’était pas dotée d’un pont qui aurait permis d’assurer le passage d’une rive à l’autre20. Celui-ci était effectué à l’aide d’un bac que Johannes Peeters a ici représenté : les deux voyageurs, qui viennent d’arriver, attendront que la barque et ses conducteurs, les passager de la Canche, ainsi qu’ils sont nommés dans les archives étaploises, viennent les chercher ; plus chanceux, un autre voyageur, assis dans la barque et reconnaissable  à son bâton de marche, va  être conduit sur l’autre rive de la Canche. Il n’est pas anodin que Johannes Peeters ait cherché à représenter ce détail au premier plan de la vue, à l’endroit où lui-même s’est placé pour la dessiner : pour parvenir à cet endroit, il a emprunté le bac.

Fig. 32. Détail du bac d’Étaples assurant le passage de la Canche (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Conclusion

Johannes Peeters n’a pas voulu tout montrer de la ville du XVIIe siècle. Avec quelques conventions graphiques, la vue d’Estaples, loin d’être fantaisiste, témoigne de plusieurs réalités : le château toujours fonctionnel, ses ouvrages avancés aménagés au siècle précédent, le port, où s’exerce encore une certaine activité, et le bac, seul moyen de traversée de la Canche pour atteindre la ville depuis la rive gauche du fleuve. Seule la ville, avec ses églises et son beffroi, a échappé au dessin du peintre flamand qui, depuis son emplacement, n’aurait pu entièrement la faire figurer.


Notes

1. L’autre vue, légèrement plus ancienne que celle de Johannes Peeters, est celle de La ville de Estaples, dessinée par Joachim Duviert en 1611 (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes (réserve), VX-23). Sur cette vue, voir Byhet 2017, p. 106-108.

2. « Étaples : Une ville au bord de la mer où le fleuve Canche s’enfonce : le célèbre philosophe Jacques Lefebvre en est originaire, l’un des luthériens que l’on voulait châtier et dont certains des livres ont été interdits. Étaples, ou Stapulensis Civitas en latin, a son propre gouverneur et un territoire qui lui est associé ».

3. Voir quelques exemples régionaux et nationaux sur les pages suivantes :

> Le Câtelet (Aisne), La Fère (Aisne) et Thérouanne (Pas-de-Calais) : <https://rkd.nl/en/explore/images/240505>

> Le Mont-Hulin (Pas-de-Calais) : <https://www.rijksmuseum.nl/nl/zoeken/objecten?q=peeters&p=12&ps=12&st=Objects&ii=5#/RP-T-1987-14,137>

> Doullens (Somme) : <https://www.rijksmuseum.nl/nl/zoeken/objecten?q=peeters&p=16&ps=12&st=Objects&ii=5#/RP-T-1987-12,185>

 > Mâcon (Saône-et-Loire) : <https://www.metmuseum.org/art/collection/search/365778>

> Vitry-le-François (Marne) : <https://www.rijksmuseum.nl/nl/zoeken/objecten?q=peeters&p=16&ps=12&st=Objects&ii=4#/RP-T-1987-13,184>

4. Voir, par exemple, Kurtze Anweisung zur Allgemeinen Fortification … par feu Andreas Errard de Bar-le-Duc, ingenieur ordinaire du Roy, Volume 3, Johann Christoph Widenmann, Montbéliard, 1675.

5. Un ajout ultérieur au crayon à papier a corrigé le b en h. Il existe bien deux Jacob Peeters au XVIIe siècle. Le premier est Jacob Peeters (1637-1695), graveur et imprimeur anversois, mais surtout frère de Johannes Peeters, souvent confondu avec lui : Jacob est notamment l’auteur de L’Atlas en abrégé ou Nouvelle description du monde, publié à Anvers en 1692. Le second, Jacob Balthasar Peeters (c. 1655 – après 1721), peintre flamand également, est spécialisé dans la peinture d’oeuvres architecturales fictives de la Renaissance.

6. Voir la copie de l’ouvrage sur la bibliothèque numérique Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65264911. On trouve une copie de cette vue dans le cahier d’Achille Caron, Étaples par la photo (1931-1935), Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J4, p. 489.

