Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…

Dans un billet publié précédemment1, nous avons présenté trois cartes postales écrites par le soldat Lucien, jeune étaplois qui a connu le destin de mille autres de sa génération envoyés à la guerre, mais dont les jours passés dans son unité ont été adoucis par une correspondance entretenue avec sa marraine de guerre, la vosgienne Louise Fayon.

Très récemment, nous avons eu la chance d’acquérir sept autres cartes écrites par Lucien à sa marraine : elles nous permettent de compléter l’histoire de ce soldat étaplois2.

Continuer la lecture de « Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine… »

Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert

Les registres des rentes de l’église Saint-Michel conserve le souvenir d’une rue qui, au XVIIIe siècle, avait complètement disparu de la topographie urbaine étaploise : la rue Saint-Hubert. Les informations contenues dans ces registres permettent non seulement de localiser cet espace de circulation dans la ville, de comprendre l’origine de son nom et les raisons de sa disparition, mais aussi de connaître les noms des maisons que l’on y avait établies et ceux des habitants qui les occupaient.

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert »

Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549)

Au XVIe siècle, Étaples possède un couvent de sœurs du tiers-ordre de Saint-Dominique et de Sainte-Catherine de Sienne1. Nous ne disposons que d’informations infimes sur ce couvent, dont certaines, d’ailleurs, sont de seconde main : la faible durée d’existence de cet établissement religieux, moins de 40 années, explique peut-être cet état de fait.

Continuer la lecture de « Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549) »

Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819

Le dimanche 6 juin 1819, à 9 heures du matin, François Joseph Capet, juge de paix, et Jean Baptiste Joseph Bossus, notaire royal, viennent déclarer devant Daniel Duriez, adjoint de la mairie d’Étaples faisant fonction d’officier de l’état civil, le décès de l’un de leurs compatriotes : Nicolas César Souquet-Marteau. Le défunt n’est pas inconnu de l’officier, et pour cause : il s’agit du maire de la ville. Celui-ci est décédé dans la nuit, à 5 heures, en son domicile situé n° 20 de la place, non loin de l’hôtel de ville : il avait 53 ans et demi (voir copie de l’acte en annexe).

Continuer la lecture de « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 »

Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800

Le 9 novembre 1800 (18 brumaire an IX), un puissant ouragan ravage le nord-ouest de l’Europe (fig. 1) : la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Allemagne sont touchées par cette violente tempête1. Le naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck en fit une étude lue à l’Institut national le 2 décembre 1800 (11 frimaire an IX) et publiée dans le Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts : dans sa démonstration, il désigne le phénomène sous le nom de tempête, et non sous ceux d’orage ou ouragan2.

Continuer la lecture de « Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800 »

Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… »