Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level

Les registres paroissiaux offrent, pour qui sait les décrypter, quantité d’informations sur la population d’une ville donnée à une époque donnée. Dans un article précédent, nous avons vu combien une partie de la population étaploise avait eu à subir les affres d’une épidémie de suette qui a conduit au tombeau 17 paroissiens durant l’été 17391. Un article plus récent a montré que plusieurs membres d’une même famille – les Roux – avaient exercé sur quatre générations au moins la même profession, celle de maçon, transmettant ainsi de père en fils gestes et techniques de ce métier manuel entre le XVIIIe et le XIXe siècle2.

Mais pour certains habitants, ces mêmes registres pourraient demeurer obstinément muets, si, assez rarement, on doit l’avouer, quelques informations extraites de chroniques ne venaient « préciser » la vie de ces paroissiens moins favorisés que d’autres. Ainsi, pour deux d’entre eux, vivant au XVIIe siècle, à Étaples, deux mentions, assez courtes, permettent de les classer dans la catégorie des « miraculés », au sens religieux du terme : c’est-à-dire qu’ils ont été, l’un guéri d’une maladie et l’autre sauvé d’une catastrophe par un miracle, après une intercession divine.

Fig. 1. Localisation d’Étaples et des deux centres de pèlerinage mentionnés dans le texte, Boulogne, à 4 lieues au nord, et Selincourt, à 16 lieues au sud (DAO : Th. Byhet, 2020 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. Jacqueline Lecat et le miracle de la sainte Larme (1639).

Jacqueline Lecat est la première de ces deux miraculés étaplois. Son cas est cité dans l’Instruction en faveur des pèlerins de la Sainte Larme de Notre-Seigneur Jésus-Christ, adorée dans l’église de S.-Pierre-lez-Selincourt, ordre de Prémontré, diocèse d’Amiens (fig. 2), publiée pour la première fois en 1681 par les religieux de l’abbaye Saint-Pierre de Selincourt (actuelle commune d’Hornoy-le-Bourg, dans la Somme)3.

Le huitième octobre 1639. Jacquelaine le Cat, veuve de Nicolas Caron, demeurante à Estape, diocèse de Boulogne, a ressenti les faveurs de la sainte Larme, six mois après avoir perdu la vue. Ce qu’elle a signé lesdits jour & an.

Fig. 2. Détail de la page de titre de l’Instruction en faveur des pèlerins de la Sainte Larme de Notre-Seigneur Jésus-Christ, adorée dans l’église de S.-Pierre-lez-Selincourt, ordre de Prémontré, diocèse d’Amiens, dans l’édition de 1701 (Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 8-LK7-3498 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fondée en 1130, l’Abbaye de Selincourt, dédiée à saint Pierre, est une abbaye de chanoines réguliers de l’Ordre de Prémontré (fig. 1). Elle a acquis sa renommée grâce à une relique du Christ, la sainte Larme (fig. 3) : originaire de Constantinople, cette ampoule en cristal – qui contiendrait les larmes que le Christ aurait versé après la mort de Lazare – a été offerte par  Bernard III de Moreuil, en 1209 (fig. 4). Très vénérée, elle fait l’objet d’un important pèlerinage, chaque lundi de Pentecôte : on lui prête des vertus miraculeuses, notamment celle de la guérison de la cécité ou des maux des yeux. Déclarée Bien national à la Révolution, l’abbaye est vendue, puis complètement détruite. La sainte Larme est confiée à l’église Saint-Rémi d’Amiens, mais son contenu disparait à la suite d’un accident durant l’entre-deux-guerres : seule subsiste encore aujourd’hui l’ampoule déposée depuis 1990 dans l’église paroissiale de Selincourt.

