Quelques documents sur la confrérie étaploise de la Charité de Saint-Pierre au XVIIIe siècle

Dans son Histoire et description des églises d’Étaples, publiée en 1855, Gustave Souquet mentionne l’existence de quatre confréries de dévotion fondées à l’époque moderne1 : celle de Saint-Jean-Baptiste, celle de Saint-Hubert, instituée en 1500, celle de du Saint-Sacrement, instituée en 1568, et celle de Saint-Pierre, instituée en 1669. En dehors de quelques lignes consacrées à deux d’entre elles, dans son Histoire des rues d’Étaples2, éditée en 1860, l’érudit étaplois reste bien silencieux sur ces quatre institutions. Dans cet article, nous nous proposons d’effectuer une première approche de la confrérie de la Charité de Saint-Pierre, à travers quelques mentions issues des archives paroissiales du XVIIIe siècle.

A. Fondation de la confrérie de la Charité de Saint-Pierre.

En France, les plus anciennes confréries de la Charité ont été fondées au début du XIe siècle. Plusieurs autres ont été instituées au XVIIe siècle, à l’exemple de la confrérie de la Charité de Paris, dont la création a été approuvée par le pape Alexandre VII en 1665. Dans le Boulonnais, il existait, en 1757, 28 confréries de la Charité : celle de Boulogne avait été fondée en 1596 ; Frencq, près d’Étaples, en possédait une également, établie avant 1725 ; Camiers en réclamait une en 17563. La confrérie d’Étaples était plus ancienne que celle de Frencq : fondée, selon Gustave Souquet, en 1669 et approuvée par l’évêque de Boulogne, François Perrochel (1602-1682), elle était placée sous le patronage de saint Pierre4 (fig. 1 a-b).

Fig. 1.A) Portrait en buste de François Perrochel, évêque de Boulogne de 1643 à 1677 (Anonyme, peinture à l’huile sur bois, non daté – Sacristie de la basilique Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception de Boulogne-sur-Mer – Ministère de la culture, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – Toute reproduction interdite sans autorisation) – B) Détail d’une image pieuse de la confrérie de Charité de Saint-Pierre de Oye-Plage, 1787 (Estampe, Bois gravé par Pierre III Le Sueur, Calais, Imprimerie J. Maurry, 1777, Bibliothèque historique de la ville de Paris 1-est-00188 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’une des mentions les plus anciennes de la confrérie de la Charité d’Étaples, parmi celles répertoriées par nous à ce jour dans les archives paroissiales de l’église Saint-Michel, date de 17105. Elle est contenue dans l’acte de donation de la maison de Philippe Osmont6, curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, à la confrérie de la Charité de Saint-Pierre. Achetée en 1708 au couple François Hardy et Jacqueline Leprêtre, cette maison, située près du presbytère7 (fig. 2), était occupée en 1710 par Antoine Dachicourt et Pierre Lemoine. Philippe Osmont la donne, après son décès, à la confrérie de la Charité afin qu’elle puisse entretenir l’office ordinaire dans la chapelle Saint-Pierre de l’Église Saint-Michel. Le curé émet une seule condition, celle de faire chanter un obit à son intention, tous les ans. Surtout, il justifie cette donation par l’importance « de soutenir et favoriser » cette confrérie :

Ce jourd’huy premier jour de juillet mil sept cent dix, moy, Me Philippes Osmont, curé de cette ville d’Étaples, déclare par ces présentes avoir donné, comme je donne effectivement, la maison que j’ai achetée au nom de l’église dudit lieu [en interligne, d’une autre main : à Michel Oudi] avec réserve de l’appliquer à telle chapelle ou confrérie qu’il me plairoit, ainsi qu’il est expliqué dans le contract d’acquisition que j’en ay faite du nommé François Hardy et Jacqueline Le Prêtre, sa femme, lequel contract est passé pardevant le sieur Antoine Lefebvre, nottaire audit Étaples, en datte du vingt sept mars mil sept cent huit. Et laquelle maison, occuppée à présent par Antoine Dacicourt et Pierre Lemoine, est scituée proche le presbytère dudit sieur Osmont, curé, vers l’occident, je la donne, dis-je, ainsi qu’elle se comprend et étend, à la confrérie de la charité de St Pierre de ladite église dudit lieu, pour aider à entretenir l’office ordinaire dans leur chapelle, à charge seulement de faire chanter tous les ans un obit audit autel de St Pierre à mon intention. Et c’est pour jouir de ladite maison après mon decedz, m’en estant réservé l’usufruit ma vie durant. Laquelle donnation je fais en considération de l’utilité que peut retirer la parroisse de ceste confrérie, qu’il est important de soutenir et favoriser autant qu’on le peut.

[Ainsi signé :] Osmont, prebstre, avec paraphe.

Fig. 2. Localisation (étoile rouge) du presbytère des curés d’Étaples établi, à partir de 1645, au nord-ouest de l’église Saint-Michel : c’est non loin de ce presbytère que se trouvait la maison donnée par le curé Osmont à la confrérie de la Charité (Anonyme, Plan d’une partie de la ville d’Etaples jusqu’au château de Fromessent, ca. 1770, Bibliothèque nationale de France, GED-4057 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Dans les archives, la confrérie apparaît sous les trois dénominations suivantes, en réalité complémentaires : « confrérie de la Charité », « confrérie de Saint-Pierre » et « confrérie de la Charité de Saint-Pierre ». Le document précédent, daté de 1710, la cite sous la forme la plus longue. Le texte qui suit, rédigé 60 ans plus tard, la nomme sous une forme courte, celle mentionnant uniquement le patronage du saint8. Rédigé en 1770, il relate la découverte du corps de Louis Breillet, marchand étaplois, époux de Marie Fournier, retrouvé mort le long du chemin qui mène d’Étaples à Montreuil, près du pont d’Hodicq (ou Haudique) (fig. 3). Après avoir rendu son ordonnance, Joseph François Nicolas Hacot (1736-1813), avocat au parlement faisant fonction de bailli, autorise l’inhumation du cadavre dans le cimetière de l’église Saint-Michel, le 14 septembre 1770 :

L’an mil sept cent soixante-dix, le vendredy quatorzième jour de septembre, a été inhumé sur les six heures et demy du soir un cadavre reconnu pour être le corps du sieur Louis Breillet, marchand en cette ville, qui a été trouvé sur le bord du chemin qui mène de cette ville en celle de Montreuille, entre le pont d’Audicque et une ferme appartenante à monsieur de Fienne, en vertu de l’ordonnance du sieur Joseph François Nicolas Hacot, avocat en parlement faisant en vertu de l’arrêt de la Cour les fonctions de bailly royal et provostale de la ville d’Estaples et dépendances, à nous signifié par Prevost (Pierre)*, huissier royal, le quatorze dudit, controllé le même jour par Dallery, auquel convoye et enterrement ont assistées Pierre Pauchet et Charles Capry, tous deux confrères de Saint-Pierre qui ont signé. Ledit Breillet étoit l’espoux de Marie Fournier.

[Ainsi signé :] Deledrève prêtre / Charles Capry / Pauchet

* la reliure empêche la bonne lecture du mot entre parenthèses.

Fig. 3. Lieu de découverte (étoile rouge) du corps du marchand étaplois, Louis Breillet, décédé en 1770, le long du chemin d’Étaples à Montreuil, au pont d’Hodicq (Carte de Cassini, XVIIIe siècle – Géoportail – Toute reproduction interdite sans autorisation).

