Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775)

À Étaples, la rue des Carrières conserve le souvenir de ces espaces souterrains1 – crayères ou marnières – autrefois familiers aux Étaplois (fig. 1). Dans la vieille ville, nombre de maisons ont été construites à l’aide de moellons de calcaire ou de rognons de silex issus de ces carrières d’extraction (fig. 2 et 3). Surtout, elles ont servi d’abri aux habitants durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale (fig. 4) : ceux-ci y ont parfois aménagé de véritables dortoirs, comme en témoignent les scènes de vie prises par les photographes Achille Caron, père et fils, et les carcasses des lits rouillées de la carrière dite « Macquinghen », rue de Camiers (fig. 5).

Fig. 1. Plan de localisation des principales carrières dans la vieille ville d’Étaples (en bleu), des signalements d’éboulement depuis les années 1970 (en rouge) et de la carrière Jean Roux (en vert) (Données du BRGM, 2020 – DAO : Th. Byhet, 2020 – © Mappy, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 2. Mur en moellons de calcaire et briques séparant deux jardins du boulevard Jacques-Lefebvre (entre les n° 9 et 13) : notez la double assise de briques permettant le réglage des assises supérieures de moellons de calcaire (Photographie : Th. Byhet, 2020 – toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 3. Pignon de maison au n° 13 de la rue des Cronquelets construit à l’aide de rognons de silex liés au ciment (Photographie : Th. Byhet, 2018 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Entrée d’un abri souterrain aménagé dans les carrières d’Étaples durant la Seconde Guerre mondiale (Photographie : Achille Caron, 2e tiers du XXe siècle – Collection Musée Quentovic – Ville d’Étaples – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 5. Scène de vie à l’intérieur de la carrière Macquinghen durant la Seconde Guerre mondiale (Photographie : Achille Caron père, 1942 – Collection Musée Quentovic – Ville d’Étaples – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Un grand nombre de ces carrières ont été exploitées aux XIXe et XXe siècles. Mais certaines d’entre elles ont une existence beaucoup plus ancienne. Des rentes seigneuriales et un graffiti inédit attestent de l’exploitation d’une carrière et de l’activité d’un maçon étaplois dès le XVIIIe siècle : celles de Jean Roux. Celui-ci appartenait à une famille dont plusieurs membres ont exercé la profession de maçon2.

A. Les Roux : une famille de maçons étaplois aux époques moderne et contemporaine.

Les Roux ont exercé la profession de maçons sur au moins quatre générations aux XVIIIe et XIXe siècles (fig. 6) : huit d’entre eux sont recensés ci-dessous3.

Fig. 6. Arbre généalogique simplifié des quatre générations de maçons de la famille Roux (DAO : Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Première génération

1. Nicolas Roux (1678-1740).

Né le 11 mai 1678, à Étaples, Nicolas Roux est le fils de Nicolas Roux, premier du nom, maître de bateau décédé en mer, lors du naufrage de son navire, en 16874, et de Anne Brunnneval. Il est le père de Jean Roux (voir ci-dessous) et Jacques Roux I (n° 2), le grand-père de Jacques Roux II (n° 3), de Jean Baptiste Roux (n° 4) et de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5), et l’arrière-grand-père de Louis François Pantaléon Roux (n° 6) et de Jacques Antoine Roux (n° 7). Il se marie avec Marie Prévost, le 19 janvier 1700. Le couple donne naissance à François (né en 1700 et mort la même année), Marie Anne (1701), Paul (1703), Jean (1705, voir ci-dessous), Jacques (1706, voir ci-dessous), Marie Antoinette (1708), Nicolas (1711), Françoise (1713) et Marie Madeleine (1717). Nicolas Roux décède le 31 juillet 1740, à l’âge de 62 ans, à Étaples : il est inhumé le jour même dans le cimetière de l’église Saint-Michel (voir texte n° 6 du corpus des textes) (fig. 7).

La profession de Nicolas Roux – massonmaçon et maître masson – est indiquée dans les actes de naissance de ses enfants Jean, Jacques et Marie Antoinette et dans son acte de décès (textes n° 1 et 6) (fig. 7 et 15).

Fig. 7. Acte de décès et d’inhumation de Nicolas Roux, le 31 juillet 1740, dans lequel est indiquée sa profession de maître maçon, ainsi que celle de ses deux fils Jean et Jacques (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Deuxième Génération

2. Jacques Roux I (1706-1764).

Né le 9 octobre 1706, à Étaples, Jacques Roux est le fils de Nicolas Roux (n° 1) et Marie Prévost. Il est le père de Jacques Roux II (n° 3) et (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5), et le grand-père de Louis François Pantaléon Roux (n° 6) et Jacques Antoine Roux (n° 7). Il est le frère de Jean Roux (voir ci-dessous) et l’oncle de Jean Baptiste Roux (n° 4). Il se marie avec Marie Françoise Leprêtre, le 25 juin 1737 (fig. 8). Le couple donne naissance à Jacques (1738), Antoine Louis (1740), Marie Suzanne (1743) et Catherine Françoise (1745). Jacques Roux I décède le 27 janvier 1764, à l’âge de 57 ans, à Camiers, « chez François Marie Menuge », où il travaillait peut-être (fig. 9).

La profession de Jacques Roux – maçonmasson et maître masson – est indiquée dans son acte de mariage (fig. 8), dans l’acte de naissance de ses enfants Louis Antoine, Marie Suzanne et Catherine Françoise, dans l’acte de décès de son père, Nicolas (fig. 7) et dans l’acte de mariage de son fils Jacques, deuxième du nom (fig. 10).

Fig. 8. Acte de mariage de Jacques Roux I, le 25 juin 1737, dans lequel est indiquée sa profession de maçon (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fig. 9. Acte de décès de Jacques Roux I, le 27 janvier 1764 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 201/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Troisième génération

3. Jacques Roux II (1738-1799).

Né le 3 avril 1738, à Étaples, Jacques Roux II est le fils de Jacques Roux I (n° 2) et de Marie Françoise Leprêtre, le frère de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5) et le petit-fils de Nicolas Roux (n° 1). Il est le neveu de Jean Roux (voir ci-dessous) et le cousin de Jean Baptiste Roux (n° 4). Il est l’oncle de Louis François Pantaléon Roux (n° 6) et Jacques Antoine Roux (n° 7). Il se marie avec Françoise Charlotte Brihier, le 17 août 1782 (fig. 10). Il décède le 27 janvier 1799 (8 pluviôse an 7), à l’âge de 60 ans, à Étaples.

La profession de Jacques Roux – maçon – est indiquée dans son acte de mariage (fig. 10) et dans l’acte de mariage de son fils Antoine Louis (fig. 13). Il a également été « soldat au régiment de Flandres », comme l’indique son acte de mariage, et « manouvrier » comme en témoigne son acte de décès.

Fig. 10. Acte de mariage de Jacques Roux II, le 17 août 1782, dans lequel est indiquée sa profession de maçon (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

4. Jean Baptiste Roux (1739-1817).

Né le 6 février 1739, Jean Baptiste Roux, dit « Blondin », est le fils de Jean Roux (voir ci-dessous) et de (Marie) Catherine Suzanne Chanteau (voir texte n° 5 du corpus des textes), le petit-fils de Nicolas Roux (n° 1), le neveu de Jacques Roux I (n° 2) et le cousin de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5). Il se marie avec Marie Catherine Michelle Margollé, le 13 novembre 1780 (texte n° 17). le couple donne naissance aux jumelles Françoise Antoinette et Marie Anne Catherine (1779) (texte n° 17), Catherine Suzanne (1781), Marie Françoise (1783), Jean Baptiste (1785) et Suzanne Catherine (1787). Jean Baptiste décède le 11 janvier 1817, à l’âge de 77 ans, à Étaples, «en sa maison, rue de Camiers, n° 129».

La profession de Jean Baptiste Roux – masson – est indiquée dans l’acte de naissance et de baptême de sa nièce Catherine Suzanne Caron (18 et 19 octobre 1755) : il a alors 16 ans (fig. 11). Mais il abandonne, par la suite et pour un temps seulement, cette profession pour devenir cavalier au régiment de Royal-Lorraine, en garnison à Sarrelouis (actuelle Saarlouis, Sarre, Allemagne), comme en atteste son acte de mariage en 1780 (texte n° 17). L’année suivante, à la naissance de sa fille Catherine Suzanne, il exerce à nouveau la profession de « masson », à Étaples. En 1785, à la naissance de son fils Jean Baptiste, il exerce la double profession de « chassemarée et masson » (fig. 12), puis, en 1787, à la naissance de sa fille Catherine Suzanne, celle de « chassemarée ». Dans son acte de décès, en 1817, il est seulement désigné comme « ancien militaire ».

Fig. 11. Acte de naissance et de baptême de Catherine Suzanne Caron, dont Jean Baptiste Roux, alors mineur, est le parrain, les 18 et 19 octobre 1755 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 12. Acte de naissance et de baptême de Jean Baptiste Roux, les 19 et 20 septembre 1785, dans lequel sont indiquées les professions de chasse-marée et de maçon de Jean Baptiste Roux, père (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

5. (Pierre) Antoine Louis Roux (1740-1813).

Né le 13 juin 1740, à Étaples, (Pierre) Antoine Louis Roux est le fils de Jacques Roux I (n° 2) et de Marie Françoise Leprêtre, le frère de Jacques Roux II (n° 3) et le petit-fils de Nicolas Roux (n° 1). Il est le père de Louis François Pantaléon Roux (n° 6) et Jacques Antoine Roux (n° 7). Il est le neveu de Jean Roux (voir ci-dessous) et le cousin de Jean Baptiste Roux (n° 4). Il se marie avec Marie Françoise Brihier, le 9 juillet 1771 (fig. 13). Le couple donne naissance à Louis François Pantaléon (1774), Jacques Antoine (1777), Françoise Claudine (1782) et Rose Antoinette (1785). Pierre Antoine Louis décède le 4 juin 1813, à l’âge de 72 ans, à Étaples, en sa maison « sise rue des Matelots, n° 16», c’est-à-dire dans l’actuelle rue de Rosamel (fig. 14).

La profession de (Pierre) Antoine Louis Roux – masson et ancien maçon – est indiquée dans son acte de mariage (fig. 13), dans l’acte de naissance de ses enfants, dans l’acte de mariage de son fils Louis François Pantaléon, dans l’acte de naissance de son petit-fils Louis Honoré et dans son acte de décès (fig. 14).

Fig. 13. Acte de mariage de (Pierre) Antoine Louis Roux, le 9 juillet 1771, dans lequel est indiquée sa profession de maçon (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 14. Acte de décès de (Pierre) Antoine Louis Roux, le 4 juin 1813 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/4 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Quatrième génération

6. Louis François Pantaléon Roux (1774- après 1831).

Né le 27 juillet 1774, à Étaples, Louis François Pantaléon est le fils de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5) et de Marie Françoise Brihier, le frère de Jacques Antoine Roux (n° 7), le petit-fils de Jacques Roux I (n° 2), l’arrière-petit-fils de Nicolas Roux (n° 1) et le neveu de Jacques Roux II (n° 3). Il se marie avec Marie Louise Catherine Pauchet, le 11 mai 1807. Le couple donne naissance à Louis Honoré (1810). Malgré nos recherches, nous n’avons pu retrouvé la date de son décès : il est présent au mariage de son fils Louis Honoré, le 10 mars 1831.

La profession de Louis François Pantaléon Roux – maçon – est indiquée dans son acte de mariage, dans l’acte de mariage de son frère Jacques Antoine, dans l’acte de naissance de son fils Louis Honoré et dans l’acte de décès de son père (fig. 14). Dans l’acte de mariage de son fils, il est désigné comme « ménager et propriétaire ».

7. Jacques Antoine Roux (1777-1825).

Né le 17 février 1777, à Étaples, Jacques Antoine Roux est le fils de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5) et de Marie Françoise Brihier, le frère de Louis François Pantaléon (n° 6), le petit-fils de Jacques Roux I (n° 2), l’arrière-petit-fils de Nicolas Roux (n° 1) et le neveu de Jacques Roux II (n° 3). Il se marie avec Marie Marguerite Augustine Clugnet, le 6 janvier 1806. Le couple donne naissance à Louis Auguste (1811), Louis Marie Auguste (1814) et Victor Benoni (1816). Jacques Antoine décède le 16 novembre 1825, à l’âge de 48 ans, à Étaples.

La profession de Jacques Antoine Roux – maçon – est indiquée dans son acte de mariage, dans l’acte de mariage de son frère Louis François Pantaléon et dans l’acte de naissance son neveu Louis Honoré.

B. Jean Roux (1705-1775), maçon et maître maçon.

Jean Roux est le membre de la famille pour lequel nous disposons d’informations complémentaires. Si les registres paroissiaux nous renseignent sur les événements liés à son propre noyau familial (son mariage, la naissance et le mariage de ses enfants), trois rentes seigneuriales rédigées, l’une en 1753, les deux autres en 1774, nous indiquent l’emplacement de son domicile, de son atelier de maçonnerie et de son principal lieu d’approvisionnement en matériau calcaire.

Fig. 15. Acte de baptême de Jean Roux, le 23 mars 1705 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Né le 23 mars 1705, à Étaples, Jean est le fils de Nicolas Roux (n° 1) et Marie Prévost, le frère de Jacques Roux I (n° 2) et l’oncle de Jacques Roux II (n° 3) et (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5) (voir texte n° 1 du corpus des textes) (fig. 15). Il se marie avec (Marie) Catherine Suzanne Chanteau, le 24 janvier 1736 (voir texte n° 3) (fig. 16). Le couple donne naissance à Catherine Suzanne (1736), Jean Baptiste (1739) et Charles François Denis (1741) (voir textes n° 4, 5 et 8). Catherine Suzanne décède le 18 octobre 1774 : elle est inhumée le lendemain dans le cimetière de l’église Saint-Michel (voir texte n° 14). L’année suivante, Jean décède le 24 octobre : lui aussi est inhumé dès le lendemain dans le cimetière de l’église Saint-Michel  (voir texte n° 15) (fig. 17).

Fig. 16. Acte de mariage de Jean Roux , le 24 janvier 1736, dans lequel est indiquée sa profession de maçon : notez l’absence de signature de Jean Roux, mais la présence de celle de son épouse (Marie) Catherine Suzanne Chanteau ; Jacques Roux, frère de Jean et témoin de son mariage, ne sait pas signer non plus (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 17. Acte de décès et d’inhumation de Jean Roux , les 14 et 15 octobre 1775, dans lequel est indiquée sa profession de maçon (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

À la différence de son épouse, de sa fille et de son fils Jean Baptiste qui savent signer, Jean Roux ne sait pas écrire et doit se contenter d’une marque sur plusieurs actes paroissiaux (acte de naissance et de baptême de sa future nièce Suzanne Leprêtre, en 1734, acte de mariage en 1736, acte de décès de son père Nicolas, en 1740 et actes de mariage de sa fille Catherine Suzanne, en 1753, et de son fils Charles François Denis, en 1763, dont il est, à chaque fois, le témoin – voir textes n° 2, 3, 6, 10 et 11 du corpus des textes) (fig. 16). Il n’est pas le seul à ne pas savoir écrire : son frère Jacques et son fils Charles François Denis ne savent pas signer les actes qui les concernent (voir textes n° 4, 6 et 11 du corpus des textes) (fig. 8)

Nous ne savons pas quand Jean Roux embrasse officiellement la profession de maçon. Celle-ci est uniquement indiquée à partir de 1739 – il a déjà 34 ans – dans les nombreux actes paroissiaux qui le concernent, lui ou sa famille. Avant cette date, il apparaît en qualité de « parrain » dans l’acte de naissance et baptême de Suzanne Leprêtre en 1734, mais sa profession n’y est pas citée (voir texte n° 2 du corpus des textes). Son acte de mariage et celui de la naissance et du baptême de sa fille Suzanne Catherine, en 1736, n’en font pas mention également (voir textes n° 3 et n° 4). Il est désigné comme « masson » dans l’acte de naissance de son fils Jean Baptiste, en 1739, et dans l’acte de décès de son père, Nicolas, en 1740 (voir textes n° 5 et 6). Puis, il apparaît comme « maître masson » dans les actes de naissance et de baptême de sa nièce Suzanne Benoîte Fourré (texte n° 7) et de son fils Charles François Denis, en 1741 (l’année qui suit la mort de son père, également maître maçon) (texte n° 8) et dans l’acte de mariage de sa fille Catherine Suzanne en 1753 (texte n° 10). Par la suite, il est à nouveau désigné comme « masson » dans l’acte de mariage de son fils Charles François Denis en 1763 (texte n° 11), dans les deux rentes seigneuriales rédigées en 1774 (textes n° 12 et 13), dans l’acte de décès et d’inhumation de son épouse (texte n° 14), la même année, et dans son acte de décès et d’inhumation en 1775 (texte n° 15).

La profession de maçon ne sera pas poursuivie par la branche familiale directe de Jean Roux. Dans sa jeunesse, son fils Jean Baptiste est aussi maçon, mais il abandonne temporairement cette profession pour devenir cavalier au régiment de Royal-Lorraine, en garnison à Sarrelouis (voir ci-dessus). Son second fils, Charles François Denis ne reprend pas non plus la profession paternelle : en effet, celui-ci est désigné comme « chasse-marée » dans son acte de mariage et dans les actes de décès des ses père et mère (voir textes n° 11, 14 et 15 du corpus des textes).

Fig. 18. Vue d’un maçon et de son apprenti au travail au XVIIIe siècle (A Bricklayer, gravure de la fin du XVIIIe siècle © Granger Historical Picture Archive – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Dans les actes, cette distinction entre les deux termes « maçon » et « maître maçon » correspond à une différence de statut dans la hiérarchie des maçons5. Après une période d’apprentissage6, peut-être auprès de son père, Jean Roux est devenu « maçon », grade qui correspond au niveau intermédiaire de la hiérarchie. Puis, à partir de 1741, à l’âge de 36 ans, il porte le titre de « maître », grade supérieur de la hiérarchie, qui indique, vraisemblablement, qu’il est un artisan reconnu et qu’il a les moyens de se mettre à son compte, de porter des responsabilités et de former des apprentis7 (fig. 18). La mort de son père, qui était lui-même maître, a peut-être facilité la transmission du grade du père au fils. La perte de ce titre, au moins à partir de 1763, pourrait s’expliquer par la perte de l’aisance financière et le retour à moins de responsabilités dans la conduite des chantiers. Cette profession de maçon est à classer dans l’une des grandes catégories socio-professionnelles à Étaples au XVIIIe siècle : celle des artisans qui représentent 30 % de la population étaploise jusqu’à la Révolution8.

C. Localisation des biens de Jean Roux.

En complément des données familiales recueillies dans les actes paroissiaux, nous avons également la chance de posséder des informations sur les domicile et lieu de travail de Jean Roux : celles-ci sont livrées par trois rentes seigneuriales, l’une rédigée en 1753, les deux autres issues de l’Aveu de Marie Jean Baptiste Rocquigny du Fayel écrit en 1774 (textes n° 9, 12 et 13 du corpus des textes).

En 1774, Jean Roux occupait une propriété au nord-ouest d’Étaples, à l’une des extrémités de la ville et à proximité immédiate des garennes (fig. 19, n° 2, et fig. 20). Cette propriété était limitée, au sud, par la « rue qui maine aux garesnes et à Camiers », c’est-à-dire l’actuelle rue de Camiers (fig. 19, n° 5, et fig. 20, n° 1) et, au nord, par une « auttre rue qui mainne au Fayel » qui correspond à l’actuelle rue du Four-à-Chaux (fig. 19, n° 8, et fig. 20, n° 2) : aujourd’hui, cette propriété prendrait place entre les n° 6 à 10 de la rue de Camiers. Jean Roux voisinait, à l’ouest, avec les frères Antoine et Michel Lamour (fig. 19, n° 1 et 6) et, à l’est, avec Jean Bizet (fig. 19, n° 4). Toutes ces maisons correspondent aujourd’hui à la partie basse de l’îlot d’habitat délimité par les rues de Camiers, au sud, du Four-à-Chaux, à l’ouest, et de Notre-Dame, à l’est (fig. 20 et 21). Une rue, qui, depuis, a disparu, longeait ces maisons vers le nord. Elle était dénommée « la rue qui mène aux Cronquelets » : celle-ci reliait une petite place, à l’est, à la rue qui menait au Fayel, à l’ouest (actuelles place devant la ferme dite « Codron », au n° 62 de la rue Notre-Dame, et rue du Four-à-Chaux) (fig. 19, n° 10, et 20). Plus au nord, un pâtis appartenait à Jacques et Louis Roux, c’est-à-dire au frère de Jean Roux et à son neveu (Pierre) Antoine Louis Roux (fig. 19, n° 9).

Fig. 19. Maison (n° 2) et jardin (n° 3) de Jean Roux sur le plan dit « de Rocquigny du Fayel » établi en 1753  : en 1, maison d’Antoine Lamour, en 4, maison de Jean Bizet, en 5, grande rue qui mène d’Étaples à Camiers (actuelle rue de Camiers), en 6, maison de Michel Lamour, en 7, terres possédées par Jean Roux, près des garennes et des Cronquelets, en 8, rue qui mène au Fayel (actuelle rue du Four-à-Chaux), en 9, grange et pâtis de Jacques et (Pierre) Antoine Louis Roux et en 10, rue qui mène aux Cronquelets (disparue) (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 20. Localisation des maison, jardin et carrière de Jean Roux (étoile) sur le plan d’Étaples de Jean et Nicolas Magin (1716) et sur fond de cadastre récent : en 1, actuelle rue de Camiers, en 2, actuelle rue du Four-à-Chaux, en 3, actuelle rue de Rosamel, en 4, actuelle rue Notre-Dame et en 5, ancienne église Notre-Dame de Foy (Bibliothèque nationale de France, Département Cartes et plans, GESH18PF35DIV6P3/1D – Ministère de l’Action et des Comptes publics – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 21. Vue actuelle de la rue de Camiers (n° 12 à 16), ancien quartier d’habitat de Jean Roux au XVIIIe siècle : à l’extrême gauche, la rue du Four-à-Chaux (Photographie : © Th. Byhet 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La propriété de Jean Roux contenait quatre maisons et un grand jardin qui longeait la propriété immédiatement à l’est (fig. 19, n° 3) : ce grand jardin était un potager qui complétait les moyens de subsistance. Surtout, la rente seigneuriale offre des renseignement sur le lieu de travail de Jean Roux. En effet, dans le grand jardin attenant à la propriété, se trouvaient « un chaux fourt et une carière attenante à (une) grange ». Le « chaux fourt » est bien évidemment le four à chaux qui permettait à Jean Roux d’obtenir la chaux nécessaire à son activité de maçon : celle-ci était produite par calcination du calcaire dans le four. Ce matériau était extrait des carrières dont Jean Roux était le propriétaire et dont l’accès se trouvait à l’arrière de son jardin, près d’une grange, peut-être celle dans laquelle il rangeait ses outils. Une gravure extraite de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot montre, toutes proportions gardées, ce que devait être l’environnement de travail de Jean Roux, à l’arrière de sa maison : un ouvrier sort d’une carrière et conduit un âne lourdement chargé de pierres calcaires au four à chaux dans lequel ce matériau va être calciné (fig. 22). Pour la possession de son four et de sa carrière, Jean Roux devait livrer chaque année deux setiers de chaux à Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel.

Fig. 22. Vue d’une carrière et d’un four au XVIIIe siècle (Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques avec leur explication, 7e volume, Architecture et parties qui en dépendent, Maçonnerie et parties relatives, planche non numérotée, Chez Briasson, Paris 1769 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette carrière avait été creusée à flanc de colline, dans les bancs de calcaire qui, encore aujourd’hui, caractérisent cette partie de la ville d’Étaples : le 16 octobre 2004, l’effondrement de la chaussée, devant le n° 16 de la rue du Four-à-Chaux, a montré l’existence, à une dizaine de mètres de profondeur, de galeries qui courent sous les maisons de ce quartier9 (fig. 1 et 23). Cet effondrement est situé à moins de 25 au nord de l’emplacement de la carrière de Jean Roux : il est fort probable que les galeries découvertes rue du Four-à-Chaux soient liées à la crayère du maçon. Dès lors, on comprend également l’origine de la dénomination de la rue du Four-à-Chaux.