Fig. 3. Ampoule de pèlerinage représentant une sainte Larme dans un reliquaire (Paris, Musée de Cluny – Musée national du Moyen Âge – Photographie : © RMN-Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 4. Bernard de Moreuil offre la sainte Larme aux religieux de l’abbaye de Selincourt (Gravure extraite de Roger 1845, entre p. 233 et 234 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

La mention du registre de l’abbaye de Selincourt fournit quelques informations sur Jacqueline Lecat : demeurant à Étaples en 1639, elle est la veuve de Nicolas Caron. Patronymes et date permettent de retrouver furtivement le couple dans les registres paroissiaux de l’époque moderne. La date de naissance de Jacqueline Lecat n’est pas connue avec certitude, mais elle se déduit de son acte de décès. Celle-ci décède le 24 novembre 1676, à l’âge de 84 ans, à Étaples : le lendemain, elle est inhumée dans le cimetière de l’église Saint-Michel4. Elle serait donc née vers 1592 :

Le 24me 9bre 1676, est décédée Jacqueline Le Cat, vefve de feu Jacques Caron, après avoir reçeu nostre Seigneur. Le lendemain, 25me dudit mois et an que dessus, a esté inhumée et enterrée par moy maître Antoine Mareschal, curé d’Estappes, laquelle estoit âgée de quatre vingt quatre ans ou envyron.

A. Mareschal, prebtre

Nous ne sommes pas parvenus à identifier Nicolas (Jacques) Caron, dont nous ne connaissons ni la date de naissance, ni celle du décès : selon la mention du registre de l’abbaye, il est décédé avant 1639. La date du mariage du couple n’est pas connue non plus. Le 8 décembre 1618, est baptisée leur fille, Marie, peut-être née le jour même ou le jour précédent:

Ce viiie décembre 1618, a esté baptizé un enfant à Nicolas Caron et Jacqueline le Catte, ses père et mère. Les parins et marines estoient sçavoir Me Rogier Vullart, Louis Obin, Pierre Geslart, et Janne Flahaut, Magdalaine Caron et Anthoinette Caveligne et a esté nomé Marie.

Marie Caron se marie avec François Guislain, originaire de Frencq, le 11 novembre 1647. Jacqueline, sa mère, est témoin du mariage6 :

Le onziesme jour de novembre mil six cent quarante sept, fut solennizé le mariage de François Guisslain, de Frencq, et Marie Caron, de ceste paroisse, en la présence de (blanc) Guislain, père du susdit, et Jacqueline Le Cat, Jean Blondin, Nicolas et François Le Cast.

En dehors de ces informations, qui relèvent de la vie religieuse (baptême, mariage et décès), le registre de l’abbaye de Selincourt offre une donnée supplémentaire qui touche à la santé de Jacqueline Lecat : vers le mois d’avril 1639, celle-ci perd subitement la vue, à l’âge de 47 ans. Elle entreprend alors le pèlerinage à Saint-Pierre de Selincourt, soit un trajet d’environ 16 lieues (fig. 1), afin que la sainte Larme puisse guérir ses yeux : le miracle a bien eu lieu, puisque le 8 octobre de cette même année, Jacqueline Lecat recouvre la vue et peut signer le registre de l’abbaye qui fait foi de l’intervention divine.

B. Louis Level et le miracle de Notre-Dame de Boulogne (1672).

Louis Level est le second miraculé. Son cas est cité dans l’Histoire de Nostre-Dame de Boulogne écrite par Antoine Le Roy, chanoine et archidiacre de Boulogne, et publiée en 16817 :

Ce qui est arrivé au nommé Louis le Vel demeurant à présent à Estaples, est encore plus récent. Estant tombé dans le Rhim, lorsque nos troupes le passèrent avec tant d’intrépidité prés du Fort de Tolhuis, dans la guerre dernière contre les Hollandois, & s’estant retenu quelque temps à la croupière de son cheval, il commençoit à manquer de force, & estoit prest de se laisser couler à fond, lors que l’idée de Nostre-Dame de Boulogne luy vint en l’esprit. Il l’appella à son secours, & aussitost il crût entendre une voix qui l’exhortoit à prendre courage, & l’asseuroit que bientost il aborderoit heureusement à terre. Il s’y trouva en effet peu aprés, & depuis il est venu en personne en rendre ses actions de grâces devant l’Image de la libératrice.

