L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867

Cette photographie1, issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32), est l’une des nombreuses vues stéréoscopiques de la ville d’Étaples prises par l’historien au cours du deuxième tiers du XIXe siècle (fig. 1). Elle s’intègre dans une série prisée de Gustave Souquet : en dehors de celle présentée ici, 8 autres vues ayant pour cadre la place et l’hôtel de ville sont connues2.

Fig. 1. Vue stéréoscopique de l’hôtel de ville et de la place du marché, entre 1856 et 1867 (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Elle montre, au premier plan, la place3 (ou place du marché à cette époque) et, à l’arrière-plan, l’ancien hôtel de ville (qui précède l’actuel hôtel de ville) et le début des rues du Bac4, à gauche, et de la rue du Havre ou des Marins5 (actuelle rue de Rosamel), à droite (fig. 2).

Fig. 2. Vue recadrée de de la figure 1 (Toute reproduction interdite sans autorisation).

L’hôtel de ville, qui se dresse à l’extrémité de la place, a été construit en 17306, sur un seul niveau légèrement surélevé : il disposait de quatre pièces réparties autour d’un couloir. Un escalier permettait d’accéder depuis la place à la porte principale : encadrée de deux pilastres et surmontée d’un fronton circulaire, elle était accostée de deux paires de fenêtres aux lourds volets de bois. Au-dessus du fronton, une inscription peinte en noir – Hôtel de ville – désignait au passant la fonction de l’édifice. Au sommet de la toiture, qui cachait un grenier, un clocheton était garni d’une horloge qui offrait l’heure à tous les habitants et autres quidams de passage dans la ville : celle-ci avait été achetée en 18527. Devant l’hôtel de ville, avait été plantée en 1831 une série de tilleuls qui furent abattus lors de la reconstruction de la mairie en 18908. En 1966, l’étaplois Victor Caloin se souvenait encore de cet édifice9 :

La Mairie, située sur le côté ouest de la place Jacques Lefebvre, était une construction basse, vétuste, sans aucun style. Les murs, blanchis à la chaux, étaient, en façade, percés d’une porte, avec deux fenêtres de chaque côté, des volets en bois. Au-dessus de la porte, une ouverture, sur un grenier couvert en tuiles, et, surmontant le tout, un petit clocheton pointu, avec une horloge, et la traditionnelle girouette. Devant cette pauvre Mairie, à l’aspect villageois, une vingtaine de maigres tilleuls.

Juste en arrière de l’hôtel de ville, à l’entrée de la rue des Marins ou du Havre, s’élevait l’Hôtel du Lion d’Or, exploité, à l’époque de Gustave Souquet, par la famille Pochet10. Sur le pignon  oriental de la façade se lisait l’inscription en grosses lettres majuscules peintes en noir, ici partiellement visible sur la photographie — Hôtel du Lion d’Or — qui individualisait l’établissement et permettait de le signaler aux voyageurs de passage. Au XIXe siècle, l’établissement avait acquis une certaine renommée, car Victor Hugo y fit une halte le 3 septembre 1837, au soir, après avoir quitté Boulogne, comme en témoigne la lettre qu’il fait parvenir à sa fille, Léopoldine11 :

Je ne t’ai pas assez parlé de ce joli hameau d’Étaples. Il y a là une auberge comme je les aime, une petite maison propre, honnête, bourgeoise, deux hôtesses qui sont deux sœurs, jeunes encore, fort gracieuses vraiment, de forts bons soupers de gibier et de poisson, et sur la porte un lion d’or qui a un air tout doux et tout pastoral, comme il convient à un lion mené en laisse par deux demoiselles. Les deux demoiselles font bâtir en ce moment, elles agrandissent leur maison. C’est de la prospérité. J’en ai été charmé. Je n’ai pas trouvé de meilleure auberge dans toute la Belgique.

Un poème composé en 1860 par Jules Fuzelier, notaire étaplois, mentionne encore cet hôtel12 :

L’hôtel du Lion d’Or, rendez-vous des chasseurs, est comme un oasis pour tous les voyageurs, Pochet pour leur dîner a les vins les plus rares…

Au début du XXe siècle, cette maison sera rachetée par la commune et servira à l’agrandissement de l’actuel hôtel de ville13.

Fig. 3. Agrandissement de la figure 2 (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Il n’est pas possible de préciser la date de prise de vue de ce document, au vu du peu de marqueurs chronologiques présents sur la photographie. De toute évidence, la photographie a été prise lors d’un hiver rigoureux, à la suite d’une chute de neige conséquente, en début d’après-midi, à 13h50. La photographie prend place dans la période d’activité photographique supposée de Gustave Souquet, c’est-à-dire entre 1856 et 1867. Elle n’est pas la seule montrant place et hôtel de ville sous la neige : 2 autres photographies du fonds Gustave Souquet adoptent ce thème hivernal14.

Fig. 4. Angle de vue de la photographie depuis l’hôtel Souquet, en 1 : en 2, l’hôtel de ville, en 3, l’hôtel du Lion d’Or (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 P 1009/28, Section A, 1re feuille, 1813-1818, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Le photographe a installé son appareil à l’étage de sa maison et a pris la photographie depuis l’une de ses fenêtres donnant sur la place. La vue est prise en direction de l’ouest (fig. 4). C’est précisément le caractère hivernal et paisible de la scène, mais également l’importance de la couverture neigeuse qui ont suscité la prise de la photographie. Les toits des maisons sont encore largement chargés d’une neige lourde et abondante. Les volets en bois de l’hôtel de ville sont clos. La place semble déserte, mais si l’on y prête attention un personnage s’est caché au pied de l’hôtel de ville, entre le groupe d’arbres sur la gauche et l’escalier d’accès (fig. 5) : il s’agit probablement d’un cantonnier qui vient de déblayer l’accès à l’hôtel de ville et de faire tomber la neige des tilleuls. Comme sur d’autres photos appartenant au fonds photographique Gustave Souquet, le ciel a été gommé et laisse place à un grand aplat blanc. Les toitures et cheminées ont été soigneusement détourées.

Fig. 5. Détail de la figure 1 (Toute reproduction interdite sans autorisation).

Notes

1. Sur cette photographie, voir Achille Caron, Étaples par la photographie, Livre n° 1 : 1848-1914, Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J2 : p. 5 et Byhet, Vambre 2017 : p. 45-46.

2. Voir Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.13 (le marché sur la place), 98.1.30 (le boucher Patagoniat égorgeant un cochon sur la place), 98.1.33 (la place et l’hôtel de ville sous la neige), 98.1.35 (le marché sur la place), 98.1.36 (la place vers la rue du Port) 98.1.42 (le marché sur la place), 98.1.74 (la place et l’hôtel de ville sous la neige) et 98.1.95 (un manège sur la place).

3. À l’époque de Gustave Souquet, la place ne portait que ce seul nom (Souquet 1860, p. 56-71). Elle fut ensuite appelée Place Jacques-Lefebvre, du nom du théologien et humaniste né à Étaples vers 1450, dans la première moitié du XXe siècle, puis Place du Général de Gaulle, après la Seconde Guerre mondiale.

4. La Rue du Bac rappellerait l’existence du bac qui servait à traverser la rivière de Canche (Souquet 1860, p. 14-19).

5. À l’époque de Gustave Souquet, la Rue du Havre était aussi appelée Rue des Matelots : « parce qu’elle (était) presque entièrement habitée par la classe maritime » (Souquet 1860, p. 39-44). Elle porte aujourd’hui le nom de Rue de Rosamel, en souvenir de l’amiral Louis Charles Marie du Campe de Rosamel (1805-1873), conseiller général du canton d’Étaples de 1861 à 1873. Le conseil municipal  d’Étaples adopta le 3 juin 1866 la nouvelle dénomination de la rue (Baudelicque 1993, p. 413 et Joule 1998, p. 86).

6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1J22/24.

7. Souquet 1863, p. 176.

8. On peut en compter au moins 47 sur la photographie. Voir Baudelicque 1993, p. 369 (hôtel de ville) et 381 (plantation d’arbres sur la place).

9. Caloin 1966, p. 2.

10. L’hôtel fut tenu par la suite par la veuve Grandidier (Archives départementales du Pas-de-Calais, 2O/2134 et Caloin 1966, p. 3).