Fig. 23. Vue de l’effondrement de la chaussée devant le n° 16 de la rue du Four-à-Chaux, le 16 octobre 2004 (Photographie : © La Voix du Nord, 2004 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’une des deux rentes rédigées en 1774 indique encore que Jean Roux possédait un certain nombre de terres à labours et de terres en friches, des rietz en grande partie ensablés, à l’ouest de sa maison, au lieu-dit « Les Cronquelets » (fig. 19, n° 7) : ainsi payait-il une rente au seigneur du Fayel pour « un terrain à usage de riest et labourt (…) en y comprenant le terrain de la carière qui est en dessous, aussy que la dite carière, le tout contenant 4 journeux ou environs » (voir texte n° 12 du corpus des textes).

Enfin, deux autres documents plus anciens nous permettent de savoir que Jean Roux habitait cette partie d’Étaples depuis 1749 au moins. Le premier document est le plan dit « de Rocquigny du Fayel », dressé en 1753 et indissociable de l’Aveu rédigé en 1774 : dans la légende du plan, apparaît aux n° 62-63 le nom de Jean Roux qui atteste de sa présence à cette date dans cette partie de la ville (fig. 24). Le second document est une déclaration de rente entre Michel Lamour, chasse-marée et voisin de Jean Roux, et Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, écrite le 11 mai 175310 (voir texte n° 9 du corpus des textes). Michel Lamour était devenu le propriétaire d’une ferme (fig. 19, n° 6) que Jean Roux et son épouse Catherine Suzanne Chanteau lui avaient cédée au moyen d’un bail à rente en date du 7 février 174911 : cette ferme était située à l’angle sud-est du terrain appartenant à Jean Roux (fig. 19, n° 7). Même la maison du frère de Michel Lamour, Antoine, a été bâtie sur une portion de terrain autrefois possédée par Jean Roux.

Fig. 24. Extrait de la légende du plan dit « de Rocquigny du Fayel », dressé en 1753 : aux n° 62-63 est cité Jean Roux, entre ses voisins Michel et Antoine Lamour (ici Lamoureux) et Jean Bizet (Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

D. Un graffiti inédit lié à la famille Roux dans la carrière Macquinghen.

La carrière Macquinghen12 est aujourd’hui la seule des carrières étaploises encore accessible : son entrée se trouve dans la cour de la maison de Johnny Baillet, au n° 68 de la rue de Camiers13 (fig. 1 et 25). Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’accès se faisait depuis la ferme Macquinghen, au n° 70 de la rue de Camiers : cette ferme a donné son nom à la carrière. Mais elle est également dénommée carrière « Pierre Aimé Jésus », « Pierre Aimé », « Pierre Jésus » ou, tout simplement, « Jésus » : en réalité, « Aimé » renverrait, selon sa petite-fille Mauricette Margollé-Lanquetin, à Aimée Macquinghen, fille de Victor Macquinghen et Marie Lamour, propriétaires de la ferme dans la première moitié du XXe siècle, tandis que « Jésus » rappellerait la découverte après la Première Guerre mondiale d’un crucifix laissé par les troupes anglaises dans le réseau souterrain14.

Fig. 25. Plan, avant comblement partiel dans les années 1980, de la carrière Macquinghen : la flèche rouge indique l’entrée actuelle, au n° 68 de la rue de Camiers, et l’étoile la localisation du graffiti des figures 30 et 31, ci-dessous (d’après Bivert 1988, p. 337 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Redécouverte en 1981, et plus récemment en 2009, la carrière était en réalité bien connue des Étaplois bien avant ces deux dates. Durant la Première Guerre mondiale, elle fut visitée par les soldats de l’Empire britannique : certains d’entre eux y ont laissé un témoignage gravé de leur passage. À la fin des années 1930, elle fut louée et utilisée comme champignonnière par le Touquettois Gaétan Arènes15 (fig. 26). Surtout, elle servit d’abri aux Étaplois durant la Seconde Guerre mondiale. Explorée en 1938 par Achille Caron, père et fils, et les membres de la société Les amis de Quentovic (fig. 27), elle fut aménagée en prévision du conflit mondial16 (fig. 4 et 28). Les travaux furent poursuivis durant toute la guerre : plusieurs entrées ou sorties furent créées, des galeries furent dégagées et étayées, des bouches d’aération furent percées et on y déposa plusieurs dizaines de lits, matelas et paillasses (fig. 5). Les galeries avaient été autrefois électrifiées, mais l’humidité des lieux avaient abîmé le matériel : l’éclairage était fourni par des lampes et des bougies. La carrière pouvait accueillir jusqu’à 1 000 personnes qui y affluaient depuis les quartiers environnants, ceux de la marine : dès mai 1940, elle devint l’abri principal de la vieille ville, l’abri n° 1, dont le responsable était le photographe Achille Caron, père.

Fig. 26. Vue, en mai 1939, de la champignonnière du Touquettois Gaétan Arènes établie dans la carrière Macquinghen (Photographie : Achille Caron père, 1939 – Collection Musée Quentovic – Ville d’Étaples et Caron s.d. (a), p. 172 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 27. Inscription tracée au crayon à papier sur un bloc calcaire, par René Waquet et Achille Caron, père et fils, membres de la société Les amis de Quentovic, le 17 septembre 1938, lors de leur exploration des réseaux souterrains étaplois : EXPLORÉ pour servir / éventuellement de refuge à la / population étaploise / Les amis de Quentovic / Waquet René / Achille Caron / père et fils / 17 sept. 38 (Photographie : J. Ramet, 2019 – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 28. Dégagement d’un accès de la carrière Macquinghen avant l’entrée en guerre (Photographie : Achille Caron fils, avant 1940 – Collection Musée Quentovic – Ville d’Étaples – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Enfin, de façon plus incongrue, la carrière Macquinghen est aussi connue, localement, pour ses « apparitions mariales » qui ont fait couler beaucoup d’encre17. Ces « apparitions » commencent le 2 juillet 1944 : un jeune Étaplois, Maurice Bonvoisin, est le premier à les signaler (fig. 29). La Vierge apparaît ensuite au jeune visionnaire et à plusieurs Étaplois réunis dans la carrière du 3 au 9, du 11 au 21 et du 23 au 30 juillet 1944. On ne sait si le phénomène relève du miracle, de l’auto-persuasion, de phénomènes chimiques ou du canular, mais les Étaplois, soumis aux bombardements incessants, rappellent, cependant, que ces apparitions les avaient alors grandement réconfortés en ces temps si troublés.

Fig. 29. Vue de la chapelle dédiée à la Vierge et aménagée dans la carrière Macquinghen en 1944 : au centre de la photographie, Maurice Bonvoisin, le visionnaire et témoin des apparitions (D’après Caron s.d. (e), p. 394 – Collection Musée Quentovic – Ville d’Étaples – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La carrière a été creusée entre 6 et 8 m sous la colline. Elle se développe entre la rue de Camiers, au sud, et la rue Codron-Carlu, au nord. Cette crayère se classe dans la catégorie des carrières exploitées par galeries et piliers qui est la méthode d’exploitation la plus courante dans le Nord de la France18 :  depuis la surface, le carrier creusait un puits vertical jusqu’au banc à exploiter ; à partir de ce puits était creusé un certain nombre de galeries, selon un schéma étudié ou intuitif ; des piliers étaient laissés en place afin de maintenir le ciel de voûte ; le matériau utilisable était remonté, tandis que les déchets étaient laissés à même le sol, s’accumulant au pied des parois et des piliers, ou étaient destinés à remblayer des galeries déjà exploitées. Dans la carrière Macquinghen, les galeries forment un réseau d’environ 600 m de longueur cumulée : leur largeur varie entre 1,5 à 5 m et leur hauteur entre 1,70 et 3 m. La craie extraite y semble de mauvaise qualité : probablement était-elle uniquement destinée à la fabrication de la chaux ? Il est possible que la carrière Macquinghen ne soit qu’une partie d’un réseau plus vaste : la carrière Caloin située plus à l’est communiquait peut-être avec elle (fig. 1).

L’exploitation de la carrière Macquinghen est probablement assez ancienne : en effet, parmi les nombreux graffitis que l’on peut relever sur les parois des galeries, et qui sont principalement liés à l’occupation de la carrière durant la Seconde Guerre mondiale, on peut en individualiser certains autres gravés aux XVIIIe et XIXe siècles. L’un d’entre eux prouve que la carrière existait déjà à la fin du XVIIIe siècle19.