Port important des côtes de la Manche aux époques médiévale et moderne, Boulogne est également un centre de pèlerinage renommé (fig. 1). Les pèlerins y affluent afin d’y révérer la Vierge apparue au VIIe siècle dans le port de Boulogne8. Dans le deuxième tiers de ce siècle, à une date qui n’est pas fixée, les Boulonnais voient apparaître une nacelle qui, bientôt, accoste dans l’estuaire de la Liane : poussée par des anges et entourée d’un halo de lumière, la barque sans voile contient une statue en bois de la Vierge Marie tenant l’enfant Jésus sur son bras gauche (fig. 5 et 8).

Fig. 5. Francis Tattegrain, La Vierge miraculeuse de Boulogne, ca. 1901 (Basilique Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer – Toute reproduction interdite sans autorisation).

À la suite de cette apparition, se développe un culte marial et un important pèlerinage dont les premières traces remontent à la fin du XIe siècle : Ide de Lorraine, comtesse de Boulogne par son mariage avec Eustache II et mère de Godefroy de Bouillon, fait bâtir en l’honneur de la Vierge nautonnière un sanctuaire roman, l’église de Notre-Dame, établi à l’abri des murailles de la ville haute (fig. 6). Dans ce sanctuaire est exposée la stature miraculeuse qui fait l’objet d’une ferveur à la fois populaire et prestigieuse : rois de France et croisés viennent prier Notre-Dame durant tout le Moyen Âge et l’époque moderne (fig. 7).

Fig. 6. Notre-Dame de Boulogne à la fin du XVIIIe siècle (Détail d’une peinture flamande conservée au Musée de Boulogne-sur-Mer – Toute reproduction interdite sans autorisation).
Fig. 7. Vitrail représentant Saint Louis priant devant Notre-Dame de Boulogne, fin du XIXe siècle (Basilique Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception Boulogne-sur-Mer, Chapelle de la Vierge – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Aux abords du sanctuaire et dans la ville sont vendues ampoules, enseignes ou sportelles à l’image de Notre-Dame (fig. 8) que les pèlerins portent sur leurs vêtement ou emportent chez eux comme un témoignage de leur pèlerinage, sous forme de talisman ou de simple souvenir9.

Fig. 8. Enseigne en plomb représentant Notre-Dame de Boulogne, fin du XIVe siècle : cette enseigne a été retrouvée dans la Seine, près du Pont-au-Change, en 1855 (D’après Forgeais 1863, p. 7 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le sanctuaire, devenu cathédrale à l’époque moderne, et l’image de Notre-Dame font l’objet de destructions, de saccages ou de vols au cours du XVIe siècle (prise de la ville de Boulogne par les Anglais en 1544, saccage des Huguenots en 1567). La Révolution porte un coup fatal au sanctuaire, à la relique et au pèlerinage : en 1793, la statue est jetée au feu ; en 1798, la cathédrale Notre-Dame, vendue comme Bien national, est entièrement détruite. Reconstruit à partir de 1827, dans un style néo-classique, le sanctuaire est aujourd’hui connu sous le nom de Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception : il abrite plusieurs versions récentes de la Vierge de Boulogne (fig. 9).

Fig. 9. Vignette principale : Vue de la Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception – Vignette secondaire : La Vierge nautonnière dans la grande chapelle de la Vierge, œuvre de Louis Duthoit et Eugène Delaplanche, 1875 (Photographie principale : Marc Ryckaert, 2007 – Photographie secondaire : Velvet, 2011 –  Toute reproduction interdite sans autorisation).

