Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac

La destruction récente1, et malheureuse, d’une maison ancienne établie au n° 1 de la rue de Montreuil, immédiatement au sud-est de la place d’Étaples et à moins de 50 m de l’hôtel Souquet-Marteau, fait perdre à la ville un peu plus que des murs qui menaçaient ruine (fig. 1). Non seulement, elle efface du paysage architectural étaplois une maison que les habitants ont connu, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, comme l’une des principales maison de la presse2 de la ville (fig. 2), mais elle rompt également la continuité d’un espace bâti depuis le XVIIe siècle au moins : en effet, à l’époque moderne, s’y élevait une maison nommée « la maison des Barillets ».

Fig. 1. Vue de la maison partiellement détruite au début de l’année 2020 (© Google 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation) .
Fig. 2. La maison de la presse Vis dans les années 1950 (Détail d’une carte postale, Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. Localisation et désignation.

La maison des Barillets (fig. 3, n° 1, fig. 4 et 5, n° 110) prenait place à l’angle sud-est de la place principale d’Étaples (fig. 3, n° 5, fig. 4 et 5), à la jonction avec de la grande rue qui menait à Montreuil (fig. 3, n° 7). Elle occupait l’angle sud-ouest d’un îlot délimité par cette rue au sud, par la rue de Boulogne (n° 8, actuelle rue Maurice-Raphaël) à l’est, la rue qui menait de l’église Saint-Michel à la chapelle de Notre-Dame (n° 9, actuelle rue du Général-Obert) au nord et la rue ou ruelle de la Vignette (n° 6) à l’ouest. Elle voisinait, à l’est, avec la maison de l’Échiquier (n° 2) et, au nord, avec un jardin (n° 3) qui, ultérieurement, fut adjoint à maison de la Vignette. Elle était séparée de l’îlot voisin, à l’ouest, par une rue ou une ruelle (n° 6), l’actuelle impasse de la Vignette qui menait à la maison de la Vignette (n° 4).

Fig. 3. Plan des îlots au nord-est de la place d’Étaples au XVIIIe siècle, d’après la figure 5 : en 1 et fond rouge, étendue de la maison des Barillets en 1753, en 2, maison de l’Échiquier, en 3, jardin, en 4, maison de la Vignette, en 5, la place, en 6, rue qui mène du Marché à La Vignette ou rue du Sac, en 7, rue qui mène du Marché à Montreuil ou rue de Montreuil, en 8, rue qui mène du Marché au Presbytère ou rue de Boulogne, en 9, rue qui mène de l’église Saint-Michel à la chapelle Notre-Dame, en vert, jardins, et en blanc, cours intérieures (DAO : Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Sur le plan des frères Jean et Nicolas Magin, ingénieur du Roi, réalisé en 1716, la maison, constituée d’un corps de bâtiment unique donnant sur la rue, est dotée d’une grande cour qui s’étend jusqu’à une vaste zone de jardins, située plus au nord (fig. 4). Sur le plan dit « de Rocquigny du Fayel », dressé en 1753, l’espace bâti de la maison s’est considérablement agrandi avec l’ajout d’un corps de bâtiment en L, le long de la rue de la Vignette, et d’une arrière-cour accessible depuis cette rue (fig. 3 et 5).

Fig. 4. Localisation (cercle bleu) de la maison sur le «Plan d’Etaple» des frères Jean et Nicolas Magin, ingénieurs du Roi, en 1716 (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF35DIV6P2/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. Localisation (au n° 110) de la maison sur le Plan dit «de Rocquigny du Fayel», en 1753 (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette maison tirait son nom de l’enseigne qui l’individualisait parmi les autres maisons du quartier : Les Barillets. Peinte sur la façade ou un panneau de bois, ou bien encore sculptée sur un bloc de pierre, cette enseigne, commune dans d’autres villes de la France moderne3, devait représenter des petits tonneaux de bois (fig. 6). Elle était souvent utilisée pour désigner un établissement hôtelier ou un vendeur de vins4. Au XVIIIe siècle, l’appellation de la maison tendait déjà à s’effacer (voir texte n° 4 du corpus des textes).

