La création d’une nouvelle rue à Étaples au XVIIIe siècle : la rue des Berceaux

Il est rare de trouver mention pour Étaples de la création d’une nouvelle « rue » à l’époque moderne. Nous avons déjà insisté sur les nombreux apports que l’Aveu et dénombrement de Marie Jean Baptiste Rocquigny du Fayel, conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais1, fournit sur la topographie urbaine d’Étaples au XVIIIe siècle2. Ce registre, rédigé autour de 17743, offre justement un exemple de l’aménagement d’un nouvel espace de circulation, celui qui sera nommé, au XIXe siècle, rue des Berceaux. Située au nord-est de la vieille ville (fig. 1, n° 1), la rue des Berceaux est composée aujourd’hui d’une double courbe : elle prend naissance, au nord, à la rue Désiré-Deboffe (n° 2) et termine son premier parcours, au sud, à l’extrémité de la rue Robert-Wyart (n° 3) ; son second parcours commence de l’autre côté du boulevard Jacques-Lefebvre (n° 7) et s’achève à l’extrémité nord de la rue de (du) Verdun. Au total, la rue mesure actuellement moins de 450 m de longueur. Ce n’était pas là son tracé d’origine puisqu’au début du XIXe siècle, elle s’achevait à l’est de la route de Boulogne, actuelle route de Fromessent (D113). Au milieu de ce siècle, les travaux d’installation de la voie ferrée Amiens-Boulogne vont en partie modifier ce tracé. Puis, au début du siècle suivant, celui-ci outrepasse le parcours initial, mais ne forme encore qu’une seule courbe jusqu’à l’extrémité est de la rue de Montreuil. Ce sont les travaux de restructuration du quartier après la Seconde Guerre mondiale qui vont offrir à cet axe de circulation son profil actuel. Dans son Histoire des rues d’Étaples, publiée en 1860, l’érudit étaplois Gustave Souquet cite bien évidemment cette rue : mais s’il fournit l’explication de l’odonyme, il ne donne pas la date de sa création4

Fig. 1. Localisation de la rue des Berceaux (n° 1) dans le nord-est d’Étaples, en 2021 : au n° 2, la rue Désiré-Deboffe, ancien chemin qui mène à Lefaux ; au n° 3, la rue Robert-Wyart, ancienne rue du Château ; au n° 4, la rue Maurice-Raphaël, ancienne rue de Boulogne ; au n° 5, l’ancien hôpital, puis presbytère ; au n° 6, la ruelle des Berceaux, limite méridionale de l’ancien fossé de la ville ; au n° 7, le boulevard Jacques-Lefebvre, aménagé après-guerre (© Géoportail, 2021 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. Des fossés de la ville au « terrain de l’hôpital » et aux « Berceaux ».

Au début du XVIIIe siècle, cette partie de la ville est encore marquée, topographiquement, au nord par un ancien fossé défensif (fig. 2, n° 6). Probablement creusé au milieu du XVIe siècle, sur ordre de François Ier, et parce que la ville avait à craindre les raids des troupes anglaises du roi Henri VIII qui avait conquis Boulogne en 1544, cet aménagement n’assurait plus alors sa fonction défensive. Peu à peu comblé, probablement à partir du XVIIe siècle, il était désormais dédié aux pratiques agricoles, comme en témoigne l’exemple suivant pris dans l’Aveu déjà cité5 :

François Bué, représentant Pierre Bué, son oncle, tienst à renttes fonscières et seignieurialles de Mr Dufayel, accause de son fief d’Estaples, par la censsive de huit livres tournois à payer chacqun an, au jour de la Saint-Remie, avec les droits acoutusmée, pour deux journeux de terres, aux environs, séant sur les fossez de la ville, nommé la Carièrre, de desfunct Pierre Bué, tenant d’une liste, vers levant, aux terrains qui apartiesnent audit seignieur, d’autre (liste), vers couchant, aux remparts, vis-à-vis la chapelle de Nostre-Dames de Foy, d’un bout, vers midy, à Noël Codron, aux droits du sieur Gressier, anciens mayeur de la ville d’Estaples, luy aulieux de Philippe Hertaut, d’auttre bout, au septentrion, à un chemin qui sépart ledit Bué d’avec le nommée Jean Roux, accause des Croncquelets qui sonts pareillement de la mouvance de mondit seignieur.

