La mort d’un enfant inconnu dans les rues d’Étaples en 1756

Les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples ne contiennent pas uniquement des actes liés aux grands évènements de la vie des Étaplois (naissance, baptême, mariage, décès et inhumation), mais témoignent également des vicissitudes de la vie humaine dans ce port côtier du Boulonnais à l’époque moderne. Meurtres, morts violentes et brutales, épidémies, n’y sont pas monnaie courante – encore faudrait-il en faire le décompte – mais apparaissent parfois au détour des pages des registres : nous avons déjà illustré, par exemple, les ravages causés par l’épidémie de suette miliaire qui a frappé Étaples en 1739 et qui a occasionné la mort de 17 paroissiens1. L’acte d’inhumation présenté ici (fig. 1) évoque en quelques lignes un autre drame, celui de la mort d’un enfant inconnu dans les rues d’Étaples, au XVIIIe siècle2 :

L’an de grâce mil sept cent cinquante-six, le trente et unième jour de may, en vertu de l’ordonnance du sieur Noël Jean Charles François Marteau, procureur du Roy de cette ville et dépendances, exerçant le siège par le déced du juge ordinaire, en datte du trente et unième de may de cette présente année, a été inhumé dans le cimetière de cette parroisse le cadavre d’un enfant mâle de huit à nœuf ans ou environ, ce jourd’huy trouvé dans la rue vis-à-vis du sieur de l’Homel et actuellement déposé en l’hôtel commun de cette ville, suivant le procès verbal dressé le même jour, auquel convoy ont assisté Pierre Pochet et Charles Capry, confrères de la Charité, tous deux de cette ville, qui ont signez avec moy prêtre et curé sousigné.

[Ainsi signé :] Pierre Pauchet / Charles Capry / Deledrève, prebtre curé.

Fig. 1. Acte d’inhumation de l’enfant inconnu retrouvé mort dans une rue d’Étaples en 1756 (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, Acte d’inhumation n° 9 de l’année 1756 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. Une découverte macabre.

Cet acte a été rédigé le mardi 31 mai 1756 par le curé de l’église Saint-Michel, Louis Marie Déledrève3. Ce jour, le prêtre a inhumé dans le cimetière paroissial un garçon de 8 ou 9 ans. En dehors de l’âge de cet enfant – qui pourrait, de nos jours et dans nos sociétés occidentales, nous heurter – l’inhumation d’un jeune garçon est un acte habituel dans la vie quotidienne de l’époque moderne. La cause de la mort est rarement précisée dans les actes de décès des paroissiens étaplois et nous ne la trouvons pas ici mentionnée. En revanche, le curé Déledrève a scrupuleusement reporté un autre détail, celui des circonstances de la découverte du cadavre du jeune enfant : en effet, le garçon a été retrouvé mort dans la rue. Il précise également la date et le lieu de la découverte : « ce jourd’huy [le 31 mai donc] trouvé dans la rue vis à vis du sieur de l’Homel ».

Est-il possible de localiser cette rue ? Où était située la maison du « sieur de l’Homel » dans la ville moderne ? La patronyme « de l’Homel » (et ses alias « Delhomel », « De Lhomel », etc.)  est assez rare à Étaples, au XVIIIe siècle : on le retrouve plus volontiers à Montreuil. Des Delhomel apparaissent bien dans certains actes des registres paroissiaux, à l’exemple de Jean Baptiste Delhomel qui épouse l’étaploise Marie Louise Gressier (1712-1770), le 16 juillet 1734 à l’église Saint-Michel4. Mais ce Jean-Baptiste est né en 1702 à Montreuil, a vécu dans cette ville, où il est signalé comme échevin, marchand, bourgeois, résidant à Saint-Josse au Val, dans la basse-ville, et y est décédé en 17805. Plusieurs enfants du couple sont nés à Montreuil et seul un dernier fils est né à Étaples, le 2 juin 1750, sans que nous sachions si cet enfantement étaplois atteste d’un déménagement dans le port côtier ou d’un bref passage dans cette ville6. Nous ne savons pas non plus si le couple Delhomel-Gressier possédait un bien à Étaples. En tous cas, ils ne figurent pas sur les deux seuls plans d’Étaples qui mentionnent – en légende – le nom de certains des habitants de la ville au XVIIIe siècle : le Plan de la ville d’Étaples et des ses environs (1753)7 et le Plan d’une partie de la ville d’Étaples jusqu’au château de Fromessent (ca. 1770)8.

