Iso Rae, Les acheteuses, ca. 1913

Iso Rae, The Buyers (Les acheteuses), ca. 1913, huile sur toile, signée, 80 × 99,5 cm, exposée au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts (nouveau Salon), Paris, avril 1913, n° 1030.

Fig. 1. Iso Rae, The Buyers (Les acheteuses), ca. 1913.

On palpe, on soupèse, on évalue (fig. 1). On se jauge, on se scrute, tout cela sans prononcer un mot. Les visages sont fermés, les regards sont sans concession. Qui va s’emparer du meilleur morceau ? Ou du meilleur coupon, puisqu’il s’agit ici de tissu proposé à la vente. Seule la jovialité de la femme au chapeau1 brise la tension perceptible du moment : son sourire et sa tenue lumineuse contrastent avec l’austérité grisâtre de la cliente au bonnet noir (fig. 2 et 3). Ces deux expressions clairement opposées, franches et directes, attirent tout particulièrement l’attention du spectateur.

Fig. 2. Détail de la figure 1 : l’acheteuse au bonnet noir.

Un moment saisi sur le vif, une scène de marché, celui d’Étaples, dont on perçoit l’animation bruyante. Le cadrage est resserré sur le groupe de femmes, faisant la part belle à la monumentalité des corps, à la rusticité des visages. La composition est équilibrée, les personnages massés par trois, de part et d’autre de la sévère aïeule. Diversité des expressions et de la gestuelle, raccourcis audacieux – la jeune femme rousse tirant à elle l’étoffe mauve – confèrent à l’ensemble une belle dynamique. En arrière-plan, le port, ponctué de bateaux dont on distingue les reflets sur l’eau. La palette est claire, la touche enlevée, les contours épais et sinueux.

Fig. 3. Détail de la figure 1 : la jeune femme souriante au chapeau, peut-être Alison, la sœur d’Iso Rae ? 

Le marché d’Étaples, qui se tenait –  et se tient encore aujourd’hui – deux fois la semaine sur la place principale, s’inscrit dans le quotidien de ses habitants depuis très longtemps (fig. 4). À partir du milieu du XIXe siècle, il devient le sujet des peintres et des photographes, notamment ceux de la colonie d’Étaples, constituée majoritairement d’artistes américains et australiens2. Isobel Rae, dite « Iso Rae », originaire de Melbourne, fait partie de ceux-là (fig. 6). Contrairement à ses compatriotes, qui privilégient le paysage, son champ d’observation est la population locale, dont elle s’attache à transcrire les coutumes et traditions. Dans Les acheteuses, elle saisit parfaitement l’atmosphère affairée du marché, qui réunissait aussi deux mondes opposés : celui des marins et celui des bourgeois. Cet antagonisme est ici clairement représenté par la vieille matelote sévère et la jeune femme enjouée au chapeau enrubanné (fig. 2 et 3).

Fig. 4. Louis Achille Caron (attribué à), Vue du marché d’Étaples, devant l’hôtel de ville, avant 1914 (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, inv. 98.2.954 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le tableau puise à la scène de genre traditionnelle et à ses modes de représentation du réel. Cependant, Iso Rae fait fi de l’anecdotisme souvent rattaché à ce type de sujet. Elle opte en effet pour un cadrage resserré qui monumentalise les personnages et leur accorde leur place pleine et entière au premier plan. Le trait qu’elle adopte, sombre et épais, esquisse et cerne tout à la fois, accuse les traits et la robustesse des femmes de matelots. Les textures des tissus et des vêtements vibrent d’une touche large et vigoureuse. Les empâtements grumeleux construisent les corps et les visages. Comme taillé à coups de serpe, le profil de la matelote rousse au bonnet blanc (la fameuse calipette), à gauche de la toile, impose la rude présence de celle qui ne s’en laisse pas compter (fig. 5).

Fig. 5. Détail de la figure 1 : à gauche, la matelote rousse à la calipette.

De formation académique, Iso Rae emprunte cependant la voie de la modernité. Une modernité qu’elle ne peut trouver qu’à Paris, où elle s’installe avec sa mère Janet et sa sœur Alison, à partir de 1887. Lieu de tous les possibles, la capitale française est celle des arts, en cette deuxième moitié du XIXe siècle. Ainsi, comme beaucoup d’étrangers, la jeune australienne fréquente l’Académie Colarossi, atelier privé en marge de l’institutionnelle et conservatrice École des Beaux-Arts. Un des rares endroits aussi où l’on accepte les femmes, et qui accueillera des noms aussi prestigieux que Camille Claudel ou Jeanne Hébuterne, la compagne de Modigliani.

Fig. 6. Portrait d’Isobel Rae au Camp britannique d’Étaples, entre 1915 et 1918 (Collection photographique Achille Caron, père et fils, Ville d’Étaples – Musée Quentovic – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Iso Rae appartient à cette génération d’artistes qui privilégient la sensation au mimétisme. Bien que daté de 19133, son tableau, servi par une touche à la fois nerveuse et déliée, un chromatisme pur et expressif, ainsi que d’une franche luminosité, est clairement redevable à l’impressionnisme qui a bouleversé la vision du réel, depuis les années 1870. L’importance du cerne qui englobe les silhouettes, la tactilité et l’abondance des matières, rappellent, quant à eux, le Néo-impressionnisme, en particulier Gauguin et l’École de Pont-Aven, la peinture Nabi,  tout autant que le  synthétisme nerveux de Toulouse-Lautrec.