Fig. 30. Vue du graffiti dans la carrière Macquinghen (Photographie : Th. Byhet, 2019, avec l’aimable autorisation de J. Baillet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le graffiti en question a été gravé dans la galerie la plus septentrionale de la carrière : il se trouve dans la partie basse de cette galerie, à un endroit aujourd’hui difficilement accessible, peut-être à la suite du dépôt des remblais de pied qui ont rehaussé le niveau du cheminement ancien (fig. 25). Il prend place sur un bloc calcaire sur lequel se trouvent deux autres graffitis, dont l’un est daté du XIXe siècle (1860 ou 1869) : les graffitis plus récents ont respecté le graffiti plus ancien (fig. 30).

L’écriture, fine et franche, est l’œuvre d’une seule et même personne (fig. 31). L’ensemble est particulièrement lisible. Il n’y a pas de raison de douter de son authenticité : un graffiti daté peut toujours avoir été tracé à une date bien postérieure à celle indiquée et les Étaplois confinés dans la carrière durant la Seconde Guerre mondiale ont pu, par délassement et désœuvrement, graver des graffitis apocryphes, mais Achille Caron fils, qui a visité cette carrière avant la guerre, signale déjà l’existence de ces graffitis modernes.

Fig. 31. Transcription du graffiti de la figure 30 (DAO : Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le texte se développe sur trois lignes (texte n° 16 du corpus des textes). Il cite deux membres de la famille Roux – Jeanne et Jacques – dont les prénoms sont écrits comme ils se prononcent : Janne et Jacque (fig. 30). À ces deux noms et prénoms, sont associées deux dates : 1700 et 1777. La plus récente fournit le terminus post quem du graffiti : celui-ci a été gravé bien après 1777. L’auteur peut être Jeanne, Jacques ou un tiers les accompagnant. Plus particulièrement, ces deux dates précisent un fait :

  • la naissance de Jacques Roux en 1777 : Jacque Roux née 1777, peut-être pour Jacques Roux né en 1777 ;
  • et, de manière moins attendue, la découverte de Jeanne Roux en 1700, si nous saisissons bien le propos de l’auteur qui laisserait entendre que Jeanne Roux était une enfant abandonnée et trouvée : Janne Roux trouvée ant 1700, peut-être pour Jeanne Roux trouvée en 1700 ?

Est-il possible avec ces prénoms, noms et dates d’identifier les deux membres de la famille Roux ? Nous connaissons déjà un Jacques Roux né en 1777 : il s’agit de Jacques Antoine Roux (n° 7), fils de (Pierre) Antoine Louis Roux (n° 5), frère de Louis François Pantaléon (n° 6), petit-fils de Jacques Roux I (n° 2) et petit-neveu de Jean Roux, né le 17 février 1777. Malheureusement, nous ne sommes pas parvenus à identifier Jeanne Roux qui devait avoir plus de 77 ans quand cette inscription a été gravée et si l’année 1700 est bien celle de sa découverte. Les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples ne mentionnent pas d’enfant qui, immédiatement trouvé après sa naissance, aurait reçu un prénom de baptême à cette date20. A-t-elle été trouvée à Étaples, et plus précisément cette année-là ? Quel lien entretenait-elle avec Jacques Roux, plus jeune de trois générations ? En l’état actuel de nos recherches, il n’es pas possible de répondre à ces questions.

Quoi qu’il en soit, ce graffiti atteste du passage, et de la volonté de témoigner de ce passage, de deux membres de la famille Roux dans la carrière dite « Macquinghen » à la fin du XVIIIe siècle. Il ne prouve évidemment pas à lui seul que la carrière appartenait à la famille Roux. Mais la carrière Macquinghen étant située à 150 m environ au nord-ouest de la carrière de Jean Roux (fig. 1), il est probable que l’une et l’autre communiquaient ensemble ou ne faisaient partie que d’un seul et même réseau souterrain exploité par les maçons de la famille Roux.

E. Conclusion.

À Étaples, l’exploitation des carrières est effective dès le XVIIIe siècle : à l’exemple des membres masculins de la famille Roux, des maçons s’installent au nord-ouest de la ville, à proximité des bancs de calcaire qu’ils exploitent sous forme de carrières, afin d’en extraire les matériaux nécessaires à leur activité (chaux, moellons). Ces maçons donnent naissance à de véritables dynasties qui exercent le métier sur plusieurs générations, de père en fils, d’oncle en neveu, etc. Certains d’entre eux atteignent un niveau d’excellence comme en témoigne le titre de « maitre maçon » noté dans les actes paroissiaux. La localisation de ces anciennes exploitations de craie dans le tissu urbain actuel peut aider à comprendre les phénomènes d’affaissement, de chaussées notamment, qui se produisent assez régulièrement à Étaples depuis quatre décennies.

F. Corpus des textes.

Les transcriptions des textes sont de l’auteur.

1. Acte de baptême de Jean Roux (23 mars 1705).

L’an mil sept cent cinq, le vingt-troisième mars, je, maître Philippes Osmont, curé de cette ville d’Étaples, soussigné, ay baptizé le fils né en légitime mariage de Nicolas Roux, masson, et de Marie Prévost, ses père et mère, de cette paroisse, auquel fils on a imposé le nom de Jean. Le parrain a esté Jean Brunneval, masson, et la marraine Jeanne Roux, femme de Michel Calloin, matelot, tous de cette paroisse qui ont signé avec nous.

P. Osmont, prebtre

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de baptême de l’année 1705.

2. Acte de naissance et de baptême de Suzanne Leprêtre, nièce de Jean Roux (5 et 6 mars 1734).

L’an que dessus, le 6e mars, je, maître Antoine Boully, curé et doyen de cette paroisse, sousigné, ay baptizé la fille née le jour précédent du mariage légitime de Jean Leprêtre et Catherine Chanteau, ses père et mère, qui a étée nommée Susanne par Jean Roux et Susanne Chanteau, parain et maraine, soussignées.

Marque dudit Jean + Roux qui a dit ne sçavoir écrire / Susanne Chanteau / Boully

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 16 de l’année 1734.

3. Acte de mariage de Jean Roux et (Marie) Suzanne Chanteau (24 janvier 1736).

L’an de grâce 1736 et le 24 janvier, après les fiançailles et publication d’un seul bans, obtenu la dispense des deux autres, par un jour de dimanche aux prônes de mes messes paroissialles, n’y ayant eu aucun empêchement, je, maître Antoine Boully, curé et doyen de cette paroisse, sousigné, ay en cette église interrogé Jean Roux et Catherine Susanne Chanteau, tous deux de cette paroisse, sousignés, et, leur consentement mutuel par moy pris, les ay de paroles de présent conjoint en mariage en présence des témoins, à y ceux donné la bénédiction nuptialles, puis dis la messe des espousailles selon la forme de notre mère sainte église.

Marque dudit Jean Roux qui a dit + ne sçavoir écrire / Catherine Susane Chanteau / Marque de Pierre Chanteau + / Nicolas Roux / Chaterine Chanteau / Françoise Le Cat / Catherine Wadou / Nicole Susanne Blocquel / Marie Catherine Beyel

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 6 de l’année 1736.

4. Acte de naissance et de baptême de Catherine Suzanne Roux, fille de Jean Roux (4 et 5 novembre 1736).

L’an que dessus et le 5e jour de novembre, je, maître Antoine Boully, curé et doyen de cette paroisse, ay baptizée la fille, née le jour précédent, du mariage légitime de Jean Roux et Susanne Chanteau, ses père et mère, qui a étée nommée Catherine Susanne par Jacques Roux et Catherine Chanteau, parain et mareine qui ont signés.

Marque dudit Jacques Roux qui dit ne sçavoir + écrire / Chaterine Chanteau / Boully, prêtre

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de naissance de l’année 1736.

5. Acte de naissance et de baptême de Jean Baptiste Roux, fils de Jean Roux (6 février 1739)

L’an de grâce 1739, et le 6e de février, je, sousigné, vicaire de cette paroisse, ay baptizé le fils né le même jour du mariage légitime de Jean Roux, masson, et Susanne Chanteau, ses père et mère, qui a été nommé Jean Baptiste par Pierre Chanteau et Marie Françoise Roux, parain et mareine qui (ont) avec moy signés.

Marque de laditte Marie Françoise + Roux qui a dit ne sçavoir écrire / marque dudit Pierre + Chanteau qui a dit ne sçavoir écrire / Jean Baptiste Rault, vicaire

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 11 de l’année 1739.

