Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, « grande rue » – plus rarement « grand chemin » – « qui mène d’Étaples à Camiers« . En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une longueur de 120 toises environ3, s’échappait de l’extrémité septentrionale de la place principale d’Étaples (fig. 1, n° 3) et se dirigeait vers le village de Camiers, situé à 6 km plus au nord, en empruntant l’actuelle rue de Camiers4. Il n’est donc pas étonnant de la voir aussi nommée : « grande rue qui mène du marché et place d’Étaples à Camiers« . À la sortie du bourg d’Étaples, la rue devenait chemin qui, le long de la mer et par les villages de Camiers, Dannes, Neufchâtel, Condette, Pont-de-Briques et Saint-Léonard, conduisait à Boulogne : cependant, l’appellation « grande rue qui conduit d’Étaples à Boulogne » était plus que rare5Au centre de cette longue artère, s’élevait une auberge : l’auberge du Chat (fig. 1, n° 4).

Continuer la lecture de « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat »