Jules Masson (1866-1944), un conseiller général hostile au rattachement du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples en 1926-1928

Maire de Camiers de mai 1904 à mars 1944, inspecteur général honoraire des ponts-et-chaussées, Jules Masson (1866-1944) fut conseiller général du canton d’Étaples, sous l’étiquette de l’Alliance démocratique, de 1924 à 1931 (fig. 1). De 1926 à 1928, dans les séances du conseil général du Pas-de-Calais, ce conseiller va peser de tout son poids dans les débats menés autour du rattachement du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples. Prenant le parti de la ville d’Étaples contre celui de sa voisine, Le Touquet, il dénonce dans des discours passionnés un déséquilibre patent entre les deux municipalités : alors qu’Étaples tente de se moderniser en engageant des frais trop conséquents pour une ville aux ressources modestes (rénovation de la gare ferroviaire, construction d’un second pont routier), la commune de Paris-Plage est accusée de jouer cavalier seul et de mener des projets d’infrastructures qui, tout en la favorisant, conduiraient à la ruine de sa voisine (embranchement ferroviaire menant directement au Touquet sans passer par la gare d’Étaples).

Fig. 1. Portrait de Jules Masson (Archives familiales de Françoise Hamain, avec son aimable autorisation — Toute reproduction interdite sans autorisation).

1. Du canton de Montreuil au canton d’Étaples…

Par la loi du reprise par la constitution de 1791, la commune de Cucq était rattachée au canton de Montreuil : alors simple hameau de la commune de Cucq, Paris-Plage était de fait rattaché à ce canton (fig. 2). Lorsque ce hameau, par la croissance même de sa population, acquiert son indépendance, le 28 mars 1912,  il est érigé en commune qui demeure, toutefois, rattachée au canton de Montreuil. En 1926, Cucq et Le Touquet-Paris-Plage demandent leur rattachement au canton d’Étaples. Ce rattachement, effectif en 1928, n’est cependant pas définitif : ainsi, par décret du 27 février 1991, les deux communes réintègrent le canton de Montreuil. Mais le redécoupage cantonal de 2014 les fait à nouveau basculer dans le canton d’Étaples dans lequel elles demeurent encore aujourd’hui.

Fig. 2. Carte du département du Pas-de-Calais (divisé en 8 districts et en 86 cantons) lors de sa création au commencement de la Révolution  (Planche extraite de l’Atlas national, Région du Nord, n° 1, Gravure sur cuivre avec rehauts de lavis couleur, Paris, 1790-1792 — Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 J 437/10. — Toute reproduction interdite sans autorisation).

2. Le projet de rattachement des communes de Cucq et du Touquet au canton d’Étaples (1926).

Le 29 septembre 1926, le conseiller Eugène Canu, membre du premier bureau du Conseil général du département du Pas-de-Calais, est chargé par ce même bureau de la lecture du rapport sur la demande de rattachement des communes de Cucq et du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples. Après étude du dossier, le premier bureau juge que cette demande ne suscite que peu d’inconvénients et offre de multiples avantages : d’une part, les communes qui composent le canton d’Étaples ne sont pas hostiles à ce rattachement ; d’autre part, le Conseil d’arrondissement de Montreuil a approuvé ce projet (5 voix contre 3 sur 9 votants, dont 1 absent, favorable lui aussi). Le premier bureau a lui-même voté – à l’unanimité moins une voix (11 voix sur 12) – un avis favorable au rattachement. En conclusion, Eugène Canu prie le Conseil général d’émettre un vote qui entérinerait, de manière positive, ce projet.

C’est lors des débats contradictoires que le conseiller Jules Masson, qui vient tout juste d’intégrer le premier bureau, souhaite partager son opinion. S’il ne prétend pas remettre en cause le vote du premier bureau, le conseiller général du canton d’Étaples tient, cependant, à faire part de son avis qui sera porté au procès-verbal. Il entend dénoncer la pression qu’aurait exercé la commune du Touquet, qu’il qualifie péjorativement de « sirène », sur les membres du premier bureau. Selon lui, le premier bureau avait émis un avis défavorable au rattachement l’avant-veille du vote officiel : telle la sirène d’Ulysse, qui chante et envoûte les marins, les conduisant à leur perte, la ville du Touquet a réussi à séduire plusieurs des membres du bureau et à bouleverser les intentions de vote, faisant basculer les partisans du non dans le camp du oui. Jules Masson use encore de métaphores quand il traite la commune paris-plageoise de « ville-champignon » ou la compare à un serpent dont le « venin » pourrait se répandre. Le Touquet serait à l’origine de désagréments qui frappent directement la ville d’Étaples : l’ensablement de la baie de la Canche, la mort de la marine étaploise et le paiement de surtaxes pour la rénovation de la gare et la construction du second pont routier seraient le fait du développement urbain, irraisonné et tentaculaire, de la station balnéaire voisine qui, demandant tout pour elle, n’accorderait rien – ou si peu – aux Étaplois.

Le rapporteur du projet, Eugène Canu, achève cette discussion houleuse en assurant que le premier bureau a choisi en son âme et conscience, et sans pression aucune, le rattachement des deux communes au canton d’Étaples. Il considère que le projet réalisera des simplifications administratives et amènera des bénéfices à la ville d’Étaples, comme en témoigne la construction du nouveau pont routier (nommé par lui « pont de Paris-Plage ») qui est un gage de la solidarité du Touquet envers sa voisine étaploise. Il estime, enfin, que le développement de Paris-Plage ne peut être la cause de l’ensablement de la baie, dont l’origine est, pour lui, purement hydrographique.

3. La tentative d’ajournement du projet de rattachement (1928).

Le 10 novembre 1927, le Conseil d’État adopte le projet de loi « tendant à distraire les communes du Touquet-Paris-Plage et de Cucq du canton de Montreuil-sur-Mer pour les rattacher au canton d’Étaples ». Le 28 novembre 1927, le projet est présenté par le gouvernement français à la Chambre des députés : après rapport du député Joseph Coucoureux le 29 février 1928, celle-ci l’adopte dans sa séance du 6 mars 1928. 

Le 15 mai 1928, Le Conseil général du Pas-de-Calais débat à nouveau, et deux ans après les premières discussions, du rattachement des communes de Cucq et Le Touquet au canton d’Étaples : ce débat est provoqué par Jules Masson qui souhaite ajourner la mise à exécution de ce projet. Si le conseiller général du canton d’Étaples revient sur les deux avis contradictoires émis par le premier bureau en 1926, il pointe surtout l’absence de solidarité de la part de la ville du Touquet envers Étaples, au contraire des propos tenus par Eugène Canu en 1926 : il cite comme exemple « la réalisation d’un projet d’embranchement de la ligne Paris à Calais sur Paris-Plage, qui rendrait superflu les travaux d’agrandissement de la gare d’Étaples et ferait d’Étaples une ville morte ». Enfin, et d’après le conseiller, tous les maires du canton d’Étaples, favorables à l’origine au rattachement, se seraient rétractés lors d’une réunion tenue le 10 avril 1928 à l’hôtel de ville d’Étaples. Aussi, souhaite-t-il le renvoi sine die du projet.

Après discussion, le premier bureau vote à nouveau en faveur du rattachement, cette fois par 6 voix contre 2, et 1 abstention. Battu, Jules Masson retire sa motion et se borne à lire une déclaration qui enfonce, davantage encore, le clou d’une hostilité sourde au rapprochement : la municipalité touquettoise est traitée de « puissance tyrannique » qui commet des « abus de confiance » et cherche à « asservir Étaples ». Prenant acte du retrait de la motion du conseiller Masson, l’Assemblée clôt ce qu’elle qualifie, cependant, « d’incident ».

Le 24 juin 1928, après adoption par la Chambre des députés, le Sénat discute du projet de loi et l’adopte : le rapport du sénateur Louis Linÿer permet de prendre connaissance des nombreux arguments des partisans du rattachement. La loi est promulguée le 29 juin 1928, puis publiée au Journal officiel le 7 juillet 1928. L’année 1928 voit donc le rattachement des communes de Cucq et du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples : le , une grande fête est organisée pour célébrer l’évènement. Ainsi, en dépit de ses tentatives, Jules Masson n’a pu influer sur l’un des maillons de la chaîne de décisions qui a conduit à ce résultat final.

4. Conclusion.

Les diatribes du conseiller Jules Masson témoignent d’un attachement viscéral au territoire qu’il représentait au Conseil général, le canton d’Étaples situé au nord de la Canche, limite naturelle ancienne entre le Boulonnais et la Picardie : pour Jules Masson, la ville du Touquet-Paris-Plage, implantée au sud du fleuve, était définitivement une cité picarde dont le rattachement aux terres boulonnaises n’allait pas de soi. En filigrane de ses discours enflammés, transparait également l’évolution urbaine que la ville d’Étaples connait dans les années 1920 : rénovation de la gare et de la place, construction du second pont routier… Si ces travaux avaient pour vocation d’embellir Étaples, dont le budget municipal était des plus modestes, ils servaient aussi, et peut-être avant tout, la station balnéaire des bords de Manche qui connaissait une croissance insolente durant cette décennie. Il est vrai qu’au luxe des villas touquettoises répondait, sur l’autre rive de la Canche, l’insalubrité des habitations étaploises, notamment celles des marins qui, pour un très grand nombre d’entre eux, vivaient plus que chichement. On ne peut porter donc grief à Jules Masson d’avoir si ardemment défendu la population étaploise durant son mandat de conseiller régional de 1924 à 1931. 


Corpus des textes :

  • Séance du Conseil général du Pas-de-Calais du 29 septembre 1926 :

M. Masson considère qu’il lui sera difficile, en qualité de Conseiller général du canton d’Étaples, de combattre ces conclusions. Il prie ses collègues de vouloir bien tenir compte de sa situation. Il constate que Paris-Plage est une sirène très dangereuse. L’avant-veille, le 1er bureau avait conclu dans un sens opposé à celui de sa résolution actuelle : dans l’intervalle, la sirène aura chanté. L’orateur rappelle que la Canche a, de tout temps formé la frontière de la Picardie. L’élément nouveau, c’est la prospérité croissante de Paris-Plage. M. Masson souhaite, du moins, que cette ville-champignon n’ait pas de venin. Peut-être est-il imprudent d’invoquer l’avis favorable des communes ? Si les villes de Paris-Plage et d’Étaples ont vu leurs intérêts liés, on peut considérer qu’il y a déjà entre elles des menaces de conflits. C’est à l’existence de Paris-Plage qu’Étaples doit l’accélération de l’ensablement de sa baie, la mort de sa marine. D’autre part, les habitants d’Étaples ne sont, pas insensibles aux surtaxes qu’ils doivent payer en raison de la construction de la gare et du Pont. La ville d’Étaples considère cependant qu’elle a le devoir de faciliter le développement de Paris-Plage, mais n’est-il pas à redouter que Paris-Plage ne rende bientôt, tant de dépenses inutiles car on y parle déjà de la création d’une gare spéciale. L’orateur ne combat pas le rattachement, mais il souhaiterait qu’on y appliquât le principe du do ut des.

  • Séance du Conseil général du Pas-de-Calais du 15 mai 1928 :

Considérant que, en sa session de septembre 1926, le Conseil Général appelé à statuer sur le rattachement de la Ville du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples, après deux avis successifs, mais contraires, du 1er bureau, n’a émis un avis en faveur du rattachement que sur l’affirmation, apportée par M. le Rapporteur du 1er bureau, au nom de M. le Maire et d’une délégation du Conseil Municipal du Touquet-Paris-Plage, que Étaples pouvait faire confiance à Paris-Plage, à preuve : la construction du nouveau Pont sur la Canche aux frais de Paris-Plage ;

Considérant que, depuis 1926, les faits attestent malheureusement l’oubli de ces promesses ;

Qu’en effet, la Ville du Touquet-Paris-Plage et les groupements locaux : Société Générale Immobilière, Touquet-Syndicat, Société des Grands Établissements, oublieux des « engagements précis définis explicitement dans la délibération du 1er décembre 1923 du Conseil Municipal du Touquet-Paris-Plage », se sont efforcés de rejeter sur les seuls usagers de la gare d’Étaples la charge par eux assumée de la dépense de la construction du pont ;

Que, chose plus grave encore, la Municipalité du Touquet-Paris-Plage poursuit présentement la réalisation d’un projet d’embranchement de la ligne Paris à Calais sur Paris-Plage, qui rendrait superflu les travaux d’agrandissement de la gare d’Étaples (plus de 12 millions) et ferait d’Étaples une ville morte ;

Considérant que cette violation des engagements pris et des promesses faites crée entre le Touquet-Paris-Plage d’une part, et, d’autre part, la Ville et le Canton d’Étaples, lequel s’est solidarisé avec son chef-lieu, un état de tension qui ne prendra fin qu’avec l’exécution des engagements et promesses ;

Émet le vœu que le projet de rattachement au Canton d’Étaples de la Ville du Touquet-Paris-Plage et, par accession, de la Commune de Cucq, projet auquel tous les Maires du Canton, favorables en 1926, se sont déclarés hostiles dans une réunion tenue à l’Hôtel de Ville d’Étaples le 10 avril dernier, soit ajourné jusqu’à l’époque où le Touquet-Paris-Plage aura tenu ses engagements, auquel cas cessera l’opposition actuellement faite au rattachement par tout le Canton d’Étaples.

M. Masson déclare qu’il serait aisé de passionner le débat en citant des anecdotes. Il ne le fera pas, et se bornera à lire la déclaration suivante :

Une petite Municipalité qui dispose d’un budget de 7 millions est une puissance, puissance qui, en certaines mains, tourne aisément à la tyrannie.

La Ville d’Étaples s’est prêtée à tout ce que lui a demandé Paris-Plage pour aider à son développement : à l’éventrement de sa place et au payement de surtaxes pour l’établissement, d’une grande gare, motivée par le trafic du Touquet-Paris-Plage ; mais elle est sans doute fondée à être payée de retour.

Hélas ! les faits cités dans le vœu que j’ai cru nécessaire de déposer pour combattre l’asservissement où l’on veut tenir Étaples, montrent comment, outre Canche, certaines personnalités entendent s’acquitter :

Quintuplement des surtaxes sur le trafic de la gare d’Étaples, pour échapper au payement des subventions assumées ;

Création, sur la rive gauche de la Canche, d’un embranchement, avec terminus, à Paris-Plage, qui enlèverait toute activité à Étaples.

Si le projet caressé pour les surtaxes n’a pas abouti, c’est au Conseil d’État que sont redevables les usagers de la gare d’Étaples : habitants d’Étaples et des Communes voisines et habitants du Touquet-Paris-Plage.

Quant au projet d’embranchement, si certains disent qu’il ne se réalisera pas, parce que la Compagnie du Nord est hostile aux gares en cul-de-sac, d’autres affirment que le projet est complètement étudié.

En tous cas, il résulte d’une délibération — révélatrice — du Conseil Municipal du Touquet-Paris-Plage, qu’un fonds de concours de 4 millions est déjà constitué : 2 millions votés par la Ville du Touquet-Paris-Plage et 2 millions consentis par la Société des Grands Établissements.

Ce qui est vrai aussi, c’est que le projet d’embranchement est sévèrement jugé à Paris-Plage même :

Véritable abus de confiance au regard de la Ville d’Étaples, disait récemment un membre qualifié de l’ancienne municipalité. Celle-ci avait voulu l’entente complète entre les deux Villes.

Pour ma part, je veux encore espérer que grâce à l’intervention de M. le Préfet, mandaté par M. le Ministre des Travaux Publics, l’entente ne sera pas rompue, et c’est dans cet espoir que, désireux de faciliter sa tâche, je déclare au Conseil Général retirer mon vœu.


Nota

Nous renvoyons le lecteur à la bibliographie suivante pour retrouver les différentes mentions qui ont servi à construire notre propos.

 


Bibliographie

BYHET-BONVOISIN (Th.), « Un projet d’urbanisme à Étaples : le boulevard entre la gare et le pont de la Canche (1922-1935) », Mémoire d’Opale, 13 (2021), à paraître.

LINŸER (L.), Rapport fait au nom de la Commission de l’administration générale, départementale et communale, chargée d’examiner le projet de loi, adopté par la Chambre des députés, tendant à distraire les communes du Touquet-Paris-Plage et de Cucq (département du Pas-de-Calais) du canton de Montreuil-sur- Mer pour les rattacher au canton d’Étaples, Imprimerie du Sénat, Paris, 1928.

Département du Pas-de-Calais, Conseil général, 2e session ordinaire de 1926, Procès-Verbaux des délibérations, mercredi 29 septembre 1926, « Projet de réunion au canton d’Étaples des communes de Cucq et de Paris-Plage », p.232-235.

Département du Pas-de-Calais, Conseil général, 1re session ordinaire de 1928, Rapport Supplémentaire du Préfet, Procès-Verbaux des délibérations, mardi 15 mai 1928, « Communes de Cucq et du Touquet-Paris-Plage. Rattachement au canton d’Étaples », p. 77-79.

Journal officiel de la République française, 31 juillet 1924, « Conseil général. Élections du 6 juillet 1924 », p. 6907.

Journal officiel de la République française, 22 juin 1928, « Sénat – Année 1928 – Session ordinaire – Ordre du jour du dimanche 24 juin 1928 », p. 6957.

Journal officiel de la République française, 25 juin 1928, Sénat – Année 1928 – Session ordinaire – 1ère séance du dimanche 24 juin 1928, « Adoption d’un projet de loi relatif aux communes du Touquet-Paris-Plage et de Cucq », p. 998.

Journal officiel de la République française, 7 juillet 1928, « Loi distrayant les communes du Touquet-Paris-Plage et de Cucq (département du Pas-de-Calais) du canton de Montreuil-sur-Mer pour les rattacher au canton d’Étaples, 29 juin 1928 », p. 7534.

Recueil des lois délibérées par la Chambre des Députés et promulguées pendant le cours de la quatorzième législature, Première partie : Du 1er juin au 31 décembre 1928, Imprimerie de la Chambre des députés, Paris, 1929, p. 23.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, « Jules Masson (1866-1944), un conseiller général hostile au rattachement du Touquet-Paris-Plage au canton d’Étaples en 1926-1928 », Chronica Stapulensis, mis en ligne le 5 janvier 2022 <https://chronista.hypotheses.org/9265>.

Le carnet Chronica stapulensis est enregistré sous le code ISSN 2724-9352.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search