Mais ce patronyme se confond parfois aussi avec celui de la famille « De L’hobel » (et ses alias « Delhobel », « De Lhobel », « Delobel », etc.), dont on trouve trace à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que l’attestent plusieurs documents. Un « Delobel » est, par exemple, cité dans la liste des censitaires reportée sur le Plan de la ville d’Étaples et des ses environs (1753) que nous venons d’évoquer9 . Dans l’aveu qui est lié à ce plan, on retrouve effectivement un « nommé de Lhobel » qui loue au « sieur Marteau, conseillier à Aras » une maison et un jardin, situés dans la partie nord-est de la ville, autour de l’ancienne rue de Boulogne10 (fig. 2) : ces biens correspondent aujourd’hui sensiblement aux parcelles AD 92, rue Robert-Wyart (actuel Centre hospitalier de l’arrondissement de Montreuil), et AD 99, rue Désiré-Deboffe (n° 2), du cadastre de la ville d’Étaples. Ce Delobel n’est pas précisément nommé et ne peut donc être identifié. Le sieur Marteau est probablement Noël Jean François Marteau (1730-1790), écuyer, avocat du Roi et conseiller au conseil supérieur d’Arras (ou conseil provincial d’Artois), fils de Noël Jean Charles François Marteau (1703-1777), procureur du Roi à Étaples, et de Marie Anne Dauphin (1705-1764)11.

Fig. 2. Extrait du Plan d’Étaples et de ses environs où figurent, aux n° 195 et 197, le jardin et la maison loués par le sieur Delobel en 1753 : il est possible, mais non assuré, que le corps de l’enfant ait été retrouvé dans cette partie de la ville, aux alentours de la rue de Boulogne (© Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Il peut-être possible que le Delhomel de l’acte paroissial soit un Delobel. Est-ce dans la partie nord-est de la ville, aux alentours de l’ancienne rue de Boulogne que le cadavre du jeune garçon a été retrouvé ? On ne peut l’assurer.

B. L’enquête du procureur du Roi, Noël Jean Charles François Marteau.

Si l’acte d’inhumation évoque furtivement les conditions de la découverte du corps, il renseigne également, en filigrane, sur les pratiques de la justice locale. En effet, après la découverte du corps, le conseiller et procureur du Roi au bailliage d’Étaples, maître Noël Jean Charles François Marteau12, ici clairement désigné dans l’acte13, père du propriétaire mentionné ci-dessus, a ouvert une enquête sur les conditions de la mort de l’enfant, un homicide ne pouvant être écarté.

Fig. 3. Extrait du Plan d’Étaples et ses environs montrant, à l’extrême gauche, la maison de ville en 1753 : c’est dans cet édifice, construit en 1730, que le cadavre du jeune garçon a été exposé en vue de sa reconnaissance (© Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le corps de l’enfant a été exposé à la maison de ville, probablement pour qu’il puisse être identifié (fig. 3). Un procès verbal constatant les faits est alors rédigé. L’acte paroissial ne mentionnant aucun nom et prénom, la tentative de reconnaissance a échoué. L’enquête semble avoir été close rapidement : elle a probablement conclu à une mort naturelle. Après la rédaction de l’ordonnance du procureur, le corps, découvert et exposé le 31 mai, est inhumé ce même jour.

