Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level

Les registres paroissiaux offrent, pour qui sait les décrypter, quantité d’informations sur la population d’une ville donnée à une époque donnée. Dans un article précédent, nous avons vu combien une partie de la population étaploise avait eu à subir les affres d’une épidémie de suette qui a conduit au tombeau 17 paroissiens durant l’été 17391. Un article plus récent a montré que plusieurs membres d’une même famille – les Roux – avaient exercé sur quatre générations au moins la même profession, celle de maçon, transmettant ainsi de père en fils gestes et techniques de ce métier manuel entre le XVIIIe et le XIXe siècle2.

Mais pour certains habitants, ces mêmes registres pourraient demeurer obstinément muets, si, assez rarement, on doit l’avouer, quelques informations extraites de chroniques ne venaient « préciser » la vie de ces paroissiens moins favorisés que d’autres. Ainsi, pour deux d’entre eux, vivant au XVIIe siècle, à Étaples, deux mentions, assez courtes, permettent de les classer dans la catégorie des « miraculés », au sens religieux du terme : c’est-à-dire qu’ils ont été, l’un guéri d’une maladie et l’autre sauvé d’une catastrophe par un miracle, après une intercession divine.

Continuer la lecture de « Deux Étaplois miraculés au XVIIe siècle : Jacqueline Lecat et Louis Level »

Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac

La destruction récente1, et malheureuse, d’une maison ancienne établie au n° 1 de la rue de Montreuil, immédiatement au sud-est de la place d’Étaples et à moins de 50 m de l’hôtel Souquet-Marteau, fait perdre à la ville un peu plus que des murs qui menaçaient ruine (fig. 1). Non seulement, elle efface du paysage architectural étaplois une maison que les habitants ont connu, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, comme l’une des principales maison de la presse2 de la ville (fig. 2), mais elle rompt également la continuité d’un espace bâti depuis le XVIIe siècle au moins : en effet, à l’époque moderne, s’y élevait une maison nommée « la maison des Barillets ».

Continuer la lecture de « Une maison et une rue à Étaples aux XVIIe et XVIIIe siècles : la maison des Barillets et la rue du Sac »

La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650

Les vues d’Étaples à l’époque moderne sont assez rares pour les mentionner : on en compte deux, réalisées au XVIIe siècle1. Parmi celles-ci, on trouve la vue d’Estaples de Johannes Peeters (fig. 1).

Fig. 1. Vue d’Estaples par Johannes Peeters, vers 1650 (© David Rumsey Map Collection – Toute reproduction interdite sans autorisation).

Continuer la lecture de « La vue d’Estaples par Johannes Peeters I, vers 1650 »

Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert

Les registres des rentes de l’église Saint-Michel conserve le souvenir d’une rue qui, au XVIIIe siècle, avait complètement disparu de la topographie urbaine étaploise : la rue Saint-Hubert. Les informations contenues dans ces registres permettent non seulement de localiser cet espace de circulation dans la ville, de comprendre l’origine de son nom et les raisons de sa disparition, mais aussi de connaître les noms des maisons que l’on y avait établies et ceux des habitants qui les occupaient.

Continuer la lecture de « Une rue d’Étaples disparue à l’époque moderne : la rue Saint-Hubert »