6. Acte de décès et d’inhumation de Nicolas Roux, père de Jean Roux (31 juillet 1740)

L’an que dessus et le 31e jour de juillet est décédé Nicolas Roux, maître masson, âgé de 66 ans ou environ, qui a esté inhummé dans le cimetière de cette paroisse, après avoir été administré des sacrement nous l’avons conduit à la sépulture avec les cérémonies ordinaires, auquel convoy ont aßistés Jean et Jacques Roux, ses enfans, aussi masson.

Marque dudit + Jean Roux / Marque de + Jacque Roux / Boully

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 47 de l’année 1740.

7. Acte de naissance et de baptême de Suzanne Benoîte Fourré, nièce de Jean Roux (16 et 17 avril 1741).

L’an que dessus et le 17e jour d’avril, je, sousigné, maître Pierre de Canchy, prêtre et chapelain de Notre-Dame de Foy de cette ville, ay baptisé la fille née le jour précédent du mariage légitime de Louis Antoine, menusier, et Marie Magdeleine Roux, ses père et mère, qui a étée nommée Susanne Benoiste par Martin Dindin, laboureur, et Catherine Susanne Chanteau, femme de Jean Roux, maître masson, ses parrain et mareine, tous deux de cette paroisse qui ont, avec moy, signés.

Catherine Susanne Chanteau / Martin Dindin / Pierre de Canchy, prêtre

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 16 de l’année 1741.

8. Acte de baptême de Charles François Denis Roux, fils de Jean Roux (9 octobre 1741).

L’an de grâce 1741 et le 9e jour d’octobre, je, sousigné, doyen et curé de cette paroisse, ay baptizé le fils né le jour précédent du mariage légitime de Jean Roux, maître masson, et Susanne Chanteau, ses père et mère, qui a été nommé Charles François Denis, par Charles François Friocourt, maître serurier, et Jeanne Leclerc, femme de Marc Roux, ses parrain et mareine, qui ont avec moy signés.

Charles François Friocourt / Marque de ladite Jeanne + Le Clerc

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 53 de l’année 1741.

9. Déclaration de rente entre Michel Lamour, chasse-marée, et Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples en partie (11 mai 1753).

C’est le rapport et déclaration que fait et donne par devant les nottaires royaux en la Sénéchaussée du Boulonnois, résident au bourcq de Samer, soussignez, Michel Lamour, chassemarée, demeurant en la ville d’Estaples, au droit par bail à rente de Jean Roux et Catherine Susanne Chanteau, sa femme, passé devant Me Campion et son confrère, nottaires audit Estaples, du sept février mil sept cent quarante neuf, dont l’expédition fait notte du controlle et de l’insinuation, à messire Marie Jean Baptiste de Rocquigny, chevalier, seigneur du Fayel, Lefaulx, Paleseul, Camiers, Les Roharts, Estaples en partie et autres lieux, demeurant en son château du Fayel, de ce que que ledit Lamour tient et avoue tenir cottièrement audit seigneur du Fayel à cause de son fief et seigneurie dudit Estaples les immeubles qui suivent, c’est à sçavoir :

Un pasti de sable contenant cinquante pieds de comté, où il y a actuellement une maison, grange, estables et autres bâtimens en dépendans scis audit Estaples, y compris un jardin pottager en dépendant, le tout en continance susdite, tenant d’une liste [biffé] faisant face au chemin qui mène à Camiers, d’autre liste, par derrière, vers soleil levant, au terrain des Cronquelets appartenant audit Jean Roux, mouvant dudit seigneur du Fayel, d’un bout vers soleil couchant à Antoine Lamour, son frère, à cause d’une portion de terre dont il a batty dessus, qu’il a pris à rente actuellement dudit Jean Roux, laquelle maison faisant aussy partie desdits Cronquelets, mouvant aussy dudit seigneur du Fayel, et d’autre bout vers la place dudit Estaples à la maison dudit Jean Roux, laquelle maison en continance susdite, mouvant du seigneur, dont ledit Lamour déchargé de la censive que ledit Jean Roux s’est obligé d’acquitter, et s’oblige ledit Lamour de payer audit seigneur du Fayel par chacun an au jour de Saint Remy six deniers pour droit de reconnoissance avec relief double du cens (en interligne : c’est-à-dire desdits six deniers de reconnoissance), ainsy que le relief simple de sept livres de surcens qu’il paye audit Jean Roux énoncée au susdit bail à rente, le tout en changement et mutation d’homme.

Lequel présent rapport et déclaration ledit Michel Lamour présente audit seigneur du Fayel, en nom d’obéissance, le suppliant vouloir le recevoir et luy en délivrer lettres de récipissé à ses frais en dépens aux offres qu’il fait néantmoins de l’augmenter ou diminuer sy le cas y écheoit et de payer et continuer audit seigneur du Fayel lesdits six deniers de reconnoissance précédemment déclarés.

Fait et passé audit Samer, ès estudes, l’an mil sept cent cinquante trois, le onzième jour de may, avant midy, et a ledit Lamour signé avec lesdits nottaires de sa marque ordinaire déclarant ne sçavoir escrire de ce sommé et approuvé la rature sur deux mots et les mots par « Antoine Lamour, son frère », le tout surchargés en l’autre part et l’entreligne aussy de l’autre part.

Marque dudit × Lamour / D’Escotte (avec paraphe) / Pincédé (avec paraphe)

Ce dix neuf may 1753, reçu six sols.

Le Vasseur (avec paraphe)

Bibl. : Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, Fonds Géneau MS G71, n° 47.

10. Acte de mariage de Pierre Caron et Catherine Suzanne Roux, fille de Jean Roux (18 septembre 1753).

L’an de grâce mil sept cens cinquante-trois, le dix-huitième jour de septembre, après la publication d’un ban du futur mariage entre Pierre Caron, fils de feu Pierre et de feu Catherine Diniel, âgé de quarante-quatre ans, chasse-marée, et Catherine Susanne Roux, âgée de dix-sept ans, fille de Jean, maître masson, et Catherine Susanne Chanteau, tous deux de cette ville, sans qu’il se soit faite aucune opposition, ny que je sçache aucun empêchement, je, soussigné, curé de cette paroisse, après les fiançailles célébrées, et en vertu de la dispense des deux autres bans à eux accordée par monseigneur l’évêque de Boulogne, dattée du dix-sept dudit mois, deûment insinuée ledit jour par monsieur Dieuset, et qui est restée entre mes mains, ay reçu du consentement de leurs parents leur mutuel consentement du mariage et leur ay donné la bénédiction nuptialle avec les cérémonies prescrittes par la sainte église, en présence de Pierre Diniel, cousin germain du mariant, demeurant à La Magdeleine près Montreuil, de Charles Sannier, son ami de cette ville, d’une part, et de Jean Roux et Catherine Suzanne Chanteau, père et mère de la mariante, de cette ville, qui ont, avec moy, signé.

Pierre Caron / Catherine Susanne Roux / Pierre Dinielle / Charles François Sanier / marque dudit + Jean Roux, père / Catherine Susanne Chanteau / Deledrève, curé

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 21 de l’année 1753.

11. Acte de mariage de Charles François Denis Roux, fils de Jean Roux, et Suzanne Dubois (24 octobre 1763).

L’an mil sept cens soixante-trois, le lundy vingt-quatrième jour d’octobre, après la publication des bancs faite au prône des messes paroissiales les nœuf, seize et dix-huitième de ce mois, entre Charles François Denis Roux, âgé de vingt-deux ans, chasse-marée, fils de Jean, masson, et de Susanne Chanteau, ses père et mère, d’une part, et Susanne Dubois, âgée de vint-sept ans, fille de Michel, matelot, et de Susanne Ramet, aussy de cette paroisse, d’autre part, sans qu’il s’y ay faite aucune opposition, ny que je sçache aucune empêchement, après la cérémonie des fiançailles célébrés le vingt-trois dudit, je, sousigné, prêtre curé de cette paroisse, ay reçu d’eux leur mutuel consentement au mariage et leur ay donné la bénédiction nuptiale avec les cérémonies prescrittes par la sainte église en présence de Jean Roux, qui a dit ne sçavoir signer, et de Susanne Chanteau, père et mère de l’espoux, et de Pierre Pauchet et Susanne Ramet, mère de l’espouse, qu’elle a dit ne sçavoir signer, et François Ramet, cousin germain du cotté maternelle, et de Marc Laloy qui nous ont attesté l’âge, la liberté et la qualité des parties qui ont signés.