B. Les missions de la confrérie.

La confrérie de la Charité de Saint-Pierre avait pour mission principale de convoyer et d’inhumer les corps des pauvres, mendiants, vagabonds, naufragés, morts de façon parfois brutale, anonyme et isolée (fig. 4). Nous avons déjà publié dans un article précédent9 trois actes d’inhumation qui en témoignent et qui concernent trois mendiants : celui du dénommé Féron décédé en 1746, celui d’un enfant inconnu décédé dans une rue d’Étaples en 1756 et celui de Jeanne Hecquet décédée en 1761. Tous les trois ont été convoyés au cimetière de l’église Saint-Michel par les confrères de la Charité. Les actes actes suivants correspondent à ceux de cadavres découverts le long du rivage ou de la Canche : à la réquisition des procureurs du Roi, que ce soit celui de l’amirauté ou celui de la ville d’Étaples, tous ces corps anonymes ont été menés au cimetière par les membres de la confrérie de la Charité. Le premier acte a été rédigé en 174710, le deuxième en 175311 et le troisième en 175912 :

L’an 1747, le 3jour de février, a été trouvé le long de la cotte quatre homme à nous inconnu, deux âgés de 50 ans ou environ, un de 24 à 25 ans, le plus jeune de 18 ans ou environ, qui ont été inhumés dans le cimetière de cette paroisse où nous les avons conduit avec les cérémonies accoutumés de l’église, auquel convoy a assisté Charles Capry, maître de la Charité et autres.

[Ainsi signé :] Charles Capry / Laloy, témoin

L’an de grâce mil sept cent cinquante trois et le trente d’aoust, a été par moy prêtre curé inhumé dans le cimetière de cette parroisse un cadavre qui a été trouvé le même jour le long de la mer à la réquisition de Mr de Fienne13, procureur du Roy de l’amirauté, actuellement en cette ville, en datte du 30e aoust 1753 et resté entre mes mains, auquel convoy et enterrement ont assistés Charles Capry, ancien prévost de la confréry de St Pierre, et Pierre Pochet, confrère de la Charité.

[Ainsi signé :] Charles Capry / Pierre Pauchet / Deledrève prêtre

L’an mil sept cent cinquante-neuf, le vingt may, a été inhumé et donné la sépulture à un cadavre trouvé mort le long de la rivière de Canche, âgé environ de quatre-vingt ans, suivant la réquisition de monsieur le procureur du Roy de cette ville, monsieur Marteau14, par moy prêtre sousigné, présent Charles Capry et Pierre Pauchet, tisserant, confrères de la Charité.

[Ainsi signé :] Charles Capry / Deledrève, prêtre curé

Fig. 4. Détail d’une image pieuse de la charité de Saint-Louis d’Elbeuf (Seine-Maritime) montrant les membres de la confrérie participant au convoi et à l’enterrement d’un paroissien au XIXe siècle (Lithographie en couleur, Imprimerie Crépel, Elbeuf, 1886, Bibliothèque historique de la ville de Paris, 1-est-00173 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

On retrouve également ces confrères de la Charité prêtant assistance aux funérailles de paroissiens décédés à la suite d’un crime, comme le prouve cet acte d’inhumation qui offre le témoignage, assez rare, de l’assassinat d’un jeune maresvillois, Jean Poret, en 175215. Ce dernier a été tué dans son village, le 23 septembre, entre 7 et 8 heures du soir. Le lendemain, son corps a été conduit à Étaples, dans la chambre criminelle, où, à la demande du bailli de la ville, à cette époque Jean Baptiste Baudelicque, deux médecins jurés ont autopsié son corps. À la suite de cette autopsie, le corps a été inhumé le soir du 24 septembre, à 7h30, dans le cimetière de l’église Saint-Michel :

L’an mil sept cens cinquante-deux et le vingt-quatre de septembre, à la réquisition et en vertu de l’ordonnance de monsieur Marteau, procureur du Roy au baillage royal de cette ville, en datte du vingt-quatre de septembre de cette année, d’inhumer et de donner la sépulture ecclésiastique au cadavre du nommé Jean Poret, jeune homme âgé d’environ vingt-cinq à trente ans, du village de Maréville, secours de Longvilliers, où il fut assassiné la veille, dans la rue, sur les sept à huit heures du soir, et conduit en la chambre criminelle de cette ville à l’effet d’y être visité par deux chirurgiens jurés ainsy qu’il résulte du procez verbal de monsieur le bailly d’Estaples déposé au greffe, nous curé dudit Étaples avons inhumé le corps dudit Jean Poret, sur les sept heures et demi du soir du vingt-quatre septembre, avec les cérémonies accoutumés auquel convoy et enterrement ont assistés Guillaume Morel et Charles Capry, tous deux confrères de la Charité, avec nous soussignés.

[Ainsi signé :] Morel, fils / Charles Capry / Deledrève, prêtre

À l’occasion, les membres de la confrérie pouvaient servir de témoins lors de la découverte de corps à identifier, ainsi qu’il apparaît dans cet acte d’inhumation rédigé en 1770, celui de Nicolas Durand, bacquier, c’est-à-dire passeur du bac, originaire du village d’Attin16. Le malheureux s’est noyé le 24 avril 1770, en essayant de sauver son fils tombé à l’eau. Le cadavre a été retrouvé le mois suivant, le 10 mai, le long de la Canche. Ramassé par un garde de l’Amirauté et par les confrères de la Charité, il a été ramené à Étaples. Après enquête et publication de l’ordonnance usuelle par Antoine Marie Marteau (1734-1794), receveur de l’Amirauté, il a été inhumé le jour même dans le cimétière de l’église Saint-Michel :

L’an mil sept cent soixante-dix, le dix de may, en vertu de l’ordonnance de monsieur Antoine Marie Marteau, receveur en cette ville de monseigneur le duc de Penthièvre17, dudit jour, a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse, par moy prêtre vicaire, un cadavre qui a été trouvé ce matin le long de la Canche, et qui y a été ramassé par un garde de cette amirauté et les confrères de la Charité ainsy qu’ils en ont été par moy requis, lequel cadavre a été reconnu pour être la personne du nommé Nicolas Durand, bacquier du village d’Attin, qui s’est malheureusement noyé en voulant sauver [biffé : le vin] [surchargé : son] fils le vingt-quatre avril dernier ainsi qu’il en résulte du procès verbal qui en a été donné en ce greffe et signé de diverses personnes qui ont déclaré reconnoitre ce cadavre dont est question pour être réellement la personne dudit Nicolas Durand, auquel convoy et enterrement ont assistés Pierre Pauchet et Pierre Charles Maillart, tous deux confrères, qui ont signés.

[Ainsi signé :] Pierre Pauchet / Maillart / Roussel, prêtre

C. La composition de la confrérie.

De manière générale, chaque confrérie de dévotion était composée d’un certain nombre de membres, également appelés « frères » ou « confrères » (fig. 5). À leur tête, se trouvait un « maître » qui organisait la vie de la confrérie, régie par un règlement ou des statuts : ce maître était régulièrement renouvelé par rotation entre les frères. Le maître était assisté par un adjoint qualifié de « prévôt » : celui-ci assurait notamment la tenue de la trésorerie de la confrérie. Mais les textes étaplois font également la mention d’un « receveur » et d’un « quêteur »18. Le receveur était, entre autres, un administrateur chargé de recevoir le droit que chaque confrère devait par an, de payer la dépense qui était faite pour les messes dites le jour ou le lendemain de la fête du patron de la Confrérie, et de tenir et rendre compte de la gestion après la fête patronale. Les charges pouvaient se cumuler : à Étaples, en 1729, le maître est aussi qualifié de « prévôt et receveur ». Le quêteur ou questeur était probablement autorisé à faire la quête dans l’église, lors de la fête patronale ou de fêtes spécifiques : il peut être aussi un collecteur d’aumônes. Enfin, les frères, dont le nombre était limité, étaient recrutés parmi « les catholiques de bonne réputation » : ils recevaient leur engagement par le maître en présence du prêtre desservant, au cours d’une messe pendant laquelle leur était remis le chaperon. En 1770, la confrérie d’Étaples était composée de 34 membres, dont cinq étaient nouveaux19. À ce jour, nous ne connaissons pas le règlement de la confrérie de la Charité d’Étaples et, s’il a existé, nous ne savons pas s’il a survécu aux affres du temps.

Fig. 5. Membres de la confrérie de la Charité d’Acquigny (Eure), érigée en 1748 : chaque membre porte sur l’épaule le chaperon rouge de la confrérie (Lithographie anonyme, 1860, Bibliothèque historique de la ville de Paris, 1-est-00182 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les divers textes déjà cités précédemment ou rassemblés ici dans cet article offrent une esquisse de la composition de la confrérie de la Charité étaploise au cours du XVIIIe siècle. Treize confrères sont cités : Oudart Bonvoisin, Pierre Butel, Charles Capry, Antoine Codron, Jean Dachicourt, Oudart Dachicourt, Pierre Charles Maillart, Adrien Morel, Guillaume Morel, Pierre Pauchet (autre alias : Pochet), Charles Villeneuve, François Wadoux et Pierre Wyart. Charles Capry et Pierre Pauchet apparaissent régulièrement dans les actes d’inhumation. Nous proposons d’identifier douze d’entre eux avec les paroissiens suivants, si, pour la majorité de ceux-ci, leur désignation dans les textes est bien celle de leur unique prénom. Nous les avons classés par ordre chronologique de leur naissance20 :

  • Charles Villeneuve (ca. 1675-1742) est désigné comme comme « confrère » en 1728. Il peut correspondre à ce Charles Villeneuve dont la date de naissance n’est pas connue exactement, mais qui aurait vu le jour vers 1675, à Étaples. Il épouse en premières noces Claudine Déperlèque (1670-1728), le 23 juin 1704, à Boulogne, puis en secondes noces Marie Marthe Lecat (ca. 1699-1772), à une date se situant entre le 12 mai et le 12 juin 1731, à Tubersent. Il décède le 2 septembre 1742, à Étaples, à l’âge de 67 ans environ. Son acte de décès lui attribue la profession de « maître cordier ».
  • Pierre Butel (1676-1755) est cité comme « confrère» en 1728. Il existe plusieurs Pierre Butel recensés au XVIIIe siècle. L’un d’entre eux pourrait correspondre à ce confrère de la Charité : il s’agit de Pierre Butel, né le 13 avril 1676, à Étaples, fils de Pierre Butel (1643-1714) également, marin, et de Jeanne Noëlle Gomont (1646-1696). Époux d’Isabelle Élisabeth Trémoire (1678-1747), avec laquelle il se marie à Étaples, le 31 octobre 1699, il décède le 2 juillet 1755, à l’âge de 79 ans, dans sa ville natale ; son acte de décès le désigne comme « matelot ». Il est à noter que ce Pierre Butel donne naissance également à deux enfants homonymes : le premier, né en 1704, décède en 1707, tandis que le second est né en 1708.
  • Oudart Bonvoisin (1683-1753) est cité comme « prévôt de la confrérie » en 1728 et « prévôt, maître et receveur de la confrérie » en 1729. Il s’agit probablement d’Oudart Bonvoisin, fils de Louis Bonvoisin (1656-1710) et de Marie Sailly (1649-1709), né le 20 novembre 1683, à Étaples. Il se marie avec Marie Delozière (ca. 1680-1743), à Calais, paroisse Notre-Dame, le 12 février 1718. Il décède à Étaples, le 25 avril 1753, à l’âge de 69 ans : son acte de décès et d’inhumation lui attribue la profession de « tonnelier ». Il est à noter que Louis (1656-1710), le père d’Oudart, est désigné comme « maçon et fossier de la paroisse » dans son acte de décès et d’inhumation, daté du 15 octobre 171021 : il était chargé de creuser les fosses dans lesquelles étaient inhumés les corps des paroissiens.
  • Guillaume Morel (1688-1762) est désigné comme « confrère » en 1728, « ancien maître » de la confrérie en 1729 et comme « confrère de la Charité » en 1752. Il peut s’agir de Guillaume Morel, fils de Guillaume Morel (?-?) et de Charlotte Macquinghen (1646-1737), né le 8 mai 1688, à Étaples. Il se marie avec Marie Françoise Margollé (1686-1764), le 17 janvier 1718, à Étaples. Il décède le 12 août 1762, à Étaples, à l’âge de 74 ans : son acte de décès et d’inhumation le désigne comme « maître cordonnier ». Il est à noter que Guillaume Morel donne naissance à un fils homonyme (1718-1802), tisserand, puis maître tisserand, qui peut également être identifié comme ce confrère de la Charité cité dans les textes.
  • Pierre Pauchet (1704-1787) est désigné, dans les divers actes que nous avons consultés, comme « confrère de la Charité» entre 1753 et 1761 et comme « confrère de Saint-Pierre » en 1770. Ces mêmes actes attestent de sa profession, celle de « tisserand », que l’on retrouve citée dans les actes paroissiaux le concernant. Il peut s’agir de Pierre Pauchet (autre alias : Pochet), fils de Pierre Pauchet (1655-1720), tisserand également, et de Marie Leurette (ca 1670-1734), aussi petit-fils de Pierre Pauchet, né le 10 septembre 1704, à Étaples. Époux de Marie Louise Minionnet (ca. 1680-1770), il décède le 22 novembre 1787, à Étaples, à l’âge de 83 ans.
  • Charles Capry (1711-1799), qui exerce la profession de « cordonnier », apparaît dans les actes que nous avons consultés comme confrère de la Charité entre 1746 et 1770. Plus exactement, il est désigné comme « maître » de la confrérie en 1746 et 1747, comme « ancien prévôt de la confrérie de Saint-Pierre » en 1753 et comme « confrère de Saint-Pierre » en 1770. Il s’agit probablement de Charles Capry, fils de Charles Capry (1674-1745) et Charlotte Trémoire (1679-1718) : né le 20 août 1711, à Étaples, il se marie une première fois avec Marie Catherine Beaubois (autre alias : Beauvois) (1695-1749), le 3 août 1739, et une seconde fois avec Marie Jeanne Sauvage, le 10 novembre 1750 ; il décède dans sa commune natale le 4 juillet 1799 (16 messidor an 7), à l’âge de 88 ans.
  • Jean (Baptiste) Dachicourt (1713-1794), confrère de la Charité, en 1764, doit verser avec son frère Oudart, cette même année, à la confrérie de la Charité, sept livres de droit d’entrée. Né le 19 décembre 1713, à Étaples, il est le fils de Jean Dachicourt (ca. 1685-1725) et de Marie Antoinette Otren (1682-1743). Il se marie en premières noces avec Marie Madeleine Bonne (1722-1758), le 16 juillet 1749, à Desvres, et en secondes noces avec Marie Jeanne Gambier (ca. 1722-1791), le 11 janvier 1764, à Étaples. Il décède le 18 janvier 1794 (29 nivôse an II), dans sa ville natale, à l’âge de 80 ans. Son acte de mariage en secondes noces et son acte de décès le désignent comme « maître tisserand » et « tisserand ».
  • François Wadoux (1718-1787) est désigné comme « prévost en charge de laditte confrérie » en 1764. Il peut correspondre à François Wadoux, fils de Jacques Wadoux (1678-1770) et d’Antoinette Leclercq (1680-1727), né le 23 juillet 1718, à Étaples. Il se marie une première fois avec Marie Jeanne Dachicourt (1720-1756), le 31 août 1739, à Camiers, et une seconde fois avec Marie Anne Françoise Hagneré (autre alias : Haigneré) (1719-?), le 8 janvier 1757, à Étaples. Il décède le 8 mai 1787, à Étaples, à l’âge de 68 ans. Ses deux actes de mariage et son acte de décès et d’inhumation lui attribuent la profession de « matelot ».
  • Antoine Codron (1722-1792), est maître tisserand en 1764. Confrère de la Charité jusqu’à cette date, il cesse de l’être à partir du 26 mars de cette année, car il ne peut plus payer le droit d’entrée à la confrérie. Fils de Guillaume Codron (1689-1725) et de Louise Marie Angélique Cresson (ca. 1689-1764), il voit le jour le 9 juin 1722, à Étaples. Il épouse en premières noces Marie Suzanne Lefebvre (1714-1752), le 17 juillet 1747, à Étaples, et en secondes noces Marie Françoise Wadoux (1728-1786), le 12 juin 1753, à Cucq. Il décède le 5 février 1792, à Étaples, à l’âge de 69 ans.
  • Oudart Dachicourt (1722-1797), confrère de la Charité en 1764, paye, avec son frère Jean, 7 livres de droit d’entrée à la confrérie, cette même année. Né le 2 juillet 1722, à Étaples, il est le fils de Jean Dachicourt (ca. 1685-1725) et de Marie Antoinette Otren (1682-1743). Il se marie avec Marie Antoinette Nicole Gosselin (1713-1776), le 31 janvier 1747, à Étaples. Il décède le 11 février 1797 (23 pluviôse an V), dans sa ville natale, à l’âge de 74 ans. L’acte de décès de son frère Jean et son acte de décès le désigne comme « cordonnier ». 
  • Adrien Morel (1722-1800), maître tisserand et confrère de la Charité en 1764, est le fils de Guillaume Morel (1688-1762) et de Marie François Margollé (1686-1764) : il voit le jour le 2 juillet 1722, à Étaples. Il se marie trois fois dans sa commune natale : en premières noces, avec Marie Jeanne Lefebvre (1711-1747), le 10 janvier 1747, en secondes noces avec Louise de Cloitre (?-1751), le 27 octobre 1750, et en troisièmes noces avec Marie Jeanne Françoise Gobert (1738-1790). Il décède le 2 janvier 1800, à Étaples, à l’âge de 77 ans.
  • Pierre Charles Maillart (1732-1809) est cité comme « confrère de la Charité » en 1770 (cf. supra). Il doit s’agir de Pierre Charles Maillart, fils de Charles Antoine Maillart (1707-1793), dit « Profit », et de Marie Antoinette Guérin (1706-1779), né le 1er novembre 1732, à Étaples. Il se marie avec Marie Marguerite Josèphe Pauchet (autre alias : Pochet) (1729-1810), le 14 juin 1763, à Étaples. Il décède le 22 décembre 1809, à Étaples, en son domicile, n° 198 rue de l’Abreuvoir, à l’âge de 77 ans. Ses actes de mariage et de décès le désignent comme « cordonnier » et « maître cordonnier ». Il est à noter que Pierre Charles Maillart donne naissance à un fils homonyme, mais né en 1764.
  • Pierre Wyart est cité comme « quetteur en charge de la confrérie » en 1764. L’identification de ce confrère de la Charité est la plus problématique. Il ne saurait être confondu avec le curé de Frencq Pierre Wyart (1650-1684), connu sous ce seul prénom de baptême. Il pourrait s’agir, sans certitude à ce stade de notre enquête, de Pierre Noël Wyart (1727-1806), fils de Georges Wyart (1697-1768) et de Marie François Maillart (1699-1780), né le 24 décembre 1727, à Étaples. Marié avec Marie Suzanne Pochet, le 30 avril 1754, à Étaples, il décède le 6 mars 1806, dans cette même commune, à l’âge de 78 ans. Son acte de mariage le désigne comme « charpentier ».