Fig. 6. Exemple de barillets qui devaient orner l’enseigne de la maison (© Vecteezy – Toute reproduction interdite sans autorisation).

B. Acquéreurs et occupants : des Flahaut aux Capet.

Les cueilloirs des rentes paroissiales ou seigneuriales nous livrent les noms des propriétaires et occupants de cette maison dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle : par héritage ou par achat, elle appartient successivement aux Flahaut, aux Beaubois, aux Friocourt et aux Capet, qui tantôt y réside, tantôt la loue.

Vers 1664, la maison appartient aux héritiers de Philippe Flahaut, bourgeois de Boulogne : elle est alors occupée par Charles Doffin (voir textes n° 1 et 2 du corpus des textes). En l’absence d’informations précises, ces deux propriétaire et occupant sont difficiles à identifier. Philippe Flahaut est-il ce marchand étaplois, cité comme receveur des traites foraines en 1607 et échevin en 1625 ? Celui-ci est l’époux de Marie Marguerite du Pais (ou Dupuis), avec laquelle il s’est mariée le 19 février 1600, à l’église Saint-Nicolas de Boulogne, ville dans laquelle il réside par la suite et dans laquelle il décède vers 1636 ; le couple fonde une famille nombreuse composée d’au moins 10 enfants qui sont peut-être les héritiers mentionnés dans la rente paroissiale5Charles Doffin est certainement Charles Dauphin l’aîné, le fondateur de la branche étaploise de cette famille importante du Boulonnais : né le 1er juin 1634 à Camiers, il se marie une première fois à Étaples avec Marie de Sarton le 2 janvier 1662, puis, après le décès de son épouse, une seconde fois, avec Suzanne Lesne, le 26 novembre 1685 ; il décède dans cette ville le 28 novembre 1698, à l’âge de 64 ans, et il est inhumé le lendemain dans la chapelle Saint-Pierre de l’église Saint-Michel6 (fig. 7).

Fig. 7. Acte de décès et d’inhumation de Charles Dauphin, les 28 et 29 novembre 1698 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Vers 1679, la maison semble appartenir à un « sieur d’Isques, seigneur de Widehem » que nous ne sommes pas parvenus à identifier. Puis, en 1684, elle est acquise par Claude Beaubois qui l’occupe avec Catherine Dubutel, son épouse (voir textes n° 1, 2 et 4 du corpus des textes). Originaire d’Hubersent, un village proche d’Étaples, Claude nait vers 1649, si l’on en croit l’âge indiqué sur son acte de décès, 55 ans. Il se marie avec Catherine le 13 décembre 1683, à Étaples. Le couple donne naissance à au moins 8 enfants. Catherine, née le 20 octobre 1658, décède le 20 juillet 1700, à l’âge de 41 ans. Claude décède le 5 novembre 1704 et son corps est inhumé le lendemain dans le cimetière de l’église Saint-Michel (fig. 8). Son acte de décès offre une mention particulière, celle de sa profession : « marchand en débit ». Il a, de plus, été échevin de la ville7.

Fig. 8. Acte de décès et d’inhumation de Claude Beaubois, les 5 et 6 novembre 1704 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’une des filles du couple Beaubois-Dubutel, Françoise Angélique, hérite de la maison familiale et s’y installe, après la mort de son père, avec son époux Pierre Étienne Friocourt (voir textes n° 3 et 4 du corpus des textes). Françoise Angélique nait le 25 juillet 1688, à Étaples. Le 4 février 1730, elle se marie dans sa ville natale avec Pierre Antoine Friocourt, né le 26 décembre 1700. Elle décède le 20 décembre 1756, à l’âge de 68 ans, et elle est inhumée le lendemain dans le cimetière de l’église Saint-Michel. Dans son acte de décès, est renseignée la profession de son époux : il est « charpentier de navire ». Celui-ci décède le 18 octobre 1763, à l’âge de 62 ans, à Frencq, chez son fils qui l’a recueilli. Il est inhumé le lendemain dans le cimetière de l’église de Frencq : dans son acte de décès, il est désigné comme « propriétaire », sous-entendu de la maison des Barillets8 (fig. 9).