Notre-Dame de Boulogne est à l’origine de plusieurs miracles (guérisons, grâces, sauvetages) opérés au cours des siècles : pour le XVIIe siècle, Antoine Le Roy en mentionne un grand nombre dans son Histoire de Nostre-Dame de Boulogne10. Parmi ceux-ci se trouve donc celui de Louis Level. Les registres paroissiaux d’Étaples nous fournissent des informations sur la vie familiale et la profession de cet Étaplois. La date de naissance de Louis Level n’est pas connue, mais elle se déduit de son acte de décès. Celui-ci décède le 18 octobre 1691, à l’âge de 50 ans : il est inhumé dans la chapelle Popponne de l’église Saint-Michel le jour même ou le lendemain11. Il serait donc né vers 1641 :

L’an de grâce 1691, le 18me octobre, est décédé Louis le Vel, âgé de cinquante ans environ, lequel, après reçeu le très saint Viatique et sacrement d’extrême-onction, a esté inhumé par le soussigné en l’église de cette paroisse dans la chapelle qu’on nomme la chapelle Ponponne.

Maréchal, prebtre

L’acte de mariage de Louis Level donne également son lieu de naissance : Hubersent, à moins de 3 lieues au nord-est d’Étaples. Louis Level épouse l’étaploise Renée Lesne le 2 octobre 1671, en l’église Saint-Michel d’Étaples12 :

L’an de grâce et le deuxiesme d’octobre 1671 [biffé : a esté par mo], après les fiançailles et publication des bans en cette paroisse et en celle d’Ubersent, auxquelles nul ne se seroit opposé, n’y ayant eu aucun empeschement, je soubsigné Antoine Bayard, prebstre curé de l’eglise paroissiale de Saint-Michel d’Estappe, ay en laditte eglise interrogé Louis Level, de ladite paroisse d’Ubersent, et Renée Lesne, de cette paroisse, et, leur consentement mutuel par moy pris, les ay solennellement par parole de présent conjoint en mariage, en présence des parens et tesmoings soubsignez, puis dit la messe des espousailles et à iceux donné la bénediction nuptialle selon la forme de Nostre Mere Sainte Église.

Louis Flahault, seigneur de Halinghen (avec paraphe) / Lesne (avec paraphe) / Merque de + Louys Level / Renée Lesne / Suin (avec paraphe)

Le couple donne naissance à au moins trois enfants, deux filles, à quelques années d’écart, et un garçon :

La première fille est Suzanne, dont la date de naissance n’est pas connue avec certitude : selon son acte de décès, intervenu le 27 novembre 1734, elle meurt à l’âge de 70 ans ou environ et serait donc née vers 166413. Elle se marie avec Charles Dauphin, plusieurs fois maïeur d’Étaples, le 5 juin 1691, quelques mois avant sa sœur Françoise (voir ci-dessous)14. Parmi les témoins se trouve son père :

L’an de grâce 1691, le cinquième jour de juin, après les fiançailles et publications de bans par trois jours continuels de dimanches et festes aux prosnes des messes paroissiales de cette parroisse, n’y ayant eu aucun empêchement, je, soussigné, curé de cette ditte parroisse, ay en cette église interrogé Charles Dauphin et Suzanne Level, tous deux de cette parroisse, et leur consentement mutuel par moy pris les ay solemnellement par paroles de présent conjointz en mariage en présence des tesmoings soubsignez, puis dit la messe des épousailles et à iceux donné la bénédiction nuptiale selon la forme de notre mère sainte Église.

Dauphin / Dauphin / Marque + de Louis Level, père de la mariée / Susanne Level / Guillaume de Sarton / Lhostillier / Adrien Friocourt / A. Mareschal, prebtre

La seconde fille, sœur de la précédente, est Françoise, baptisée le 20 mars 167515 :

L’an de grâce, le 20me mars 1675, a esté baptisé une fille née du légitime mariage de Louis Level et de Renée Lesne, son père et sa mère, laquelle a esté baptisée par maître Pierre Vuyart, prebtre curé de Frenc et Halinguen, son parrin, a esté nommé Françoise par demoiselle Françoise Fournier, espouse de monsieur le barron de Coursel, sa marresne, tous de cette parroisse.