Fig. 2. Emplacement de la future rue des Berceaux (n° 1) sur le plan d’Étaples réalisé par les frères Magin, en 1716, et en comparaison de la figure précédente : au n° 2, chemin qui mène à Lefaux, actuelle rue Désiré-Deboffe ; au n° 3, rue du Château, actuelle rue Robert-Wyart ; au n° 4, rue de Boulogne, actuelle rue Maurice-Raphaël ; au n° 5, ancien hôpital, puis presbytère ; au n° 6, fossé de la ville (J. et N. Magin, Plan d’Etaple, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF35DIV6P2/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Dans ce secteur de la ville, s’élevait, depuis le XVIe siècle au moins6, l’hôpital d’Étaples (fig. 1 et 2, n° 5), établissement religieux sur lequel nous reviendrons ultérieurement : transformé en presbytère en 1645, il fut vendu à la Révolution comme bien national et transformé en propriété privée. À l’époque moderne, une portion du fossé et des terres qui s’étendaient vers le nord, jusqu’au Mont Levin, appartenaient à cet hôpital. Plusieurs articles de l’Aveu, dont certains sont reproduits en annexe de ce texte (voir extraits 1 et 4 à 7), permettent de reconstituer la superficie de ce « terrain de l’hôpital », comme il était alors nommé (fig. 3 et fig. 7, n°1, 9 à 15).

Fig. 3. En rouge, le «terrain de l’hôpital», tel qu’il peut être en partie reconstitué, d’après les rentes de l’Aveu de 1774 (Plan d’Étaples et de ses environs, 1753, Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Les terres situées à l’est du « terrain de l’hôpital » appartenaient à la famille De Rocquigny du Fayel : au XVIIIe siècle, elles étaient en grande partie recouvertes du sable qui s’était accumulé après les nombreuses tempêtes qui frappaient régulièrement Étaples à l’époque moderne. Cette famille possédait également une autre portion du fossé qui, depuis le XVIIe siècle au moins7, portait le nom de « Berceaux » (voir annexe, extrait n° 7). Nous n’entamerons pas ici l’histoire de cet espace qui a longtemps marqué la topographie de la ville d’Étaples aux époque moderne et contemporaine, mais nous donnerons juste quelques repères. Comme son nom l’indique, c’est probablement dans cette partie précise du fossé que s’effectuait, à l’époque moderne, le tir à l’arc dit « au berceau » ou « beursault » (fig. 4). Par métonymie, l’objet a fini par désigner le lieu.

Fig. 4. Villageois s’exerçant au tir au berceau sur un terrain situé à l’extérieur du village au XVIIe siècle (David Teniers le Jeune, Le concours des archers, ca. 1645, Huile sur bois, Musée du Prado – Toute reproduction interdite sans autorisation). 

Au XIXe siècle, Gustave Souquet rappelait que les Berceaux avaient été transformés en un espace dédié aux loisirs8. Les dimanches et jours de fête, les Étaplois se livraient à la danse et s’exerçaient au jeune de paume, à l’ombre des arbres qui y avaient été plantés. Chaque année, à la Fête-Dieu (à la fin du printemps) et à la Saint-Michel (au début de l’automne), les sociétés des villages voisins s’y réunissaient afin de participer à un concours de jeu de paume au tamis ou jeu de tamis9, pratique sportive populaire dans le nord de la France (fig. 5) : souvent vainqueurs, les Étaplois y avaient acquis une certaine renommée.

Fig. 5. Parisiens s’exerçant au jeu de paume au tamis ou jeu de tamis aux Champs Élysées à la fin du XVIIIe siècle : près des joueurs, sont disposés les tamis dans lesquels la balle doit d’abord rebondir (Claude-Louis Desrais, Mode du jour. La longue paume des Champs Elysées, fin du XVIIIe siècle, Estampe, Musée Carnavalet, Paris – © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz – Toute reproduction interdite sans autorisation). 

Les Berceaux disparurent en 1846 (fig. 6) : la municipalité d’Étaples vendit le terrain à la Compagnie des chemins de fer d’Amiens à Boulogne afin que cette dernière puisse y aménager le tracé de la future voie ferrée10.

Fig. 6. Plan du quartier des Berceaux en 1810 : en 1, localisation des Berceaux, promenade encore plantée d’arbres à cette époque, et, en 2, tracé sur cadastre actuel de la voie ferrée Amiens-Boulogne qui fit disparaitre la promenade en 1846 – les inscriptions manuscrites portées sur le plan sont de la main de Gustave Souquet à qui appartenait ce document (Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 318/O/1 – Toute reproduction interdite sans autorisation). 

B. Des terrains de l’ancien hôpital aux premières maisons et à la création de la rue des Berceaux.

Au cours du XVIIIe siècle, les possessions de l’hôpital sont démembrées et les terrains situés au nord du presbytère sont désormais habités. Si le plan d’Étaples levé en 1716 montre des terrains vides de toute habitation (fig. 2), celui de 1753 témoigne de l’urbanisation du secteur, 35 ans plus tard (fig. 3) : c’est donc entre ces deux dates que sont intervenus le lotissement de ce quartier et la création de la rue des Berceaux.

De l’immense terrain de l’hôpital, le presbytère, successeur de l’établissement de soins, ne possède plus qu’un grand jardin situé à l’est, également connu sous le nom de « terreau du curé » (fig. 7, n° 1). Immédiatement au nord du presbytère, un potager était cultivé par une certaine Marie Lamour (fig. 7, n° 9 ; voir annexe, extraits n° 1 et 3).

Fig. 7. Plan du quartier des Berceaux entre 1753 et 1774 (© Th. Byhet, 2021, d’après le Plan d’Étaples et de ses environs, 1753, Collection privée – Toute reproduction interdite sans autorisation). 

À l’ouest des Berceaux, l’ancienne portion de fossé a été partagée en trois propriétés. On y trouve d’ouest en est (voir annexe, extrait n° 1) : la maison et le jardin de François Blondel (fig. 7, n° 10), puis la maison et le jardin potager des Wyart, père et fils, Georges et François (n° 11), et, enfin, la maison, le potager et jardin de Louis et Jacques Pauchet, peut-être frères11 (n° 12).

Afin de permettre l’accès à ces trois propriétés et aux Berceaux, a donc été créée, et à travers l’ancien domaine de l’hôpital, une rue ou chemin qui mène aux Berceaux (voir annexe, extraits n° 1 et 2) : c’est ce dernier espace qui a donné son nom à la rue dont l’odonyme, fixé pour des décennies, est encore usité aujourd’hui12. Les articles de l’Aveu insistent sur la caractère récent de la création de la rue : elle y est appelée « petitte rue nouvellement faitte dans le terrain dudist ancien hôpital qui conduist aux Berseaux et au moulin dudit Estaples » (voir annexe, extrait n° 1) et « petitte rue faitte nouvellement sur le terrain de l’anciens hôpitalle, qui conduist au berceaux » (extrait n° 3). Mais sur le Plan d’Étaples et de ses environs, établi en 1753, la rue apparaît déjà (fig. 3), ce qui n’était pas encore le cas en 1716 (fig. 2) : la rue des Berceaux a donc été créée entre 1716 et 1753, et probablement autour de cette dernière date.  Avec la cession des Berceaux en 1846, une portion de la rue disparaitra et son tracé sera rectifié pour adopter la courbe qu’elle montre actuellement (fig. 1 et 6).

Une nouvelle rue ou un nouveau chemin apparaît également dès cette époque (fig. 7 et annexe, texte n° 2). Parallèle à la rue des Berceaux, cet axe de circulation donne aussi accès aux Berceaux, mais il est situé plus au nord : si les plans d’Étaples réalisés au XVIIIe siècle et les articles de l’Aveu ne le nomment pas, il est aujourd’hui désigné sous l’odonyme « ruelle des Berceaux »13. 

Enfin, au-delà de ce nouvel îlot, de part et d’autre du chemin qui mène à Lefaux (actuelle rue Désiré-Deboffe), fermes, jardins, vergers, pâtures et terres agricoles se sont partagés la partie septentrionale de l’ancien terrain de l’hôpital : la légende du Plan d’Étaples et de ses environs et les articles de l’Aveu (voir annexe, extrait n° 1) citent, pour la période 1753-1774, les noms de Pierre Maillard, dit Profy (fig. 7, n° 13), de Jean Baptiste Liger, dit Marche à terre (n° 14) et de Pierre Blondel (n° 15).

C. Conclusion.

La rue des Berceaux témoigne de l’urbanisation de la partie nord-est de la ville d’Étaples au milieu du XVIIIe siècle, à l’emplacement d’un ancien fossé défensif, d’abord, et des terrains de l’hôpital, ensuite. Créée entre 1716 et 1753, et probablement peu de temps avant cette dernière date, elle voit son odonyme fixé dès le XIXe siècle : celui-ci perpétue le souvenir d’un espace de jeux, de détente et de promenade – les Berceaux – aujourd’hui disparu. Le tracé de la rue, à l’origine plus ou moins rectiligne, sera amputé d’un bon tiers en 1846, mais sera prolongé par l’ajout d’une courbe conduisant à la rue du Château ou rue Robert-Wyart, après cette date. Si cette artère ne dessert qu’un nombre relatif de maisons à la fin du XVIIIe siècle, elle forme aujourd’hui la voie d’accès à un quartier essentiellement formé d’habitations, mais également à l’école privée Saint-Michel (fig. 8).

Fig. 8. Vue de la rue de la gare en 1918 : au premier plan, à droite, le début de la rue des Berceaux ; l’artiste peintre australienne Iso Rae s’est placée au premier étage d’une maison de cette rue pour y dessiner cette scène durant la Première Guerre mondiale ; au second plan, à gauche, le café Terminus qui n’existe plus aujourd’hui ; à l’arrière-plan, une partie du camp britannique installé à Étaples de 1915 à 1919 (Iso Rae, La rue de la gare, janvier 1918, pastel, gouache, plume et encre noire, crayon sur carton gris © Australian War Memorial, ART19597).

D. Annexe.

Cueilloir des rentes seigneuriales de Marie Jean Baptiste de Rocquigny du Fayel, seigneur d’Étaples (ca. 1774)

  • Extrait n° 1 (f° 72)

Les dits maires et échevins de la villes d’Estaples r(e)cognoissent tenire pour la ville à rentte fonscières et seigneurialles de Mr Dufayel, accause de son fief et seignieurie d’Estaples le lieu de l’ancien hôpital en continance de deux journeux ou environs*, sur lequelle est à présent construit le presbitaire et la maison vicarialles, chambres, cour, jardins et despendances, ensemble les maisons de Jean Baptiste Liger, dit Marche à terre, de François Blondel, de François et George Vuyard et d’encore de Jacques Pauchez et Louis Pauchez, en partie. La totalité dudit terrain, présenttement amazé, la maison, baptiments, cour et jardins, cy dessus dits tenant d’un bout vers soleil levant à la maison et jardin du sieur Lebœuf ocupé par les veuve et héritiers de Pierre Hallot, et d’autre bout vers le couchant à la rue et au chemin qui fait la séparation des granges et jardins de Mr Marteau, ocupé par Delhobel, à celuy du sieur Lecast et audit Lebeuf, d’autre liste au septentrion au petit jardin apartenant à Marie Lamourt, faisant le coin contre lequelle passe une petitte rue nouvellement faitte dans le terrain dudist ancien hôpital qui conduist aux Berseaux et au moulin dudit Estaples, à Pierre Mailliard dit Profy, à George Vuyard et aux riets (…)** veuves, enffens et héritiers de la veuve Prévôt dist Favory, pourquoy les susnommée doibvent chacquns an à Mr Dufayel cens primitif et seignieurialle avec les reliefs doubles et auttres droits suivant la coutusme au jour de Noël, accause de sa seigneurie d’Estaples, cincq sols parisis.

* [Dans la marge :] Au lieux de deux journeux, il y a une mesure quatre vingt-neuf verges 18 pieds, savoir dans le presbitaire, maison vicairialle, chambre, court et jardin 89 verges et demie, le jardin de Marie Lamourt 9 verges un quart, la maison de Jean Baptiste Liger, dit Marche à terre, 3 ve(r)ges 9 pieds et demie, celle de François et George Vuyart 24 verges, celle de François Blondel 19 verges treizes pieds et demie, celle de Jacques Pauchez 20 verges 12 pieds et la maison de Louis Pauchez 22 verges huit pieds, qui fonts au totalle pour le terrain de l’hôpitalle qui relesve de Mr Dufayel une mesure 89 verges, 19 pieds.

** La pliure du manuscrit empêche la lecture du mot entre parenthèses.

  • Extrait n° 2 (f° 79)

François Blondel, George Vuyard et Louis Pauchez, touts les trois tiesnent fonscièrement de Mr Dufayel, accause de chacquns leurs maisons, baptiments, jardins et patis, tenant touts ensembles et les uns aux auttres, aux environs de la continance d’un journel de terres plus ou moins, despendant du fief et seignieurie que Mr Dufayel a en Estaples, par luy payant chacques année au jour de la Saint-Remie 5 sols six deniers parisis.

Les dits trois immeubles scituez à Estaples, aux bouts les uns des auttres, tenant pour la totalitté d’un bout, vers le levant, aux Berceaux, d’autre bout, vers le couchant, sur le flégard et chemin qui maine d’Estaples à Lefaux, d’une liste, vers le midy, sur une rue ou chemin qui sépart les dits immeubles du presbitaire et de ses dépendances comme du jardin de Pierre Bœuf, et d’autre liste, au septentrion, à une autre rue ou chemin qui est au dérière des dits immeubles.

  • Extrait n° 3 (f° 80)

Marie Lamourt tient fonscièrement de Mr Dufayel, accause de son fief et seigneurie d’Estaples, un petit jardin qui fait le coin dérière le presbitaire qui tienst d’un bout vers levant sur la pâture du curé, d’autre bout au couchant sur le flégard, rue et chemin qui conduist d’Estaples à Le Faulx [Lefaux] et d’une liste au midy sur la maison vicairialle et la maison du curé, par payant à Mr Dufayel chacqun an pour recognoissance 5 sols six deniers parisis, et d’autre liste au septentrion sur une petitte rue faitte nouvellement sur le terrain de l’anciens hôpitalle, qui conduist au berceaux.

  • Extrait n° 4 (f° 87)

Louis Jacob, chartier, Marie Catherine Liger, sa feame, et Marie Louise Liger, leurs sœur, demeurant à Estaples, tiesnent du fief d’Estaples, apartenant à Mr Dufayel, par dix sols parisis de censsives et les droits coutusmiers, un jardin contenant 69 verges de terres, tenant d’une liste, vers soleille levant, au chemin qui conduit du presbitaire au moulin et à Lefaux, d’autre liste, vers couchant, aux nommez Blondelles, frères et sœures, et au Chemin des Vaches, d’un bout, vers midy, à la maison, court et baptiments dudit Jacob et Liger, contenant 3 verges, neuf pieds et demie, qui fait partie de l’ancien hospitalle, et d’autre bout, vers septentrion, aux dits Blondels, pour laquelles maison est deub à mutation les relieffes selon la coustumme.

  • Extrait n° 5 (f° 88)

François, Jean Louis, Marguerite Marie Louise et Marie Antoinette Blondel, demeurant à Estaples, tiesnent de Mr Dufayel, accause de sa seignieurie d’Estaples, par les censsives de cincquentes sols parisis, pour un morceau de terre, de la continance de 66 verges de terre, et un paty fermé de faussée, contenant 70 verges, par dix sols parisis et 5 sous 6 deniers parisis en mutation pour leurs maison qui fait partie de l’anciens hospitalle, lesquelles soixentes six verges de terres en labourt tiesnent d’un bout, vers soleille levant, au domaines du dit seignieur, qui est pour le présent couvert de sables, d’autre bout, vers couchant, à la veuve Pierre Marin Mailliard, d’autre bout, vers midy, à Louis Jacobe, Marie Louise Catherine Liger, sa feame, et d’autre (bout), vers nord, à Antoines Audersy, aux droits dudit seignieur.