Fig. 9. Acte de décès et d’inhumation de Pierre Étienne Friocourt, les 18 et 19 octobre 1763 : l’acte est signé du prêtre curé Pierre François Peuvion, mais aussi du vicaire Pierre Étienne Friocourt, fils du défunt (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 354/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

À la mort de Pierre Étienne Friocourt, cette maison tombe aux mains de son fils Pierre Étienne (voir textes n° 1 et 5 du corpus des textes) : né le 28 novembre 1730, à Étaples, Pierre Étienne devient vicaire de Frencq et d’Halinghen après avoir fait son séminaire à Boulogne9. Propriétaire de la maison, il ne l’occupe pas, résidant à Frencq. Aussi, cette maison est-elle louée : en 1765, elle est occupée par le boucher Antoine Sailly10.

Vers 1774, elle est vendue à un Delaporte, brasseur de profession (voir textes n° 5 et 6 du corpus des textes). Plusieurs membres de cette famille exercent cette profession au XVIIIe siècle. S’agit-il de Bernard Théodore François Delaporte, mentionné comme « marchand brasseur » dans l’acte de naissance de son fils, Louis François, né le 28 janvier 178011 ? Ou bien de Pierre François Marie Delaporte désigné comme « marchand brasseur et eschevin » dans les actes de naissance de sa fille Marie Jeanne Clotilde Victoire, née le 29 novembre 1787, et de son fils Pierre Marie François Julien, né le 13 février 178912 ? C’est probablement à ce dernier qu’appartient désormais la maison des Barillets : en effet, Pierre François Marie, né le 26 août 1727, à Sempy, près de Montreuil, est l’époux, en premières noces, de Marie Marguerite Friocourt, cousine germaine du charpentier de navire Pierre Étienne Friocourt et, par conséquent, grande-cousine du vicaire Pierre Étienne Friocourt. Marie Marguerite Friocourt, née le 20 mai 1731, à Étaples, décède dans cette ville, le 7 août 1776, à l’âge de 45 ans (fig. 10). Son époux fait alors alliance, en secondes noces, avec la grande famille Baudelicque. Il décède à Étaples, en son domicile, au n° 159 de la place, le 23 avril 1811, à l’âge de 83 ans : son acte de décès le désigne comme « propriétaire » (fig. 11).

Fig. 10. Acte de décès et d’inhumation de Marie Marguerite Friocourt, le 7 août 1776 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 11. Acte de décès de Pierre François Marie Delaporte, le 23 avril 1811 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

À la mort de Marie Marguerite, le bien familial passe aux mains de son frère, Jean Baptiste Friocourt (voir texte n° 2 du corpus des textes). Jean Baptiste, né le 14 mars 1739, à Étaples, épouse Marie Marguerite Delplanque, le 21 juin 1774. Il décède dans sa commune natale le 4 février 1798 (16 pluviôse an 6), à l’âge de 58 ans. Son acte de décès le désigne comme « raffineur de sel » domicilié « au lieu-dit Le Paradis » (fig. 12) : il ne réside donc pas dans l’ancienne maison des Barillets qui devait être louée.

Fig. 12. Acte de décès de Jean Baptiste Friocourt, le 4 février 1798 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Enfin, à la mort de Jean Baptiste Friocourt, la maison devient la propriété de sa fille, Clotilde Marie Anne Pélagie Friocourt et de son époux Louis Joseph Capet13 (voir texte n° 2 du corpus des textes). Clotilde nait le 9 juin 1779, à Étaples. Louis voit le jour le 18 décembre 1780, à Saint-Quentin, paroisse Saint-Jean. Le couple se marie le 23 mai 1801 (13 prairial an 9) à Étaples et donne naissance à plusieurs enfants. Dans les différents actes de l’état civil qui le concerne, Louis Capet est qualifié de « surnuméraire des douanes nationales », « commis des douanes », « visiteur des douanes (impériales, puis royales) à la résidence d’Étaples » et, enfin, « visiteur des douanes en retraite, domicilié rue de Boulogne ». Clotilde Friocourt décède le 15 janvier 1841, à Étaples « en sa maison (…) rue de Boulogne ». Louis Capet décède le 24 août 1862 « en son domicile (…) rue de l’Abreuvoir ».