Charmée par la petite cité portuaire, et les nombreux sujets qu’elle lui procure, Iso Rae s’installe définitivement à Étaples en 18934. Elle en devient l’une des plus importantes figures artistiques. Elle y crée la Société des amis des arts d’Étaples et participe à de nombreuses expositions du groupe. Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, elle reste sur place, même si beaucoup de ses concitoyens rentrent en Australie. Elle y fournit une aide médicale volontaire et réalise des croquis5 de soldats du camp d’Étaples, un des plus grands camps militaires britanniques en France (fig. 7).

Fig. 7. Iso Rae, German prisoners putting up tents (Prisonniers allemands installant des tentes), 8 décembre 1917 (pastel et gouache sur papier, 39,4 × 52,7 cm (image) 47,4 × 62,0 cm (support)  – National Gallery of Victoria, Melbourne, inv. 2015.198 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Iso Rae compte aussi parmi ces soixante-dix femmes qui ont fait l’impressionnisme « au féminin »6. Venant de l’étranger vers Paris, afin de parfaire leur éducation artistique, elles ont largement contribué au succès de cette peinture, qui ne se limite pas aux seuls noms de Mary Cassatt ou Eva Gonzales. Méconnues pendant longtemps en France, elles furent pourtant plébiscitées, dans leurs pays d’origine.


Annexes

1. The Daily Telegraph, Sydney, 31 mai 1913, p. 6, « The Paris Salon » :

Miss Iso Rae, from Melbourne, is responsible for a clever sketch of some Breton fish wives, subtitled « Les Acheteuses » (The Buyers). Although an oil painting, it has more the qualities of a charcoal sketch, but the drawing is good, and the figures full of movement and character.

Trad. : Miss Iso Rae, de Melbourne, est l’auteur d’une étude habile de femmes de pêcheurs bretonnes, intitulée « Les acheteuses » (The Buyers). Bien qu’il s’agisse d’une peinture à l’huile, elle montre les caractères d’une esquisse au fusain, mais le dessin est bon et les personnages pleins de mouvement et de caractère.

2. Argus, 7 juin 1913, p. 7, « Australians at the Salon » :

Miss Iso Rae continues her successes in an Etaples fishwife subject. Brawny arms of women are snatching at bargains on a sale counter, and weather beaten women’s faces express the various degrees of joy that a bargain evokes in the faces of the gentler sex even in fishwife circles.

Trad. : Miss Iso Rae continue ses succès dans un sujet des femmes de pêcheurs (matelotes) d’Étaples. Des bras musclés de femmes s’emparent des bonnes affaires sur un comptoir de vente, et les visages de ces femmes battues par les intempéries expriment les différents degrés de joie qu’une bonne affaire suscite sur les visages du beau sexe, de même que dans le milieu de matelotes.


Notes

1. Isobel Rae a peut-être représenté ici, dans un clin d’œil facétieux, sa sœur Alison, artiste peintre également, mais dont la carrière n’est en rien comparable à celle d’Isobel : née en 1858, celle-ci a 55 ans à la date de création de l’œuvre (Lesage 2000, p. 58-59 et 119-120).

2. Steenbrugge 2015.

3. L’œuvre a été exposée en 1913 au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts de Paris (voir Annexes 1 et 2).

4. Sur la vie et l’œuvre étaploises d’Iso Rae, voir Lesage 2000, p. 50-58 et 116-120 et Rivière 2013.

5. Sur l’œuvre d’Iso Rae durant la Première Guerre mondiale, voir Lesage 2000, p. 58, 103 et 128-129, Collectif 2018, Gray 2018 et Holford 2018.

6. Manoeuvre 2019, p. 7.


Bibliographie

Collectif 2018 : COLLECTIF, « Femmes artistes australienne sur le front occidental », Sir John Monash Centre, mis en ligne le : <https://sjmc.gov.au/australian-women-artists-on-the-western-front/?lang=fr

Gray 2018 : GRAY (A.), « Australian Women Artists and The Great War », BroadAgenda, mis en ligne le 12 mars 2018 : <https://www.broadagenda.com.au/2018/australian-women-artists-and-the-great-war/>

Holford 2018 : HOLFORD (J.), « Women Artists of WW1: Iso Rae », Rattlebag and Rhubarb, mis en ligne le 6 janvier 2018 : <https://www.josieholford.com/women-artists-of-ww1-iso-rae/>

Lesage 2000 : LESAGE (J.-Cl.), Peintres australiens à Étaples, AMME éditions, Étaples-sur-Mer, 2000.

Manœuvre 2019 : MANŒUVRE (L.), Les Pionnières. Femmes et impressionnistes, Éditions des Falaises, Rouen, 2019.

Moyne 2013 : MOYNE (M.) [dir.], Peintres de la Côte d’Opale au XIXe siècle : collections du département du Pas-de-Calais, Département du Pas-de-Calais, Somogy, Paris, 2013.

Moyne-Charlet 2015 : MOYNE-CHARLET (M.) [dir.], D’un regard à l’autre : photographies d’Étaples avant 1914, Département du Pas-de-Calais, Somogy, Paris, 2015.

Rivière 2013 : RIVIÈRE (C.), « Isobel Rae (1860-1940). Le Calvaire d’Étaples », dans : Moyne 2013, p. 50-51.

Snowden 1999 : SNOWDEN (B.), « Iso Rae in Étaples, another perspective of war », Wartime, 8 (1999), p. 36–41, en ligne : <https://www.awm.gov.au/system/files/documents/iso_rae_0.pdf>

Speck 2004 : SPECK (C.), Painting Ghosts: Australian Women Artists in Wartime, Craftsman House, Melbourne, 2004.

Steenbrugge 2015 : STEENBRUGGE (M.), « Le marché d’Étaples », dans : Moyne-Charlet 2015, p. 49-50.


Citation électronique : Véronique Denolf, «Iso Rae, Les acheteuses, ca. 1913», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 31 octobre 2020 <https://chronista.hypotheses.org/8194>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.