Marque de l’époux qui a dit ne sçavoir signer de + ce interpellé / Marie Susanne Dubois / Susanne Chanteau / Laloy / Pochet / Françoise Chanteau / Deledrève, prêtre / Susanne Leprêtre / François Ramet

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 32 de l’année 1763.

12. Extrait du cueilloir des rentes seigneuriales de Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples (rédigé en 1774).

Jean Roux, masçon, tienst fonscièrement de Monsieur Dufayel, accause de son fief et seignieurie d’Estaples, une maison, où il y a 4 demeurts, tenant d’une liste vers couchant à Antoine Lamourt, d’autre liste vers levant à Jean Bisest. Il y a aussi un jardin y compris, et dans ce jardin un chaux fourt, et une carière attenante à sa grange, le tout tenant d’une liste vers midy sur une rue qui maine aux garesnes et à Camiers, d’autre liste au septentrion à une auttre rue qui mainne au Fayel par les garesnes d’Estaples, et doibt de censsives, qui engendrent doubles reliefs, le cas échéant, à la Saint Remie, chacqun an, pour la maison, cinq sols, pour le jardin, dix sols, une poulle, et pour le dit chaux fourt et la carière, deux septiers de chaux.

Plus, le dist Jean Roux tienst fonscièrement de Monsieur Dufayel accause de son fief et seignieurie d’Estaples, par huit livres dix sols parisis et deux couples de solles, échéant chacqun an, au jour de Saint Remie, et engendrant reliefs doubles au cas advenant de renttes fonscières et seignieurialles, pour un terrain à usage de riest et labourt (…) en y comprenant le terrain de la carière qui est en dessous, aussy que la dite carière, le tout contenant 4 journeux ou environs, soist quille y en ait plus ou moins sans que Monsieur Dufayel soist subjet à aucun mesurage, ny fournissement, le dist terrain nommée Les Croncquelets, tenant d’une liste au nord à la garesnes et aux dits Croncquelets, d’un bout en descendant vers la mer au midy au chemin d’Estaples à Camier, d’autre liste ancore vers les garesnes et ancore au pâtis de Bonvoisin et d’autre bout vers levant à une ruelle qui maisne de Notre-Dame de Foy dans les garesnes, tenant la diste rue à Guilleaume Morel, aux héritiers de Jean Lamoureux, à Pierre le Moines et en tournant à (…)* pour aller aux garesnes, la diste rue tenant encore au (…)* de Latarge, à présent le sieur Arthus de Laporte.

* : non lisible à cause de la pliure de la reliure

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 1J22/24 : f° 29-30.

13. Extrait du cueilloir des rentes seigneuriales de Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples (rédigé en 1774).

Louis Roux, représentant Jacques, son père, tienst de Monsieur Dufayel, à renttes fonscières et seignieurialles, accause de son fief et seignieurie d’Estaples, par quarenttes deux sols parisis de censsives engendrant le cas échéant reliefs doubles accause d’un pâtis (…)* aux environs un journel de terre sur partie duquel Jacques Roux avoist baptit une grange scituée au (…)* d’Estaples tenant d’une liste au levant à Barbe Roux, veuve Caron, aux droits de Marc Roux, son père, d’une liste au couchant à Jean Roux, accause de son jardin et son chaux fourt et d’un bout au midy sur une rue qui sépart le dit terrain d’avec le jardin, et le chaux fourt dudit Jean Roux et d’autre bout à une petite rue au septentrion qui mainne dans les garesnnes d’Estaples.

* : non lisible à cause de la pliure de la reliure

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 1J22/24 : f° 36.

14. Acte de décès et d’inhumation de (Marie) Suzanne Chanteau (18 et 19 octobre 1774).

L’an mil sept cent soixante-quatorze, le mardy dix-huitième jour d’octobre est décédée, sur les huit heures du matin, Susanne Chanteau, âgée de soixante-seize ans, espouse de Jean Roux, masson, munies du sacremens de l’extrême onction et a été le lendemain inhumée dans le cimetière de cette paroisse par moy, prêtre curé, soussigné, en présence de Charles François Denis Roux, chassemarée, son fils, et qui a déclaré ne sçavoir signer de ce interpellé, et de Charles Leprêtre, tisserand, son neveu, qui a signé.

Charle Leprêtre / Deledrève, prêtre curé

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 14 de l’année 1774.

15. Acte de décès et d’inhumation de Jean Roux (24 et 25 octobre 1775).

L’an mil sept cent soixante-quinze, le mardy vingt-quatrième jour d’octobre est décédé, par les trois heures du soir, Jean Roux, masson, âgé de soixante-quatorze ans ou environs, espoux de feu Marie Susanne Chanteau, munie des sacremens de l’église, et a été le lendemain inhumé dans le cimetière de cette paroisse par moy, prêtre vicaire, soussigné, en présence de Denis Roux, chassemarée, et de Louis Roux, masson, son neveu, qui ont déclaré ne sçavoir signer de ce interpellés.

Hennequin, vicaire

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 25 de l’année 1775.

16. Graffiti de la carrière Macquinghen, rue de Camiers (après 1777).

Janne Roux / trouvée ant 1700 / Jacque Roux née (en) 1777

Bibl. : inédit, avec l’autorisation de Johnny Baillet.

17. Acte de mariage de Jean Baptiste Roux et Marie Catherine Margollé et acte de baptême de Françoise Antoinette et Marie Jeanne Catherine Roux, leurs filles, nées le 10 juillet 1779 (13 novembre 1780).

Le treize, après la publication de trois bans, faite tant en cette église qu’en celle de Sarrelouis, diocèse de (blanc)* en Lorraine, entre Jean Baptiste Roux, cavalier au régiment de Royal-Lorraine, en garnison à Sarrelouis, fils majeur des deffunts Jean, masson, et Marie Catherine Suzanne Chanteau, ses père et mère, d’une part, et Marie Catherine Margollé, fille majeure des deffunts Marc, matelot, et Marie Jeanne Dubois, ses père et mère, d’autre part, tous deux de cette paroisse, fiançailles célébrées la veille, je, soussigné, vicaire, ne s’étant trouvé aucun empêchement ni fait aucune opposition à leur mariage, vue le certificat du révérend père Mauléon, curé de Sarrelouis, qui atteste la publication desdits trois bans de mariage faite en son église, sans empêchement opposition, avec aussi la permission accordée de monsieur de Gallifet, major commandant le dit régiment, en date du vingt octobre mil sept cent quatre-vingt audit Jean Baptiste Roux d’épouser laditte Marie Catherine Margollé, à laquelle permission est apposé le sceau dudit régiment, reçu de leur mutuel consentement de mariage et leur ay donné la bénédiction nuptiale avec les cérémonies prescrites par la Sainte Église, en présence de Louis Roux, masson, de Jean Baptiste Chanteau, journalier, germains de l’époux, de Guilleaume Morel, tisserand, cousin germain de l’épouse, de Marc François Margollé, neveu de l’épouse, de Pierre Pauchet, couvreur de paille, tous lesquels, parens et témoins, nous ont attesté ce que dessus, sur l’âge, la liberté et le domicile des parties et ont signé avec elles le présent acte ; ils sont tous de cette paroisse.

Et ledit Jean Baptiste Roux et Marie Catherine Margollé ont reconnu pour leurs enfants Françoise Antoinette et Marie Jeanne Catherine nées le 10 de juillet mil sept cent soixante dix-neuf et baptisé le même jour, dont ils ont demandé acte.

Jean Baptiste Roux / Marque de + l’épouse / Louis Roux / Margolé / Pochet / Morel / Pruvost, vicaire

* probablement Trèves

Bibl. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte n° 35 de l’année 1780.


Notes

1. Certains réseaux souterrains ont été creusés par les troupes anglaises lors de la Première Guerre mondiale. Sur les carrières et autres réseaux souterrains d’Étaples, qui commencent à faire l’objet d’études spécifiques, voir Caron s.d. (a), p. 112 et suiv., (b), p. 272-274, (c) et (d), Bivert 1988, p. 335-338, Baudelicque 1996, p. 239-240, 242, 252, 287, 288-290, 307-308, 340, 342 et 375-376, Bienaimé 2016, Combe 2016, Leviel 2018 et Lemaire 2020, p. 183, 191 et 199-205.