Dans son Histoire des rues d’Étaples14, Gustave Souquet indique que la façade de cette maison possédait encore, vers 1860, des ancres en fer décoratives, à l’exemple de celles que l’on distinguait partout encore sur les façades des autres maisons de la place à cette époque. L’historien étaplois avait relevé trois lettres – I, C et P – et un chiffre – 9 – renvoyant, selon l’auteur, aux initiales de Joseph Capet, propriétaire de la maison au XIXe siècle (fig. 13). Mais il n’est pas certain que cet ancrage ait été correctement déchiffré : les deux premières lettres pourraient correspondre aux chiffres 1 et 6, donnant la date de construction ou de restauration de la maison dans les années 1690, à l’époque où elle appartenait à Claude Beaubois. Au début du XXe siècle, ces ancres avaient disparu, peut-être cachées par l’enduit de la façade : si elles ont survécu à un possible démontage au cours du siècle précédent, elles ont aujourd’hui irrémédiablement disparu avec la destruction de la maison.

Fig. 13. Ancres de la façade de la maison des Barillets relevées dans la seconde moitié du XIXe siècle par Gustave Souquet (Souquet 1860, pl. 3, n° 9, dessin : Alphonse Lefebvre  – Toute reproduction interdite sans autorisation).

C. De la rue du Sac à l’impasse de la Vignette.

Nous avons déjà dit que la maison des Barillets était située à l’angle de deux rues. L’une, la principale, sur laquelle la maison ouvrait était la rue qui menait du marché à Montreuil, c’est-à-dire l’actuelle rue de Montreuil. La seconde, perpendiculaire à la précédente, constituait un axe mineur dans la ville à l’époque d’Étaples : « la rue de la Vignette » (fig. 14). Elle était aussi dénommée à l’aide d’une périphrase locative, à savoir « la petite rue quy conduit de la maison de la Vignette au marché ». Il s’agit de l’actuelle impasse de la Vignette. La Vignette était une maison, peut-être une ancienne hôtellerie, située à l’extrémité de cette rue (fig. 3, n° 4 et 5, n° 102) : selon Gustave Souquet, elle tirait son nom des vignes qui poussaient sur les murs de la propriété15.

Fig. 14. Vue actuelle de l’extrémité de l’impasse de la Vignette : au fond de l’impasse, le magnifique porche en grès donnait accès à la maison de la Vignette ; sur la droite, le mur en grès également conserve à cette impasse un caractère ancien (Photographie : Th. Byhet, 2020  – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Il semble que cet rue n’ait pas toujours été une impasse comme le montre le Plan d’Etaple des frères Jean et Nicolas Magin, réalisé en 1716 (fig. 4) : à l’origine, elle assurait le passage entre la place du marché, au sud, et la rue allant de l’église Saint-Michel à la chapelle Notre-Dame, l’actuelle rue du Général-Obert, au nord. Mais deux rentes seigneuriales, rédigées en 1774, offrent un autre nom à cette rue – la rue du Sac – qui témoigne de l’absence d’issue à cet axe de circulation (voir textes n° 5 et 6 du corpus des textes). Si le plan des frères Magin n’est pas trompeur, la rue de la Vignette a dû gagner son caractère d’impasse au cours du XVIIIe siècle : la rue de la Vignette était devenue un cul-de-sac, d’où son nom de rue du Sac16.

D. Conclusion.

La destruction récente de l’ancienne maison de la Presse, autrefois maison des Barillets, fait disparaître bien plus que des murs lézardés. Elle gomme un pan de l’histoire socio-économique d’Étaples : plusieurs membres de grandes familles étaploises de l’époque moderne en étaient les propriétaires ou ont vécu ici ; on y a probablement pratiqué le commerce de boissons ou l’accueil des voyageurs. Gageons que la reconstruction annoncée de cette maison respecte l’harmonie architecturale de la place d’Étaples sur laquelle s’élèvent encore plusieurs maisons de l’époque moderne.


Corpus des textes

La transcription des textes est de l’auteur.

1. Extrait du cueilloir des rentes paroissiales de l’église Saint-Michel (rédigé au début de la seconde moitié du XVIIe siècle et ajouts ultérieurs).

