Mémoires de la guerre 1914-1918. Chapitre 5 : Chère tatie Joanie… Comment trouves-tu cette église ?

La Première Guerre mondiale a mobilisé, et sacrifié, des millions d’hommes au front. Mais elle a aussi fait appel à plusieurs milliers de femmes qui ont œuvré à l’arrière du front, dans les champs, les usines, les bureaux, et en tant qu’infirmières dans les hôpitaux, toutes participant à l’effort de guerre. C’était particulièrement le cas au camp britannique d’Étaples qui a été le lieu d’exercice de 2500 infirmières de nationalité britannique, de 1915 à 1919 (fig. 1). Si les cartes postales que nous avons publiées précédemment étaient principalement le fait de soldats ou de jeunes conscrits originaires d’Étaples, celle que nous présentons ici a été écrite par une infirmière, jeune femme (presque) anonyme, dont les quelques mots adressés à une parente livrent des bribes d’informations sur la vie quotidienne à l’arrière-front et à Étaples durant la Première Guerre mondiale.

Fig. 1. Infirmière britannique du camp d’Étaples, posant en 1917 avec le mascotte de l’ambulance St John, le chien Billy (© British official photo – Toute reproduction interdite sans autorisation).

A. May, une jeune infirmière du camp britannique d’Étaples.

L’auteur de la carte postale est une jeune anglaise qui se prénomme May, comme en témoigne la signature portée dans l’angle supérieur gauche (fig. 2). Celle-ci écrit à l’une de ses proches parentes, sa tante Joanie Kirk, qui réside au Grapes Hotel, à York, en Angleterre. La carte postale n’est pas datée. Bien qu’elle présente une vue d’Étaples au recto (fig. 3), elle n’a pas été écrite dans cette ville : elle a été rédigée depuis le n° 4 General Hospital, le quatrième hôpital général.

Fig. 2. Recto de la carte postale (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fig. 3. Verso de la carte postale (Collection Th. Byhet – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Où était situé cet équipement militaire ? S’il était rattaché à l’immense camp britannique installé au nord d’Étaples, le quatrième hôpital général était en réalité localisé sur l’actuelle commune de Camiers (Pas-de-Calais). L’histoire de cet hôpital1 durant la Première Guerre mondiale permet de fixer une date large à la correspondance de May. Installé à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) en septembre 1914, il a été délocalisé à Versailles (Yvelines) de septembre 1914 à janvier 1916, puis à Camiers de janvier 1916 à avril 1919, et, enfin, à Dunkerque (Nord) d’avril à novembre 1919 : la carte a donc été écrite par May, dont on suppose qu’elle était infirmière dans cet hôpital, entre janvier 1916 et avril 1919, sans plus de précisions.

B. La visite de l’église Saint-Michel d’Étaples.

L’écriture de la jeune femme est ample et fluide : elle occupe naturellement la partie réservée à la correspondance, sur la moitié gauche du recto. Mais ayant utilisé tout cet espace, la jeune femme complète et conclut son propos, à la verticale, dans l’angle supérieur gauche* :

[Correspondance]

Nº 4 General Hospital

B E 7

Dear auntie Joanie,

I hope your pains are easier at present.

How do you like this church ?

I paid a visit there the day i came on leave, and, after my return, i will send a card of the one i went the last sunday in the village near here, if i can get one.

I have quite settled down.

Now i am very happy.

With love and i will write to you soon.

From your loving niece,

May

[Adresse]

To : miss A. J. Kirk

Grapes Hotel

Janner Row

York

England

Ce propos peut être ainsi transcrit* :

[Correspondance]

4e Hôpital général

B E 7

Chère tatie Joanie,

J’espère que tes douleurs sont moins difficiles à supporter désormais.

Comment trouves-tu cette église ?

Je l’ai visitée le jour de mon départ en congé et, après mon retour, je t’enverrai une carte de celle que j’ai visitée dimanche dernier, dans un village, non loin d’ici, si je parviens à en trouver une.

Je suis bien installée.

Maintenant, je suis très heureuse.

Avec amour, et je t’écrirai bien vite.

De la part de ta nièce adorée,

May

[Adresse]

À : madame A. J. Kirk

Grapes Hotel

Janner Row

York

England

May commence par s’informer de la santé de sa tante qui semble avoir souffert de douleurs récemment. Puis, elle lui demande si elle apprécie l’illustration du verso de la carte postale : il s’agit d’une vue de l’intérieur de l’église Saint-Michel d’Étaples, plus exactement de la nef et du chœur de cet édifice religieux (fig. 3). May l’a visitée lors de son départ en congé vers une destination que l’on ne connait pas. Sa tante semble apprécier les vues d’églises et, après son retour, la nièce compte lui en faire parvenir une autre, celle d’une église située près d’Étaples, si elle parvient à en trouver la carte postale. La jeune femme conclut en l’informant qu’elle est très bien installée, qu’elle est heureuse et qu’elle lui écrira très rapidement. Sur le verso de la carte postale, le nom d’Étaples a été biffé dans la légende : cette marque correspond peut-être à une censure de la localisation exacte du camp militaire.

La carte postale offre ainsi des informations sur le temps libre accordé au personnel de santé du camp d’Étaples : la visite de monuments locaux pouvait former l’un des objectifs de ces permissions. On sait que de nombreux soldats alliés ont visité lors de leur repos les carrières souterraines de Naours (Somme) : ils y ont laissé leurs traces sous forme de graffitis2. May a donc visité l’église d’Étaples, ainsi qu’une autre église proche : rappelons que l’église Saint-Michel, construite au XIIIe siècle et maintes fois modifiée au cours des siècles suivants, a été entièrement détruite lors d’un bombardement en 1944 et n’existe donc plus aujourd’hui.

En dehors de son environnement naturel exploité par les peintres avant la Première Guerre, Étaples possédait peu d’attraits touristiques au début du XXe siècle. Déjà, au XIXe siècle, l’érudit étaplois Gustave Souquet avait comme seuls points de visite à offrir au révérend anglais George Musgrave ceux des églises Saint-Michel et Notre-Dame de Foy et du château médiéval en ruines, deux de ces monuments ayant disparu depuis et le troisième étant particulièrement amoindri. Le touriste anglais le signifie promptement dans son carnet de voyage publié en 18613 :

The principal objects of interest at Etaples at the present day are its Churches and the remains of its very ancient castle.

Les principaux points d’intérêt aujourd’hui  à Étaples sont ses églises et les ruines de son très ancien château.

C. Étaples pendant la Première Guerre mondiale : une ville sale et insalubre ?

Si la ville offrait peu d’attraits, elle avait également mauvaise presse auprès des autorités militaires britanniques. Dès 1915, celles-ci avaient strictement conseillé à tous les militaires et au personnel de santé du camp de passer le minimum de temps dans la ville et de limiter leurs contacts avec la population : Étaples était considérée comme une ville sale, un exemple d’insalubrité4.

Dans son édition du mardi 10 août 1915, La Croix du Pas-de-Calais se fait l’écho de ce jugement5 :

La ville d’Étaples est consignée à l’armée anglaise. Ainsi, voilà toute une population courageuse, de commerçants, d’hôteliers avisés, de loueurs d’ateliers, etc., qui est privée des bénéfices très importants que procure une quantité de consommateurs supplémentaires.

Le motif est la malpropreté de la ville. C’est malheureux, mais il faut en convenir, notre ville est salle. Les immondices s’accumulent devant les portes des habitations pendant trois et quatre jours, car elles ne sont enlevées que deux fois la semaine. Heureusement que les vents violents du large viennent balayer les miasmes délétères que dégagent ces détritus divers.

Mais les Anglais, férus, avec raison, d’hygiène, craignent des fièvres et des maladies pour leurs hommes. Ils demandent aussi qu’Étaples soit pourvue d’eau potable. Car, c’est incroyable, nous n’avons pas ici de distribution d’eau de source. Et cependant, le Rombly distribue abondamment de l’eau pure et renommée dans ses environs et à Paris-Plage. Les tuyaux traversent même notre petite cité. Mais nous n’avons pas d’eau. Espérons que le comité national d’hygiène va imposer à la ville d’avoir de l’eau qui est si près d’elle, afin d’éviter les maladies et épidémies qui nous guettent. Si les Anglais arrivent à nous faire obtenir ce liquide bienfaisant, et des rues propres, ils nous auront rendus un fier service, car ils amèneront ainsi la prospérité dans notre petite patrie.

Dans son journal intime, l’infirmière australienne Elsie May Tranter6 (1886-1968) (fig. 4) témoigne, à la date du 26 mars 1917, de la persistance de cette insalubrité deux ans après les premiers constats. Seuls la place et son marché, pittoresques, trouvent grâce à ses yeux7 :

The village of Etaples is filthy dirty such narrow, pokey little streets and no decent drainage, so if you take two sniffs when going through ‘Paradise Alley’, you are indeed proving yourself a glutton. The housewives do not seem to be very tidy, in fact, they are not a bit fussy and when walking on the footpaths you have to dodge basins of rubbish and pails of water all the time for they just open their front doors and fling the rubbish out into the street.

Most of the shops are built facing onto a square. Just near the square is an old stone building where Napoleon once stayed. It is now used as a wine and spirit store. On Tuesday and Friday mornings there is a street market where you can purchase anything you require, from a needle to an anchor. Barrows and stalls with fruit, fish, vegetables and clothing of all description. Pigeons and rabbits killed while you wait…

Le village d’Étaples est crasseux, ses ruelles étroites, rikiki et sans aucun système de drainage, donc si vous prenez deux reniflements lors du passage par Paradise Alley, vous en êtes quittes pour un ou deux renvois de dégoût. Les femmes au foyer ne semblent pas être très propres ; en fait, elles ne sont pas très tatillonnes et quand vous marchez dans la rue vous devez esquiver les bassins de déchets et les seaux d’eau quand elles ouvrent leurs portes et jettent les ordures dans la rue.

La plupart des magasins sont construits face à une place. Tout près de cette place, s’élève une vieille maison en pierre où Napoléon a séjourné. Elle est maintenant utilisée comme un magasin de vins et spiritueux. Le mardi et le vendredi matin, il y a un marché où vous pouvez acheter tout ce dont vous avez besoin, de la plus petite aiguille à la plus grosse des ancres. Brouettes et étals de fruits, de poissons, de légumes et tout type de vêtements. Pigeons et lapins sont tués pendant que vous attendez …

Fig. 4. Portrait de l’infirmière australienne Elsie May Tranter, pris en studio entre 1916 et 1919 (© Australian War Memorial, P09173.001 – Toute reproduction interdite sans autorisation).

D. Conclusion.

À travers les quelques lignes de cette carte postale, se devinent le bonheur d’une infirmière qui peut profiter de jours de repos pour visiter les églises des localités proches du camp britannique d’Étaples, la satisfaction de pouvoir communiquer avec ses proches, la joie de leur réécrire bientôt. Le propos contraste avec les risques que pouvaient subir ces infirmières au sein du camp. Le 19 avril 1918, un bombardement allemand a visé hôpitaux et quartiers des infirmières faisant plus de 800 victimes, dont trois infirmières de l’hôpital général canadien n° 1 : Katherine Maud MacDonald (fig. 5), Gladys Wake (fig. 6) et Margaret Lowe8.

Fig. 5. Portrait de l’infirmière canadienne Katherine Maud MacDonald, décédée à l’âge de 25 ans, lors du bombardement allemand du 19 avril 1918 (© Anciens combattants du Canada – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Fig. 6. Funérailles de l’infirmière militaire Gladys Wake, qui a succombé à ses blessures à la suite du raid aérien allemand du 19 avril 1918 (William Rider-Rider. Canada. Ministère de la défense nationale. Bibliothèque et Archives Canada, PA-002562 – Toute reproduction interdite sans autorisation).


Notes

* Nous remercions Sandie Codron, professeur d’anglais au Lycée professionnel du bâtiment Bernard-Chochoy, à Desvres (Pas-de-Calais), pour son aide apportée à la transcription et à la traduction de la correspondance.

1. Baker s.d.

2. Prilaux 2016.

3. Musgrave 1861, p. 19.

4. Anonyme, s.d. (1).

5. Archives départementales du Pas-de-Calais, PE 135/17.

6. Sur Elsie May Tranter, voir Anonyme s.d. (2).

7. Gillings, Richards 2008.

8. Comber 2018.


Bibliographie

Anonyme s.d. (1) : ANONYME, « Chroniques de la Grande Guerre. À l’écoute des témoins. 10 août 1915. Hygiène publique à Étaples », Archives départementales du Pas-de-Calais, consulté le 18 août 2021. URL : https://www.archivespasdecalais.fr/Decouvrir/Chroniques-de-la-Grande-Guerre/A-l-ecoute-des-temoins/A-l-ecoute-des-temoins/1915/Hygiene-publique-a-Etaples

Anonyme s.d. (2) : ANONYME, « Elsie Tranter (Cumming) », Centenary of ANZAC Tasmania Remembers 2014-2018, consulté le 18 août 2021. URL : https://www.centenaryofanzac.tas.gov.au/history/shared_stories/elsie_tranter

Baker s.d. : BAKER (Chr.), « British Base Hospitals in France », The long, long trail. Researching soldiers of the Bristish Army in the Great War of 1914-1919, consulté le 18 août 2021. URL : https://www.longlongtrail.co.uk/army/regiments-and-corps/british-base-hospitals-in-france/

Comber 2018 : COMBER (A.), « Les infirmières militaires décédées en service pendant la Première Guerre mondiale, deuxième partie », Le Blogue de Bibliothèques et Archives Canada, mis en ligne le 27 juin 2018. URL : https://ledecoublogue.com/2018/06/27/les-infirmieres-militaires-decedees-en-service-pendant-la-premiere-guerre-mondiale-deuxieme-partie/

Musgrave 1861 : MUSGRAVE (G. M.), By-roads and battle-fields in Picardy, Bell and Daldy, Londres, 1861.

Prilaux 2016 : PRILAUX (G.), « Les souterrains de Naours, haut-lieu touristique au temps de la Grande Guerre », Inrap, mis en ligne le 21 avril 2016. URL : https://www.inrap.fr/les-souterrains-de-naours-haut-lieu-touristique-au-temps-de-la-grande-guerre-10981

Gillings, Richards 2008 : GILLINGS (J. M.), RICHARD (J) [ed.], In all those lines : the diary of Sister Elsie Tranter 1916-1919, Newstead, Tasmanie, 2008.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Mémoires de la guerre 1914-1918. Chapitre 5 : Chère tatie Joanie… Comment trouves-tu cette église ? », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 18 août 2021 <https://chronista.hypotheses.org/8983>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search