Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level

Les registres paroissiaux offrent, pour qui sait les décrypter, quantité d’informations sur la population d’une ville donnée à une époque donnée. Dans un article précédent, nous avons vu combien une partie de la population étaploise avait eu à subir les affres d’une épidémie de suette qui a conduit au tombeau 17 paroissiens durant l’été 17391. Un article plus récent a montré que plusieurs membres d’une même famille – les Roux – avaient exercé sur quatre générations au moins la même profession, celle de maçon, transmettant ainsi de père en fils gestes et techniques de ce métier manuel entre le XVIIIe et le XIXe siècle2.

Mais pour certains habitants, ces mêmes registres pourraient demeurer obstinément muets, si, assez rarement, on doit l’avouer, quelques informations extraites de chroniques ne venaient « préciser » la vie de ces paroissiens moins favorisés que d’autres. Ainsi, pour deux d’entre eux, vivant au XVIIe siècle, à Étaples, deux mentions, assez courtes, permettent de les classer dans la catégorie des « miraculés », au sens religieux du terme : c’est-à-dire qu’ils ont été, l’un guéri d’une maladie et l’autre sauvé d’une catastrophe par un miracle, après une intercession divine.

Continuer la lecture de « Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level »

Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775)

À Étaples, la rue des Carrières conserve le souvenir de ces espaces souterrains1 – crayères ou marnières – autrefois familiers aux Étaplois (fig. 1). Dans la vieille ville, nombre de maisons ont été construites à l’aide de moellons de calcaire ou de rognons de silex issus de ces carrières d’extraction (fig. 2 et 3). Surtout, elles ont servi d’abri aux habitants durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale (fig. 4) : ceux-ci y ont parfois aménagé de véritables dortoirs, comme en témoignent les scènes de vie prises par les photographes Achille Caron, père et fils, et les carcasses des lits rouillées de la carrière dite « Macquinghen », rue de Camiers (fig. 5).

Continuer la lecture de « Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle : la carrière du maçon Jean Roux (1705-1775) »

Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac

La destruction récente1, et malheureuse, d’une maison ancienne établie au n° 1 de la rue de Montreuil, immédiatement au sud-est de la place d’Étaples et à moins de 50 m de l’hôtel Souquet-Marteau, fait perdre à la ville un peu plus que des murs qui menaçaient ruine (fig. 1). Non seulement, elle efface du paysage architectural étaplois une maison que les habitants ont connu, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, comme l’une des principales maison de la presse2 de la ville (fig. 2), mais elle rompt également la continuité d’un espace bâti depuis le XVIIe siècle au moins : en effet, à l’époque moderne, s’y élevait une maison nommée « la maison des Barillets ».

Continuer la lecture de « Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac »

La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650

Les vues d’Étaples à l’époque moderne sont assez rares pour les mentionner : on en compte deux, réalisées au XVIIe siècle1. Parmi celles-ci, on trouve la vue d’Estaples de Johannes Peeters (fig. 1).

Fig. 1. Vue d’Estaples par Johannes Peeters, vers 1650 (© David Rumsey Map Collection – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650 »

Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert

Les registres des rentes de l’église Saint-Michel conserve le souvenir d’une rue qui, au XVIIIe siècle, avait complètement disparu de la topographie urbaine étaploise : la rue Saint-Hubert. Les informations contenues dans ces registres permettent non seulement de localiser cet espace de circulation dans la ville, de comprendre l’origine de son nom et les raisons de sa disparition, mais aussi de connaître les noms des maisons que l’on y avait établies et ceux des habitants qui les occupaient.

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert »

Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549)

Au XVIe siècle, Étaples possède un couvent de sœurs du tiers-ordre de Saint-Dominique et de Sainte-Catherine de Sienne1. Nous ne disposons que d’informations infimes sur ce couvent, dont certaines, d’ailleurs, sont de seconde main : la faible durée d’existence de cet établissement religieux, moins de 40 années, explique peut-être cet état de fait.

Continuer la lecture de « Un couvent étaplois au XVIe siècle : le couvent Saint-Dominique (1513-1549) »

Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739

Dans les registres paroissiaux de l’église Saint-Michel d’Étaples, il est rare que la cause des décès des paroissiens soit indiquée. Il faut que la mort soit brutale ou soudaine pour que cette cause soit mentionnée, à l’exemple du décès suivant1, intervenu le 5 novembre 1704 :

Le cinquième novembre 1704, François Duhamel, âgé de cinquante-huit ans, mary de Marthe Vuyart, sa femme, cabaretier et chasse-marées de profession, est mort subitement en étant le long de la côte pour faire marée, en présence de plusieurs personnes quy nous l’ont attesté, et duquel le corps fut inhumé le six du même mois dans le cimetière de cette église, et ayant interpellé lesdits témoins pour signer, ils ont déclaré ne sçavoir écrire, ce que le curé soussigné déclare (P. Osmont, prêtre). 

Aussi, la mention qui suit fait-elle exception. En 1739, le curé de l’église Saint-Michel d’Étaples, Antoine Boully2, consigne cette observation3 dans son registre paroissial, en marge de plusieurs actes de baptêmes, mariages et décès rédigés entre le 14 juillet et le 3 août (fig. 1 et 2) :

Il est mort de la suette depuis le 8e may 17 personnes.

Continuer la lecture de « Une épidémie de suette miliaire à Étaples en 1739 »

Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat

Le fonds Louis Géneau1, conservé à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, contient, aux cotes G70-71, un recueil d’Aveux et dénombrements, rapports et déclarations de fiefs et biens-fonds sis en Boulonnais, datés des XVIIe et XVIIIe siècles : dans ce recueil, un dossier regroupe plusieurs déclarations de rentes foncières et seigneuriales dues à Marie Jean Baptiste de Rocquigny, seigneur d’Étaples en partie, et établies dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’une d’entre elles, numérotée 134, a été déposée le 26 novembre 1755 devant les notaires royaux Descotte et Pincedé, à Samer, par « François Buée, maçon et porte au sac, demeurant en la ville d’Estaples ».

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples au XVIIIe siècle : la rue du Chat »

Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat

Au XVIIIe siècle, l’actuelle rue de Rosamel n’avait pas encore été baptisée de ce nom, qu’elle a reçu en 18661, mais était désignée par plusieurs périphrases locatives2. Ainsi la nommait-on, ordinairement, « grande rue » – plus rarement « grand chemin » – « qui mène d’Étaples à Camiers« . En effet, cette rue (fig. 1, n° 1), d’une longueur de 120 toises environ3, s’échappait de l’extrémité septentrionale de la place principale d’Étaples (fig. 1, n° 3) et se dirigeait vers le village de Camiers, situé à 6 km plus au nord, en empruntant l’actuelle rue de Camiers4. Il n’est donc pas étonnant de la voir aussi nommée : « grande rue qui mène du marché et place d’Étaples à Camiers« . À la sortie du bourg d’Étaples, la rue devenait chemin qui, le long de la mer et par les villages de Camiers, Dannes, Neufchâtel, Condette, Pont-de-Briques et Saint-Léonard, conduisait à Boulogne : cependant, l’appellation « grande rue qui conduit d’Étaples à Boulogne » était plus que rare5Au centre de cette longue artère, s’élevait une auberge : l’auberge du Chat (fig. 1, n° 4).

Continuer la lecture de « Une auberge à Étaples au XVIIIe siècle : l’auberge du Chat »