Les prévôts nommés dans notre liste peuvent venir s’ajouter à ceux qui étaient cités sur un grand tableau de bois peint qui ornait encore le bas côté sud de l’église Saint-Michel au début du XXe siècle22. Le prévôt le plus ancien, dont on a gardé la trace, est Philippe de Sailly, qui assume cette charge en 1673. Nous ne reproduisons pas ici cette longue liste :  elle compte pas moins de 41 prévôts pour le XVIIIe siècle (et 19 pour le XVIIe siècle). On ne sait qui avait dressé cette liste et si elle était fautive, mais Oudart Bonvoisin, prévôt en 1728, Charles Capry, prévôt en 1753, et François Wadoux, prévôt en 1764, n’y apparaissent pas. Le tableau de l’église permet aussi de compléter nos informations. Parmi les confrères cités précédemment, certains ont endossé à leur tour, une ou deux fois, le rôle de prévôt :

  • Charles Villeneuve en 1717.
  • Pierre Butel en 1702 et 1722.
  • Oudart Bonvoisin en 1726 et 172723.
  • Guillaume Morel en 1714 et 1753.
  • Charles Capry en 1745.
  • François Wadoux en 1768.
  • Adrien Morel en 1771.
  • Pierre-Charles Maillart en 1769.
  • Pierre Wyart en 1765.

De plus, en examinant cette liste, on s’aperçoit que certains autres prévôts ont un lien familial avec les précédents, comme le montrent les quelques exemples suivants :

  • Louis Bonvoisin (1656-1710), prévôt en 1687, est le père d’Oudart Bonvoisin, prévôt en 1726 et 1728.
  • Pierre Bonvoisin (1714-1772), prévot en 1761, est le petit-fils de Louis Bonvoisin, prévôt en 1687, et neveu d’Oudart Bonvoisin, prévôt en 1726 et 1728.
  • Philippe Cabrie, prévôt en 1729, et dont le nom a vraisemblablement été mal orthographié ou mal lu, est peut-être à identifier à Philippe Capry (1672-1740) : il serait alors l’oncle de Charles Capry, prévôt en 1745.
  • Henri Cabre, prévôt en 1720, et dont le nom a vraisemblablement été mal orthographié ou mal lu, est peut-être à identifier à Henri Antoine Capry (1682-1746), frère de Philippe Capry et oncle également de Charles Capry.

De l’ensemble de ces informations, on peut tirer les quelques enseignements suivants :

  • Chaque membre pouvait endosser à son tour et annuellement le rôle de prévôt de la confrérie.
  • Nous ne connaissons pas l’âge moyen d’entrée dans la confrérie, mais, de manière générale, les membres formaient un groupe d’hommes d’âge mûr (entre 35 et 55 ans), voire d’un âge avancé à la fin de leurs fonctions (66 ans pour Charles Capry en 1770).
  • Ce propos est à nuancer en compraison des âges de certains prévôts : Pierre Butel et Guillaume Morel ont été nommés prévôts à l’âge de 26 ans, Charles Capry à l’âge de 34 ans, et Pierre-Charles Maillart et Pierre Wyart, à l’âge de 37 ans.
  • On peut être confrère durant de longues années, à condition d’assumer le droit d’entrée : c’est le cas, par exemple de Charles Capry confrère entre 1746 et 1770.
  • À l’inverse de ce qu’a pu en dire Gustave Souquet24, les membres de la confrérie n’étaient pas uniquement recrutés dans la catégorie de la marine (fig. 6). Tous n’étaient pas matelots. Certes, certains métiers sont communs au monde des artisans et à ceux de la marine – cordier, charpentier (de marine), tisserand (de toiles) –, mais d’autres n’y sont aucunement liés, comme les cordonniers, par exemple.
  • La charge pouvait se transmettre au sein d’une même famille, comme nous venons de le voir : certains sont père et fils, d’autres frères, et d’autres encore oncle et neveu.

Fig. 6. Part des métiers exercés par les 13 membres de la confrérie de la Charité cités dans le corps de l’article (DAO : Th. Byhet, 2021 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

D. Quand la confrérie se réunit… : la chapelle Saint-Pierre de l’église Saint-Michel.

Un texte conservé dans les archives paroissiales fournit quelques informations sur les réunions que la confrérie pouvait tenir à l’occasion25. Une réunion s’est tenue le 26 mars 1764. Le prévôt, le quêteur, les anciens prévôts et plusieurs frères de la confrérie se sont assemblés au son de la cloche afin de régler l’affaire suivante : le 21 avril 1762, Antoine Codron (1722-1792) et les frères Jean Dachicourt (1713-1794) et Oudart Dachicourt (1722-1797) voient leurs propriétés détruites lors d’un incendie (fig. 7) ; or, ces propriétés étaient grevées d’une rente qui doit représenter le droit annuel d’entrée que les trois Étaplois doivent payer pour être, chacun, membre de la confrérie ; Antoine Codron ne pouvant plus la payer, il cesse d’être membre de la confrérie et abandonne la propriété dont il était le propriétaire ; les frères Dachicourt doivent donc retrouver un repreneur afin de reconstituer le trio dépositaire de cette rente ; un maître tisserand, Adrien Morel, propose d’en racheter une partie lors de la réunion ; celui-ci payera chaque année à la mi-mars au prévôt en charge de la confrérie 2 livres ; les frères Dachicourt payeront au même prévôt 7 livres ; la rente peut être portée par les héritiers de chacun. L’acte rédigé le jour de la réunion est signé par Antoine Cordron, qui cesse d’être confrère, par Adrien Morel, nouveau confrère, par les frères Jean et Oudart Dachicourt, par Marie Jeanne Gambier, épouse de Jean Dachicourt, par François Wadoux, prévôt de la confrérie, par Pierre Wyart, quêteur de la confrérie, par Charles Wadoux, probablement confrère, et un autre Morel, que l’on ne peut identifier :

L’an mil sept cent soixante-quatre, et le vingt-six mars, après avoir, aux son de cloche, fait une assemblée pardevant le prévost et quêteur et toutes les anciens prévost de la confrérie de la charité de St Pierre d’Estaple, en vertu des immeuble ci devant amazé appartenante à Jean Dachicour et Oudart Dachicour et Antoine Codron, touts trois demeurante audit Estaple, ayant eut le malheur de tout perdre par le feu le vingt et un avril mil sept cent soixante-deux, ne pouvant plus payer lesditte rente à laditte confrérie, ont fait leur démission à laditte confrérie pour donner à nouvelle rente à qui bon leur semble. Par conséquent, il ne sa point trouvé de plus grand enchérisseur qu’Adrien Morel, maitre tisserand audit Estaple, qu’il en prend vingt-quatre pieds attenant à la maison et tenant à Jean Dachicour et à Oudar Dachicour qu’il en prendront [biffé : trente] soixante-quatre pieds ou environ, le bout tenant à la mazure de Marie Jeanne Chevalier, veuve de Pierre Ramet, lesquelle Morel et Dachicour entreront en jouissance tout présentement et en jouiront en toute propriété, eut et leurs hoirs ou ayant causse. Par conséquent ledit Morel jouira de vingt-quatre pieds et les jardin qui en dépend avec la haye entière, et rendra par chaque anné au prévost en charge de laditte confrérie la somme de deux livres franche et nette aux jour du mi-mars, et continuera d’en payer à les prévost en charge d’anné en anné sans pouvoir amener aucun prétexte tel qu’il puis estre. Comme aussi ledit Jean et Oudar Dachicour, deux frère solidaire, l’un pour l’autre, un seul pour le tout, qu’il jouiron de soixante quatre pieds ou environ, tenant vers levant à Adrien Morel, vers le couchant à la veuve Pierre Ramet, pour eut en jouir tout présentement, leurs oirs, sucesseur ou ayant causse, comme le jardin qui en dépend dudit terrain leur appartient, à condition que ledit preneur payeront au prévost en charge la somme de sept livres pur et nette, dont la première anné sera et cera au jour du mi-mars prochain et continuera d’anné en anné sans aucune raison qu’il puisse amener tel qu’elle puis estre. Comme aussi ledit preneur, si en cas qu’il veuille prendre plus grande sureté, seront tenu de faire passer acte à leur frais est dépens pardevant les nottaire royaux. Ce qu’il fut fait à Estaples le dit jour et an marqué ci desus et en foy de quoi j’ai signé.

[Ainsi signé :] Jean Dachicourt / Oudar Dachicourt / Adrien Morel, j’ay les copiyes / Marque de François Wadoux, prévost en charge de laditte confrérie / Morelle / Marque de Pierre Wyart, quetteur en charge de laditte confrérie / Charles Wadoux / Marque de Marie Jeanne Gambier, femme de Jean Dachicourt.

J’ai soussigné, Antoine Codron, maitre tisserand à Estaples, a reconnu que ne pouvant venir à payer la rente que je doist à la confrérie de St Pierre, je fait un abandon et délaisse de aujourd’huy l’immeuble que j’étoit en propriété, je renonce dès apprésent pour toujour. Ce qu’il fut fait à Estaples ce vingt six mars mil sept cent soixante-quatre. En foy de quoi j’ay cyné.

[Ainsi signé :] Antoine Codron.

[En marge :] Voyer étude de Me Becquet, 26 février 1760.

Fig. 7. Extrait du Plan d’Étaples et de ses environs où figurent, au n° 129 (étoile rouge), les biens des frères Jean et Oudart Dachicourt en 1753. Au n° 128, se trouvait le propriété de Guillaume Morel, confrère de la Charité également. Au n° 198, était établi le presbytère du curé de la paroisse Saint-Michel (© Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

C’est dans la chapelle de leur saint patron que les membres de la confrérie devaient tenir leurs réunions. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, le culte rendu à saint Pierre était accueilli dans la chapelle Saint-Hubert, située dans le bas-côté sud de l’église Saint-Michel. À partir de 1703, il fut transféré dans une chapelle voisine, la chapelle Saint-Poppon : cette dernière perdit alors son appellation et devient la chapelle Saint-Pierre26 (fig. 8). Les confrères y célébraient également les offices ordinaires et les obits, ces services religieux annuels en mémoire des défunts qui, pour certains d’entre eux, les avaient gratifier de leur vivant d’un don. C’est le cas du curé Philippe Osmont (cf. supra), en 1710, du menuisier Antoine Sailly, qui laisse 7 livres 10 sous, en 1728, et de Françoise Caloin, veuve de Pierre Lottin, qui laisse 60 sous, en 1729 (cf. infra) : dans sa donation, cette dernière précise que soient « célébrer tous les ans deux obits chantez avec le libera et le de profundis à la fin pour le repos de l’âme en particulier de feu mondit frère Pierre Calloin et pour le repos de mon âme après mon décès ».

Fig. 8. Localisation de la chapelle Saint-Pierre (étoile rouge) sur le plan de l’église Saint-Michel avant les travaux qui vont dénaturer l’édifice au XIXe siècle : la chapelle Saint-Pierre prend la place de la chapelle Poponne à partir de 1703 ; immédiatement à l’ouest, se trouve la chapelle Saint-Hubert (d’après Souquet 1855, plan n° 1 entre les p. 14 et 15 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

E. Les dons des paroissiens de l’église Saint-Michel à la confrérie.

Les archives paroissiales de l’église Saint-Michel contiennent divers actes renseignant sur les dons que certains paroissiens ont fait à la confrérie. Nous en avons déjà cité un plus haut, celui du don de la maison du prêtre Philippe Osmont à la confrérie de la Charité, le 1er juillet 1710. Nous en publions ici deux autres.

Le premier acte a été rédigé en 172827. Il nous informe que le notaire royal et procureur de la ville d’Étaples, Antoine Lartizien (1675-1737), a acquis en 1723, au moyen d’une rente surcensière, une masure qui appartenait, avant son décès, au maître menuisier Antoine Sailly. Mais dans son testament, le menuisier transporte cette rente payée par le notaire à  la confrérie de la Charité, à la seule condition de voir cette dernière chanter chaque année et à perpétuité un obit pour le repos de son âme. Antoine Lartizien doit donc continuer à payer la rente aux confrères de la Charité. En 1728, n’en ayant plus l’utilité lui-même, Antoine Lartizien fait don de cette masure et du bail à rente à la confrérie en se déchargeant de trois années d’arrérages qui se montent à 22 livres 10 sous :

Ce jourd’huy vingt cinquième jour d’avril mil sept cent vingt-huit, soubsigné Antoine Lartizien, notaire royal et procureur en cette ville d’Estaples, reconnoit qu’ayant pris à tiltre de rente foncière surcensière une masure scituée en cette ville de deffunt Antoine Sailly, vivant maistre menuisier, moyennant la somme de sept livres dix sols, ainsi qu’il paroist par contract de bail à rente passé pardevant Me Gressier, notaire en cette ville, le 28e 7bre 1723, laquelle masure depuis ledit contract, moi, susdit Lartizien, est en jouissance. Et depuis ledit bail à rente, ledit Sailly auroit disposé par son testament de laditte rente en faveur de la confrairie de la charité de St Pierre de cette ville y érigée, pour par laditte confrairie en jouir à perpétuité aux charges de par elle de luy faire chanter annuellement et à perpétuité un obit pour le repos de son âme. Et le surplus de ce qu’il se trouvera de reste de laditte rente de sept livres dix sols sera au profit de laditte confrairie de St Pierre, ainsi qu’il est expliqué par ledit testament passé pardevant moy le 9e juillet 1725. Et moy, susdit Lartizien, voyant que laditte masure ne m’est plus d’aucunne utillité, auroit requis Mr Me Antoine Boully, très digne prestre curé de cette ville, Oudart Bonvoisin, prevost de laditte confrairie, Charle Vilneuve, Pierre Butel et Guillaume Morel et autres confrères de voulloir bien accepter laditte masure, c’est en quoy il ont acquieséez et acceptez icelle masure à eux habandonnez par moy, susdit Lartizien, pour en jouir et faire le profit d’icelle, en exécutant par eux et leur successeurs les clauses portez audit testament, ce qu’ils ont promis de faire. Et par ce moyen, moy, susdit Lartizien, demeureray deschargé au moyen de la somme de vingt deux livres dix solz que je leur doit pour trois années d’arrérages que je payeray à la confrairie à la volonté des confrères, quy ont signez avec mondit sieur Boully après leur avoir remis ès mains par moy, susdit Lartizien, le contract de bail à rente, les jour et an que dessus susdit.

[Ainsi signé :] Boully, curé d’Estaples / Oudart Bonvoisin / Morel / Lartizien, avec paraphe / Marque dudit Charles Willeneuve, qui a dit ne sçavoir escrire / Marque dudit Pierre Butel, qui a dit ne sçavoir escrire.

Le second acte a été rédigé l’année suivante, en 172928. Le 21 juin de cette année, Françoise Caloin (1665-1749), veuve du meunier Pierre Lottin (autre alias : Lotain ou Lothain) (ca. 1669-1727), fait don à la confrérie de la Charité de Saint-Pierre de la moitié d’une grange, d’une étable et d’un jardin potager, hérités de son frère, le charpentier Pierre Caloin (1668-1728) et occupés, en 1729, par son autre frère, Marc Caloin (1678-1761). Ces biens étaient situés à l’extrémité de la rue Jean Baillet (actuelle rue des Archers) (fig. 9). La confrérie se doit, cependant, de payer une rente annuelle de 17 sous au curé de Menneville, près de Desvres, et les arrérages, s’il s’en trouve. Elle doit également faire célébrer tous les ans, au pris de 60 sous, deux obits, chantés avec le libera et le de profundis, pour le repos de l’âme de Pierre Caloin et de celui de Françoise Caloin, après sa mort :

Ce jourd’huy vingt et unième juin mil sept cent vingt-neuf, moy, Françoise Calloin, veuve de Pierre Lottin, demeurante à Étaples, sousignée, déclare donner, comme par ces présentes je donne véritablement et en la meilleure forme et manière que faire se peut par don effectif et irrévocable, à la chapelle de la confrérie de la charité de St Pierre de l’église paroissialle St Michel de cette ville dudit Étaples, la moitié d’une grange et d’un jardin potager provenant de la succession de feu mon frère, Pierre Calloin, charpentier, occupez à présent par mon frère Marc Calloin, tenant d’une liste vers soleil couchant sur la rue de Jean Baillet, d’autre liste vers orient au pâti de Marc Vigneron, d’un bout au rempart et d’autre bout à Guillaume Baillet. Laquelle moitié de grange, étables et jardin je donne à laditte confrérie pour en jouir tout présentement en toute propriété, revenus, émolument, louer ledit bâtiment et jardin dès à présent au profit de laditte confrérie à toujours, à la charge par la confrérie de payer la rente de dix-sept sols tournois au terme de Noël au sieur Caron, cy devant curé de Menneville, ou ses héritiers, et d’en payer les arrérages s’il s’en trouve, déclarant céder, comme dit est, ledit jardin enfermé de hayes vifves et bâtiment quitter et abandonner à laditte confrérie, sans y plus rien prétendre désormais. Au moyen de laquelle donation, je charge laditte confrérie, lorsqu’elle entrera en jouissance, de faire célébrer tous les ans deux obits chantez avec le libera et le de profundis à la fin pour le repos de l’âme en particulier de feu mondit frère Pierre Calloin et pour le repos de mon âme après mon décès et selon mes intentions, pour lesquels obits sera paié soixante sols au sieur curé, vicaire et clerc, le restant demeurant au profit de laditte confrérie, voulant que l’on défère au présent acte, accepté au nom de la confrérie par maitre Antoine Boully, curé dudit lieu, et Oudart Bonvoisin, prévôt, maitre et receveur de laditte confrérie, Guillaume Morel, ancien maitre, et autres confrères présens en personnes. Fait ce jour et an que dessus audit Étaples.

[Ainsi signé :] G. Morel / F. Calloin / Bruhier / Boully, curé d’Étaples / Oudart Bonvoisin

Fig. 9. Extrait du Plan d’Étaples et de ses environs où figurent, au n° 136 (étoile rouge), la grange et le potager appartenant encore à Marc Caloin en 1753 (© Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Nous ne savons pas si la confrérie étaploise figurait parmi les plus riches en Boulonnais, à l’exemple de la confrérie de Boulogne qui disposait, en 1756, de 113 livres de rente, de 160 livres par an tirés de la pêche aux harengs et maquereaux, et de 200 livres de quêtes29. Toutefois, elle possédait une croix d’argent de 2 livres 15 onces, fondue, comme nombre d’objets religieux à la période révolutionnaire, en 179230. Un manuscrit conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais31, intitulé Registre de la confrérie de St Pierre en la paroisse St Michel d’Estaples et rédigé après 174932, fait l’inventaire des rentes qui sont dues à la confrérie. On y retrouve celles déjà citées dans cet article (rentes de Jean et Oudart Dachicourt, Françoise Caloin), avec quelques autres (rente de Guillaume Codron) :

Registre des rente qui sont due à la confrérie de St Pierre à Estaples, paroisse de St Michel.

Sçavoir article 1

Une maison, jardin et dépendance appartenante à Jean Dachicourt ou ses héritier, doit à la chapelle de St Pierre cinq livre par chaque année aux jour du mi-mars, donc le fondateur et defeu monsieur Osmont autre fois très digne prêtre et curé d’Estaples, cinq livre cy … 5 lt.

Article 2

Une maison, jardin et dépendance appartenante à Oudart Dachicourt ou ses héritier, doit à la chapelle de St Pierre par chaque anné la somme de cinq livre aux jour du mi-mars, donc le fondateur et defeu monsieur Osmont, autre fois très digne prêtre et curé d’Estaples, cinq livre, cy … 5 lt.

Donc lesdist maison de Jean Dachicourt et Oudart Dachicourt sont scisse à Estaples, tenant d’un bout à Guillaume Moret, d’autre bout aux héritier de feu Guillaume Codron, d’une liste à la rue qui conduit du prébitaire à la chapelle de Notre Dame de Foy, d’autre liste à Antoinette Maillart,

Suitte dudit article

donc lesdite maison ont été prisse à nouveau sens par lesdits Dachicourt, dans lesquelle il sont solidaire l’un pour l’autre, dans la quelle le droit de main morte ont eté payé à monsieur Dalrye, controlleur à Estaples, et la quittance en est dans l’ettude de monsieur Campion avec la minutte du contract.

Pour lesquelle donnation la confrérie de St Pierre est tenue de lui faire chanter un obit tous les an dans le quartier de Paque.

Article 3

Une maison, grange, jardin et dépendance appartenante aux héritier de feu Guillaume Codron, donc laditte maison et dépendance doit à laditte chapelle de St Pierre la somme de nœuf livre par chaque anné aux jour du mi-mars, donc le fondateur et defeu monsieur Osmont, très digne prêtre et curé d’Estaples, dans laquelle la confrérie et tenue de faire chanter un obit pour lesdit fondateur tous les an dans les quartier de Paque, nœuf livres, cy … 9 lt.

Article 4

Un jardin scisse à Estaples, tenant d’un bout au sieur Beaudelicque, d’autre bout à Marie Anne Lartizien, d’une liste à la rue qui conduit de la place d’Estaples à Montreuille, d’autre bout à Charles Monocove, pour lequelle jardin le sieur Beaudelicque et tenu de payer à la chapelle de St Pierre la somme de cinq livre par chaque anné aux jour de Noël, pour laquelle rente à laditte chapelle la confrérie et tenue de faire chanter un obit tous les an pour le repos de l’âme defeunt Antoine Sailly, donnateur de laditte rente, cinq livres, cy … 5 lt.

Article 5

Une maison, jardin et dépendance appartenante à Pierre Chanteau Chanteau [sic], situé dans la rue de Me Jean Baillet, tenant d’un bout à la veuve Vigneron, d’autre bout à laditte rue de Me Jean Baillet, d’une liste à Marc Caloin, d’autre liste à la rue qui conduit du prébitaire à la chapelle de Notre Dame de Foy. Pour laquelle maison et dépendance et due à la chapelle de St Pierre la somme de quatre livre par chaque anné, donc laditte confrérie sera tenu de faire chanter un obit à perpétuité pour le repos de l’âme defeu Pierre Caloin et Françoise Caloin, sa sœur, donnateur desdits immeubles. Quatre livres, cy … 4 lt.

Lesdit Chanteau sera tenu de payer laditte rente aux jour de Noël.

Le registre comptabilise donc, vers le milieu du XVIIIe siècle, un total de 23 livres à destination de la confrérie (si l’on compte une seule rente identique et commune de 5 livres pour les frères Jean et Oudart Dachicourt).

F. Évolution de la confrérie à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle.

Le XVIIIe siècle est l’âge d’or de la confrérie de la Charité à Étaples. Néanmoins, à la fin de ce siècle, elle se fait plus discrète et n’est plus directement nommée dans les actes. Nous en voulons pour preuve cet acte rédigé en 1781 qui nous informe de la mort par noyade d’Honoré Testart33. La confrérie, ordinairement citée dans ce type d’acte, n’apparaît plus ici, même si Charles Capry, l’un de ses membres régulièrement nommé dans les actes des décennies précédentes, assiste à l’enterrement :

Le onze de mars [1781], a été inhumé au cimetière par permission de monsieur Marteau, faisant les fonctions de greffier de l’amirauté, le corps d’Honoré Testart, âgé d’environ quatorze ans, trouvé noyé ce matin dans la rivière de Canche, lequel été [sic] fils de deffunt Michel Testart et de Marie Thérèse Faucquet, ses père et mère. Ont assistés à son enterrement et signés ce présent acte Charles Capry et Antoine Codron.

[Ainsi signé :] Capry / Codron / Wavran, curé

La confrérie de Charité a probablement été interdite à la suite du décret du 18 août 1792 qui supprime les congrégations séculières et les confréries34. Au témoignage de Gustave Souquet, cité plus haut, on voit que la confrérie de Saint-Pierre a été rétablie à Étaples après la période révolutionnaire35 : de fait, elles furent officiellement rétablies partout en France le 23 fructidor an IX (10 septembre 1801). Ainsi, sur le tableau de l’église Saint-Michel, dont nous déjà cité l’existence plus haut, figuraient tous les prévôts de la confrérie de Saint-Pierre de 1816 à 187636. Mais cette institution n’avait plus, au XIXe siècle, l’importance qu’elle avait au siècle précédent. Gustave Souquet en donne la description suivante37 :

Cette association possède une bannière fort ancienne représentant d’un côté la pèche miraculeuse, et de l’autre une procession au Calvaire. Les personnages y sont peints d’après nature. Les membres de la confrérie dont nous parlons portent un costume uniforme, celui du marin en tenue de ville. Ils ont pour énigme un chaperon en drap rouge bordé d’un galon d’or, sur lequel on a brodé le mot charitas. Cette devise vient de ce que autrefois ils portèrent la charité chrétienne jusqu’à ensevelir les morts et à les conduire à leur dernière demeure. Maintenant ils ne font qu’assister aux enterrements quand on les demande ; alors ils suivent le cortège escortés de leurs croix et bannière en tenant un cierge à la main. Les dimanches et fêtes, ils font une quête dans l’église pour la Charité de Saint-Pierre, dont les produits sont employés à l’entretien de leur autel.

G. Conclusion.

Le XVIIIe siècle signe l’âge d’or de la confrérie étaploise de la Charité de Saint-Pierre. L’existence de cette confrérie de dévotion, fondée dans le dernier tiers du XVIIe siècle, témoigne d’une piété profonde chez certains paroissiens issus du monde la marine ou des artisans : cet attachement était d’autant plus fervent que l’adhésion à la confrérie revêtait un catactère personnel et non obligatoire38. La période révolutionnaire porte un coup presque fatal à l’institution qui disparait du paysage religieux étaplois pendant une décennie. Si le XIXe siècle voit la réémergence de la confrérie, ses membres n’assument désormais plus les mêmes fonctions que leurs prédécesseurs et doivent se contenter d’une figuration toute symbolique.


Notes

* Nous remercions le paléographe Jean-François Viel pour l’aide apportée à la transcription et à la compréhension des textes présentés dans cet article : ceux-ci ont été modernisés (accentuation, ponctuation). 

1. Souquet 1855, p. 27 et 29. Voir aussi Souquet 1863, p. 66, 73, 83-84 et 102. Voir également Baudelicque 2005, p. 68, 238 et 320.

2. Souquet 1860, p. 35-37 (confrérie de Saint-Jean-Baptiste) et p. 92 (confrérie de Saint-Pierre).

3. Playoust-Chaussis 1976, p. 244, 245, 260, note 103 et 261, note 108 (Pour Camiers, voir Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 G 33, f° 185v° : « Les matelots ont envie de demander à Mgr la permission d’en ériger une en l’honneur de saint Pierre dans la paroisse »).

4. Voir notes 1 et 2.

5. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/9, f° 18.

6. Philippe Osmont a été curé de la deuxième portion de 1694 à 1706. Le 6 janvier 1706, à la réunion des deux portions, il fut nommé curé d’Étaples par mandement de monseigneur Pierre de Langle, évêque de Boulogne. Le 12 décembre 1714, il est nommé doyen de la chrétienté de Frencq. Il décède l’année suivante, en 1715 (Souquet 1855, p. 32).

7. À l’époque moderne, les curés d’Étaples ont usé d’un certain nombre de presbytères situés autour de l’église Saint-Michel : c’est en 1645 que l’ancien hôpital Saint-Louis (actuelle parcelle AD99 du cadastre) est transformé en presbytère (Souquet 1860, p. 10, 22, 35 et 48).

8. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 23 de l’année 1770.

9. Byhet-Bonvoisin 2021.

10. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 4 de l’année 1747.

11. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 11 de l’année 1753.

12. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 19 de l’année 1759.

13. Peut-être Oudart François Joseph de Fiennes de La Planche (voir La Gorgue-Rosny 1875, Tome 2, p. 565).

14. Peut-être Noël Jean Charles François Marteau (1703-1777), procureur du Roi à Étaples.

15. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 28 de l’année 1752.

16. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte d’inhumation n° 18 de l’année 1770.

17. Louis Jean Marie de Bourbon (1725-1793), duc de Penthièvre de 1737 à sa mort : amiral de France, il avait la charge de la nomination des officiers de l’amirauté.

18. À Frencq, on trouve aussi la mention de « coadjuteur » (Playoust-Chaussis 1976, p. 244, d’après Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G31, f° 132v°).

19. Playoust-Chaussis 1976, p. 246, d’après Archives départementales du Pas-de-Calais, 9J18 P 39.

20. Les informations généalogiques présentées ici proviennent de la base Geneanet : elles ont été recoupées avec les données fournies par les registres paroissiaux, quand elles ont été trouvées.

21. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/1, Acte de décès et d’inhumation de l’année 1710.

22. Rodière 1902, p. 37-38. Gustave Souquet en mentionne l’existence dès 1860 (Souquet 1860, p. 92).

23. La liste copiée par Roger Rodière (Rodière 1902, p. 37) donne deux prévôts pour l’année 1727. Il y a peut-être une erreur et Oudart Bonvoisin n’a peut être été prévôt qu’en 1728, ou deux prévôts se sont succédés la même année.

24. Souquet 1860, p. 92.

25. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/39.

26. Byhet-Bonvoisin 2020.

27. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/9, f° 21.

28. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/10.

29. Playoust-Chaussis 1976, p. 244, note 4, d’après Archives départementales du Pas-de-Calais, 9J18 P 11. 

30. Voir note précédente.

31. Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/39.

32. On y cite « feue Françoise Caloin », sœur de Pierre Caloin, décédée en 1749.

33. Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 318/2, acte de décès et d’inhumation n° 2 de l’année 1781.

34. Collectif 1793, n° 2186, p. 449-469 : « Loi relative à la suppression des congrégations séculières et des confrairies, du 18 août 1792, l’an quatrième de la liberté ».

35. Voir note 1 et 15.

36. Rodière 1902, p. 38. Malheureusement, Roger Rodière a amputé la liste de tous les noms des prévots du XIXe siècle, la jugeant trop récente pour la voir figurer dans le volume de l’Épigraphie du Pas-de-Calais consacré à l’arrondissement de Montreuil.

37. Souquet 1855, p. 29 et 1863, p. 102, et 1860, p. 92, et Baudelicque 2005, p. 68, 238 et 320.

38. Playoust-Chaussis 1976, p. 243.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Baudelicque 2005 : BAUDELICQUE (P.), Histoire religieuse d’Étaples des origines à l’an 2000, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005.

Byhet-Bonvoisin 2020 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une rue d’Étaples disparue  à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 16 avril 2020 <https://chronista.hypotheses.org/6327>

Byhet-Bonvoisin 2021 : BYHET-BONVOISIN (Th.), « La mort d’un enfant inconnu dans les rues d’Étaples en 1756 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 14 juin 2021 <https://chronista.hypotheses.org/8346>

Collectif 1793 : COLLECTIF, Collection générale des loix, proclamations, instructions, et autres actes du pouvoir exécutif, Tome 10 : Août 1792, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, Paris, 1793.

Desmette 2005 : DESMETTE (Ph.), Dans le sillage de la réforme catholique : les confréries religieuses dans le nord du diocèse de Cambrai (1559-1802), Thèse de philosophie et lettres sous la direction de J.-M. Cauchies, Université de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2005.

Froeschle-Chopard 1992 : FROESCHLE-CHOPARD (M.-H.), « Confréries de dévotion et protection sociale au XVIIe siècle », dans : Gueslin, Guillaume 1992, p. 41-50.

Gressier 2009 : GRESSIER (R.), Familles Le Gressier et Gressier en Boulonnais, Tome 5 : Les Le Gressier de La Grave et Gressier d’Étaples, Familles alliées, Généalogies et notes biographiques, s.é., Boulogne-sur-Mer, 2009.

Gueslin, Guillaume 1992 : GUESLIN (A.), GUILLAUME (P.) [dir.], De la charité médiévale à la Sécurité sociale : économie de la protection sociale du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Actes du colloque (Paris, 16-18 janvier 1991), Collection Patrimoine, Les éditions ouvrières, Paris 1992.

Playoust-Chaussis 1976 : PLAYOUST-CHAUSSIS (A.), La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle (1725-1790), Mémoires de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais : 15-2, Arras, 1976.

Rodière 1902 : RODIÈRE (R.), Épigraphie du département du Pas-de-Calais, Volume 4 : Arrondissement de Montreuil, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Chez Segaud libraire, Arras, 1902.

Souquet 1855 : SOUQUET (G.), Histoire et description des églises d’Étaples, Imprimerie de Duval et Herment, Amiens, 1855.

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Quelques documents sur la confrérie étaploise de la Charité de Saint-Pierre au XVIIIe siècle », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 21 juillet 2021 <https://chronista.hypotheses.org/8614>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search