La maison des Barillets appartenante aux héritiers de maistre Philippe Flahaut, vivant (bourgeois)* de Boullogne, laquelle est à présent occuppé par Charles Doffin, tenant d’une liste à la maison de l’Eschiquier, d’autre liste à une petite rue quy conduit de la maison de la Vigniette au marché, d’un bout sur la grande rue et place dudit marché, d’autre bout à un petit jardin provenant de Adrianne Fiérard, dont est deub par chacun an de rente fonsière à ladite esglise dix solz parisis.

[ajout ultérieur] Brasseur a reçu 1684 et 1685 et aussi un relief double de la ditte rente à cause de l’acquisition que le sieur Beaubois a fait de la ditte maison cy dessus.

[ajout ultérieur] C’est la maison du sieur Claude Baubois.

[ajout ultérieur] 1747 Estienne Fricourt.

[ajout ultérieur] 1765 La maison occupé par Antoine Sailly, boucher, appartenant au sieur Pierre Étienne Friocourt présentement vicaire à Frencq.

* non lisible à cause de la pliure du manuscrit.

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/5 : f° 10.

2. Extrait du cueilloir des rentes paroissiales de l’église Saint-Michel (rédigé en 1702 et ajouts ultérieurs).

Le sieur Claude Beaubois, ancien eschevin de cette ville, pour la maison appellée la maison des Barilletz qui fut autrefois aux héritiers de messire Philippes Flahaut, vivant bourgeois de Boulogne, qui fut encore par acquisition au sieur d’Isque, seigneur de Huidehen, qui en a baillé rapport le 20e may 1679 au sieur Antoine Baudelicque, marguillier pour lors, et de laquelle ledit Beaubois a payé le relief double au sieur Charles Brasseur en 1684 comme restant acquerreur de ladite maison scituée sur la place et petite rue qui conduit du marché à La Vignette et d’autre liste tenant à la maison de l’Échiquier, d’un bout sur le flégard et d’autre bout à un petit jardin provenant d’Adrienne Fiérard, doibt par chacun an au terme de Noël de rente fonsière dix sols parisis.

[ajout ultérieur] 1747 Estienne Friocourt.

[ajout ultérieur] 1783 Jean-Baptiste Friocourt.

[ajout ultérieur] 1827 Capet, instituteur du Douaisis, au droit de Clotilde Friocourt, sa femme.

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/7 : f° 9r°.

3. Extrait du registre des fondations de l’église Saint-Michel d’Étaples (1701 et ajouts ultérieurs).

La femme Beaubois [Susanne Beaubois] a légué à l’église paroissialle Saint-Michel d’Étaples par son testament en datte du 7e février 1729 six livres de rente affectée sur une maison scituée sur la place au coin et proche de la maison de l’Échiquière dont Angélique Beaubois, sa sœur et sa légateresse universelle, est propriétaire des deux tiers, à la charge par la ditte fabrique de faire chanter et célébrer par chacun an en le mercredi et vendredi de la 2e semaine de Carême après son décès deux obits pour le repos de son âme. Laditte rente annuelle et perpétuelle payable au terme de Pâques. Laditte Angélique Beaubois, légateresse, s’est obliger pour elle et ses hoirs en ayant cause au payement de laditte rente par l’acceptation qu’elle a fait en bonne forme au bas dudit testament bien et deument controllé et insinué et qui a été par moy curé d’Étaples sousigné déposé ce jourd’huy 22e février 1729 ès mains du sieur Antoine Lartizien, nottaire en cette ville.

[Signature] Boully

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/9 : f° 23r°.

4. Extrait du cueilloir des rentes paroissiales de l’église Saint-Michel (ca. 1730 et ajouts ultérieurs).

Étienne Friocourt, à cause d’Angélique Beaubois, sa femme, pour leur maison anciennement nommée Les Barillets provenante de Claude Beaubois, scitué sur la place et au coin de la petite rue qui conduit du marché à La Vignette, et d’autre liste à la maison de Jean Bezel, aux droits par acquisition du sieur Marteau de Saint-Omer, d’un bout, par devant, à la place, et d’autre bout au jardin de la maison de La Vignette, doit au terme de Noël de rente foncière dix sols parisis fait au tournois onze sols trois deniers.

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/8 : f° 18.