C.  Un jeune mendiant ?

Quel pouvait être le statut de cet enfant inconnu mort de « causes naturelles » dans les rues d’Étaples. De toute évidence, il ne s’agit pas d’un enfant étaplois : on peut supposer qu’il aurait été reconnu par un parent ou un familier. Il s’agit donc d’un jeune étranger et, plus vraisemblablement, d’un mendiant (fig. 4). Les registres paroissiaux conservent parfois la trace de l’inhumation anonyme de ces petits mendiants, à l’exemple de cet enfant de 2 ans, inhumé dans le cimetière de l’église Saint-Martin d’Argentan (Orne)14 :

Un pauvre mendian dont on ignore le nom âgé d’environ deux ans a esté inhumé par nous sousigné vicaire dans le cimetière de cette paroisse ce 16eme septembre 1710, présence de Messire Louis Baudoin et de Philippe Graindorge.

Au XVIIIe siècle, ces enfants mendiants étaient nombreux dans les rues des villes du royaume de France. À Bordeaux, par exemple, sur la totalité des mendiants écroués au dépôt de mendicité, un tiers environ avait moins de 21 ans en 1777 et 1788 : 16 avaient moins de 10 ans, 20 moins de 15 ans et 68 moins de 21 ans15.

Fig. 4. Un enfant mendiant et son père cheminant en bordure des villages au XVIIe siècle (Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et photographie, Réserve QB-201 (45)-Fol, Collection Michel Hennin, Estampes relatives à l’Histoire de France, Tome 45, Pièce 4064, XVIIe siècle – Toute reproduction interdite sans autorisation).

On avait peur de ces vagabonds, hommes ou femmes, adultes ou enfants, que la société moderne considérait comme un fléau social : souvent, on les chassait des villes ; on cherchait également à les enfermer dans des dépôts ou des hôpitaux16. Pourtant, certains habitants, ayant famille et domicile, mais vivant dans un très grand état de pauvreté, à la suite d’un décès (veuvage), d’un accident ou d’un problème lié à la santé, pouvaient être amenés à mendier pour pouvoir survivre. Les registres paroissiaux étaplois peuvent parfois témoigner de cet état précaire. C’est le cas du mendiant Féron (ca. 1681-1745), dont on ne connait pas le prénom, de Jacques Boulogne (1684-1753) et de Jeanne Hecquet (ca. 1706-1761), comme le prouvent leurs actes de décès et d’inhumation, le premier daté de 174617, le deuxième de 175318 et le troisième de 176119 :

L’an de grâce 1746 et le 12e jour de janvier, est décédé (blanc) Féron, mandiant, après avoir reçu le Saint Viatique du précieux corps de notre seigneur Jésus Christ, âgé de environ 65 ans, et un homme âgé de 25 ans ou environ à qui nous avons donné la sépulture avec les cérémonies accoutummés de l’église, auquel convoy a assisté Charles Capry, maître de la Charité, et autres.

[Ainsi signé :] Boully / Charles Capry

L’an mil sept cent cinquante (trois), le vingt-nœuf d’octobre, est décédé Jacques Boulogne, mandiant, munies des sacremens, âgé de 70 ans ou environ, qui a été le lendemain inhumé dans le cimetière de cette parroisse par moy prêtre sousigné, auquel enterrement ont assistés Jean Lène, son beau-fils, ravoyeur, et Pierre Pauchet, son beau-frère, qui ont, avec moy, signé.

[Ainsi signé :] Pierre Pauchet / Marque de Jean Leine / Deledrève, prêtre curé.

L’an mil sept cens soixante un, et le quatorzième jour de juin, est décédée subitement Jeanne Hecquet, mendiante, épouse de Louis Broquet, manouvrier, âgée de cinquante cinq ans ou environ, a été le lendemain inhumée dans le cimetière de cette paroisse, par moi, prêtre sousigné, auquel enterrement ont assistés Charles Hecquet, son frère, Antoine Hecquet, son neveu, bergers en cette ville ; son mary n’ayant pus assisté à ce convoy à cause qu’étant domestique [biffé : en Picardie, demeurant] en Picardie, lesquels par leurs assistances ont déclarés ne savoir signer ce enquis suivant l’ordonnance, ont ainsi assistés Charles Capry, cordonnier, et Pierre Pochet, tisserand, tous deux de cette paroisse et confrères de la Charité, qui ont signés conformément à l’ordonnance.

[Ainsi signé :] Charles Capry / Pierre Pauchet / Deledrève, prêtre curé

Leurs voyages pouvaient les amener loin du lieu de leur naissance, ce qui explique leur anonymat, vivant ou mort, dans une communauté qui leur était étrangère, comme le montre l’exemple de ce vieil homme picard parti mendier en Normandie et qui est décédé à Sainte-Croix-sur-Orne (Orne)20 :

Un homme inconnu qui ne s’est point nommé, qui s’est seulement dit de St Quentin en Picardie, mendiant de profession, âgé de quatre-vingt quinze ans, selon ce qu’il a dit, décédé d’hier chez André Ballue, fermier à la Cour de Ste Croix, a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse par nous soussigné curé, le dix janvier mil sept cent soixante et dix, en présence d’André Ballue, laboureur à la Cour de Ste Croix, et d’André Lesage, journalier. Lesquels ont signé avec nous.

Le jeune mendiant retrouvé mort dans les rues d’Étaples était-il accompagné et a-t-il été abandonné à son triste sort ? Était-il seul, orphelin, sans famille ? Il n’est pas possible de répondre à ces questions. On aurait pu croire que, dans sa triste destinée, l’enfant inconnu soit enterré sans cortège funèbre. Ce n’est pas le cas : en dehors du curé Déledrève, l’acte mentionne que le corps a été accompagné à la terre par deux membres de la confrérie de la Charité, Pierre Pauchet et Charles Capry. Nous reviendrons très prochainement dans un article sur cette confrérie étaploise méconnue.

D. Conclusion.

Même rédigé de façon concise, cet acte livre plusieurs informations importantes : la présence de mendiant(e)s dans les rues d’Étaples, dont certain(e)s étaient originaires d’autres contrées, tandis que d’autres étaient issu(e)s de familles locales ; les conditions de survie effroyables de ces mendiant(e)s ; les investigations menées par le procureur du Roi dans le cadre d’une mort « suspecte » ; et, enfin, l’existence d’une confrérie de la Charité, chargée d’assister au convoi funèbre et d’inhumer les morts dans le cimetière de l’église Saint-Michel. Par ses quelques lignes, ce texte offre de nouvelles clés de compréhension de la société étaploise au XVIIIe siècle. 


Notes

* Nous remercions le paléographe Jean-François Viel pour l’aide apportée à la transcription des textes présentés dans cet article : ceux-ci ont été modernisés (accentuation, ponctuation). 

1. Byhet-Bonvoisin 2020.

2. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 9 de l’année 1756.

3. Né en 1714, Louis-Marie Deledrève est nommé curé de la paroisse Saint-Michel le 7 juin 1751 :  il le reste jusqu’au 18 février 1776 (Souquet 1855, p. 33 et 1863, p. 115 et 127, et Baudelicque 2005, p. 106).

4. Gressier 2009, p. 178 et 182.

5. Gressier 2009, p. 178-179.

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de naissance et de baptême n° 20 de l’année 1750. Voir également Gressier 2009, p. 183.

7. Collection privée. Sur ce plan, voir Byhet 2017, p. 122-124.

8. Bibliothèque nationale de France, GED-4057. Sur ce plan, voir Byhet 2017, p. 126-127.

9. Voir les numéros 195 et 198 de la légende du plan.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, folio 78, n° 195-198. Voir aussi folio 72, n° 197.

