Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine…

Dans un billet publié précédemment1, nous avons présenté trois cartes postales écrites par le soldat Lucien, jeune étaplois qui a connu le destin de mille autres de sa génération envoyés à la guerre, mais dont les jours passés dans son unité ont été adoucis par une correspondance entretenue avec sa marraine de guerre, la vosgienne Louise Fayon.

Très récemment, nous avons eu la chance d’acquérir sept autres cartes écrites par Lucien à sa marraine : elles nous permettent de compléter l’histoire de ce soldat étaplois2.

Continuer la lecture de « Petite gosse chérie… il a fallu que ces maudits Boches viennent ici, comme ailleurs, semer le deuil et la ruine… »

Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs…

En dehors de la vente d’un lot unique de correspondances familiales, seul le fait du hasard permet d’acquérir plusieurs cartes postales isolées, et cependant écrites de la main d’un seul et même expéditeur. L’acquisition récente de trois cartes postales écrites par un jeune Étaplois va nous offrir quelques renseignements sur les conditions de vie régnant à Étaples, peu de jours après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, et sur une institution populaire qui a fortement marqué les soldats de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « Ma chère marraine, ici la grippe sévit, comme partout ailleurs… »

Bons pour le service

La carte postale présentée ici a été écrite le 12 janvier 1917, à Étaples, par Paul Marié (fig. 1). Elle est adressée à sa tante, Mme Delianne, qui réside 260 rue de l’Impératrice, à Berck (Pas-de-Calais). Paul lui écrit afin de l’informer que lui et deux de ses amis sont « bons pour le service ». En cette troisième année de la guerre, le risque de partir au front pour les trois jeunes hommes est grand.

Continuer la lecture de « Bons pour le service »

Lassitude de la guerre

Avec cette première publication, nous inaugurons une série consacrée aux cartes postales écrites à Étaples durant le premier confit mondial. Ayant passé la censure ou ayant échappé à celle-ci, un grand nombre de ces cartes postales nous livrent des informations primordiales sur le quotidien et le ressenti de la population étaploise, mais également sur les sentiments et les préoccupations des soldats se trouvant à Étaples ou écrivant, depuis le front, les hôpitaux ou leurs lieux de permission, à leurs familiers résidant dans la ville, en France ou à l’étranger.

Continuer la lecture de « Lassitude de la guerre »

Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915

Membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais et résident à Arras, Godefroy Cappe de Baillon (1842-1922) fuit, au milieu de la Première Guerre mondiale, les violents combats de l’Artois et trouve l’exil à Étaples en 1915. Installé dans cette ville, il se plonge dans la rédaction de deux manuscrits : les Mémoires archéologiques et historiques sur Étaples (fig. 1). Conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais (MS 54-55), ces deux documents, compilant données anciennes, témoignages oraux et trouvailles fortuites, contiennent de nombreux renseignements sur l’histoire et l’archéologie étaploises. Si certaines informations ou thèses développées par Godefroy Cappe de Baillon apparaissent aujourd’hui fantaisistes1, d’autres renvoient à une réalité que l’auteur a plutôt bien transcrite : en effet, dans de très rares cas, il s’est fait le fidèle rapporteur de découvertes archéologiques réalisées à Étaples durant le premier conflit mondial. C’est particulièrement le cas avec une sépulture à incinération gallo-romaine découverte en 1915.

Continuer la lecture de « Une sépulture à incinération gallo-romaine découverte à Étaples en 1915 »