Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…

Dans un billet publié précédemment1, nous avons présenté trois cartes postales écrites par le soldat Lucien, jeune étaplois qui a connu le destin de mille autres de sa génération envoyés à la guerre, mais dont les jours passés dans son unité ont été adoucis par une correspondance entretenue avec sa marraine de guerre, la vosgienne Louise Fayon.

Très récemment, nous avons eu la chance d’acquérir sept autres cartes écrites par Lucien à sa marraine : elles nous permettent de compléter l’histoire de ce soldat étaplois2.

Continuer la lecture de « Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine… »

Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert

Les registres des rentes de l’église Saint-Michel conserve le souvenir d’une rue qui, au XVIIIe siècle, avait complètement disparu de la topographie urbaine étaploise : la rue Saint-Hubert. Les informations contenues dans ces registres permettent non seulement de localiser cet espace de circulation dans la ville, de comprendre l’origine de son nom et les raisons de sa disparition, mais aussi de connaître les noms des maisons que l’on y avait établies et ceux des habitants qui les occupaient.

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert »

Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549)

Au XVIe siècle, Étaples possède un couvent de sœurs du tiers-ordre de Saint-Dominique et de Sainte-Catherine de Sienne1. Nous ne disposons que d’informations infimes sur ce couvent, dont certaines, d’ailleurs, sont de seconde main : la faible durée d’existence de cet établissement religieux, moins de 40 années, explique peut-être cet état de fait.

Continuer la lecture de « Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549) »

Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819

Le dimanche 6 juin 1819, à 9 heures du matin, François Joseph Capet, juge de paix, et Jean Baptiste Joseph Bossus, notaire royal, viennent déclarer devant Daniel Duriez, adjoint de la mairie d’Étaples faisant fonction d’officier de l’état civil, le décès de l’un de leurs compatriotes : Nicolas César Souquet-Marteau. Le défunt n’est pas inconnu de l’officier, et pour cause : il s’agit du maire de la ville. Celui-ci est décédé dans la nuit, à 5 heures, en son domicile situé n° 20 de la place, non loin de l’hôtel de ville : il avait 53 ans et demi (voir copie de l’acte en annexe).

Continuer la lecture de « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 »

Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800

Le 9 novembre 1800 (18 brumaire an IX), un puissant ouragan ravage le nord-ouest de l’Europe (fig. 1) : la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Allemagne sont touchées par cette violente tempête1. Le naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck en fit une étude lue à l’Institut national le 2 décembre 1800 (11 frimaire an IX) et publiée dans le Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts : dans sa démonstration, il désigne le phénomène sous le nom de tempête, et non sous ceux d’orage ou ouragan2.

Continuer la lecture de « Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800 »

Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… »

Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739

Dans les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples, il est rare que la cause des décès des paroissiens soit indiquée. Il faut que la mort soit brutale ou soudaine pour que cette cause soit mentionnée, à l’exemple du décès suivant1, intervenu le 5 novembre 1704 :

Le cinquième novembre 1704, François Duhamel, âgé de cinquante-huit ans, mary de Marthe Vuyart, sa femme, cabaretier et chasse-marées de profession, est mort subitement en étant le long de la côte pour faire marée, en présence de plusieurs personnes quy nous l’ont attesté, et duquel le corps fut inhumé le six du même mois dans le cimetière de cette église, et ayant interpellé lesdits témoins pour signer, ils ont déclaré ne sçavoir écrire, ce que le curé soussigné déclare (P. Osmont, prêtre). 

Aussi, la mention qui suit fait-elle exception. En 1739, le curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, Antoine Boully2, consigne cette observation3 dans son registre paroissial, en marge de plusieurs actes de baptêmes, mariages et décès rédigés entre le 14 juillet et le 3 août (fig. 1 et 2) :

Il est mort de la suette depuis le 8e may 17 personnes.

Continuer la lecture de « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 »

Bons pour le service

La carte postale présentée ici a été écrite le 12 janvier 1917, à Étaples, par Paul Marié (fig. 1). Elle est adressée à sa tante, Mme Delianne, qui réside 260 rue de l’Impératrice, à Berck (Pas-de-Calais). Paul lui écrit afin de l’informer que lui et deux de ses amis sont « bons pour le service ». En cette troisième année de la guerre, le risque de partir au front pour les trois jeunes hommes est grand.

Continuer la lecture de « Bons pour le service »

Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population étaploise, mais également sur les sentiments et les préoccupations des soldats se trouvant à Étaples ou écrivant, depuis le front, les hôpitaux ou leurs lieux de permission, à leurs familiers résidant dans la ville, en France ou à l’étranger.