2. Une autre moitié des membres de cette famille a exercé un métier en lien avec la mer (chasse-marée, matelot, etc.).

3. Les informations contenues dans ce crayon généalogique ont été tirées des registres paroissiaux d’Étaples (2 MIECR 318/1, 5 MIR 318/1, 5 MIR 318/2, 5 MIR 318/3 et 5 MIR 318/4) et Camiers (5 MIR 201/1) conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais. Nous ne garantissons pas d’être parvenu à dénombrer la totalité des enfants de chaque couple.

4. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, f° 66 : « Le 12e novembre ont esté submergez les suivans : Nicolas Roux, maître de bateau, Barthélemy Caloire, Pierre Caloire, Jean Decharle, Josse Brunneval, Jean Doyencourt, Pasquet Leprestre, Marq Brunneval et Denis Caloire ».

5. Sur les maçons et maîtres maçons du Moyen Âge à l’époque contemporaine, voir Collectif 2006a et Lemoine 2014. Sur les carriers, voir Collectif 2006b, p. 52.

6. Celle-ci durait en moyenne 4 ans.

7. La maîtrise supposait aussi la réalisation d’un chef-d’œuvre.

8. Drugy 1994, p. 10-11 et Drugy 2003, p. 148. Nous avons déjà cité l’existence d’un autre maçon contemporain de Jean Roux : François Bué (1719-1793), maçon, puis maître maçon dans la décennie 1750 au moins (Byhet-Bonvoisin 2020).

9. Consultez la fiche BRGM associée <https://fiches-risques.brgm.fr/georisques/cavite/NPC0000800AA>.

10. Voir également Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, Fonds Géneau, MS G71, n° 49 qui cite le « jardin de Jean Roux, maçon ».

11. Un bail à rente était un contrat par lequel le bailleur transférait la propriété d’un immeuble moyennant une rente foncière que le preneur s’oblige à payer.

12. Sur la carrière Macquinghen, voir Caron s.d. (a), p. 112 et suiv., (c), (d) et (e), Bivert 1988, p. 336, Baudelicque 1996, spécialement p. 239, 242, 288-290, 307-308, 342 et 375-376, Bienaimé 2016 et Lemaire 2020, p. 191, et fig. 36, p. 200.

13. De nombreux accès encore utilisés durant la Seconde Guerre mondiale ont, depuis, été rebouchés. En 1983, plusieurs galeries, jugées dangereuses, ont malheureusement été comblées à l’aide de coulées de béton qui ont considérablement réduit le réseau de galeries.

14. Sur cette dénomination, voir Bienaimé 2017.

15. Caron s.d. (a), p. 144, 172 et 175. Gaétan Arènes est né en 1906. En 1926, il réside chez ses parents, avenue des Phares, au Touquet : il est louager dans l’entreprise de louage de chevaux et carrioles de son père Henri (Archives départementales du Pas-de-Calais, Dénombrement de 1926, Liste nominale des habitants de la commune du Touquet-Paris-Plage, 2 MILNR 826/1).

16. Caron s.d. (a), p. 112 et suiv.

17. Sur ces apparitions, voir Caron s.d. (d), p. 327-351 et suiv. et Caron s.d. (e), p. 353-389 et 435.

18. Bivert 1988, p. 38-39.

19. Achille Caron fils cite un autre graffiti du XVIIIe siècle dans cette carrière : « Nicolas Caron 1791 » (Caron s.d. (b), p. 274).

20. Nous avons dépouillé le registre Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1 pour les années 1699, 1700 et 1701 : ne sont mentionnés que des enfants, chacun « né de légitime mariage », et un enfant naturel (1699). 


Bibliographie

Anonyme 2006a : ANONYME, « Les maçons », dans : Collectif, Métiers du bâtiment : maçons, tailleurs de pierres, paveurs … (XIIIe-XIXe s.), Nos Ancêtres. Vie et métiers, 21 (septembre-octobre 2006), p. 33-50.

Anonyme 2006b : ANONYME, « Les tailleurs de pierre », dans : Collectif, Métiers du bâtiment : maçons, tailleurs de pierres, paveurs … (XIIIe-XIXe s.), Nos Ancêtres. Vie et métiers, 21 (septembre-octobre 2006), p. 51-60.

Anonyme 2013 : ANONYME, « Étaples : un trou profond de 8 mètres dans la chaussée », La Voix du Nord, mis en ligne le 23 janvier 2013 <https://www.lavoixdunord.fr/art/region/etaples-un-trou-profond-de-8-metres-dans-la-chaussee-jna36b0n977152>

Anonyme 2017 : ANONYME, « Étaples: un souterrain unique en France mis au jour », Nord Littoral, mis en ligne le 2 mars 2017 <https://www.nordlittoral.fr/art/id21042/article/2017-03-01/etaples-un-souterrain-unique-en-france-mis-au-jour>.

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Baudelicque 1996 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 2, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1996.

Bienaimé 2016 : BIENAIMÉ (J.), « Au cœur de la ville souterraine : descente dans les entrailles d’Étaples », Les Échos du Touquet, mis en ligne le 10 août 2016 <https://www.lesechosdutouquet.fr/art/a-la-une/au-coeur-de-la-ville-souterraine-descente-dans-les-ia674b0n179499>

Bienaimé 2017 : BIENAIMÉ (J.), « Ce « cadeau » des Anglais qui se transmet d’une génération à l’autre », Les Échos du Touquet, mercredi 17 mai 2017, p. 22.

Bivert 1988 : BIVERT (B.), Les souterrains du Nord – Pas-de-Calais, Conseil général du département du Nord, B. Bivert, Cuincy, 1988.

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 février 2020 <https://chronista.hypotheses.org/3420>

Caron s.d. (a) : CARON (A.), Étaples par la photographie, Livre n° 5 : 1937 à mars 1940, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 88J6.

Caron s.d. (b) : CARON (A.), Notes pour servir à l’Histoire d’Étaples pendant la guerre 1914-1918 et quelques notes concernant 1870 et les années suivantes, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 88J30.

Caron s.d. (c) : CARON (A.), Quelques évènements remarquables arrivés en juin-juillet 1944 dans la carrière-abri Macquinghem, 70 rue de Camiers à Étaples-sur-Mer, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 88J101.

Caron s.d. (d) : CARON (A.), Étaples pendant la seconde guerre mondiale, Livre 4 : Janvier-juillet 1944, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 88J108.

Caron s.d. (e) : CARON (A.), Étaples pendant la seconde guerre mondiale, Livre 5 : Juillet-novembre 1944, Manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 88J109.

Combe 2016 : COMBE (M.), « Étaples : le sous-sol de la ville est un vrai gruyère », La Voix du Nord, mis en ligne le 6 août 2016 <https://www.lavoixdunord.fr/30831/article/2016-08-06/etaples-le-sous-sol-de-la-ville-est-un-vrai-gruyere>

Drugy 1994 : DRUGY (Chr.), Étaples dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : une petite ville ?, Mémoire de maîtrise sous la direction de D. Roche et Al. Cabantous, Université de Paris 1, Paris, 1993 (édition revue en 1994).

Drugy 2003 : DRUGY (Chr.), « Laboureurs de la mer et laboureurs de la terre à Étaples à la fin du XVIIIe siècle. Dualité sociale et topographique », Actes du 43ème congrès de la Fédération des Sociétés Savantes du Nord de la France (Boulogne-sur-Mer, 2002), Mémoire de la Société académique du Boulonnais, 33 (2003), Boulogne-sur-Mer, p. 142-153.

Lemaire 2020 : LEMAIRE (Fr.), avec la collaboration de Gill (D.) et Ramet (J.), « Archéoscopie en bleu d’un camp de la Grande Guerre », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 101 (2019), n° 433, p. 161-211.

Lemoine 2014 : LEMOINE (A.), « Le métier de maçon au XVIIe et XVIIIe siècle », Chemin de Papier, mis en ligne en 2014 <http://chemindepapier.blogspot.com/2014/08/le-metier-de-macon-au-xviie-et-xviiie.html>

Leviel 2018 : LEVIEL (F.), « Étaples La ville se creuse la tête pour gérer le problème des souterrains », La Voix du Nord, mis en ligne le 15 avril 2018 <https://www.lavoixdunord.fr/358957/article/2018-04-15/la-ville-se-creuse-la-tete-pour-gerer-le-probleme-des-souterrains>.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775)», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 15 août  2020 <https://chronista.hypotheses.org/7456>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.