Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population étaploise, mais également sur les sentiments et les préoccupations des soldats se trouvant à Étaples ou écrivant, depuis le front, les hôpitaux ou leurs lieux de permission, à leurs familiers résidant dans la ville, en France ou à l’étranger.

Continuer la lecture de « Lassitude de la guerre »

Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux manuscrits : les Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples (fig. 1). Conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (MS 54-55), ces deux documents, compilant données anciennes, témoignages oraux et trouvailles fortuites, contiennent de nombreux renseignements sur l’histoire et l’archéologie étaploises. Si certaines informations ou thèses développées par Godefroy Cappe de Baillon apparaissent aujourd’hui fantaisistes1, d’autres renvoient à une réalité que l’auteur a plutôt bien transcrite : en effet, dans de très rares cas, il s’est fait le fidèle rapporteur de découvertes archéologiques réalisées à Étaples durant le premier conflit mondial. C’est particulièrement le cas avec une sépulture à incinération gallo-romaine découverte en 1915.

Continuer la lecture de « Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915 »

Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat

Le fonds Louis Géneau1, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, contient, aux cotes G70-71, un recueil d’Aveux et dénombrements, rapports et déclarations de fiefs et biens-fonds sis en Boulonnais, datés des XVIIe et XVIIIe siècles : dans ce recueil, un dossier regroupe plusieurs déclarations de rentes foncières et seigneuriales dues à Marie Jean Baptiste de Rocquigny, seigneur d’Étaples en partie, et établies dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’une d’entre elles, numérotée 134, a été déposée le 26 novembre 1755 devant les notaires royaux Descotte et Pincedé, à Samer, par « François Buée, maçon et porte au sac, demeurant en la ville d’Estaples ».

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat »

Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892.

Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue recadrée (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860 »

Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, « grande rue » – plus rarement « grand chemin » – « qui mène d’Étaples à Camiers« . En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une longueur de 120 toises environ3, s’échappait de l’extrémité septentrionale de la place principale d’Étaples (fig. 1, n° 3) et se dirigeait vers le village de Camiers, situé à 6 km plus au nord, en empruntant l’actuelle rue de Camiers4. Il n’est donc pas étonnant de la voir aussi nommée : « grande rue qui mène du marché et place d’Étaples à Camiers« . À la sortie du bourg d’Étaples, la rue devenait chemin qui, le long de la mer et par les villages de Camiers, Dannes, Neufchâtel, Condette, Pont-de-Briques et Saint-Léonard, conduisait à Boulogne : cependant, l’appellation « grande rue qui conduit d’Étaples à Boulogne » était plus que rare5Au centre de cette longue artère, s’élevait une auberge : l’auberge du Chat (fig. 1, n° 4).

Continuer la lecture de « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat »