Iso Rae, Les acheteuses, ca. 1913

Iso Rae, The Buyers (Les acheteuses), ca. 1913, huile sur toile, signée, 80 × 99,5 cm, exposée au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts (nouveau Salon), Paris, avril 1913, n° 1030.

Fig. 1. Iso Rae, The Buyers (Les acheteuses), ca. 1913.

On palpe, on soupèse, on évalue (fig. 1). On se jauge, on se scrute, tout cela sans prononcer un mot. Les visages sont fermés, les regards sont sans concession. Qui va s’emparer du meilleur morceau ? Ou du meilleur coupon, puisqu’il s’agit ici de tissu proposé à la vente. Seule la jovialité de la femme au chapeau1 brise la tension perceptible du moment : son sourire et sa tenue lumineuse contrastent avec l’austérité grisâtre de la cliente au bonnet noir (fig. 2 et 3). Ces deux expressions clairement opposées, franches et directes, attirent tout particulièrement l’attention du spectateur.

Continuer la lecture de « Iso Rae, Les acheteuses, ca. 1913 »

[Exposition] Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale

L’exposition Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale s’intéresse au regard posé par les peintres sur l’intimité des habitants de la Côte d’Opale, notamment des marins-pêcheurs et de leur famille. Les artistes venus immortaliser les paysages du littoral ont également saisi des scènes impromptues, des instants choisis, emplis de tendresse et de délicatesse mettant ainsi l’humain au cœur de leur œuvre. En outre, au gré de leurs rencontres dans les différents foyers artistiques, les peintres se lient d’amitié : ils se représentent mutuellement dans leurs œuvres ou dépeignent leurs proches. Des moments d’intimité rares et touchants.

Continuer la lecture de « [Exposition] Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale »

La vente du lit du Premier Consul en 1900

Cet article est dédié à mon père, Bernard Byhet, fervent passionné de l’époque napoléonienne.

En novembre 1900, la romancière et chroniqueuse Gabrielle de Guestiers, connue également sous l’amusant pseudonyme Mac’ Ramey, publie cette anecdote dans la Gazette anecdotique1 :

Un confrère qui rentre d’Étaples (…) me conte un détail curieux : on y a vendu cet été une maison historique dont la façade porte en relief le médaillon de Napoléon Ier et une inscription rappelant que l’Empereur y a été reçu lors de ses deux visites à la flottille et au camp de Le Faux en 1804. Parmi les objets garnissant cette maison, et qui ont été dispersés par les enchères, figurait le lit dans lequel l’Empereur s’était reposé. C’est une simple couchette de bois blanc à rechampis dorés portant au chevet l’aigle impériale. Ce lit a été mis à prix un louis et adjugé 175 francs. Plus d’un fidèle Napoléonien regrettera d’avoir ignoré cette vente. Le modique prix auquel cette relique a été adjugée ferait croire que la cendre du temps enlise les souvenirs et atteint même les chiffres et que pour un grand homme la principale qualité est de n’être pas mort depuis trop longtemps (…).

Continuer la lecture de « La vente du lit du Premier Consul en 1900 »

Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…

Dans un billet publié précédemment1, nous avons présenté trois cartes postales écrites par le soldat Lucien, jeune étaplois qui a connu le destin de mille autres de sa génération envoyés à la guerre, mais dont les jours passés dans son unité ont été adoucis par une correspondance entretenue avec sa marraine de guerre, la vosgienne Louise Fayon.

Très récemment, nous avons eu la chance d’acquérir sept autres cartes écrites par Lucien à sa marraine : elles nous permettent de compléter l’histoire de ce soldat étaplois2.

Continuer la lecture de « Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine… »

Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819

Le dimanche 6 juin 1819, à 9 heures du matin, François Joseph Capet, juge de paix, et Jean Baptiste Joseph Bossus, notaire royal, viennent déclarer devant Daniel Duriez, adjoint de la mairie d’Étaples faisant fonction d’officier de l’état civil, le décès de l’un de leurs compatriotes : Nicolas César Souquet-Marteau. Le défunt n’est pas inconnu de l’officier, et pour cause : il s’agit du maire de la ville. Celui-ci est décédé dans la nuit, à 5 heures, en son domicile situé n° 20 de la place, non loin de l’hôtel de ville : il avait 53 ans et demi (voir copie de l’acte en annexe).

Continuer la lecture de « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 »

Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800

Le 9 novembre 1800 (18 brumaire an IX), un puissant ouragan ravage le nord-ouest de l’Europe (fig. 1) : la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Allemagne sont touchées par cette violente tempête1. Le naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck en fit une étude lue à l’Institut national le 2 décembre 1800 (11 frimaire an IX) et publiée dans le Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts : dans sa démonstration, il désigne le phénomène sous le nom de tempête, et non sous ceux d’orage ou ouragan2.

Continuer la lecture de « Un ouragan à Étaples le 9 novembre 1800 »

Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… »

Bons pour le service

La carte postale présentée ici a été écrite le 12 janvier 1917, à Étaples, par Paul Marié (fig. 1). Elle est adressée à sa tante, Mme Delianne, qui réside 260 rue de l’Impératrice, à Berck (Pas-de-Calais). Paul lui écrit afin de l’informer que lui et deux de ses amis sont « bons pour le service ». En cette troisième année de la guerre, le risque de partir au front pour les trois jeunes hommes est grand.

Continuer la lecture de « Bons pour le service »

Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population étaploise, mais également sur les sentiments et les préoccupations des soldats se trouvant à Étaples ou écrivant, depuis le front, les hôpitaux ou leurs lieux de permission, à leurs familiers résidant dans la ville, en France ou à l’étranger.

Continuer la lecture de « Lassitude de la guerre »

Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux manuscrits : les Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples (fig. 1). Conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (MS 54-55), ces deux documents, compilant données anciennes, témoignages oraux et trouvailles fortuites, contiennent de nombreux renseignements sur l’histoire et l’archéologie étaploises. Si certaines informations ou thèses développées par Godefroy Cappe de Baillon apparaissent aujourd’hui fantaisistes1, d’autres renvoient à une réalité que l’auteur a plutôt bien transcrite : en effet, dans de très rares cas, il s’est fait le fidèle rapporteur de découvertes archéologiques réalisées à Étaples durant le premier conflit mondial. C’est particulièrement le cas avec une sépulture à incinération gallo-romaine découverte en 1915.

Continuer la lecture de « Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915 »

Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892.

Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue recadrée (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860 »

L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867

Cette photographie1, issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32), est l’une des nombreuses vues stéréoscopiques de la ville d’Étaples prises par l’historien au cours du deuxième tiers du XIXe siècle (fig. 1). Elle s’intègre dans une série prisée de Gustave Souquet : en dehors de celle présentée ici, 8 autres vues ayant pour cadre la place et l’hôtel de ville sont connues2.

Fig. 1. Vue stéréoscopique de l’hôtel de ville et de la place du marché, entre 1856 et 1867 (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.31-32, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Elle montre, au premier plan, la place3 (ou place du marché à cette époque) et, à l’arrière-plan, l’ancien hôtel de ville (qui précède l’actuel hôtel de ville) et le début des rues du Bac4, à gauche, et de la rue du Havre ou des Marins5 (actuelle rue de Rosamel), à droite (fig. 2).

Continuer la lecture de « L’hôtel de ville et la place d’Étaples sous la neige entre 1856 et 1867 »

Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867

Amateur passionné dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie, l’érudit étaplois Gustave Souquet l’était aussi dans celui de la photographie. Probablement initié par la Société boulonnaise de photographie à ce nouveau médium en vogue dans la seconde moitié du XIXe siècle1, il multiplia en extérieur les prises de vue des quartiers pittoresques d’Étaples (le port et ses chantiers navals, la grand-place, l’abreuvoir), celles des vieux monuments de la ville (l’hôtel de ville, les églises, les ruines du vieux château médiéval), ainsi que des scènes de vie de la marine. Il prit également en intérieur, dans le studio qu’il s’était aménagé au sein de sa maison de la grand-place, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale et des officiels de la cité (représentants du culte, de la sécurité, de l’ordre et de la loi), mais aussi ceux des plus humbles (gens de maison, matelots et matelotes, artisans)2.

La carrière photographique de Gustave Souquet n’est pas facile à appréhender d’un point de vue chronologique. Nous savons que la Société boulonnaise de photographie a été créée en 18563 et que, dès 1857, Gustave Souquet se réclame membre de cette société4. L’érudit étaplois s’était-il intéressé à ce nouveau médium à une date antérieure ? Il n’est pas possible, en l’état actuel des recherches, de le savoir. Il nous faut, par conséquent, borner son parcours photographique à la dernière décennie de sa vie : de 1856, date de création de la société, à 1867, année de la mort de Gustave Souquet5. Durant cette période, il a fait poser devant son objectif un grand nombre de ses compatriotes. Aussi était-il naturel que lui-même pose pour la postérité. Continuer la lecture de « Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867 »