[Exposition] Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale

L’exposition Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale s’intéresse au regard posé par les peintres sur l’intimité des habitants de la Côte d’Opale, notamment des marins-pêcheurs et de leur famille. Les artistes venus immortaliser les paysages du littoral ont également saisi des scènes impromptues, des instants choisis, emplis de tendresse et de délicatesse mettant ainsi l’humain au cœur de leur œuvre. En outre, au gré de leurs rencontres dans les différents foyers artistiques, les peintres se lient d’amitié : ils se représentent mutuellement dans leurs œuvres ou dépeignent leurs proches. Des moments d’intimité rares et touchants.

Continuer la lecture de « [Exposition] Intimité(s) : les peintres de la Côte d’Opale »

La vente du lit du Premier Consul en 1900

Cet article est dédié à mon père, Bernard Byhet, fervent passionné de l’époque napoléonienne.

En novembre 1900, la romancière et chroniqueuse Gabrielle de Guestiers, connue également sous l’amusant pseudonyme Mac’ Ramey, publie cette anecdote dans la Gazette anecdotique1 :

Un confrère qui rentre d’Étaples (…) me conte un détail curieux : on y a vendu cet été une maison historique dont la façade porte en relief le médaillon de Napoléon Ier et une inscription rappelant que l’Empereur y a été reçu lors de ses deux visites à la flottille et au camp de Le Faux en 1804. Parmi les objets garnissant cette maison, et qui ont été dispersés par les enchères, figurait le lit dans lequel l’Empereur s’était reposé. C’est une simple couchette de bois blanc à rechampis dorés portant au chevet l’aigle impériale. Ce lit a été mis à prix un louis et adjugé 175 francs. Plus d’un fidèle Napoléonien regrettera d’avoir ignoré cette vente. Le modique prix auquel cette relique a été adjugée ferait croire que la cendre du temps enlise les souvenirs et atteint même les chiffres et que pour un grand homme la principale qualité est de n’être pas mort depuis trop longtemps (…).

Continuer la lecture de « La vente du lit du Premier Consul en 1900 »

Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819

Le dimanche 6 juin 1819, à 9 heures du matin, François Joseph Capet, juge de paix, et Jean Baptiste Joseph Bossus, notaire royal, viennent déclarer devant Daniel Duriez, adjoint de la mairie d’Étaples faisant fonction d’officier de l’état civil, le décès de l’un de leurs compatriotes : Nicolas César Souquet-Marteau. Le défunt n’est pas inconnu de l’officier, et pour cause : il s’agit du maire de la ville. Celui-ci est décédé dans la nuit, à 5 heures, en son domicile situé n° 20 de la place, non loin de l’hôtel de ville : il avait 53 ans et demi (voir copie de l’acte en annexe).

Continuer la lecture de « Les suites d’un accident funeste : la mort du maire Nicolas César Souquet, le 6 juin 1819 »

Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860

Cette photographie1 (fig. 1), issue du fonds photographique Gustave Souquet (Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30), fait partie d’une série ayant pour arrière-plan un bâtiment commun : l’ancien hôtel de ville d’Étaples, construit en 1730 et détruit en 18892.

Fig. 1. Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples, entre 1856 et 1867, vue recadrée (Collection Ville d’Étaples – Musée Quentovic, n° d’inventaire 98.1.30, Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « Égorgement d’un porc sur la place d’Étaples vers 1860 »

Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867

Amateur passionné dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie, l’érudit étaplois Gustave Souquet l’était aussi dans celui de la photographie. Probablement initié par la Société boulonnaise de photographie à ce nouveau médium en vogue dans la seconde moitié du XIXe siècle1, il multiplia en extérieur les prises de vue des quartiers pittoresques d’Étaples (le port et ses chantiers navals, la grand-place, l’abreuvoir), celles des vieux monuments de la ville (l’hôtel de ville, les églises, les ruines du vieux château médiéval), ainsi que des scènes de vie de la marine. Il prit également en intérieur, dans le studio qu’il s’était aménagé au sein de sa maison de la grand-place, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale et des officiels de la cité (représentants du culte, de la sécurité, de l’ordre et de la loi), mais aussi ceux des plus humbles (gens de maison, matelots et matelotes, artisans)2.

La carrière photographique de Gustave Souquet n’est pas facile à appréhender d’un point de vue chronologique. Nous savons que la Société boulonnaise de photographie a été créée en 18563 et que, dès 1857, Gustave Souquet se réclame membre de cette société4. L’érudit étaplois s’était-il intéressé à ce nouveau médium à une date antérieure ? Il n’est pas possible, en l’état actuel des recherches, de le savoir. Il nous faut, par conséquent, borner son parcours photographique à la dernière décennie de sa vie : de 1856, date de création de la société, à 1867, année de la mort de Gustave Souquet5. Durant cette période, il a fait poser devant son objectif un grand nombre de ses compatriotes. Aussi était-il naturel que lui-même pose pour la postérité. Continuer la lecture de « Un portrait photographique de Gustave Souquet entre 1856 et 1867 »