11. La Gorgue-Rosny 1875, p. 958.

12. Un portrait de Noël Jean Charles François Marteau était encore conservé au début du XXe siècle dans la collection de Georges et Maurice Huguet, à Boulogne-sur-Mer (Haigneré, Vaillant 1886, suppléments et rectifications de Roger Rodière, p. 962).

13. L’acte du registre paroissial mentionne que Noël Jean Charles François Marteau exerce « le siege par le deced du juge ordinaire » : le texte fait peut-être référence au décès d’Antoine Gabriel Martin que Noël Jean Charles François Marteau a remplacé après publication de lettres royales de dispense d’âge, le 26 juillet 1727 (Baudelicque 1993, p. 88).

14. Archives départementales de l’Orne, 3NUMECRP6/AC006_421708-1715, vue 46. Nous n’avons pas reproduit les signatures de cet acte.

15. Allemandou 1992, p. 85.

16. Allemandou 1992, p. 84. Voir, pour le Nord de la France au XVIIIe siècle, Ryckebusch 2017.

17. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, acte n° 76 de décès et d’inhumation de l’année 1746.

18.Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de décès et d’inhumation n° 19 de l’année 1753. L’acte de mariage de Jacques Boulogne, à Parenty, le 12 juillet 1718, ne mentionne pas de profession (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 648/1, acte de mariage de l’année 1718).

19. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de décès et d’inhumation n° 8 de l’année 1761.

20. Archives départementales de l’Orne, EDTP 413/8, vue 39. Nous n’avons pas reproduit les signatures de cet acte.


Bibliographie

Allemandou 1992 : ALLEMANDOU (B.), « L’assistance aux enfants à Bordeaux sous l’Ancien Régime », dans : Gueslin, Guillaume 1992, p. 83-90.

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Baudelicque 2005 : BAUDELICQUE (P.), Histoire religieuse d’Étaples des origines à l’an 2000, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005.

Byhet 2017 : BYHET (Th.), Sondages programmés sur l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples. Campagne 2016, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, Lille, 2017.

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 mars 2020, URL : https://chronista.hypotheses.org/5735

Dancoine 1996 : DANCOINE (P.), Mendiants, vagabonds et prostituées dans le Nord au XVIIIème siècle, Foyer Culturel de l’Houtland, Steenvoorde, 1996.

Gressier 2009 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais, Tome 5 : Les Le Gressier de La Grave et Gressier d’Étaples, Familles alliées, Généalogies et notes biographiques, s.é., Boulogne-sur-Mer, 2009.

Gueslin, Guillaume 1992 : GUESLIN (A.), GUILLAUME (P.) [dir.], De la charité médiévale à la Sécurité sociale : économie de la protection sociale du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Actes du colloque (Paris, 16-18 janvier 1991), Collection Patrimoine, Les éditions ouvrières, Paris 1992.

Haigneré, Vaillant 1886 : HAIGNERÉ (D.), VAILLANT (V.-J.), Épigraphie du Pas-de-Calais, Tome 3 : Arrondissement de Boulogne-sur-Mer, Commission départementale des Monuments historiques, Typographie de Sède et Cie, Arras, 1886.

La Gorgue-Rosny 1875 : LA GORGUE-ROSNY (L.-E. de), Recherches généalogiques sur les comtés de Ponthieu, de Boulogne, de Guînes et pays circonvoisins, Tome 2 : E-N, Imprimerie de Camille Le Roy Boulogne-sur-Mer, 1875.

Ryckebusch 2017 : RYCKEBUSCH (Ol.), Les Hôpitaux généraux du Nord au siècle des Lumières (1737-1789), Presses Universitaires du Septentrion, 2017.

Souquet 1855 : SOUQUET (G.), Histoire et description des églises d’Étaples, Imprimerie de Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « La mort d’un enfant inconnu dans les rues d’Étaples en 1756 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 14 juin 2021 <https://chronista.hypotheses.org/8346>

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search