11. Simon 1910, p. 143. La date exacte du passage de Victor Hugo à Étaples se trouve dans une lettre adressée à sa fille et publiée dans le tome 1 de sa correspondance (Simon 1947, p. 554) : « À LéopoldineÉtaples, près BoulognesurMer, 3 septembre, 9 heures du soir [1837]J’ai passé Dunkerque, j’ai passé Calais, j’ai passé BoulognesurMer, ma Didine bienaimée (…) Je viens de me promener au bord de la mer en pensant à toi, mon pauvre petit ange. J’ai cueilli pour toi cette fleur dans la dune. C’est une pensée sauvage qu’a arrosée plus d’une fois l’écume de l’océan. Gardela pour l’amour de ton petit père qui t’aime tant. (…) Et puis, mon ange, j’ai tracé ton nom sur le sable : Didi. La vague de la haute mer l’effacera cette nuit, mais ce que rien n’effacera, c’est l’amour que ton père pour toi« Une seconde lettre, datée du 5 septembre 1837, décrit plus longuement le paysage maritime étaplois : « Tu sais que j’aime encore mieux les petits ports que les grands. Aussi de Boulogne je suis allé à Étaples (…) Étaples n’est qu’un village, mais un village comme je les cherche, une colonie de pêcheurs installée dans un des plus gracieux petits golfes de la Manche. La marée était basse quand j’y suis arrivé ; toutes les barques étaient échouées au loin sur le sable, noires et luisantes comme des coquilles de moules. J’en ai dessiné quelques-unes, tout en me promenant sur la grève. De temps en temps je rencontrais, sur les seuils des cabanes, de ces dignes figures de marins qui vous saluent noblement. La mer brillait au milieu du golfe, éclatante et déchiquetée, comme un lambeau de drap d’argent. Les hauteurs qui bornent l’horizon au midi ont une forme magnifique et calme. Quelques grands nuages s’y posaient lentement. C’était un spectacle tranquille et grand. Le soir, il semble que les nuages aussi vont se coucher. Ils s’aplatissent, ils s’allongent, ils s’étendent comme pour dormir. Le jour ils s’enflent, se dilatent et se gonflent au soleil comme des édredons devant le feu. En général, je les aime mieux le soir. Ils dessinent alors dans l’air des baies et des promontoires qui font du ciel comme un immense miroir où la mer se réfléchirait avec ses côtes sombres et découpées. Je suis parti d’Étaples de bon matin. Je voulais déjeuner à Montreuil-sur-mer » (Simon 1910, p. 129 et 130). Victor Hugo souhaitait retourner à Étaples le 8 septembre, par la mer, mais il dut y renoncer (Simon 1910, p. 143 et 144).

12. Achille Caron, Étaples par la photographie, Livre n° 1 : 1848-1914, Archives départementales du Pas-de-Calais, 88J2 : p. 2, repris par Baudelicque 1993, p. 407.

13. Archives départementales du Pas-de-Calais, 2O/2134 et Baudelicque 1993, p. 387.

14. Voir également Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.33 et 98.1.74.


Bibliographie

Baudelicque 1993 : BAUDELICQUE (P.), Histoire d’Étaples des origines à nos jours, Tome 1, Imprimerie du Moulin, Saint-Josse-sur-Mer, 1993.

Braeuner 2001 : BRAEUNER (H.) [éd.], Victor Hugo, Récits et dessins de voyage, Collection Beaux livres littéraires, La Renaissance du Livre, Tournai, 2001.

Byhet, Vambre, 2017 : BYHET (Th.), VAMBRE (L.), Gustave Souquet, un photographe témoin de son temps, livret de l’exposition (16 et 17 septembre 2017, salle pédagogique de l’Office de tourisme d’Étaples (Corderie), Mémoire d’Opale, Étaples, 2017.

Caloin 1966 : CALOIN (V.), Étaples, au bon vieux temps… Lointains souvenirs, Société archéologique et historique Quentovic, Étaples, 1966.

Joule 1998 : JOULE (S.), Les rues d’Étaples (1860-1960). Reflet et expression d’une société, Maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Br. Béthouart, Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, 1998.

Simon 1910 : SIMON (G.) [éd.], Œuvres complètes de Victor Hugo : En voyage, Tome 2, Imprimerie nationale, Librairie Ollendorff, Paris, 1910.

Simon 1947 : Simon (G.) Œuvres complètes de Victor Hugo : Correspondance, Tome 1, A. Michel, Paris, 1947 (reprint).

Souquet 1860 : SOUQUET (G.), Histoire des rues d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.

Souquet 1863 : SOUQUET (G.), Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.


Citation électronique : Thomas Byhet-Bonvoisin, «L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867», Chronica Stapulensis, mis en ligne le 30 janvier 2020 ‹https://chronista.hypotheses.org/970›

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.