5. Extrait du cueilloir des rentes seigneuriales de Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples (rédigé en 1774).

Besel, à présent en 1774, le nommé Duminy par sa feame, fille et héritière du nommé Besel, son père, tienst fonscièrement de Monsieur Dufayel, accause de sa seignieurie d’Estaples, la maison et corps d’hôtel nommé l’Échiquier, scisse à Estaples, tenant d’un bout sur levant à l’Écue de Vandosme, apartenant à (Antoine)* Vuyard, à présent en 1774, aux enffens du sieur Danielle Quandalle, d’autre bout vers couchant à la maison des Barilliets, apprésent à Monsieur de Laporte, le brasseur, par accquisition de Monsieur l’abbé Friocourt, prestre, et (…)* d’Estienes Friocourt, son père, d’une liste à la cour de la dite maison ver(s) septentrion et d’auttre liste ver(s) midy sur la rue et flégart qui maine sur le marché d’Estaples, et doit de censive par an douze deniers parisis à Monsieur Dufayel. Item les harangresses de la ditte maison joigniant d’un cottez vers couchant à la rue du Sacq et aux tesnement cy dessus des Barilliets, par la censsives de trois sols parisis à payer tous les ans au Noël à Monsieur Dufayel.

* non lisible à cause de la pliure du manuscrit.

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24 : f° 42, n° 104-109.

6. Extrait du cueilloir des rentes seigneuriales de Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples (rédigé en 1774).

Le sieur de Laporte, marchand brasseur à Estaples, tienst fonscièrement de Monsieur Dufayel pour et accause de sa seignieurie d’Estaples, par quatres sols parisis de censsives chacqun an à la Saint Remie engendrant reliefs doubles, quand le cas y échoit, accause d’une maison, baptiments, jardin, tenant de liste au midy sur la plasce et marcher d’Estaples, d’autre au septentrion au jardin de Monsieur Daubervalle, d’un bout au levant au sieur Besel, à présent Duminy en 1774, et d’autre au couchant à la rue du Sacq.

Bibl. : Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24 : f° 43, n° 110.


Notes

1. Appartenant à un propriétaire lillois, cette maison à deux étages se dégradait depuis 2009. Mandaté par la mairie, un expert du tribunal administratif a préconisé, dans son rapport rendu le 11 février 2019, de la faire abattre par son propriétaire dans un délai de deux mois. En avril 2019, la communauté d’agglomération CA2BM a publié un arrêté de péril grave et imminent (Article L 511-3 du Code de la Construction et de l’Habitation) qui a mené à sa destruction au cours du mois de janvier 2020. Voir Byhet 2019, Diquattro 2019 et Anonyme 2020.

2. Se sont notamment succédé depuis la Seconde Guerre mondiale, M. et Mme Huvelle, M. et Mme Vis, M. et Mme Trollé, M. et Mme Dessaint (à partir de 1988) et M. et Mme Chaila.

3. Le nom au pluriel est assez rare. On trouve, par exemple, des enseignes Au / Le Barillet à Melun (Lemaire 1864, p. 69 et 231), à Paris (Renouard 1969, p. 230, 236, 237 et 268), Rouen (La Quérière 1852, p. 9) et Vendôme (Martellière 1913, p. 308). On trouve également des enseignes Au / Le Barillet d’or (Grand-Carteret 1902, p. 49) à Amiens (Le Barillet d’or ou Le Tonnelet d’or : Roy 1990, p. 72 et 78) et Paris (Le Bariliè d’or : Tesson 1917, p. 133 et 134) ou Au / Le Barillet d’Argent au Mans (Triger 1925, p. 48, 49 et 51) et à Paris (Sellier 1901, légende du plan associé à l’article).

4.  Voir Fournier 1884, p. 60, Grand-Carteret 1902, p. 49 et Martellière 1913, p. 308.

5. Gressier 1999, p. 55 et 56. Philippe Flahaut a donné naissance à un autre Philippe le 25 mai 1617, à Boulogne. Voir également Clauzel-Delannoy, Fournet, Fournet-Lemaire 2013, p. 255 et Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016, p. 77, n. 3 et p. 95.

6. Sur Charles Dauphin l’aîné, voir les différentes actes contenus dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 201/1 et 5 MIR 318/1. Voir également Gressier 2009, passim. Charles Dauphin l’aîné a donné naissance à un autre Charles, dit le jeune, dont la date de naissance, vers 1660, n’est pas connue avec exactitude.

7. Sur Claude Beaubois et Catherine Dubutel, voir les différentes actes contenus dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1. Le couple donne naissance à Charles (1686), Françoise Angélique (1688), Claude (1689), Suzanne (1690), Jean (1691), Antoine (1692), Pierre (1693) et Marie Catherine (1695).

8. Sur François Angélique Beaubois et Pierre Étienne Friocourt, voir les actes contenus dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 (acte de naissance de Françoise Angélique Beaubois), 5 MIR 318/2 (acte de mariage de Françoise Angélique Beaubois et Pierre Étienne Friocourt et acte de décès de Françoise Angélique Beaubois) et 5 MIR 354/2 (acte de décès de Pierre Étienne Friocourt).

9. Nous n’avons pas trouvé de renseignements sur le vicaire Pierre Étienne Fricourt après cette date : il ne semble plus signer les actes paroissiaux de Frencq après 1770 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 354/2).

10. On ne sait s’il faut l’identifier à Louis Antoine Oudart Sailly, né le 27 octobre 1748 et décédé le 4 avril 1826, à l’âge de 77 ans, à Étaples : son acte de décès le désigne comme « ancien boucher » (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4, acte de décès n° 9 de l’année 1826), mais il est cité comme « journalier » et « garçon-laboureur » durant toute une partie de sa jeunesse (voir les actes contenus dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 ).

11. Voir Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de naissance n° 7 de l’année 1780.

12. Voir Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, actes de naissance n° 45 de l’année 1787 et n° 5 de l’année 1789.

13. Sur le couple Capet-Friocourt, voir les différents actes contenus dans : Archives départementales de l’Aisne, 5 Mi 1243 (acte de naissance de Louis Capet) et Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 (actes de naissance de Clotilde Friocourt et des enfants du couple), 5 MIR 318/3 (acte de mariage et acte de naissance) et 5 MIR 318/5 (actes de décès de Clotilde Friocourt et de Louis Capet). En 1872-1877, la maison appartient à Antoine Joseph Capet, fils du couple Capet-Friocourt, qui y réside avec son son épouse Françoise Thérèse Joséphine Boulanger, sa fille Marie Joséphine Élodie Capet et son beau-fils Gabriel Adolphe Hudiart (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 4087, Dénombrement de la population étaploise en 1872, et M 4122, Dénombrement de la population étaploise en 1876).

14. Souquet 1860, p. 93 et pl. 3, n° 9 ; voir également Rodière 1902, p. 42.

15. Sur la maison de la Vignette, voir Souquet 1860, p. 92-93. Une rue de la Vignette existait à Arras : Gustave Souquet reprend l’origine du nom de la rue donnée par Achmet d’Héricourt et Alexandre Godin dans leur ouvrage Les rues d’Arras, publié en 1856 (Héricourt, Godin 1856, p. 121-122).

16. Voir, par exemple, à Toulouse, la rue du Sac (actuelle rue Alexis-Larrey) qui, au Moyen Âge, butait contre le rempart de la ville (Mesuret 1960, s. v. « La rue du Sac »). Plus près de nous, la ville de Boulogne comptait au XVIIe siècle une rue du Sac ou du Cul-de-Sac (Haigneré, Rosny 1898, p. 222-223).


Bibliographie

Anonyme 2020 : Anonyme, « Une maison qui menaçait de s’effondrer disparaît du paysage à Étaples », La Voix du Nord, publié le 24 janvier 2020, en ligne : <https://www.lavoixdunord.fr/699810/article/2020-01-24/une-maison-qui-menacait-de-s-effondrer-disparait-du-paysage-etaples>.

Baheux-Douchin, Clauzel, Honvault 2016 : BAHEUX-DOUCHIN (J.), CLAUZEL (I.), HONVAULT (A.), Etaples sur la Mer en 1648, Collection Parchemin, Cercle d’études en Pays boulonnais, Étaples, 2016.

