Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… »

Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739

Dans les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples, il est rare que la cause des décès des paroissiens soit indiquée. Il faut que la mort soit brutale ou soudaine pour que cette cause soit mentionnée, à l’exemple du décès suivant1, intervenu le 5 novembre 1704 :

Le cinquième novembre 1704, François Duhamel, âgé de cinquante-huit ans, mary de Marthe Vuyart, sa femme, cabaretier et chasse-marées de profession, est mort subitement en étant le long de la côte pour faire marée, en présence de plusieurs personnes quy nous l’ont attesté, et duquel le corps fut inhumé le six du même mois dans le cimetière de cette église, et ayant interpellé lesdits témoins pour signer, ils ont déclaré ne sçavoir écrire, ce que le curé soussigné déclare (P. Osmont, prêtre). 

Aussi, la mention qui suit fait-elle exception. En 1739, le curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, Antoine Boully2, consigne cette observation3 dans son registre paroissial, en marge de plusieurs actes de baptêmes, mariages et décès rédigés entre le 14 juillet et le 3 août (fig. 1 et 2) :

Il est mort de la suette depuis le 8e may 17 personnes.

Continuer la lecture de « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 »