Continuer la lecture de « Lassitude de la guerre »

Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux manuscrits : les Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples (fig. 1). Conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (MS 54-55), ces deux documents, compilant données anciennes, témoignages oraux et trouvailles fortuites, contiennent de nombreux renseignements sur l’histoire et l’archéologie étaploises. Si certaines informations ou thèses développées par Godefroy Cappe de Baillon apparaissent aujourd’hui fantaisistes1, d’autres renvoient à une réalité que l’auteur a plutôt bien transcrite : en effet, dans de très rares cas, il s’est fait le fidèle rapporteur de découvertes archéologiques réalisées à Étaples durant le premier conflit mondial. C’est particulièrement le cas avec une sépulture à incinération gallo-romaine découverte en 1915.

Continuer la lecture de « Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915 »

Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat

Le fonds Louis Géneau1, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, contient, aux cotes G70-71, un recueil d’Aveux et dénombrements, rapports et déclarations de fiefs et biens-fonds sis en Boulonnais, datés des XVIIe et XVIIIe siècles : dans ce recueil, un dossier regroupe plusieurs déclarations de rentes foncières et seigneuriales dues à Marie Jean Baptiste de Rocquigny, seigneur d’Étaples en partie, et établies dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’une d’entre elles, numérotée 134, a été déposée le 26 novembre 1755 devant les notaires royaux Descotte et Pincedé, à Samer, par « François Buée, maçon et porte au sac, demeurant en la ville d’Estaples ».

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat »

Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892.

Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue recadrée (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860 »

Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, « grande rue » – plus rarement « grand chemin » – « qui mène d’Étaples à Camiers« . En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une longueur de 120 toises environ3, s’échappait de l’extrémité septentrionale de la place principale d’Étaples (fig. 1, n° 3) et se dirigeait vers le village de Camiers, situé à 6 km plus au nord, en empruntant l’actuelle rue de Camiers4. Il n’est donc pas étonnant de la voir aussi nommée : « grande rue qui mène du marché et place d’Étaples à Camiers« . À la sortie du bourg d’Étaples, la rue devenait chemin qui, le long de la mer et par les villages de Camiers, Dannes, Neufchâtel, Condette, Pont-de-Briques et Saint-Léonard, conduisait à Boulogne : cependant, l’appellation « grande rue qui conduit d’Étaples à Boulogne » était plus que rare5Au centre de cette longue artère, s’élevait une auberge : l’auberge du Chat (fig. 1, n° 4).

Continuer la lecture de « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat »

L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867

Cette photographie1, issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32), est l’une des nombreuses vues stéréoscopiques de la ville d’Étaples prises par l’historien au cours du deuxième tiers du XIXe siècle (fig. 1). Elle s’intègre dans une série prisée de Gustave Souquet : en dehors de celle présentée ici, 8 autres vues ayant pour cadre la place et l’hôtel de ville sont connues2.

Fig. 1. Vue stéréoscopique de l’hôtel de ville et de la place du marché, entre 1856 et 1867 (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Elle montre, au premier plan, la place3 (ou place du marché à cette époque) et, à l’arrière-plan, l’ancien hôtel de ville (qui précède l’actuel hôtel de ville) et le début des rues du Bac4, à gauche, et de la rue du Havre ou des Marins5 (actuelle rue de Rosamel), à droite (fig. 2).

Continuer la lecture de « L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867 »

Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867

Amateur passionné dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie, l’érudit étaplois Gustave Souquet l’était aussi dans celui de la photographie. Probablement initié par la Société boulonnaise de photographie à ce nouveau médium en vogue dans la seconde moitié du XIXe siècle1, il multiplia en extérieur les prises de vue des quartiers pittoresques d’Étaples (le port et ses chantiers navals, la grand-place, l’abreuvoir), celles des vieux monuments de la ville (l’hôtel de ville, les églises, les ruines du vieux château médiéval), ainsi que des scènes de vie de la marine. Il prit également en intérieur, dans le studio qu’il s’était aménagé au sein de sa maison de la grand-place, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale et des officiels de la cité (représentants du culte, de la sécurité, de l’ordre et de la loi), mais aussi ceux des plus humbles (gens de maison, matelots et matelotes, artisans)2.

La carrière photographique de Gustave Souquet n’est pas facile à appréhender d’un point de vue chronologique. Nous savons que la Société boulonnaise de photographie a été créée en 18563 et que, dès 1857, Gustave Souquet se réclame membre de cette société4. L’érudit étaplois s’était-il intéressé à ce nouveau médium à une date antérieure ? Il n’est pas possible, en l’état actuel des recherches, de le savoir. Il nous faut, par conséquent, borner son parcours photographique à la dernière décennie de sa vie : de 1856, date de création de la société, à 1867, année de la mort de Gustave Souquet5. Durant cette période, il a fait poser devant son objectif un grand nombre de ses compatriotes. Aussi était-il naturel que lui-même pose pour la postérité. Continuer la lecture de « Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867 »