  • Extrait n° 6 (f° 89)

(…) Plus les susnommée sonts obligé de payer au dit seignieur Dufayel, accause que leurs maison et despendence d’ycelle, est asise sur le fief de Mr Dufayel en Estaples, et qui fait partie de l’anciens hospitalle, cincq sols six deniers parisis en mutation, laquelle maison et despendence d’y celle contienst dix-neuf verges treizes pieds et demie qui sonts pris sur l’ancien terain de l’hospitalle qui relesve aussy du même fief.

  • Extrait n° 7 (f° 105)

Item Mr Dufayel possède ancore sur son dit fief d’Estaples aux environs une mesure et dix à douses verges de terres nommée vulguairement Les Berseaux tenant d’un bout, au levant, sur la rue et flégart conduisant au Puid d’Amour, d’autre bout, au couchant, à la maison de Louis Paucher (biffé : George Vuyart, charpentier), laquelle maison despend de l’ancien hospitalle, d’une liste, au midy, sur une rue qui (en interligne : est) entre la ditte maison et une autre maison à Philipe Bruhier, (en interligne : et) une autre à François Bué, et, au septentrion, sur les riez, de l’autre liste (illisible) la veuve Prévôt, diste Favory, qu’elle tienst aussy de Mr Dufayel, accause de son fief d’Estaples.


Notes

1. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, Aveu et dénombrement de Marie Jean Baptiste Rocquigny du Fayel, 1774.

2. Voir Byhet-Bonvoisin 2020 a-e.

3. Voir, par exemple, pour preuve de cette date le folio 83 : « Les dits deux journeux, aprésent en 1774, couvert et qui se descouvrent de sables (…) ».

4. Souquet 1860, p. 19-20. Voir aussi Joule 1998, p. 81.

5. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24, Aveu et dénombrement de Marie Jean Baptiste Rocquigny du Fayel, 1774, f° 98.

6. Il est cité, par exemple, en 1565 dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 1G338. Gustave Souquet mentionne son existence dès 1539 (Souquet 1860, p. 22).

7. Voir, par exemple, à partir de 1663 dans : Archives départementales du Pas-de-Calais, 74J18/5.

8. Souquet 1860, p. 19 et Joule 1998, p. 81.

9. Le jeu de tamis diffère du jeu de paume à travers le lancer de la balle : « Si les joueurs, au lieu de lancer la balle en l’air et de la frapper avec la main pour la servir, la font d’abord rebondir sur un tamis et ne la reprennent qu’au bond, la longue paume prend alors le nom de jeu du tamis » (Dillaye 1885, p. 228).

10. Souquet 1860, p. 20 et Joule 1998, p. 81.

11. L’identification de ces Étaplois est difficile avec le peu d’informations que l’on possède.

12. On le retrouve, par exemple, dès 1846 dans le dénombrement de la population étaploise (Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3907). Toutefois, au début du XIXe siècle, pour la différencier de l’actuelle ruelle des Berceaux, on la nommait « Grande rue des Berceaux » (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/28).

13. Au XIXe siècle, elle est nommée « rue des Berceaux », en opposition à la « Grande rue des Berceaux », qui est l’actuelle rue des Berceaux. Voir note précédente.


Bibliographie

Byhet-Bonvoisin 2020a : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 5 février  2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/1860

Byhet-Bonvoisin 2020b : BYHET-BONVOISIN (Th.), «Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 février 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/3420

Byhet-Bonvoisin 2020c : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une rue d’Étaples disparue  à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 16 avril 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/6327

Byhet-Bonvoisin 2020d : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 juillet 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/7247

Byhet-Bonvoisin 2020e : BYHET-BONVOISIN (Th.), « Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775) », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 15 août 2020. URL : https://chronista.hypotheses.org/7456

Dillaye 1885 : DILLAYE (Fr.), Les jeux de la jeunesse : leur origine, leur histoire et l’indication des règles qui les régissent, Hachette, Paris, 1885.

Joule 1998 : JOULE (S.), Les rues d’Étaples (1860-1960), reflet et expression d’une société, Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Br. Béthouart, Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne, 1998.

Souquet 1860 : Souquet (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « La création d’une nouvelle rue à Étaples au XVIIIe siècle : la rue des Berceaux », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 16 septembre 2021 <https://chronista.hypotheses.org/8896>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search