Byhet 2019 : BYHET (G.), « Étaples : un propriétaire sommé d’abattre son bâtiment », Les échos du Touquet, publié le 19 février 2019, en ligne : <https://www.lesechosdutouquet.fr/11939/article/2019-02-19/etaples-un-proprietaire-somme-d-abattre-son-batiment>.

Clauzel-Delannoy, Fournet, Fournet-Lemaire 2013 : CLAUZEL-DELANNOY (I.), FOURNET (M.), FOURNET-LEMAIRE (M.), Le Livre verd de Boulogne, Volume 2 : 1600-1679, Collection Parchemin, Cercle d’études en Pays boulonnais, Saint-Martin-Boulogne, 2013.

Diquattro 2019 : DIQUATTRO (Th.), « Étaples. L’ancienne maison de la presse sera démolie d’ici deux mois », La Voix du Nord, publié le 23 février 2019, en ligne :<https://www.lavoixdunord.fr/542094/article/2019-02-23/l-ancienne-maison-de-la-presse-sera-demolie-d-ici-deux-mois>.

Fournier 1884 : FOURNIER (Éd.), Histoire des enseignes de Paris, E. Dentu éditeur, Paris, 1884.

Grand-Carteret 1902 : GRAND-CARTERET (J.), L’enseigne : son histoire, sa philosophie et ses particularités : les boutiques, les maisons, la rue, la réclame commerciale de Lyon, Librairie dauphinoise, Grenoble, 1902.

Gressier 1999 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais, Généalogies et notes bibliographiques, Tome 1, s.é., s.l., 1999.

Gressier 2009 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais, Généalogies et notes bibliographiques, Tome 5 : Les Le Gressier de La Grave et les Gressier d’Étaples, s.é., s.l., 2009.

Haigneré, Rosny 1898 : HAIGNERÉ (D.), ROSNY (A. de), Recueil historique du Boulonnais (notices, articles, éphémérides) 1845-1893, annoté, documenté et illustré par A. de Rosny, Tome 2, Boulogne-sur-Mer, 1898.

Héricourt, Godin 1856 : HÉRICOURT (A. d’), GODIN (Al.), Les rues d’Arras. Dictionnaire historique, Tome 1, Alphonse Brissy éditeur, Arras, 1856.

La Quérière 1852 : LA QUERIÈRE (E. de), Recherches historiques sur les enseignes des maisons particulières, Didron, Paris, 1852.

Lemaire 1864 : LEMAIRE (C.), Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Seine-et-Marne,  Archives Ecclésiastiques, Série G et H, Tome 2, Imprimerie Paul Dupont, Paris, 1864.

Martellière 1913 : MARTELLIÈRE (J.), « Rues, places et maisons de Vendôme. VI. Le bourg Saint-Martin (suite et fin) », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 52 (1913), p. 272-310.

Mesuret 1960 : MESURET (R.), Évocation du vieux Toulouse, Les éditions de Minuit, Paris, 1960.

Renouard 1969 : RENOUARD (Ph.), Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs, fondeurs de lettres, relieurs, doreurs de livres, faiseurs de fermoirs, enlumineurs, parcheminiers et papetiers ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Slatkine Reprints, Genève, 1969.

Rodière 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Tome 4, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1902.

Roy 1990 : ROY (P.), Chronique des rues d’Amiens, Volume 3,CNDP, CRDP Amiens, 1980.

Sellier 1901 : SELLIER (Ch.), « Démolition des maisons comprises entre les rues de la Grande et de la Petite-Truanderie et la rue Mondétour », Procès-verbaux de la Commission municipale du Vieux Paris de l’année 1901, 1902, p. 31-33 et plan associé.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Tesson 1917 : TESSON (L.), ), « Origine de la dénomination des voies anciennes (rue de Valence, rue des Couronnes) », Procès-verbaux de la Commission municipale du Vieux Paris de l’année 1917, 1922, p. 122-149.

Triger 1925 : TRIGER (R.), «La maison du chanoine Martin Guérande et l’hôtellerie de l’Écu de France, rue de Saint-Vincent, au Mans», Revue historique et archéologique du Maine, 5 (1925), p. 45-84.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 juillet 2020 <https://chronista.hypotheses.org/7247>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.