Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level

Les registres paroissiaux offrent, pour qui sait les décrypter, quantité d’informations sur la population d’une ville donnée à une époque donnée. Dans un article précédent, nous avons vu combien une partie de la population étaploise avait eu à subir les affres d’une épidémie de suette qui a conduit au tombeau 17 paroissiens durant l’été 17391. Un article plus récent a montré que plusieurs membres d’une même famille – les Roux – avaient exercé sur quatre générations au moins la même profession, celle de maçon, transmettant ainsi de père en fils gestes et techniques de ce métier manuel entre le XVIIIe et le XIXe siècle2.

Mais pour certains habitants, ces mêmes registres pourraient demeurer obstinément muets, si, assez rarement, on doit l’avouer, quelques informations extraites de chroniques ne venaient « préciser » la vie de ces paroissiens moins favorisés que d’autres. Ainsi, pour deux d’entre eux, vivant au XVIIe siècle, à Étaples, deux mentions, assez courtes, permettent de les classer dans la catégorie des « miraculés », au sens religieux du terme : c’est-à-dire qu’ils ont été, l’un guéri d’une maladie et l’autre sauvé d’une catastrophe par un miracle, après une intercession divine.

Continuer la lecture de « Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level »

Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739

Dans les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples, il est rare que la cause des décès des paroissiens soit indiquée. Il faut que la mort soit brutale ou soudaine pour que cette cause soit mentionnée, à l’exemple du décès suivant1, intervenu le 5 novembre 1704 :

Le cinquième novembre 1704, François Duhamel, âgé de cinquante-huit ans, mary de Marthe Vuyart, sa femme, cabaretier et chasse-marées de profession, est mort subitement en étant le long de la côte pour faire marée, en présence de plusieurs personnes quy nous l’ont attesté, et duquel le corps fut inhumé le six du même mois dans le cimetière de cette église, et ayant interpellé lesdits témoins pour signer, ils ont déclaré ne sçavoir écrire, ce que le curé soussigné déclare (P. Osmont, prêtre). 

Aussi, la mention qui suit fait-elle exception. En 1739, le curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, Antoine Boully2, consigne cette observation3 dans son registre paroissial, en marge de plusieurs actes de baptêmes, mariages et décès rédigés entre le 14 juillet et le 3 août (fig. 1 et 2) :

Il est mort de la suette depuis le 8e may 17 personnes.

Continuer la lecture de « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 »