7. Haigneré, Rosny 1898, p. 196, n. 1 : note d’Arthur de Rosny à l’article de Daniel Haigneré, « Bibliographie boulonnaise », daté du 19 juin 1856, p. 195-197, consacré à l’Histoire et description du château d’Étaples par Gustave Souquet.

8. Voir Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016.

9. Les éditeurs donnent à la vue le titre de la copie du dessin effectué en 1808 par Alexandre Marmin. Or la vue d’Estaples n’en a jamais porté : « Gravure au burin de Mathieu Mérian le Jeune (Bâle 1621 – Francfort 1687) d’après Jacob Peeters (Anvers 1637 – Anvers 1695), rehaussée à l’aquarelle, intitulée « Vue d’Étaples et de son château donné d’après nature par Job Peeters flamand, à la fin du XVe siècle » et datée de 1660 ».

10. Voir, par exemple, Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016, verso de la couverture : « Bien qu’il s’agisse d’une représentation fantaisiste, cette vue d’Étaples est tout à fait agréable au regard ». Voir également le texte de présentation de l’ouvrage sur le site de la mairie d’Étaples <https://etaples-sur-mer.fr/a-la-decouverte-de-etaples-sur-la-mer-en-1648/>: « En couverture, l’illustration de l’ancien château d’Etaples fait bonne figure … mais à l’écoute des auteurs qui s’en amusent, elle ne correspond pas à grand-chose. Effectivement, les falaises sont inexistantes et un bon nombre de détails nous invitent rapidement à remettre en cause cette simple interprétation ».

11. Dans sa vue de La ville de Estaples, Joachim Duviert use des mêmes conventions (voir Byhet 2017, p. 107). Voir également la vue du Mont Saint-Michel de Johannes Peeters : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53151915f>.

12. Voir, par exemple, Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016, p. 67.

13. Voir note 1. La question de l’enceinte défensive d’Étaples à l’époque moderne n’est pas encore tranchée : si les cueilloirs des rentes de l’église Saint-Michel citent à maintes reprises l’existence d’un « ancien rempart » au XVIIe siècle, celui-ci consistait peut-être en une structure de terre aménagée au milieu du XVIe siècle.

14. Sur ce plan, voir Byhet 2017, p. 120-121.

15. Sur les différents bâtiments de la cour intérieure du château d’Étaples, voir Byhet 2018.

16. Sur le donjon du château d’Étaples, voir Byhet 2018.

17. Sur l’ouvrage à cornes du château d’Étaples, voir Byhet 2018.

18. Sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples, voir Byhet 2018.

19. Sur le port d’Étaples aux époques médiévale et moderne, voir Byhet 2019, p. 13-15.

20. Sur la traversée de la Canche à l’époque moderne, voir Byhet 2019, p. 15-16.


Bibliographie

Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016 : BAHEUX-DOUCHIN (J.), CLAUZEL (I.), HONVAULT (A.), Etaples sur la Mer en 1648, Collection Parchemin, Cercle d’études en Pays boulonnais, Étaples, 2016.

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Byhet 2017 : BYHET (Th.), Fouilles programmées sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples (campagne 2016), Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2017.

Byhet 2018 : BYHET (Th.), « Le château d’Étaples au XVIe siècle : l’adaptation d’une place forte médiévale aux règles de l’artillerie moderne », Dans : Byhet (Th.), Aubry (Chr.) [ éd.], Places fortes des Hauts-de-France, Volume 1 : Du littoral à l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme). Actualités et recherches inédites, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion : 57, Villeneuve d’Ascq, 2018. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/irhis/3072>. ISBN : 9782905637833.

Byhet 2019 : BYHET (Th.), «De rive en rive : les ports d’Étaples de l’époque romaine à l’époque moderne», Dans : Moitel (A.) [dir.], Métamorphose(s) : le port d’Étaples entre passé et avenir, Catalogue de l’exposition (Maison du port départemental d’Étaples, 15 juin – 20 octobre 2019), Département du Pas-de-Calais, Skira, Paris, 2019, p. 11-16.

Haigneré, Rosny 1898 : HAIGNERÉ (D.), ROSNY (A. de), Recueil historique du Boulonnais (notices, articles, éphémérides) 1845-1893, annoté, documenté et illustré par A. de Rosny, Tome 2, Boulogne-sur-Mer, 1898.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 20 juin 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6993>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.