Pierre Vuyart, prebtre / Françoise Le Fournier / A. Maréchal, prebtre

Françoise Level épouse Antoine Wyart, marchand de son état, le 22 décembre 1691 : parmi les témoins se trouve sa mère, Renée Lesne, veuve de son mari décédé en octobre de cette même année16. La profession exercée par Louis Level est indiquée dans l’acte de décès de son épouse Renée Lesne, le 5 mars 1705 : il est marchand, un marchand plutôt aisé si l’on considère les mariages contractés par les filles du couple Level-Lesne et les inhumations réalisées dans l’église et non dans le cimetière paroissial, signe, le plus souvent à Étaples d’une position sociale respectable. Renée Lesne est inhumée le 6 mars 1705 dans la chapelle Saint-Pierre de l’église Saint-Michel17 :

L’an mil sept cent cinq, le cinquième jour du mois de mars, est décéddée René Lesne, vivante femme de feu Louis Levelle, son second mary, marchand de cette ville d’Étaples, âgée de soixante douze ans ou environ, et a esté le lendemain inhumée dans l’église de cette paroisse en la chapelle de Saint-Pierre où nous l’avons porté avec les cérémonies accoutumées de l’Église, auquel convoy et enterrement ont assisté maître Charles Dauphin, son gendre, maieur en charge de cette ville, et Françoise Levelle, sa fille, épouse du sieur Antoine Vuyart, marchand, aussy demeurant en cette ditte ville, qui ont signé avec nous, maître Philippe Osmont, curé dudit lieu.

Dauphin / Françoise Levelle / P. Osmont, prebtre

Le troisième enfant, un garçon, frère des deux précédentes, s’appelle Guillaume. Il voit le jour le 14 octobre 167818 :

L’an de grâce, le saiziesme jour du mois d’octobre 1678 a esté par moy Antoine Bayard, prebtre curé de l’église paroissialle de Saint-Michel, baptizé un filz né le quatorsiesme du mariage de Louys le Vel et de René Lesne, ses père et mère, lequel a esté nommé Guillaume par maître Guillaume Lesne, sieur de La Rozillière, son parrin, et damoiselle René Lesne, sa marinne, de cette paroisse.

Lesne (avec paraphe) / Renée Lesne / A. Bayard (avec paraphe), prebtre

Guillaume Lesne décède le 8 juin 1690, à l’âge de 11 ans : il est inhumé dans l’église Saint-Michel19.

À quel évènement historique se rattache le sauvetage miraculeux de Louis Level et à quelle date celui-ci est-il intervenu ? En 1672, l’Étaplois a été enrôlé – volontairement ou non20 – dans l’armée de Louis XIV, quelques mois à peine après son mariage : il a alors une trentaine d’années. Le 6 avril de cette année, le roi de France déclare la guerre aux Provinces-Unies, état fédéral et protestant constitué de sept provinces septentrionales des Pays-Bas : la puissance économique et commerciale de cet état inquiète le royaume de France. Commence alors la guerre de Hollande. La campagne terrestre, préparée durant deux années, est dirigée par le cousin du roi, Louis de Bourbon-Condé, et le vicomte de Turenne, Henri de La Tour d’Auvergne. Le 12 juin, la cavalerie atteint un bras du Rhin et un passage à gué, situé en face du village de Tolhuis (village de Lobith, incorporé dans la ville de Zevenaar, province de Gueldre) : 20 000 soldats français traversent alors le fleuve pour contourner les forces du prince Guillaume d’Orange et envahir la Hollande. La traversée du fleuve et le bombardement du château de Tolhuis, afin de protéger le gué, permettent la prise de Schenkenschanz (aujourd’hui rattaché à la ville de Clèves, Rhénanie-du-Nord-Westphalie), le 21 juin, après un siège de trois jours. Cependant, les premiers exploits des troupes françaises sont par la suite ternis par de nombreux revers : en juillet, après avoir ouvert les digues, les Hollandais inondent le pays et stoppent l’armée royale.

Fig. 10. Martin van den Bogaert, dit Desjardins, Le Passage du Rhin, entre 1680 et 1686 (Bas-relief en bronze provenant du piédestal de la statue en bronze de Louis XIV, place des Victoires, à Paris –  Musée du Louvre, Paris, MR 3382 – Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Christian Jean – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Cette traversée est considérée comme un haut fait du règne ludovicien et donne lieu à de nombreuses représentations peintes et sculptées (fig. 10 et 11) et des narrations littéraires ou épistolaires21. La plus connue de ces représentations est celle peinte par le flamand Adam-François Van der Meulen, peintre des batailles du Roi-Soleil. Il en existe plusieurs versions22, parmi lesquelles se trouvent des esquisses et des copies d’atelier : nous présentons ici celle conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam (fig. 11).

Fig. 11. Adams Frans Van der Meulen, Le passage du Rhin, le 12 juin 1672, dernier tiers du XVIIe siècle (Huile sur toile, 103 cm × 159 cm – Rijksmuseum, Amsterdam, SK-A-3753 –  Toute reproduction interdite sans autorisation).

Exécuté à partir de dessins réalisés sur place en septembre 1672, le tableau est une commande de Louise d’Orléans, la Grande Mademoiselle, cousine du roi et marraine du fils du peintre. Il forme un panorama composé de quatre plans étagés sous un ciel clair-obscur. Si la topographie est respectée, la réalité historique l’est moins. Au premier plan, à droite, sur une hauteur, le peintre a placé un groupe d’hommes. L’un d’entre eux attire immédiatement le regard : il s’agit du roi dont la monture, un cheval gris pommelé, est cabrée. Au centre des événements, le chef de guerre prend lui-même part au danger de la bataille : or, le roi ne se trouvait pas auprès de ses troupes, mais dans un monastère voisin. Tourné vers le spectateur, bâton de commandement dans la main droite, il montre l’action en cours sous une forme théâtralisée. À ses côtés, se trouvent le duc Philippe d’Orléans, son frère, et Louis II de Bourbon-Condé, dit le Grand Condé, son cousin. Au second plan, le spectateur est pleinement plongé au cœur de l’action militaire : d’un côté, les canons tirent leurs boulets sur Tolhuis, de l’autre, les cavaliers s’élancent vers le fleuve, le sabre hors du fourreau. Au troisième plan, soldats et chevaux traversent le Rhin par dizaines (fig. 12). Enfin, au quatrième et dernier plan, alors que les premiers cavaliers français parviennent sur l’autre rive, quelques Hollandais tenter de résister tant bien que mal ; de la grosse tour de Tolhuis, sont tirés des coups de canon qui n’effrayent pas l’armée royale.

Fig. 12. Détail de la figure précédente : soldats de l’armée française traversant le Rhin (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Un détail du tableau illustre plus particulièrement, le danger que représente cette traversée (fig. 13). Alors que le fleuve est à son niveau le plus bas, certains cavaliers peinent à maitriser leur monture et, désarçonnés, tombent à l’eau. Pareille mésaventure est arrivée à Louis Level : manquant de se noyer, mais tenant fermement la croupière de son cheval et implorant Notre-Dame de Boulogne, il parvient vivant sur l’autre rive. Reconnaissant, il effectuera plusieurs mois après cet incident le pèlerinage au sanctuaire de la Vierge, en action de grâce. Sous l’histoire toute personnelle de Louis Level se cache ainsi l’un des grands événements de l’Histoire de France.

Fig. 13. Détail des figures précédentes : soldats de l’armée française manquant de se noyer en tentant de traverser le Rhin (Toute reproduction interdite sans autorisation).

C. Conclusion.

Les infortunes vécues par ces deux Étaplois au XVIIe siècle témoignent tout à la fois d’une vie bouleversée par la maladie ou la guerre et d’un espoir de guérison ou de survie qui trouve son issue dans la religion chrétienne, au moyen d’une intervention divine, confrontant ainsi réel (les maux de la vie quotidienne à l’époque moderne) et surnaturel (les miracles). Elles prouvent également que, depuis le petit port de pêche, les Étaplois étaient prompts à partir en pèlerinage : parcourant plusieurs lieues, ils bravaient la fatigue et, parfois, les dangers de la route afin de parvenir aux sanctuaires dans lesquels ils espéraient la guérison ou effectueraient leurs dévotions (fig. 14). En dehors des deux mentions textuelles rapportées ici, plusieurs enseignes ou médailles découvertes à Étaples au XIXe siècle23 ou plus récemment attestent des nombreux voyages de ces pèlerins et de leur bon retour sur les rives de la Canche.

Fig. 14. Un pèlerin saute une rivière : cette aquarelle illustre une épisode marquant de son voyage (Dessin dans une chronique d’un voyage en Syrie en 1520 et 1521 de Heinrich Wölfli, traduite du latin en allemand par Johann Haller en 1582 – Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.XX.168, p. 187 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Notes

1. Byhet-Bonvoisin 2020a.

2. Byhet-Bonvoisin 2020b.

3. Anonyme 1701, p. 32, Le Merchier 1707, p. 61, 1725, p. 39-40, et 1857, p. 11, repris par Pillon 1858, p. 14, avec une erreur sur le nom Lecat transformé en Catel.

4. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, f° 123v°, acte de décès de l’année 1676. Le registre paroissial étaplois le plus ancien commence à l’année 1610.

5. Archives départementales du Pas-de-Calais, 2 MIECR 318/1, f° 10, acte de naissance de l’année 1618.

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, f° 52v°, acte de mariage de l’année 1647.

7. Le Roy 1682, p. 209.

8. Sur le miracle et le sanctuaire de Notre-Dame de Boulogne aux époques médiévale et moderne, voir la synthèse de qualité réalisée par Clauzel-Delannoy 2004.

9. Sur les enseignes de pèlerinage à l’effigie de Notre-Dame de Boulogne, voir Forgeais 1863 et Lefebvre 1866.

10. Pour les miracles opérés au cours du XVIIe siècle, voir Le Roy 1682, p. 203-252.

11. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de décès de l’année 1691. Le registre des sépultures du cimetière d’Hubersent ne commence qu’à l’année 1654 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 460/1).

12. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de mariage de l’année 1671.

13. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de décès de l’année 1734.

14. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de mariage de l’année 1691.

15. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de naissance de l’année 1675.

16. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de mariage de l’année 1691.

17. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de décès n° 26 de l’année 1705.

18. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de naissance de l’année 1678.

19. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte de décès de l’année 1690.

20. Sur le recrutement, parfois racoleur, des soldats de l’armée de Louis XIV, voir Murez 2013.

21. Voir, par exemple, Nicolas Boileau, Épîtres, Volumes 1 et 2, Imprimerie générale, Paris, 

22. D’autres versions sont conservées au Musée des Beaux-Arts de Caen (inv. 54), au Musée des Beaux-Arts de Dijon (inv. CA 153), au Musée du Louvre, à Paris (inv. 1490), Musée National du Château de Versailles (MV2146), au Museum of Art de Philadelphie et dans des collections particulières.

23. Voir, par exemple, Souquet 1856.


Bibliographie

Anonyme 1701 : ANONYME, Instruction en faveur des pèlerins de la Sainte Larme de Notre-Seigneur Jésus-Christ, adorée dans l’église de S.-Pierre-lez-Selincourt, ordre de Prémontré, diocèse d’Amiens, Chez N. Caron Hubaut imprimeur, Amiens, 1701.

Blond 2013 : BLOND (St.), « Le passage du Rhin par Louis XIV », L’histoire par l’image, publié en décembre 2013 <https://histoire-image.org/fr/etudes/passage-rhin-louis-xiv>.

Byhet-Bonvoisin 2020a : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 mars 2020 <https://chronista.hypotheses.org/5735>

Byhet-Bonvoisin 2020b : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775) », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 15 août  2020 <https://chronista.hypotheses.org/7456>

Clauzel-Delannoy 2004 : CLAUZEL-DELANNOY (I.), Notre-Dame de Boulogne, Mémoires de la Société académique du Boulonnais : 35, Société académique du Boulonnais, Boulogne-sur-Mer, 2004.

De Vries 1993 : DE VRIES (S.), «’Le passage du Rhin’ door Adam-Frans van der Meulen», Bulletin van het Rijksmuseum, 41-1 (1993), p. 24-30.

Forgeais 1863 : FORGEAIS (A.), Collection de plombs historiés trouvés dans la Seine, Deuxième série : Enseignes de pèlerinages, Chez l’auteur, Paris, 1863.

Lefebvre 1866 : LEFEBVRE (Alph.), Étude sur les plombs ou enseignes de pèlerinage et en particulier sur ceux de Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer, Imprimerie de Charles Aigre, Boulogne-sur-Mer, 1866.

Le Merchier 1707 : LE MERCHIER (J., révérend père), Histoire de la larme sainte de N.S. Jesus-Christ reverée dans l’abbaye de Saint Pierre lés Selincourt, Ordre de Premontré, au diocèse d’Amiens, Ch. Caron-Hubault imprimeur-libraire, Amiens, 1707.

Le Merchier 1725 : LE MERCHIER (J., révérend père), Histoire de la larme sainte de Nostre-Seigneur Jésus-Christ révérée dans l’abbaye de S.-Pierre-lez-Selincourt, ordre de Prémontré, au diocèse d’Amiens, s.é., s.l., 17252.

Le Merchier 1857 : LE MERCHIER (J., révérend père), Extrait authentique de l’Histoire de la sainte larme de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Imprimerie de J. Lanier, Cosnard et Cie, Le Mans, 1857.

Le Roy 1682 : LE ROY (A.), Histoire de Nostre-Dame de Boulogne, Nouvelle édition, Chez Jean Couterot, Paris, 1682.

Lottin 2014 : LOTTIN (Al.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Collection Histoire et civilisations, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2014.

Murez 2013 : MUREZ (J.-B.), « Le racolage sous Louis XIV : trouver des hommes pour les armées du roi », L’Antre du Stratège, publié 29 juillet 2013 <https://antredustratege.com/2013/07/29/le-racolage-sous-louis-xiv-trouver-des-hommes-pour-les-armees-du-roi/>

Pillon 1858 : PILLON (A., abbé), Histoire et thèse sur l’insigne relique du précieux sang dite de la Sainte Larme, Typographie Cosson et Cie, Paris, 1858.

Roger 1845 : ROGER (P.), La noblesse de France aux croisades, Derache libraire, Paris, 1845.

Souquet 1856 : SOUQUET (G.), « Note sur une médaille de St Jean-Baptiste » (Séance du 5 novembre 1856), Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 6 (1856-1858), p. 326-328.

Tonnel-Novak 2010 : TONNEL-NOVAK (N.), Villes et Pays d’art et d’histoire Boulogne-sur-Mer. Laissez-vous conter le mobilier de la basilique Notre-Dame, Service de l’architecture et du Patrimoine, Boulogne-sur-Mer, 2010.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 8 septembre 2020 <https://chronista.hypotheses.org/7714>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.